Accueil

 Le bridge est un jeu à 4 joueurs qui se joue avec 52 cartes. La  règle du jeu  de bridge est extraordinairement simple (plus simple que celle des tarots ou de la belote). La difficulté n’est pas de jouer au bridge, mais de bien jouer. Si vous n’avez jamais joué au bridge, une initiation très conviviale est proposée par la  Fédération Française de Bridge  (FFB). Cliquez dans la colonne de droite dans la rubrique « Favoris » : Découverte du Bridge.

Le présent site est destiné à faire comprendre les mécanismes du raisonnement. Apprendre le bridge est impossible pour un esprit normal, alors que tout le monde peut jouer au bridge. L’auteur met ici à la disposition des lecteurs les cours qui ont été dispensés aux élèves pendant dix ans, proposés au format PDF imprimable, en bleu (cliquez sur l’intitulé du cours).

Remarque importante : Le système d’enchères proposé est le plus répandu en France, permettant de s’asseoir honorablement à n’importe quelle table de bridge. Il s’agit du SEF (Système d’Enseignement Français). Les autres « systèmes » ne sont pas, ou très peu, abordés ici.

« Le simple est toujours faux. Ce qui ne l’est pas est inutilisable. » Paul Valéry, 1942.

DERNIERS ARTICLES : En haut de la colonne de droite. Les articles  sont des réflexions sur des sujets divers, et n’ont pas vocation à devenir des cours. Les plus anciens sont indexés dans Archives et/ou Catégories.

DERNIERS COURS et EXERCICES : En bas de cette page d’accueil. Les cours sont le fonds permanent du site et classés dans le menu principal. Seuls les deux derniers publiés de votre niveau et dans chaque catégorie se trouvent ici. Abonnez-vous ! Inscrivez votre adresse de courriel en bas à droite. C’est gratuit. Vous serez prévenus en cas de nouvel article (mais non de nouveau cours). 

COURS D’INITIATION ET DE PERFECTIONNEMENT : Vous trouverez plus de 250 cours (menu principal), dans un ordre logique d’enseignement. Voir aussi l’Index-Dictionnaire (mots-clés, classement alphabétique) et le Dictionnaire des enchères.

Derniers cours et exercices intégrés (tous les autres dans le menu en haut de page) :

ENCHERES
Niveau débutants :
  – Débutez en enchères : Redemande ouvreur (couleur)Après réponse ou redemande à 1SA.
Niveau 4ème série :
  – Silence adverse :  
Bicolore cher (2)4SA Blackwood.
  – CompétitivesRéveils de l’ ouvreurRéponse à l’intervenant au palier de 1 (3).
Niveau 3ème série :
  – Page d’accueilEvaluation des mains : compléments.
  – Silence adverse
Après répétition de l’ouverture (2)Bicolore majeur 5-5 sur 1SA (compléments).
  – Compétitives : Enchère d’essai après intervention du n°4L’Ouvreur après réveil adverse.
Niveau 2ème série :
  – Silence adverseLe splinter, Chelem après Stayman.
  – Compétitives : Le répondant après un barrage en intervention, Réponse à l’intervention après enchère du n°3.
Niveau 1ère série :
  – Silence adverse : 
Chelem après soutien direct de 3 ou 3♠Enchère de 5 à l’atout en majeure.
  – Enchères de défense : Extension du RubensohlLe 2SA mini-cue-bid.
  – Enchères d’attaqueLe CachalotLe Landik.
  – Enchères compétitives : Contre punitif en TPPExtension du Rubensohl.

JEU DE LA CARTE
Débutants :
  – Maniements de couleur : 
Maniements de couleurs (2)Maniements de couleurs (3).
Niveau 4ème série :
  – Maniements de couleurProbabilités de placements.
  Jeu du déclarant : L’expasseBaiser à la Reine, baiser au Roi.
  Jeu de la défense : Entame à SA (2), Tableau des entames à la couleur.
Niveau 3ème série :
  – Maniements de couleur
Coup de BathBlocage – déblocage.
  – Jeu du déclarant : Perdante sur perdante, La révérence.
  – Jeu de la défense : 
Signalisation, exemples.
Niveau 2ème série :
  – Maniements de couleur
Maniement contre Roi et Valet (1)Maniement contre Roi et Valet (2).
  – Jeu du déclarant : Mise en main (1)Mise en main (2).
  – Jeu de la défense
Blocage et flancsDestruction de rentrées.
Niveau 1ère série :
 Jeu du déclarant :
 Coup du ciseauCoup du dentiste.
  Jeu de la défense :
 Quand jouer en coupe et défausse ?, Défense contre le coup du ciseau.

EXERCICES
4ème série :
 Réponses aux interventionsOuvertures et réponses, exercices.
3ème série : Plan de jeu à SA (2)Exercices réponses en attaque.
2ème série : Forcing ou non forcingManiement manque Roi Valet.
1ère série : Réponses au contre après que le n°3 a parléOuverture 3SA.

Remarque : vous pouvez ouvrir les derniers cours directement à partir de la présente page : cliquez dessus (si vous préférez : « Ouvrir dans un nouvel onglet », clic droit).

