Accueil

 Le bridge est un jeu à 4 joueurs qui se joue avec 52 cartes. La règle du jeu de bridge est extraordinairement simple (plus simple que celle des tarots ou de la belote). La difficulté n’est pas de jouer au bridge, mais de bien jouer. Si vous n’avez jamais joué au bridge, une initiation très conviviale est proposée par la Fédération Française de Bridge (FFB). Cliquez dans la colonne de droite dans la rubrique « Favoris » : Découverte du Bridge.

Le présent site est destiné à faire comprendre les mécanismes du raisonnement. Apprendre le bridge est impossible pour un esprit normal, alors que tout le monde peut jouer au bridge. L’auteur met ici à la disposition des lecteurs les cours qui ont été dispensés aux élèves pendant dix ans, proposés au format PDF imprimable, en bleu (cliquez sur l’intitulé du cours).

Georges de la Tour, le Tricheur à l'as de carreau, 1635

Georges de la Tour, le Tricheur à l’as de carreau, 1635

Remarque importante : Le système d’enchères proposé est le plus répandu en France, permettant de s’asseoir honorablement à n’importe quelle table de bridge. Il s’agit du SEF (Système d’Enseignement Français). Les autres « systèmes » ne sont pas, pour l’instant, abordés ici.

« Le simple est toujours faux. Ce qui ne l’est pas est inutilisable. » Paul Valéry, 1942.

DERNIERS ARTICLES : En haut de la colonne de droite. Les articles  sont des réflexions sur des sujets divers, et n’ont pas vocation à devenir des cours. Les plus anciens sont indexés dans Archives et/ou Catégories. DERNIERS COURS et EXERCICES : En bas de cette page d’accueil. Les cours sont le fonds permanent du site et classés dans le menu principal. Seuls les deux derniers de votre niveau et dans chaque catégorie se trouvent ici. Abonnez-vous ! Inscrivez votre adresse de courriel en bas à droite. C’est gratuit. Vous serez prévenus en cas de nouvel article (mais non de nouveau cours).

 

COURS D’INITIATION ET DE PERFECTIONNEMENT : Vous trouverez plus de 180 cours (menu principal), dans un ordre logique d’enseignement. Voir aussi l’Index-Dictionnaire (mots-clés, classement alphabétique).

Derniers cours et exercices intégrés :

ENCHERES
Niveau débutants :
  – Silence adverse : Redemande ouvreur (couleur)Après réponse ou redemande 1SA. Niveau 4ème série :
  – Silence adverse :  
Bicolore cher (2)4SA Blackwood.
  – Compétitives : Réveils de l’ ouvreurRéponse à l’intervenant au palier de 1 (3). Niveau 3ème série :
  – Page d’accueil : Evaluation des mains : compléments.
  – Silence adverse :
 Mineures après Texas majeurs (1)Réponses à l’ouverture d’1♣. Niveau 2ème série :
  – Silence adverse : Inférences du DruryTexas mineurs (2).
  – Compétitives : Les contres de l’ouvreur (1), Les contres de l’ouvreur (2).
Niveau 1ère série :
  – Silence adverse : 
3SA sur fit majeurOuverture 3SA.
  – Enchères de défense : Défense contre l’ouverture de 3SA, Extension du Rubensohl.
  – Enchères d’attaque : Fit majeur après intervention (1)Fit majeur après intervention (2).
  – Enchères compétitives : Contre punitif en TPPExtension du Rubensohl.

