Accueil

 Le bridge est un jeu à 4 joueurs qui se joue avec 52 cartes. La  règle du jeu  de bridge est extraordinairement simple (plus simple que celle des tarots ou de la belote). La difficulté n’est pas de jouer au bridge, mais de bien jouer. Si vous n’avez jamais joué au bridge, une initiation très conviviale est proposée par la  Fédération Française de Bridge  (FFB). Cliquez dans la colonne de droite dans la rubrique « Favoris » : Découverte du Bridge.

Le présent site est destiné à faire comprendre les mécanismes du raisonnement. Apprendre le bridge est impossible pour un esprit normal, alors que tout le monde peut jouer au bridge. L’auteur met ici à la disposition des lecteurs les cours qui ont été dispensés aux élèves pendant dix ans, proposés au format PDF imprimable, en bleu (cliquez sur l’intitulé du cours).

Remarque importante : Le système d’enchères proposé est le plus répandu en France, permettant de s’asseoir honorablement à n’importe quelle table de bridge. Il s’agit du SEF (Système d’Enseignement Français). Les autres « systèmes » ne sont pas, ou très peu, abordés ici.

« Le simple est toujours faux. Ce qui ne l’est pas est inutilisable. » Paul Valéry, 1942.

DERNIERS ARTICLES : En haut de la colonne de droite. Les articles  sont des réflexions sur des sujets divers, et n’ont pas vocation à devenir des cours. Les plus anciens sont indexés dans Archives et/ou Catégories.

DERNIERS COURS et EXERCICES : En bas de cette page d’accueil. Les cours sont le fonds permanent du site et classés dans le menu principal. Seuls les deux derniers publiés de votre niveau et dans chaque catégorie se trouvent ici. Abonnez-vous ! Inscrivez votre adresse de courriel en bas à droite. C’est gratuit. Vous serez prévenus en cas de nouvel article (mais non de nouveau cours). 

COURS D’INITIATION ET DE PERFECTIONNEMENT : Vous trouverez plus de 250 cours (menu principal), dans un ordre logique d’enseignement. Voir aussi l’Index-Dictionnaire (mots-clés, classement alphabétique) et le Dictionnaire des enchères.

Derniers cours et exercices intégrés (tous les autres dans le menu en haut de page) :

ENCHERES
Niveau débutants :
  – Débutez en enchères : Redemande ouvreur (couleur)Après réponse ou redemande à 1SA.
Niveau 4ème série :
  – Silence adverse :  
Bicolore cher (2)4SA Blackwood.
  – CompétitivesRéveils de l’ ouvreurRéponse à l’intervenant au palier de 1 (3).
Niveau 3ème série :
  – Page d’accueilEvaluation des mains : compléments.
  – Silence adverse :
 Après répétition de l’ouverture (1), Après répétition de l’ouverture (2).
  – Compétitives : Enchère d’essai après intervention du n°4L’Ouvreur après réveil adverse.
Niveau 2ème série :
  – Silence adverse : Inférences du DruryTexas mineurs (2).
  – Compétitives : Les contres de l’ouvreur (1), Les contres de l’ouvreur (2).
Niveau 1ère série :
  – Silence adverse : 
Chelem après soutien direct de 3 ou 3♠Enchère de 5 à l’atout en majeure.
  – Enchères de défense : Extension du RubensohlLe 2SA mini-cue-bid.
  – Enchères d’attaqueEnchère de 5 à l’atout en majeure, Les contres de soutien de l’ouvreur.
  – Enchères compétitives : Contre punitif en TPPExtension du Rubensohl.

JEU DE LA CARTE
Débutants :
  – Maniements de couleur : 
Maniements de couleurs (2)Maniements de couleurs (3).
Niveau 4ème série :
  – Maniements de couleurProbabilités de placements.
  Jeu du déclarant : L’expasse.
  Jeu de la défense : Entame à SA (1)Entame à SA (2).
Niveau 3ème série :
  – Maniements de couleur
Coup de BathBlocage – déblocage.
  – Jeu du déclarant : Le Fit 4-4Perdante sur perdante.
  – Jeu de la défense : 
Signalisation, exemples.
Niveau 2ème série :
  – Maniements de couleur
Maniement contre Roi et Valet (1)Maniement contre Roi et Valet (2).
  – Jeu du déclarant : Mise en main (1)Mise en main (2).
  – Jeu de la défense
Blocage et flancsDestruction de rentrées.
Niveau 1ère série :
 Jeu du déclarant :
 Réduction du compteLe squeeze à retardement.
  Jeu de la défense :
 Défense contre les rusesQuand jouer en coupe et défausse ?.

EXERCICES
4ème série :
 Réponses aux interventionsOuvertures et réponses, exercices.
3ème série : Plan de jeu à SA (2)Exercices réponses en attaque.
2ème série : Forcing ou non forcingManiement manque Roi Valet.
1ère série : Réponses au contre après que le n°3 a parléOuverture 3SA.

Remarque : vous pouvez ouvrir les derniers cours directement à partir de la présente page : cliquez dessus (si vous préférez : « Ouvrir dans un nouvel onglet », clic droit).