J.-S. Bach (1685-1750) : L’Art de la Fugue, 1742-1750

80 commentaires sur “Accueil

  1. Cher monsieur, vous touchez du doigt, comme le plus souvent, la plaie toujours ouverte de la pratique du bridge en club : « pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ». Le SEF a pourtant le grand mérite d’être d’une rigueur logique indiscutable et d’offrir des voies de compréhension et de progression, qui demandent certes de la patience, mais qui soutiennent efficacement les efforts d’une pratique régulière.
    Cependant, je vois des joueurs qui s’entendent sur des règles spécifiques, ou qui restent attachés aux pratiques qu’ils ont retenues d’autrefois, ou qui empruntent à d’autres systèmes des enchères qu’ils jugent utiles. Cela ne me choque pas pour autant, puisque le bridge a des règles qui ouvrent en grand les portes de la liberté des joueurs. En outre, on voit bien que c’est à leurs risques et périls.
    Il reste qu’en jouant sur des sites de bon aloi, (pour le « fun », et ne pas le nommer) il arrive de trouver des pratiques inattendues qui sont empruntées aux systèmes britannique, polonais ou américain. Et la comparaison des résultats d’une donne, selon qu’on pratique tel ou tel système, montrent assez souvent que les enchères de nos compétiteurs étrangers se révèlent plus efficaces et obtiennent le meilleur résultat.
    J’en tire la leçon que le SEF, ni mieux ni moins bien que les autres systèmes, sert à un apprentissage patient qui permet à la longue d’atteindre ce que mon deuxième professeur appelait « l’esprit du bridge », autrement dit la clé ouvrant l’Eden à ces bons joueurs qui jonglent avec les enchères, les inférences, les chausses-trappes du comptage des mains, les subtiles manoeuvres de couleurs, et ces expasses ou ces …, brefs ces virtuoses qui occupent généralement la table 1 des tournois de chaque club. Mais encore, j’en conclus que le SEF, comme tous les systèmes, n’est pas la panacée, sauf bien entendu qu’il est le passage obligé conduisant à » l’illumination » ; après quoi, on peut envisager d’accéder aux catégories supérieures, accumuler les Trophées et postuler aux têtes de séries des festivals. Ouf !!!
    Pour le plus grand de nos clubs, la Fédération française, les apprentis qui doivent parcourir ce long chemin semé d’épineux, sont le nerf de la guerre. Mais, ce serait bien tout de même, que le plaisir de jouer à un jeu d’exception, d’une grande subtilité et d’une incroyable diversité, soit partagé par tout le monde. Ce serait bien que la pratique de ce jeu soit partout soumise de manière impitoyable à des règles d’éthiques appliquées sans état d’âme par une sorte d’arbitres particulière imposant une tolérance zéro à tout comportement susceptible d’éteindre le plaisir de jouer ! Ce serait bien que l’encadrement des clubs soit formé à entretenir la flamme du plaisir de jouer, qu’ils sachent attiser le feu et la passion du jeu tout en écartant sans faiblesse toutes ces bouches qui vomissent des injures, ces « gueules d’enterrement » qui assombrissent une table tout le long du tournoi, ces pratiquants qui jonchent les tables de leurs outils personnels, ces donneurs de leçons qui scandent leurs commentaires à tous vents, ces maladroits qui laissent à chacun de leur passage leur boite d’enchères sans dessus-dessous, etc … Ce serait bien que les partenariats soient établis avec simplicité pour les débutants, que les lignes soient toujours le plus possible équilibrées, etc … Evidemment, j’en oublie sans doute beaucoup et j’admets qu’animer un club est compliqué, lourd à porter, et parfois pesant. Mais, pourquoi faut-il que l’on voie des larmes sur certains visages, des abandons, des arbitres injuriés, des perturbations plus bruyantes les unes que les autres, etc …
    L’esprit du bridge n’est-il pas là aussi ?
    Il n’y a sans doute pas de réponse à ce petit libelle … Elle n’est pas nécessaire, d’ailleurs. Chacun peut-il seulement prendre deux minutes de réflexion à propos de cette question et en tirer une leçon personnelle ?

  2. Cher Monsieur Chailley,
    Je reviens vers vous à propos des Texas mineurs sur l’ouverture de 1SA, et en particulier sur la possibilité d’une double réponse sur 2♠ (2SA ou 3♣ selon la présence ou l’absence d’un bon fit ♣).
    Si l’on continue après 1SA-2♠-3♣, le système classique prévoit soit de dire 3♦ pour décrire un 5-5 mineur espoir de chelem, soit d’enchérir au palier de 3 pour nommer un singleton (ou une chicane), avec 3♥ pour le singleton ♠, 3♠P pour le singleton ♥, et 3 SA pour le singleton ♦. Subsidiairement, j’ai croisé des joueurs qui n’inversaient pas les réponses ♥ et ♠ (peut-être pour éviter le risque d’oubli).
    Mais après la séquence est 1SA-2♠-2SA, on peut se demander si l’enchère de 3♦ garde encore la même signification (alors poursuite de la description de la main bien que le fit soit déjà trouvé), et si on garde encore le même processus de nomination de la courte avec les enchères de 3♥, 3♠ et 3SA. On pourrait en effet convenir dans ce cas de nommer sa courte de façon « naturelle » en enchérissant au palier de 3 dans la couleur de la courte, ce qui laisserait plus d’espace si la courte est à ♦. Il serait néanmoins dangereux d’avoir deux systèmes différents selon la redemande de l’ouvreur à 3♣ ou 2SA.
    Qu’en pensez-vous?

    • Cher ami bridgeur,
      Vous n’avez peut-être pas consulté dans le présent site le « Dictionnaire des enchères, Silence adverse (1SA-2♠-2SA et 1SA-2♠-3♣) », car les deux séquences s’y trouvent avec, comme il se doit, les séquences admises aujourd’hui, et que j’ai bien entendu faites miennes, bien qu’elles ne soient pas explicitées complètement dans le SEF. Elles restent dans l’esprit du SEF et ont été validées par l’équipe de l’Université du Bridge, qui publie dans Le Bridgeur : L’enchère de 3♦ garde la même signification après la réponse fittée de 2SA (description d’un 5-5). Bien entendu, avec votre PARTENAIRE ATTITRE, vous pouvez faire ce que vous voulez, mais, comme toujours, attention de ne pas se surcharger la mémoire lorsqu’une enchère est conventionnelle…
      Bien cordialement et bridgeusement vôtre,
      Olivier CHAILLEY

  3. Cher monsieur,
    Permettez-moi de vous remercier pour votre site et la qualité de votre travail mis à disposition de tous. Débutant en bridge, je me réjouis par avance des centaines (milliers ?) d’heures que je vais passer à apprendre ce jeu passionnant avec vos documents.
    J’aurais une question : avant de tomber sur le vôtre, certains sites préconisent de retirer les points L de l’atout quand on calcule les points HLD (après un fit). Vous semblez ne pas toucher aux points HL pour le calcul des points D. Ai-je mal compris quelque chose ? Cela a-t-il des conséquences sur la précision de certaines enchères ?
    En vous remerciant,
    Bien cordialement,
    Fred

    • Cher ami bridgeur,
      J’ai déjà répondu très souvent à cette question qui préoccupe les débutants. Ce sont des points de détail qui n’affecteront en rien vos résultats futurs. L’évaluation en points H, L et D est assez récente et donne donc lieu à de petites rectifications de temps en temps, au gré de l’humeur des auteurs et des sites, pour s’approcher le mieux possible d’un idéal statistique. On n’y arrive bien entendu pas vraiment. A votre stade d’apprentissage, on peut dire que les mains sont plus souvent sous-évaluées que surévaluées. Alors, comme le dit le SEF, que je défends comme vous le savez sans doute, je vous dis à mon tour : comptez tout, et ne retirez rien ! Voyez le SEF, édition 2012, pages 5 et 6.
      Et bonne chance dans notre jeu ! Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  4. Cher Monsieur,
    Il y a longtemps que je n’ai pas eu le courage de vous contacter mais nous avons eu un problème d’enchères : ouverture de 2♦ avec 8 ♦ maîtres, ♣AR, 1 ♥ et 2 ♠. En face ♠RD, ♥A, chicane ♦, ♣V2. Qu’auriez-vous fait ? Merci.
    Cordialement.