JEU DE LA CARTE
Débutants :
  – Maniements de couleur : 
Maniements de couleurs (2)Maniements de couleurs (3).
Niveau 4ème série :
  – Maniements de couleur : Probabilités de placements.
  - Jeu de la défense : 
Entame à SA (1)Entame à SA (2).
Niveau 3ème série :
  – Maniements de couleur : 
Entame à SA avec R9xxMeilleure chance.
  – Jeu du déclarant : Le Fit 4-4.
  – Jeu de la défense : 
Signalisation, exemples.
Niveau 2ème série :
  – Maniements de couleur : 
Maniement contre Roi et Valet (1)Maniement contre Roi et Valet (2).
  – Jeu du déclarant : Mort inversé (2)Double coupe.
  – Jeu de la défense : 
Promotion d’atouts (2)Promotion d’atouts (3).
Niveau 1ère série :
  – Jeu du déclarant : 
Le squeeze simple (1)Le squeeze simple (2).

EXERCICES
4ème série :
 Réponses aux interventionsOuvertures et réponses, exercices.
3ème série : Plan de jeu à SA (2)Exercices réponses en attaque.
2ème série : Forcing ou non forcingManiement manque Roi Valet.
1ère série : Réponses au contre après que le n°3 a parléOuverture 3SA.

Remarque : vous pouvez ouvrir les derniers cours directement à partir de la présente page : cliquez dessus (si vous préférez : « Ouvrir dans un nouvel onglet », clic droit).

J.-S. Bach (1685-1750) : L’Art de la Fugue, 1742-1750

28 commentaires sur “Accueil

  1. Je viens de découvrir votre site que je trouve passionnant et très didactique, et je m’empresse de le recommander à mes partenaires. Bravo pour votre travail !
    J Bazin 01775610 3è promo

    • Merci pour votre très gentille appréciation.
      Si vous voulez être au courant de la parution de nouveaux articles (une fois par semaine à une fois par mois, selon motivations), n’hésitez pas à vous abonner (colonne de droite, en bas) et à faire abonner vos amis. C’est gratuit et peut s’interrompre à volonté.
      Très cordialement et bridgeusement (voir ce mot dans l’index) vôtre,
      Olivier CHAILLEY

  2. C’est un plaisir de connaître votre site. Non seulement il va m’aider énormément, mais en outre, je pense qu’il m’aidera à pouvoir expliquer le bridge à ma femme de façon à ce qu’elle pense à s’y mettre (mais avec un autre partenaire : j’ai vu trop de discussions !).

    • Je ne sais pas quel est votre niveau de bridge, mais la question que vous me posez sort du domaine de ce cours, qui reste résolument dans le cadre du SEF. Néanmoins, je puis vous donner un embryon de réponse. La convention Truscott est strictement réservée au contre, que ce soit en majeure ou en mineure (où on joue en général un Truscott « inversé »). C’est d’ailleurs logique : 1°) Après un contre, qui indique la possession des trois autres couleurs par l’adversaire, 2SA (ou 3SA) n’a plus beaucoup d’intérêt et peut être utilisé comme convention. 2°) En revanche, après une intervention à la couleur, il est essentiel de garder une signification naturelle à l’enchère de 2SA : pas de fit (2 cartes), arrêt dans la couleur adverse et possibilité de jouer ce contrat. Comme toujours, je vous recommande de vous en tenir strictement au SEF !
      Cordialement et bridgeusement vôtre,
      Olivier CHAILLEY

  3. Bonjour. Originaire du Maroc, je vais essayer( pas toute seule) de mettre en place pour la prochaine rentrée scolaire des cours de bridge au niveau estudiantin école de commerce, d’ingénieurs ,….. Pouvez-vous s’il vous plaît m’aider en me conseillant au niveau de la méthode et des outils nécessaires ? Merci par avance pour votre réponse .