    • Chère amie bridgeuse, voici vos mains :
      Nord : ♠RDxx(xxx) ♥Axxx(xxx) ♦- ♣V2
      Sud, ouvreur : ♠xx ♥x ♦ARDVxxxx ♣AR
      Dans Le Bridgeur d’avril 1999, M. Lallement, de Dampmart, posait la question qui vous préoccupe à Michel Bessis en ces termes : « Les ouvertures de 2 fort en majeure ne posent que des problèmes mineurs. En revanche, les ouvertures avec des mains fortes, unicolores mineurs, posent des problèmes majeurs. […] ». Il avait bien raison, car le problème est quasiment insoluble. Voici des extraits de la réponse de M. Bessis : « [L’ouverture de 2♣ suivie de 3♣/♦ est] une ouverture de type Acol [qui] garantit 7 cartes à ♣/♦, 8½ à 9 levées de jeu, et 15-16 à 18-19 points H. Mais […] comment traiter les mains plus riches en points, ne comportant que 6 cartes dans la mineure et trop fortes pour une simple redemande à saut ? [C’est] simple : ouvrez au palier de UN et continuez par un « faux bicolore » forcing, cher ou à saut. […] Certes, ce n’est pas parfait. […] ».
      Dans le cas présent, vous avez à la fois une main forte ET une main très longue. Vous avez en Sud 10 levées de jeu et vous avez ouvert, à juste titre je crois, plutôt de 2♦ que d’1♦ (j’insiste, car cette dernière ouverture était envisageable, quoique risquée !…). La réponse a été forcément 2♠ (1 As majeur), ce qui vous amenait à 11 levées de jeu. Votre redemande à 3♦ a automatiquement entraîné un changement de couleur dans la majeure la plus longue de votre vis-à-vis, enchère plutôt positive, alors que 3SA aurait été plutôt frénateur. Vous devez considérer que 3♥/♠ vous rapportera en principe une levée dans l’une ou l’autre couleur et conclure alors à 6♦, contrat que vous avez envie de jouer, et que vous « risquez ».
      D’autres possibilités existent, mais demandent un peu plus de travail avec son partenaire attitré : votre partenaire sait qu’on va jouer ♦, d’autant qu’après son enchère de 3♥/♠, vous avez dit 4♦, imposant définitivement l’atout. Il a une main telle (6 points d’honneurs en plus de l’As promis !), avec un contrôle certain des deux couleurs majeures, qu’il doit obligatoirement annoncer ses contrôles non connus, ici 4♠. Maintenant, qu’il ait l’♠A ou l’♥A, vous savez qu’il possède un contrôle dans l’autre majeure, et vous concluez à 6♦.
      Remarque : Après la réponse de 3♥/♠ de votre partenaire, vous auriez pu envisager de dire 4♣, pour enclencher les contrôles. Mais il me semble que cette enchère peut être très ambiguë pour votre partenaire : contrôle ♣ ou bicolore ♦/♣ ? En effet, quelquefois l’ouverture de 2♦ peut s’envisager avec un bicolore. Vous voyez que le problème n’est pas simple…
      Bien cordialement et bridgeusement vôtre,
      Olivier CHAILLEY

  5. Cher Monsieur CHAILLEY,
    J’aimerais connaître votre avis sur la main suivante, Ouest donneur, NS Vulnérables.
    Main de Sud après 3 passe : ♠Axx ♥AVx ♦A ♣AV9xxx
    Quelle serait selon vous la meilleure des ouvertures et que répondriez-vous sur la réponse de 1♦ en Nord après l’ouverture de 1♣ en Sud ?
    D’avance merci de consacrer un peu de votre temps pour me répondre.
    Cordialement
    JYLMT

    • Cher ami bridgeur,
      Par coïncidence, la dernière question posée dans cette même page d’accueil, le 21 mars dernier, concernait une main pratiquement similaire, unicolore forte. Voyez donc la réponse que j’ai apportée, pas très satisfaisante d’ailleurs. De la même façon, je vous réponds qu’il n’y a pas de solution miracle (cf. l’article de Michel Bessis, op. cit.). Voici l’exemple donné par M. Bessis : ♠RV4 ♥D ♦AV3 ♣ARV1096. 20HL, unicolore avec une très belle couleur ♣. Il faut ouvrir de 1 à la couleur et continuer par une enchère forcing, « faux bicolore » cher ou à saut. Par exemple 1♣-1♥-2♦, ou bien 1♣-1♦-2♠.
      Votre main (♠Axx ♥AVx ♦A ♣AV9xxx) est également de 20HL et ne peut pas être considérée comme régulière. Je pense donc qu’il vaut mieux l’ouvrir d’1♣ que de 2SA, ce qui n’aurait pas été une grosse faute. Sur la réponse d’1♦, je crois qu’il faudrait maintenant dire 2♥, enchère forcing de manche avec 3 cartes seulement, plutôt que de se jeter sur 3SA, car votre partenaire n’est peut-être pas minimum, et il faut lui donner une opportunité de se décrire, tout en étant forcing. S’il dit 2SA (modérateur), il sera temps de dire 3SA, de même s’il soutient à 3♥. Un soutien différé à ♣ vous fera au contraire espérer un chelem. Et bien sûr, vous-même, sur n’importe quelle autre enchère, répéterez vos ♣, et il saura ainsi que vous en avez 6, même s’il pense que vous avez 4 cartes à ♥. Si c’est lui qui conclut à 3SA, songez à le lui enlever par l’enchère de 4♣, bonne enchère en match par 4, mais peut-être risquée en match par paires, où il vaut peut-être mieux passer…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  6. Cher Monsieur Chailley,
    J’aimerais avoir votre sentiment sur une donne bizarre récemment rencontrée en compétition. Sud relève une belle main : ♠x ♥ARDV987 ♦RDxx ♣x et décide d’ouvrir de 2♣. Ouest contre, Nord met 2♦ que Sud interprète comme un relais normal (on aurait pu passer mais là n’est pas le propos), et Est dit 3♥ !
    La question posée est double : si Sud contre, est-ce un contre d’appel (jeu tendance tricolore avec sans doute 4 cartes à ♠, ou puissant bicolore) ou un contre punitif ? Et si Sud passe, Nord peut-il imaginer qu’il s’agit d’un passe « Blanche-Neige » demandant de contrer les 3♥, ce qui permettra alors à Sud de passer avec délice pour encaisser des dividendes confortables ?
    Dans la donne réelle, Nord perplexe a dit 3♠ (sa main ♠DVxxx ♥x ♦x ♣D10xxxx) et Sud a dit à regret 4♥ : résultat une de chute car Est avait ♥10xxxx (on perd 3 As et un atout) et de gros regrets.
    Merci d’avance pour votre réponse.

    • Cher ami bridgeur,
      Nord : ♠Vxxx ♥x ♦xx ♣D10xxxx
      Sud : ♠x ♥ARDV987 ♦RDxx ♣x
      S—O—N—E
      2♣–X–2♦–3♥
      P—–P—-3♠—P
      4♥–fin
      J’avoue, à mon humble désarroi, « n’avoir rien compris au film ». Je ferai pêle-mêle quelques commentaires :
      1°) Avec 15H seulement, même avec seulement 4 ½ perdantes, on ne devrait pas ouvrir de 2♣ (pas assez de levées de défense), et encore moins avec un BICOLORE (voir tous les cours sur la question !). L’ouverture que j’aurais choisie est 1♥.
      2°) Le contre de 2♣ est un contre d’une enchère artificielle, contre d’entame et de défense qui comporte 5 ou 6 cartes à ♣. Ce n’est en aucun cas un contre d’appel, qui serait ici suicidaire ! Nord a-t-il demandé la signification de ce contre avant de parler ? Ce contre a-t-il été alerté ? Sinon, la suite devient du charabia.
      3°) Après un contre, qui supprime l’obligation du relais à 2♦, 2♦ est une main positive, de manche, avec 5 ou 6 ♦, et au moins un gros honneur. Sinon, passe est obligatoire.
      4°) La réponse au contre, ici 3♥, n’est pas cotée, puisque le contreur n’a que du ♣ !
      5°) Après le passe de Sud et d’Ouest, la tentative de sauvetage de Nord à 3♠ est normale, ainsi que la conclusion de Sud à 4♥.
      6°) Soulignons que le ♥10 5ème de Nord fait en effet perdre 1 atout, mais que je ne vois pas bien, même sans cela, comment vous pouvez gagner 4♥. Il n’y a en effet que 8 levées, même avec les atouts répartis, sauf si les adversaires ont l’« amabilité » d’entamer de l’♦A, ou de le jouer en cours de route, ce qui est très mal joué !
      En conclusion, voilà ma séquence, plus vraisemblable que la vôtre :
      S—O—N—E
      1♥-X–P—1♠ (ou 2y)
      2♦-P—2♥-P–fin
      Remarques : 1°) Nord revient bien à 2♥, avec un singleton, et ne mentionne pas ses ♣, car après le contre et un bicolore en face, les ♣ n’ont aucune chance de servir à quelque chose. 2°) 2♦ en Sud est bien un bicolore économique, qui va, je le rappelle, de 13 à 19HL (ici 18HL). Et après le retour « misérable » à 2♥, la manche devient lointaine, et on doit PASSER (bien sûr, si les adversaires renchérissent, on dira tout de même 3♥).
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  7. Cher Monsieur,
    Je suis assez novice, et ne tenez pas compte outre mesure de ma réponse… Simplement, je croyais que contrer une ouverture artificielle (comme 2♣) voulait dire : « je demande l’entame dans la couleur artificielle »… Or, puisque Ouest est après l’ouvreur, c’est lui qui va entamer très probablement et un tel contre serait inutile… Alors, quelle autre signification aurait le contre ?
    Merci d’avance.

    • Cher ami bridgeur,
      Vous avez partiellement raison, car le contre d’une enchère artificielle demande effectivement plutôt une entame dans la couleur. Mais (voir Contre d’une enchère artificielle), cela indique aussi une VRAIE couleur, dont la connaissance pourra être très utile au cours du jeu de la défense. De plus, comment pouvez-vous être sûr que l’ouvreur de 2♣ va toujours jouer ? Il n’y a donc pas d’autre signification de ce contre…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  8. Cher Monsieur Chailley,

    Vos commentaires sont toujours aussi pertinents qu’agréables à lire.
    Il est vrai que la situation était quelque peu ubuesque, et finalement peu didactique.
    J’aime bien la séquence que vous proposez (j’aurais peut-être ajouté un ultime effort en Sud avec une enchère de 3C, pour montrer un 6-4 maximum du bicolore économique, sur laquelle Nord passera).
    Merci pour votre patience et votre gentillesse.
    Bien cordialement,

  9. Cher Monsieur Chailley,
    Je reviens toujours sur votre site quand j’ai des soucis avec mon bridge, c’est un trésor ! Aujourd’hui, j’ai un problème : Dans mon club, pour des raisons non bridgesques, il a été décidé que dorénavant les tournois par paires seraient comptés en IMP. Personnellement, je n’ai rien contre ni pour, car je ne vois pas quelles sont les inférences de ce système sur la façon de jouer. Pourriez-vous éclairer ma lanterne ?
    Encore un grand merci pour ce point de rencontre.

    • Cher ami bridgeur,
      On ne peut pas en quelques lignes vous donner la différence entre match par paires et match par quatre (car c’est de cela qu’il s’agit, même si vous ne voyez pas à chaque tour quels sont vos partenaires). Voyez soigneusement le règlement de ces deux sortes de tournois et surtout comprenez comment l’on compte les points. Vous devriez trouver cela sur ce site même (dans l’Index-Dictionnaire, en cherchant tournoi, paires, match par quatre, duplicate, etc… Il résulte de cette différence de compte qu’en match par quatre (IMP), il est important de faire le plus possible de différence de points avec les autres (et donc ne pas empailler/rater les manches et les chelems, les levées de mieux ne servant pas à grand-chose ; alors qu’en match par paires, il suffit de faire mieux que les autres, même à 10 points près.
      Exemple 1 : En match par paires, 3SA + 1 (430) vous donne une bien meilleure note que 4♠ égal (420), car vous battez tous ceux qui ont fait 4♠, ne fut-ce que de 10 points. Alors qu’en match par 4, une différence de 10 points ne compte pas du tout.
      Exemple 2 : En match par paires, si vous êtes le seul à demander un chelem, contre tous les autres qui gagnent 4♠ + 2, vous aurez bien le top (100%), mais les autres se partageront tout de même les restes (40% au moins), et au total vous aurez gagné 2,5% sur le tournoi (chaque donne comptant pour à peu près 4%), c’est-à-dire 1/40 des points possibles à glaner. En match par 4, la différence de 500 ou 750 (prime de chelem) vous rapportera 10 ou 12 points IMP en une seule donne, c’est-à-dire probablement en un seul coup plus d’1/8 des points possibles.
      Exemple 3 : Vous êtes le seul à réussir un chelem vulnérable (6♠ par exemple) demandé par tout le monde. Vous marquez 1430 + 100 (la chute des autres) = 1530, ce qui rapporte 17 IMP, c’est-à-dire maintenant qu’en une seule donne, vous avez gagné suffisamment de points (1/5 de tous les points du tournoi) pour gagner carrément le tournoi, si vous ne faites pas de contreperformance par la suite.
      Le match par paires est une longue accumulation de points, le match par 4 est une recherche d’un coup spectaculaire. Bien sûr, vous pouvez également perdre le match en une seule donne si vous faites un gros « swing », c’est-à-dire qu’un ratage rapporte beaucoup aux autres alors qu’il aurait dû vous rapporter à vous…
      Rappel donc de ce que je répète à longueur de site pour les débutants : connaissez les règles du jeu, et sachez compter vos points de match !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  10. Cher Monsieur CHAILLEY,
    Je suis un inconditionnel du SEF et j’ai lu dans cette bible qu’avec 14H minimum et 5 ♣ et 5 ♠ il fallait ouvrir d’un Trèfle. Or dans votre fiche « 1♣–? » vous dites qu’avec cette main on doit ouvrir d’1♠ et que ce sont les « puristes » qui ouvrent d’1♣. A quelle attitude doit-on se fier ? La tendance actuelle favoriserait-elle l’ouverture d’1♠ sur celle d’1♣ ? Qu’appelez-vous « puristes » ? Merci par avance pour votre sentiment sur ce sujet.
    Cordialement,
    Jean Yves LE METAYER