    • Une excellente méthode (peut-être un peu chère ?) est éditée par la Fédération Française de Bridge (FFB). La collection (3 volumes sans le corrigé des exercices, et 3 volumes avec le corrigé) s’intitule « Le Bridge Français », et peut être acquise à la Boutique de la FFB. Vous trouverez le site en lien dans la présente colonne de droite. Et vous trouverez « Boutique » dans le menu du haut, à droite. Vous pouvez aussi vous servir de mes cours (nettement inspirés de ces volumes), que vous pouvez imprimer en cliquant sur le bouton droit de votre souris…
      Bien bridgeusement,
      Olivier CHAILLEY
      PS. : D’où venez-vous au Maroc ? Je pars vivre quelques temps à Tanger et j’apprends l’arabe (darija)…

  4. Monsieur,
    Après 4 années de cours axés à 95% sur les enchères, j’ai décidé de travailler seule le jeu de la carte en m’aidant de vos cours : un thème = une page et plusieurs jours de réflexions ! Mieux que les livres ! « La notion d’adversaire dangereux » a enfin fait progresser mes plans de jeu hasardeux ! Avec « le cumul des chances », j’ai revu mes cours de probabilités et avec de la pratique, je prendrai confiance pour l’appliquer…
    Et puis j’ai commencé à lire et à relire « Maniements des couleurs » nouvelle série 1, « il manque le Roi », et là : blocage !
    Principe : Avec ADxx dans la même main sans V ni 10 dans l’autre, à partir de 6 cartes, tirer As puis petit vers Dame ». Quel doit être mon raisonnement ? Je ne réussis pas à faire le tableau des possibilités… Pouvez-vous avoir la gentillesse de m’aider ? Avec des exemples ?
    Ensuite, je lirai le 2° paragraphe : l’As et la Dame sont dans des mains opposées. En vous remerciant pour votre assistance !
    Bien cordialement,
    Sophie

    • Si vous avez compris le principe des impasses, vous savez qu’avec Rx en face de xx, vous partez de petit vers le Roi, et si l’As est à gauche, vous ferez une levée (1 chance sur 2). Avec ADx(x) en face de xx(x), imaginez que vous ayez joué l’As. Il vous reste Dx(x) en face de x(x). Vous ferez maintenant votre Dame si le Roi est avant la Dame, de la même façon que pour l’exemple de Rx en face de xx (1 chance sur 2 également). Vous aurez bien fait 2 levées, l’As et la Dame. Si au contraire, vous faites l’impasse tout de suite, sans tirer l’As, vous ferez 2 levées également avec une chance sur 2. On ne voit donc pas de différence : une chance sur deux dans les deux cas… Voire… ! : Imaginez le Roi sec APRES la Dame. Avec l’impasse directe, vous perdez (une seule levée). En tirant l’As avant l’impasse, vous ferez tout de même deux levées, en croquant le Roi au grand dam des autres joueurs, qui auront fait l’impasse directement. A la chance sur 2 que vous aviez, vous avez rajouté la probabilité du Roi sec, faible il est vrai avec 6 cartes (environ 1% : 51% en tout), mais qui augmente avec le nombre total de cartes (3% avec 7 cartes : 53% en tout, 9% avec 8 cartes : 59% en tout, etc…). Vous avez, à vos 50% de chances, RAJOUTE les chances de prendre un ROI SEC à droite. A contrario, perdre l’impasse alors que le Roi était sec est très rageant….
      Comme vous voyez, c’est loin de marcher « à tous les coups » et l’on se donne souvent du mal pour rien. Mais le jour où ça marche, quelle jouissance ! J’espère que vous avez compris que la manœuvre ne vous coûtera jamais rien, elle ne peut qu’être gagnante…

  5. Desroche (le 16/06/2014 à 9 h 53) : Bonjour ! J’ouvre de 1T – intervention du n°2 par 1P – mon partenaire me répond librement 2K. Avec mes 12 points et mes 4 cartes à C, je me dis que les annoncer montrerait un bicolore cher… Alors je répète mes T… au grand dam de mon partenaire qui m’affirme que je devais nommer les C ?
    Qu’en dites- vous ?
    Merci beaucoup.

    Desvernois (le 17/06/2014 à 13 h 02 min) : Je pense que votre partenaire, intéressé par vos 4 cœurs, aurait dû contrer sur l’intervention de 1P. Il aurait montré par ce contre : soit ses 4 cœurs soit 5 cœurs mais sans les points pour les annoncer. Cordialement.