    • Cher ami bridgeur,
      Je n’ai pas trouvé à quelle fiche vous faisiez allusion : dans les deux dictionnaires, les conditions d’ouverture d’1♣ ne mentionnent aucunement cette condition du SEF, que j’ai toujours adoptée, car elle est sous-entendue, évidemment. Le mot « puriste » n’apparaît nulle part à ma connaissance. Ne vous êtes-vous pas trompé de site ? Ou tout au moins de page ?
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

        • Monsieur Chailley bonjour, c’est effectivement sur la fiche « les bicolores de l’ouvreur » que j’avais repéré cette remarque sur les puristes. Je continuerai donc à appliquer le SEF ie : Ouverture d’un T avec 5T/5P et un minimum de 14 H.Merci pour le temps que vous prenez pour nous répondre .
          Cordialement
          JYLMT

        • Cher ami bridgeur,
          Ce cours avait été écrit bien avant l’édition 2012 du SEF, et le « dogme » était celui-là. Les choses, comme dans tous les sports, évoluent. J’ai remis cette page de cours à jour : bicolore cher à partir de 18HL (et non plus 19), 14HL pour l’ouverture de 1♣ avec 5 ♣ et 5 ♠, et j’ai remplacé « puristes » par « joueurs expérimentés ». En effet, quand on aborde les bicolores pour la première fois, les exceptions citées ne peuvent que brouiller l’esprit…
          Bien cordialement vôtre,
          Olivier CHAILLEY

  11. Cher Monsieur Chailley,
    J’aimerais avoir votre avis sur un point d’annonce concernant la deuxième enchère du répondant. Le début de la séquence, dans le silence adverse, est le suivant : 1♥-1♠-3♣.
    Question: l’enchère de 3♥ est-elle un frein (comme le 2SA modérateur après un bicolore cher), ou au contraire un signe d’espoir de chelem, à l’instar du développement classique après une ouverture de 2♣ semi-forcing?
    La question s’est posée avec la main suivante : ♠10xxxx ♥xxx ♦Vx ♣RDx : que dire alors après le début de séquence ci-dessus ? Merci d’avance pour vos commentaires éclairés.
    Très cordialement.

    • Cher ami bridgeur,
      Relisez soigneusement vos cours, car toutes les réponses à vos questions s’y trouvent ! 1°) Après un bicolore économique à saut (20-23HL), il n’y a pas d’enchère « coup de frein », puisque la séquence est forcing de manche. 2°) 2♣ d’ouverture n’est pas « semi-forcing » mais forcing, puisqu’il faut bien répondre 2♦. Vous voulez probablement dire que 2♣ n’est pas forcing de manche. 3°) Avec la main du répondant que vous me montrez, la séquence est mal partie dès le départ, car il n’est pas question de différer le fit ♥ par la première réponse d’1♠ : un fit différé à ♥, dans cette séquence, promet les mêmes points qu’un 2 sur 1 initial et ne peut s’envisager qu’à partir de 13HL, donc 11-12 points d’honneurs. Vous seriez largement dans la zone du chelem et 3♥ serait évidemment chelemisant.
      La séquence aurait donc dû être 1♥-2♥-4♥ ou équivalent (3SA, splinter, manche directe, ou éventuellement enchère d’essai).
      Remarque : excusez-moi pour le délai de la réponse, la question m’avait échappé…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  12. Cher Monsieur,
    Questions sur la réponse par 2 SA fitté… Jusqu’à présent je joue le 2 SA fitté par 3, limité 11-12 HLD. Beaucoup me disent utiliser le 2 SA fitté illimité – 3 ou 4 atouts – avec l’argument suivant : le répondant saura le nombre de points de l’ouvreur à 1 près (3♣ = 12-13 HLD, 3♦ = 13-14 HLD, répétition de la majeure = 15-16 HLD, m’ niveau 3 ou 4♣ ou 4♦ = contrôles et 17-18 HLD, 3 SA = 19 HLD+) et sera le capitaine pour décider du contrat.
    1°) Les tranches sont-elles justes ?
    2°) Quelle supériorité pour savoir quel contrat est atteignable, puisque l’ouvreur sait également à 1 point près la force du répondant dans le cas du 2 SA fitté limité ?
    Merci d’avance, bien à vous

    • Cher ami bridgeur,
      Vous savez d’avance que je ne pourrai rien vous dire de ce système, que JE NE CONNAIS PAS, car il n’est pas dans le SEF. De nombreux essais sont effectués dans le sens que vous indiquez, mais rien n’est aujourd’hui vraiment prépondérant. A votre niveau, ne changez surtout rien à ce que vous faites aujourd’hui, car les inférences d’un nouveau système tel que celui-là sont nombreuses et ne peuvent que vous entraîner à vous « casser la figure ». Comme d’habitude, tenez-vous en à VOTRE système et n’écoutez pas les conseilleurs (voir l’article sur la question publié en janvier 2013 :  » N’écoutez pas les conseilleurs « ).
      Bien cordialement à vous,
      Olivier CHAILLEY

  13. Cher Monsieur CHAILLEY,
    Je souhaiterais connaître votre sentiment sur cette séquence, Sud donneur, personne vulnérable :
    S—O—N—E
    1♣-1♠-2♥- ?
    Main d’Est : ♠V10xx ♥Ax ♦Rxx ♣Axxx. Quel peut-être le raisonnement et l’enchère d’Est après cette séquence ?
    Je vous remercie d’avance pour votre réponse.
    Cordialement
    JY LE METAYER

    • Cher ami bridgeur,
      S’il n’y a pas de menteur à la table, Nord-Sud sont majoritaires en points, car on dit 2♥ avec au moins 12HL, donc 10H. Est possède 12H. Il est donc clair que l’intervention à ♠ d’Ouest a été faite avec peu de points et probablement 6 cartes à ♠. Un chelem est très lointain, mais une manche est possible. Et surtout, Nord-Sud devraient avoir les points de manche. Il faut donc les contrarier au maximum en annonçant directement 4♠. Cette enchère devrait « a priori » être faite avec 5 cartes à ♠ (loi de Vernes), mais ici vos 12 points d’honneurs compenseront l’atout en moins.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  14. Cher Mr Chailley,
    Je ne ne vous poserai aucune question car en fait j’en ai des milliers. Je voulais juste vous remercier. Je suis tombée sur votre site par hasard il y a 4 ans quand j’ai commencé à apprendre le bridge… et il ne me quitte plus : Dès que j’ai un problème, j’ouvre ma « bible chailley », pour moi un outil extraordinaire d’accompagnement. Etant très scolaire, je m’étais inscrite dans un club où je suis assidûment les cours (je passe en 5ème année !!) et où je joue en moyenne une fois par semaine (je sais, ce n’est pas assez…).
    Lorsque j’étais en « première année », je vous ai posé une question et vous avez pris le temps de répondre avec beaucoup de gentillesse à cette élève de petite section de « maternelle » que j’étais. Et c’est aussi pour cela que je vous souhaitais vous remercier.
    Cordialement
    M. une petite 4ème promo

  15. Cher Monsieur,
    J’ai relu votre page sur l’intervention après ouverture adverse de 1SA et bien enregistré le fait que vous vous basez sur le SEF exclusivement. Cependant, j’ai une question à vous poser « hors antenne »…, ayant confiance en votre jugement et votre expérience.
    Des joueurs assez confirmés m’ont fait valoir l’intéret du « Pacault », résidant dans le fait que par cette méthode on se trouve mieux placé par rapport à l’ouvreur (utilisant le contre pour les 2 majeures 5ème ou 5 cartes trèfle, les couleurs en Texas…).
    J’aimerais avoir votre opinion.
    Merci d’avance
    Roger

    • Cher ami bridgeur, je vous réponds comme d’habitude : si vous n’êtes pas en 2ème série majeure (au moins !), contentez-vous du SEF, et NE VOUS ENCOMBREZ PAS L’ESPRIT avec des conventions qui ne vous serviront qu’AVEC VOTRE PARTENAIRE ATTITRE. En avez-vous un ? Si oui, et seulement si oui, le Pacault est effectivement très amusant à jouer, et très efficace en club s’il n’y a pas trop de très bons joueurs (qui sauront se défendre, croyez-moi !). On peut aussi jouer le multi-Landy, très amusant également. Rien n’est évidemment totalement satisfaisant, sinon tout le monde le saurait et le jouerait, même le SEF !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  16. coucou à tous
    mon problème : dès que je me branche (oui, je sais que l’on dit « connecte » mais je trouve que « branche » cela fait vintage.
    Donc, disais-je, je tombe sur une page « NO FOUND »
    aurais-je fait une ânerie?
    Je me délecte avec ce site : si je comprends à peu près tout, je me délecte de l’utilisation très précise de la langue, ce qui ne m’étonne pas au su de l’histoire professionnelle de l’auteur, et il m’arrive parfois de ne supporter que légèrement le ton de quelques propos péremptoires (mais certainement toujours justes) un petit peu psychorigides. je parle de la forme, bien sur
    . Le classement, toujours le classement, que fait-on des enfants qui ont envie de compter jusquà quatormemilledouze?
    amitiés à tous
    PS
    Auteur : Je ne sais pas si j’aimerais jouer avec (ou contre) vous : une ou 2 doses de beta bloquant me feraient passer surement passer l’angoisse
    N’empêche, je vous suis mais je ne peux plus me connecter :NO FOUND

  17. Si vous me permettez d’intervenir ;
    1) le site est accessible à l’adresse http://www.bridge-chailley.fr ;
    2) si vous souhaitez faire un don : accédez plutôt à votre propre compte Paypal, puis utilisez l’adresse indiquée « colibri » pour désigner le destinataire, etc … (colibri est un pseudo prudent pour l’auteur : l’adresse fonctionne très bien. Je l’ai utilisée avec succès), sinon utilisez un autre mode de règlement.
    3) à moins que je n’aie rien compris à la nature réelle de votre embarras … auquel cas je vous prie sincèrement de pardonner mon intervention inutile.
    D. L.

  18. Comment enchérir un grand chelem à ♦ avec, Sud donneur :
    Sud ♠A863 ♥92 ♦AD92 ♣AD4
    Nord ♠V ♥ARV1076 ♦R1074 ♣V
    Le petit chelem à C est sur table, mais le top est à 7 K ! Je pense qu’il faut découvrit la ♦D. L’utilisation de la « collante » semble indispensable mais prête à confusion. Merci.

    • Oui, il y a un grand chelem sans problème si les ♦ et les ♥ sont tous les deux 3-2 chez les adversaires (à peu près 45% de chances). On peut rajouter les chances de la ♥D sèche, 2de ou 3ème, et cela met votre grand chelem à un peu plus de 65%. Ce n’est pas suffisant, en principe, pour demander un grand chelem. Le petit chelem est à près de 95%, et il faudrait que tout aille mal, à l’atout ♦ comme à l’atout ♥, pour qu’il chute. En match par paires, le bon contrat est donc probablement 6♥, qui vous donnera déjà, avec une levée de mieux, une excellente note, alors que 6♦ donnera une note médiocre. En match par quatre, faut-il risquer le grand chelem à ♦ ? Je ne le pense pas.
      Ceci dit, après l’ouverture de 1SA en Sud, arriver à 7♦ me paraît bien difficile et osé ici. Ma séquence, un peu tirée par les cheveux :
      Sud – Nord
      1SA – 2♦
      2♥ – 3♦
      4♦ – 4SA
      5♣ – 5♥
      7♦
      Commentaires : 4♦, réponse obligatoire, avec 4 cartes à ♦ et 2 à ♥ seulement. 4SA, Blackwood à l’atout ♦. 5♥, demande à la Dame d’atout (5♦ serait un arrêt). 7♦ : Oui, j’ai la ♦D, sans Roi (6♦ voudrait dire que je ne l’ai pas).
      Mais, je le répète, sans fit 9ème, avec 28H dans la ligne (les deux Valets secs sont des valeurs douteuses), je n’aurais pas tenté le grand chelem, me contentant de 6♦ en match par 4 et de 6♥ en match par paires. Et tant mieux si l’on réalise un de mieux…
      Remarque : quand vous utilisez la « collante », ne le faites que sans ambiguïté. Le problème, lorsque le fit est mineur, est que cela pousse souvent le partenaire trop haut, sans renseignement suffisant. Il faut anticiper toutes les réponses possibles du partenaire avant d’envisager le Blackwood, puis la « collante ».

  19. Bonjour Monsieur,
    Abonné à votre blog depuis quelques temps déjà, je constate aujourd’hui une anomalie de son fonctionnement que je n’avais pas rencontrée jusqu’a présent. Peut-être vous l’a-t-on d’ailleurs déjà signalée. Voici ce que je peux décrire.
    Chaque nouveau commentaire publié m’est signalé (abonnement) par un eMail dans lequel figurent plusieurs liens qui renvoient à plusieurs rubriques de votre site. Depuis quelques temps (sa reconstruction intervenue après le crash ?), aucun de ces liens ne fonctionne plus, sauf celui qui indique « Comprenez le bridge » et qui renvoie très efficacement à la page d’ouverture de l’accueil du blog. Ces différents autres liens, qui devraient permettre d’accéder plus rapidement à une réponse ou à un nouveau commentaire, aboutissent à un message « Not Found » assez déprimant. Si votre Webmaster pouvait remédier à cette fâcheuse dégradation d’un site si bien fait par ailleurs, ce serait parfait.
    Bridge(use)ment vôtre.
    [Cette écriture inclusive ! Quelle horreur !]