    Desroche (le 17/06/2014 à 19 h 31 min) : Non, non !… Ce n’est pas lui qui a 4 cartes à C mais bien moi, ouvreur ! Mais je ne les ai pas nommés, certain de faire alors un bicolore cher sur mon ouverture de 1T – mon partenaire m’assure que je pouvais le faire, avec ma main de 14HL , et qu’alors il aurait dit 2SA … Ma question est de savoir si c’est lui ou moi qui avait raison ?

  6. Cette discussion entre lecteurs (Desroche et Desvernois, les 16 et 17 juin) prouve que tout n’a pas été parfaitement compris. Il faudrait sans doute que mes cours soient réécrits (ou peut-être plutôt relus !).
    La question est très simple : Après l’ouverture d’1♣ et l’intervention à 1♠, le répondant qui dit 2♦ possède obligatoirement 11H ou plus. Il peut très bien avoir aussi 4 cartes à ♥ : avec un 4-4 ♦/♥, on commence par la moins chère (règle générale), donc 2♦ ; avec 5♦/4♥, évidemment 2♦ aussi. Ce n’est qu’avec 5 cartes à ♥ et 5 cartes à ♦ (ou 4) que le répondant commencerait par 2♥. Règle incontournable : quand on a les moyens d’un 2 sur 1, on le dit (exception, comme toujours : avec seulement 4 cartes à ♥ et l’impossibilité de dire SA ou une autre couleur de 4 cartes, on contre spoutnik, même avec plus de 11H). L’ouvreur doit se dire maintenant que le présent 2♦ peut parfaitement cacher 4 cartes à ♥.
    Là où l’ouvreur a commis une faute, c’est lorsqu’il a cru que 2♥ était un bicolore cher ! Après 2♦, que peut-il y avoir de plus économique que 2♥, l’ENCHERE LA PLUS BASSE POSSIBLE ! Comment 3♣, répétition des ♣, peut-elle être plus « économique » que 2♦ ?! 3♣ nie donc formellement 4 cartes à ♥.
    Je rappelle la définition d’une couleur économique : c’est celle qui NE DEPASSE PAS LA REPETITION DE LA PREMIERE COULEUR. Ici, l’enchère de 2♦ a pour conséquence que la répétition des ♣ est 3♣. Maintenant, tout ce qui est inférieur à 3♣ est nécessairement économique ! Il était donc impératif pour l’ouvreur d’annoncer 2♥ !
    Dans le système français, un fit 4-4 en majeure n’échappe jamais… sauf si l’un des protagonistes se trompe…
    (Remarque : dans le cas présent, il n’y avait pas de fit ♥, ce qui ne change rien à l’affaire).

  7. Je viens de découvrir votre site ; jeune retraité, je me remets après 30 ans à rejouer au bridge.
    Vous avez créé un site de qualité et je vous adresse toutes mes félicitations.
    A bientôt donc… pour une question.
    Cordialement

  8. Merci pour tout ce que vous proposez, de haute qualité…
    Une question pratique (situation non rare) relative au TEXAS après ouverture de 2 SA : selon le SEF, il n’est pas requis d’être fitté pour transformer le TEXAS, pour d’autres il faut être impérativement fitté (sinon on dit 3 SA). Comment voyez vous les arguments de choix des uns et des autres?
    Merci.

  9. Comme toujours, vous ne pouvez jouer autre chose que le SEF que si vous vous êtes mis d’accord avec votre partenaire, et que celui-ci est prêt à alerter vos enchères inhabituelles. Le SEF prévoit une transformation obligatoire du Texas. Cependant, les joueurs de haut niveau préfèrent le « Texas modulé » (3 sortes de réponses possibles selon que l’ouvreur possède 2, 3 ou 4 atouts) dont vous trouverez une description dans le cours de 2ème série : « Developpements sur l’ouverture de 2SA (1) ». Alors, à vous de choisir (avec votre partenaire). Pour ma part, je joue ce « Texas modulé » avec mes (bons) partenaires.