  20. Bonjour,
    Rester simple : pour accéder au contenu du chapitre « Accueil », il suffit d’enregistrer l’adresse du site dans les favoris et d’y aller uniquement par ce moyen. Il n’y a donc rien d’irrémédiable … même si ce n’est pas satisfaisant. Le faire savoir « urbi et orbi » est cependant nécessaire.
    Quant à une correction éventuelle, pour rétablir la capacité de renvoi au dernier message du chapitre Accueil, elle peut n’être pas aussi compliquée que ça. Il doit s’agir de la correction d’un unique petit module d’un unique programme qui est sollicité chaque fois qu’on expédie un eMail à l’un des abonnés du site. C’est sans doute toujours le même module qui est utilisé ; et par conséquent, une seule correction de programme pourrait peut-être suffir.
    Mon opinion est peut-être erronée ou prétentieuse, mais si ça peut aider à sortir de l’embarras…

  21. Vos articles sont pour moi des références… Merci beaucoup, le bridge et ses règles deviennent plus clairs grâce à vos écrits simple et concis,
    Laurence L

  22. Bonjour,
    Petit retour sur l’erreur 404 commentée précédemment …
    Une autre possibilité à explorer pour accéder directement au dernier message affiché, au terme de la page d’accueil, est un [lien-de-renvoi-en-bas-de-page] qui pourrait figurer [en-début-de-page], tandis qu’un [lien-de-renvoi-en-début-de-page] figurerait [en-fin-de-de-page].
    Cette technique classique me paraît envisageable sans avoir à craindre de bouleverser le reste de la programmation.

  23. Cher Monsieur,
    Bessis et Quantin dans un de leurs récents ouvrages évoquent la possibilité avec 10H et une mineure 5ème et un singleton de faire un Texas suivi de l’annonce du singleton. Je trouve le développement (qu’il ne commente pas) compliqué et incompatible avec ce que vous dites sur les Texas mineurs dans le cours, sauf à développer comme si c’était une mineure 6ème.

    • Cher ami bridgeur,
      Bessis et Quantin rejoignent et développent le SEF 2012, qui stipule, page 11, pour le Texas en mineure : « Six cartes et plus, dans la zone 0-7HL. Cinq cartes et plus, à partir de 9 points HL avec un singleton dans une couleur annexe ou des ambitions de chelem ». Relisez soigneusement le cours de 2ème série sur la question, qui revient sur la théorie importante du singleton. J’insiste sur le fait qu’il faut 6 cartes, parfois 5, mais alors avec un 5-5 mineur. En regardant bien, tous les cas ne sont en effet pas couverts (volontairement, car on ne peut pas tout au bridge, cela se saurait !). Les seuls cas possibles ou on envisagerait un Texas mineur avec 5 cartes (et, obligatoirement, un singleton) sont les mains 5530 ou 5521 déjà traitées dans le cours, et les mains 5431 qui, elles, ne sont pas traitées. Remarquez que dans ce dernier cas les couleurs de 5 cartes et de 4 cartes sont forcément toutes deux mineures (sinon, on aurait fait un Stayman). Nous sommes dans une configuration « limite » qui doit vous faire décider soit pour 3SA (et tant pis pour le singleton), soit pour la description de votre main par un Texas mineur. Cela dépendra alors bien évidemment de la place de vos honneurs, de savoir si votre couleur longue est vraiment exploitable, de vos points d’honneur totaux, de la possibilité d’un chelem ou non, etc… En gros, il s’agira pour vous de faire preuve de jugement, et de prendre forcément un risque.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  24. Ayant le livre en question sous les yeux, je me permets d’apporter une précision.
    Bessis/Cronier/Quantin ne disent rien d’autre que le SEF 2012 (p.11 : « cinq cartes et plus, à partir de 9HL avec un singleton dans une couleur annexe et des ambitions de chelem. »), la seule différence est qu’ils placent la barre à 9H, donc un point au dessus (10HL avec une couleur cinquième).
    Cordialement,
    Jean Bréfort

  25. Cher M. Chailley,
    Face à la réponse de 2♥ ou 2♠ au Stayman, la « Convention 2012 » consiste à annoncer l’autre majeure au palier 3 (fit et ambition chelem). Quelle solution proposeriez-vous pour utiliser cette convention lorsque l’ouvreur répond 2SA (les 2 majeures) ?
    En vous remerciant, bien cordialement
    Daniel Andriamasy

    • Cher ami bridgeur,
      La solution préconisée par le SEF est assez simple. Les mains de manches se traitent avec un transfert au niveau de 4 : 4♣ pour jouer 4♥, 4♦ pour jouer 4♠. Au niveau de 3, il y a plusieurs systèmes, dont un préconisé par le SEF : 3♥/♠ pour les mains limites qui avaient donné lieu à un Stayman faible (= « misère dorée ») avec 5 cartes dans la couleur, 3♣/♦ pour les mains limites propositionnelles de 4 cartes (ce sont des transferts pour 3♥/♠). Si vous envisagez le chelem, utilisez le même transfert au niveau de 3, et au lieu de passer, faites le suivre de votre premier contrôle (en tant que répondant, vous êtes le capitaine), qui fera office du même coup d’enchère-déclic pour l’exploration d’un chelem.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  26. Cher M. Chailley,
    Je (3 promo) suis un adepte enthousiaste de votre blog et vous en remercie.
    La page de cours « Le Stayman : Compléments (2) » me semble comporter une faute de frappe : 2SA au lieu de 3SA (« Après la réponse de 2SA (fit acquis), les transferts se font sans saut : 4♣/♦ pour 4♥/♠ »). Dans un tel cas, j’aurais voulu savoir ce que vous recommanderiez si le répondant a lui même les 2 majeures 4èmes et veut faire choisir l’ouvreur, alors que l’on est déjà au palier 4.
    Bien cordialement, Daniel

    • Cher ami bridgeur,
      Vous avez bien sûr raison pour la coquille, c’est corrigé. Pour votre autre question, il s’agit d’un cas de double fit dans lequel vous ne pouvez évidemment prendre aucune décision autre que « pile ou face ». Il me semble que le mieux est de choisir la couleur ou vous avez un honneur, au cas où vous trouveriez en face une couleur très creuse, ce qui est toujours possible.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  27. Cher Monsieur,
    En tournoi par paires PV en troisième position, je passe et à ma gauche on ouvre de 1♠, suivi de deux passes. Je me suis considéré en position de réveil, mon partenaire dit que je suis en intervention. Ma main : ♠10842 ♥D5 ♦AV65 ♣D106. Je contre, est ce la bonne enchère ? Finalement on marque un top à 83% pour 1 de chute. Le champ était pour 25% de joueurs de 2ème série, le reste 3ème ♠/Promo.
    Merci