  10. Cher Monsieur Chailley,
    Une question me turlupine, qui n’a pas de rapport direct avec le bridge, mais bien avec la musique.
    J’ai joué du violoncelle dans le temps, et fréquenté le Conservatoire de Liège.
    Le nom Chailley me dit quelque chose… Appartenez-vous à la famille de ce Chailley qui a écrit des solfèges et/ou traités d’harmonie ?
    Bien à vous,

    • Cher ami bridgeur, la réponse est oui ! Jacques Chailley (1910-1999) était mon oncle, excellent musicologue, dont j’étais très proche. En 1952, il a créé la première chaire de musicologie à la Sorbonne, et il est l’auteur de nombreux ouvrages techniques (harmonie, contrepoint, solfège, etc…), historiques (histoire de la musique du moyen-âge, etc…), de vulgarisation (40000 ans de musique, etc.) : environ 40 livres et 400 publications diverses. En tant que compositeur, il a également plus de 90 n° d’opus à son actif. Merci de m’avoir posé la question !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  11. Il y a dans toutes activités (y compris le bridge) des choses qui nous paraissent simples, faciles et automatiques uniquement parce qu’on les utilise avec succès depuis des années. C’est lorsqu’on doit les expliquer à des néophytes qu’on se rend compte qu’on a oublié les véritables raisons qui nous permettent justement ce succès. C’est pourquoi il m’arrive de relire plusieurs fois avec la même attention vos articles de cours alors même que je les joue sans me poser trop de questions. Ce qui m’amène à des oublis ou des fautes de temps en temps ! Vous mettez par exemple le « 2SA fitté » en 3° et 2° séries alors qu’il semble tout simple. Mais le débutant qui voulant l’utiliser va lire dans votre cours qu’avec 6 à 10 HLD le répondant doit dire 2C sur 1C « quel que soit le nombre d’atouts qu’il possède » c’est-à-dire peut-être 4 ou 2 ou pas du tout risque d’être mal vu par son partenaire. Mauvaise Interprétation de votre texte que n’envisagera jamais un joueur de 3° série.
    Tout cela uniquement pour vous dire que vous devriez encore davantage insister pour que vos cours soient lus dans l’ordre et qu’il y a danger à vouloir brûler les étapes.
    On en trouve un exemple dans « Le Système d’enseignement français » édité par la FFB. C’est un petit ouvrage qui se veut à la portée des débutants mais qui propose dès les premières pages d’ouvrir parfois de 3SA sans donner le moindre détail. Quand on connaît un peu le « pataquès » qui peut accompagner cette mineure 7°, on préfère la laisser comme vous en 2°ou 1° série !
    Quel dommage de ne pouvoir réapprendre totalement le bridge à vos côtés !
    Cordialement … et un nième bravo.

  12. Monsieur Chailley,
    Je tiens juste à vous remercier pour ces excellents cours, très pédagogiques. Moi-même enseignant (en technique numérique), je connais la difficulté de « vulgariser » une discipline « sophistiquée ».
    Cherchant quelques compléments sur le web, j’ai tout de suite accroché à vos cours, à votre approche de « comprendre le bridge » et je pense avoir rapidement pris quelques bons réflexes (et j’ai de suite acheté le SEF). Je dis cela car voilà maintenant 6 mois que je me suis lancé dans le bridge (à 37 ans !), après avoir longtemps joué au tarot et à la belote-contrée, et me voici (licencié) depuis 15 jours à jouer mes premiers tournois de bridge (et je trouve ça passionnant !) ; je vois que par rapport à quelques 2e année, certains mécanismes me sont déjà plus clairs que pour eux. Si je me suis lancé aussi vite c’est que vos cours, votre progression et vos mots ont été très encourageants (l’anecdote de votre premier tournoi avec votre fils par ex.).
    Mon déclic il y a 6 mois : un ami 1re série qui m’a encouragé en me disant « je serai ton partenaire le jeudi après-midi si tu veux » (quelle chance, et je ne suis pas près de changer de partenaire, je vous le dis !!). Je me suis donc jeté à l’eau et j’ai pris une poignée de petits cours du soir mais je vous avoue que je n’ai pas retrouvé la pédagogie (et la rigueur) qui est la vôtre. Du coup, je me concentre en ce moment uniquement sur vos cours, sur le SEF et sur les bons conseils de mon partenaire (+ le livre « Crimes et châtiments au bridge » qu’il m’a passé).

    Je tiens à vous remercier énormément pour tous vos supports, pour votre générosité, pour ce mal que vous vous êtes donné, pour cette passion que vous partagez tellement bien.
    Au plaisir de vous lire sur d’autres articles/cours (d’ici cette fin d’année 2014, je compte aborder vos cours de 3e série).

    Salutations cordiales,

    Guillaume

  13. Pouvez-vous compléter la réponse au contre de réveil?
    C’est-à-dire après la séquence:
    1T – p – p – x
    p – 1 SA – ?
    Si le contreur annonce une couleur, est-ce une enchère naturelle ou texas?
    Je pense qu’elle est naturelle, mais je ne trouve nulle part la suite des enchères quand le N0 2 répond 1 SA.
    Merci de votre réponse

    • Vous trouverez dans les jours ou semaines qui viennent un embryon de réponse à ces questions dans le « Dictionnaire des enchères ».
      En attendant, agissez, pour le contre de réveil qui peut être annoncé avec 3 ou 4 points de moins que le contre d’intervention, comme pour le contre direct, mais avec au moins 2 à 3 points de plus. 1SA en réponse signifie donc 9-10H à 12-13H, avec un arrêt T et l’absence de majeure 4ème. Ceci ressemblant plutôt à une réponse de SA qu’à une ouverture, il n’y a aucune raison de jouer en Texas par la suite (bien que certains joueurs le fassent, après convention dûment passée entre partenaires…). Enchérissez comme d’habitude, de façon naturelle, puisque vous « voyez » assez bien le jeu de votre vis-à-vis.
      Remarque : vous ne trouverez jamais de réponses à des questions sur des séquences aussi longues, car elles ne peuvent être répertoriées : il faudrait le faire pour des millions de séquences… C’est pourquoi on parle d’ « esprit des enchères ».

  14. Merci, je suis un 2éme série K et je suis conscient que c’est loin d’être gagné, encore merci pour ce cours sur les entames
    cordialement
    Guy CORDARO

  15. Cher Monsieur,
    Voici une demande de conseil, bien sûr!
    A ma droite le donneur passe, j’ouvre d’1P (P DV1095 – C 65 – K AR7 – T AD3),le joueur de gauche « contre », mon partenaire « passe » et le joueur de droite répond 2K. Puis-je maintenant mettre 2SA avec tous mes points (18 HL) et une faiblesse à Cœur ? (tous vulnérables).
    Pouvez vous m’indiquer votre « chapitre » qui détaille la redemande de l’ouvreur quand tout le monde parle ?
    En vous remerciant pour toutes vos fiches si claires !
    Bien cordialement