    • Cher ami bridgeur,
      Je présume que PV veut dire « personne vulnérable » et non « procès-verbal » ! Après deux « passe », vous êtes évidemment en réveil et non en intervention. Avec votre main, je pense qu’il faut bien réfléchir, car réveiller n’est pas évident : vous avez 9 points, votre adversaire de droite en a 5 au maximum, il y a donc au moins 26 points entre votre partenaire et l’ouvreur. Comme votre partenaire est probablement court à ♠ (vous en avez 4), il devrait avoir une main de contre (à partir de 12H) ou une couleur 5ème (♥) ou 6ème (♣/♦) à annoncer, même avec 8HL seulement. Il n’a manifestement rien de tout cela. Il a donc probablement un jeu faible, entre 6 et 11 points. Vous n’êtes donc pas majoritaire en points, et l’ouvreur est probablement fort (15 à 20 points). Il ne vous reste maintenant que deux possibilités : 1SA (10 à 13HL en réveil, parfois 9HL seulement) dangereux ici, ou surtout PASSE, pour laisser jouer 1♠ (vous n’avez pas une main de « contre »).
      Remarque : vous avez, semble-t-il, joué 1♠ contré, et fait chuter. Qu’avait donc votre partenaire pour transformer votre contre d’appel de réveil (ne promettant que 7 points) en punitif ? Il me semble que vous avez eu beaucoup de chance sur ce coup, car vous auriez pu prendre un zéro (1♠ contré et fait).
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

      • Merci. Mon partenaire avait 11H, singleton ♦ et ♠RDx. Le contrat a chuté 3 fois contré, une fois non contré. Il a été réussi une fois et notre ligne a joué 1SA égal.

  28. Cher Monsieur,
    Dans l’article « Appeler en défaussant », vous dites que le règlement n’oblige pas à répondre à la question du déclarant « Comment défaussez-vous ? » en cours de jeu (pendant le coup). M’étant fait renvoyer dans mes buts par le déclarant qui a appelé l’arbitre, j’ai fouillé dans le Code mais je n’ai pas su trouver. Pouvez-vous m’aider ?
    Merci (aussi pour l’ensemble du site qui est remarquable).

    • Cher ami bridgeur,
      Aucun commentaire sur le jeu de la carte n’est permis pendant le jeu. Les conventions de carte doivent être indiquées sur votre feuille de conventions et à la disposition des adversaires AVANT la première carte. Ceci dit, dans les clubs, il est fréquent que les joueurs ne prennent pas connaissance des conventions adverses et l’on entend souvent votre question en cours de jeu. Les adversaires ne sont évidemment pas obligés d’y répondre, bien qu’il le fassent souvent, par « politesse ». Ils ont tort, car la seule information qu’ils peuvent (et doivent) donner concerne les enchères et le contrat final. Ceci est d’ailleurs évident, car qui empêcherait l’adversaire d’adapter sa réponse à la situation présente au moment de la question ? Dans le Code, voyez l’article Communication, qui n’est d’ailleurs, à mon sens, pas très clair…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  29. bonjour,
    Ce n’est pas un commentaire mais une demande de renseignements !
    J’aimerais savoir qui est acheté par 4 ou TPP dans les tournois suivants
    Rondes de Frances
    Tournois de régularité ,
    Roi René ,
    Duplicate.
    Je’ai à peu près compris la différence, mais je n’arrive pas à savoir de quelle catégorie ces tournois appartiennent
    Merci

  30. Cher ami pianiste,
    Je suis décidé. Mes principales activités durant ma retraite seront l’apprentissage du piano jazz et du bridge.
    En attendant de m’inscrire à un club de bridge pour la rentrée ( septembre-octobre), je me suis procuré le logiciel GOTO BRIDGE 2018. Je pense que ce logiciel n’est pas tout à fait destiné aux débutants. Mais avec vos cours et ce logiciel, je pense pouvoir intégrer un club de bridge à la rentrée.
    Qu’en pensez-vous ?
    Cordialement

  31. Bonjour,
    Je relis toujours avec délice l’introduction du chapitre d’accueil de ce site qui, bien que paraissant frappé au coin du bon sens, dit bien d’autres choses — pleines de sens, sans doute, mais aussi de charme. Pourtant, cette citation (« Le simple est toujours faux. Ce qui ne l’est pas est inutilisable. » Paul Valéry, 1942.) m’intrigue et m’interroge toujours quelque peu, car elle me semble venir en contradiction avec le fameux « rasoir d’Ockham » qui me paraît mieux adapté à la pédagogie du bridge. Le paradoxe de Paul Valéry choque et, à vrai dire, enferme un peu dans une impasse le postulant qui sonne à la porte d’un club de bridge. Le principe de parcimonie, au contraire, ouvre des perspectives de solution à l’apprenti, qui place ses cartes recomptées en éventail, et s’inquiète dès la première minute des choix qu’il doit faire. Les sciences qui, c’est peu dire, ont peu ou prou pénétré la pratique du jeu, se satisferont mieux de l’usage du fameux rasoir que d’une figure de style aussi séduisante soit-elle. Au nom de l’humour, je respecte le choix de l’auteur ; au nom de la pédagogie, je suggère la référence au moine visionnaire : « Pourquoi faire compliqué, quand on peut faire simple ? »

  32. Cher Monsieur,
    Sans vous prendre de temps, j’espère un conseil, s’il vous plait. NS Vulnérables. Je suis ouvreur en Ouest avec la main suivante : ♠97 ♥V1094 ♦10843 ♣763. Je passe, Nord passe, Est mon partenaire annonce 1♥, Sud annonce 1♠. Que dois-je faire ? J’ai hésité entre passe et 2♥, et j’ai choisi de dire 2♥. Suite des enchères : 2♠, 3♥, 3♠, 4♥, 4♠…et mon partenaire annonce 5♥, qui est contré et chuté de 2. La main de mon partenaire : ♠V10 ♥AD532 ♦A95 ♣ARD. Par ailleurs, je ne comprends pas qu’il n’ait pas laissé 4♠ et même contré…
    Merci d’avance.

    • Cher ami bridgeur,
      Voici vos mains :
      Ouest ♠97 ♥V1094 ♦10843 ♣763
      Est ♠V10 ♥AD532 ♦A95 ♣ARD.
      L’ouverture d’1♥ de votre partenaire, avec 7 levées de jeu et demie est à mon avis bonne, malgré 21HL. Mais votre réponse de 2♥ est complètement abusive avec 4 points HLD à tout casser (surtout après intervention) ! Il fallait évidemment passer, pour fitter PLUS TARD. Votre partenaire aurait dit 2♠, cue-bid de réveil, ou 3♠ sur le 2♠ de Nord, et vous auriez conclu directement alors à 4♥. Après le 4♠ des adversaires, il devenait maintenant difficile pour lui d’envisager 5♥. Evidemment, après votre fit à 2♥, qui promet 8 à 11HLD (après passe), il pouvait penser gagner 5♥. Si vous aviez passé, il aurait plutôt contré, fort de ses 4 à 5 levées de défense, et sachant 5♥ lointains…
      Remarque : certains joueurs donnent le fit quelque soit la faiblesse, dès qu’ils ont 4 cartes, et dans votre cas, auraient dit 3♥ (alerté très faible) après 1♠. Ce n’est pas (encore ?) l’esprit du SEF.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.