    • Cher amie bridgeuse,
      Merci de vos compliments. Plusieurs remarques (supposons que vous êtes en Sud) :
      1°) Vous avez 17HL et non 18, donc une ouverture d’1SA si ce n’étaient les P 5èmes. Votre ouverture d’1P est donc normale.
      2°) Le passe de votre partenaire, après un contre d’Ouest, peut provenir d’une main nulle. La réponse d’Est, obligée, peut également provenir d’une main nulle. La grande majorité des points est probablement répartie ici entre Ouest et Sud, et vous êtes fort mal placée (on dit que vous êtes soumise à Ouest).
      3°) La faiblesse à C est ici un très gros problème, car le contreur a sûrement 4 beaux cœurs, et si l’adversaire a, ce qui est probable, 2 reprises à P, un contrat à SA a peu de chances de réussir… D’ailleurs, vous devez considérer que le contreur Ouest est intervenu à C, vous devez donc avoir un arrêt solide pour songer à SA.
      4°) Vous n’avez pas assez de points pour assumer toute seule le contrat de 2SA (il en faudrait 19 ou 20). 2SA est donc exclu, pour les deux raisons précédentes !
      Comment faire comprendre à votre partenaire que votre jeu est plus beau qu’une simple ouverture, alors qu’aucune couleur n’est répétable ? Une seule solution, et elle « crève les yeux » : contrez ! Vous montrerez par là un jeu de 2ème zone, faible à C et probablement à K (ici, ce n’est pas le cas). Votre partenaire, s’il est faible, 0 à 4-5 points, doit reparler : 2P, même avec 2 cartes, ou 3T s’il a 5 cartes à T (voire 4…). Et s’il est « fort », 6-7H avec du C et du K, il peut même passer, transformant votre contre d’appel en punitif.
      Dernière remarque : on ne peut pas prévoir toutes les séquences où tout le monde parle, car il y en a plusieurs millions, mais on peut, grâce à l’ « esprit du bridge » (que j’essaie de faire passer à travers mon site), presque toujours trouver une enchère au moins « correcte » !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  16. Relativement novice, j’ai hésité devant ma main de 15 H : P V9 – C AD1075 – K AR43 – T V8. J’annonce 1C, et mon partenaire répond 1P. Je me dis que je ne peux répéter mes C qui ne sont pas 6èmes puisque la réponse de mon partenaire est collée. Je ne peux annoncer mes T car je n’ai pas les points pour un bicolore cher. Du coup, j’ai dit 2 SA malgré mes T faibles, après avoir hésité pour à 1 SA.
    Qu’en penser?
    Merci.

    • Cher ami bridgeur et (futur) bon joueur,
      Je pense, pour commencer, que vous avez confondu les T et les K, j’ai donc refait une main similaire qui n’était peut-être pas la vôtre exactement. Votre ouverture est bonne, mais la suite me paraît traduire plusieurs confusions : il va falloir réviser !
      En effet, pourquoi ne répète-t-on pas ses cœurs 5èmes quand la couleur est collée ? Pas du tout parce que c’est interdit, mais parce qu’il y a toujours une meilleure enchère. C’est mathématique et il n’y a pas d’exception (pour une fois au bridge !). Là où vous vous êtes « planté », c’est que 2T n’est pas du tout un bicolore cher, et 2K non plus : il n’y a pas plus économique ! Il va falloir réviser sérieusement la notion de bicolore économique… Remarque : après la séquence 1C-1P, comme dans toutes les séquences « collées », il n’y a pas de bicolore cher, puisque les autres couleurs ne dépassent pas sans saut la répétition de la première. Il fallait donc dire 2K (et non 2T), enchère qui commence à 12H (ou 13HL), comme l’ouverture, et qui peut aller jusqu’à 19HL. 2SA était une très mauvaise enchère : vous n’avez ni la répartition (4333, 4432 ou 5332), ni les points (18-19HL). Bonne révision !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  17. Bonsoir,
    Aaaaaaah! Merci beaucoup pour vos explications qui « m’ouvrent » les yeux ! Vous avez raison, le contre adverse était « toute distribution » et mon partenaire n’avait que 2 points et 5 cœurs par le valet, et 2 piques.
    Nous allons étudier cette redemande de l’ouvreur et ses développements.
    Votre site est super et vous prenez tout ce temps pour nous répondre !
    A bientôt,
    Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>