J.-S. Bach (1685-1750) : L’Art de la Fugue, 1742-1750

80 commentaires sur “Accueil

  1. Cher ami bridgeur,
    Merci de m’avoir signalé toutes ces « coquilles », dont certaines d’ailleurs n’en sont pas. Plusieurs ne seront pas corrigées, car donnant beaucoup trop de travail pour extraire des fichiers PDF du cloud et les refaire (les fichiers originaux ayant disparu…). D’autres, comme par exemple le mot annonçable, ne seront pas retirés, car signifiant : « … que vous pourriez annoncer ». Lorsque l’on parle, dans la 4ème forcing, de la ♥D en moins, il y a tout de même toujours 2 cartes ♥, évidemment. Il n’y a que les points de la ♥D qui ont disparu, et la préférence demeure… L’« exemple précédent » du cours « Levée (5) » se trouve bien entendu dans le cours « Levée (4) ». Certaines « fautes » que vous citez n’en sont pas (dans Soutien, je maintiens 12H). D’autres enfin ont pu être corrigées : 1 sur 1, mots doublés dans Stayman, D = droite, HL au lieu de HLD, quelle que soit et non quelque soit (quelle faute horrible !), intervention à partir d’ 1♦, le replacement correct de « rien » et le numéro de figure dans la version imprimable de l’article « Montez en 3ème (2) ».
    Merci donc pour ces signalements de fautes, qui sont le témoin du soin que vous apportez à me lire.
    Bonne progression ! Cordialement,
    Olivier CHAILLEY

  2. Vous feriez bien de relire (c’est le conseil de la fin de l’article « Soutien » du Dictionnaire) le cours Soutien du répondant en majeure avec un jeu fort, ainsi que tous les cours débutants sur la revalorisation des points : avec 12H et un fit, vous avez deux possibilités : 1°) 3 atouts, et votre réponse est alors soit 2SA avec 12HLD (vous êtes alors 4333) soit un changement de couleur ; 2°) 4 atouts et plus, et alors vos 12H vous donnent ipso facto au moins 14HLD, et alors la réponse est 3SA (convention), car vous êtes 4333. Et avec 4432, vous avez déjà 15HLD, et donc un jeu trop fort. On ne soutient donc jamais directement avec 12H, les réponses étant toujours soit 2SA, soit 3SA, soit un changement de couleur avant fit. CQFD.
    Bien cordialement,
    Olivier CHAILLEY
    PS : Vous semblez penser que 2SA est un soutien direct. Pas du tout : c’est une description ! Soutien direct signifie : mention de la même couleur, à un autre niveau : 2, 3 ou 4.

  3. Cher ami bridgeur,
    J’ai déjà répété à maintes reprises que l’évaluation des mains n’est qu’un repère (statistique) pour tenter de faire la bonne enchère. Aucune évaluation ne peut être complètement satisfaisante, sinon les enchères deviendraient inutiles : il n’y aurait qu’à montrer sa main ! Il y a donc une évolution en fonction de vos acquis. Et il y en aura d’autres, au fur et à mesure de votre progression. Les grands champions finissent par oublier complètement les points de Milton Work, qui sont pourtant la base pour vous ! La bonne attitude est de ne pas s’obnubiler sur cette question, qui sera (forcément éternellement) l’objet de discussions et de controverses.
    Bien cordialement,
    Olivier CHAILLEY

  4. Cher ami bridgeur,
    Le contre d’une enchère artificielle demande en effet l’entame dans cette couleur, mais sert AUSSI à bas palier à trouver une couleur de défense (voir Contre indicateur d’entame, cours de 2ème série). Votre contre paraît donc ici bien légitime (tout de même, attention à la possibilité de « passe » de l’ouvreur ou de « surcontre », 2♥ contré ou surcontré devenant le contrat final gagnant !). Pour l’entame, le problème de la reprise n’en est pas un, et vous l’avez bien souligné vous-même : il faut compter sur l’existence de plusieurs cartes chez votre partenaire. Ici, il n’y en avait qu’une, pas de chance. Pour demander une entame spécifique dans une autre couleur, il n’existe aucun système autre que ceux que vous avez appris pour la défense. Si vous avez une belle couleur, nommez-là ! Et si vous ne pouvez pas, espérez que l’entame vous sera favorable : voir les multiples cours sur l’entame à SA. Remarque : 3♦ est ici une enchère naturelle compétitive, et non un cue-bid (= enchère anormale, faite dans une couleur où l’on n’a pas l’intention de jouer, le plus souvent la couleur de l’adversaire, voir l’Index-Dictionnaire).
    Bien cordialement,
    Olivier CHAILLEY

  5. Cher ami bridgeur,
    Comme d’habitude, la réponse se trouve dans les cours : Un 6-5 dont la couleur de 6 cartes est la moins chère ne pourra pas être annoncé naturellement si vous commencez par la couleur de 6 cartes. On l’annonce alors plutôt par un Michaël cue-bid. Si la couleur est la plus chère, on annonce naturellement les deux couleurs, de façon économique. Je crois l’avoir bien expliqué, cette règle s’appliquant pour tous les bicolores en intervention : c’est d’une logique imparable, que vous devez intégrer. C’est un des nombreux problèmes dits d’« anticipation ». Je ne comprends pas votre question sur les répartitions 6-4, 6-3, etc. : comme toujours, on s’efforce d’annoncer la plus longue d’abord, et parfois l’autre ensuite, quand on en a l’occasion…
    Quant aux points, vous trouverez autant de versions que de joueurs. Je vous rappelle (une fois de plus !) que les points sont indicatifs, statistiques et dépendent de tellement de facteurs qu’il ne peut y avoir de règle simple. Alors, adoptez ce qui vous paraît le plus aisé à comprendre et à retenir… Cela ne changera RIEN aux résultats que vous obtiendrez en tournoi !
    Bien cordialement,
    Olivier CHAILLEY

  6. Cher Monsieur,
    Je profite de votre intéressante question pour vous demander, ainsi qu’à monsieur Chailley, votre avis. Je suis en effet un peu novice.
    1) Jusqu’à présent, j’avais retenu que la séquence: 2♦ – 2SA – 3♠ était dévolue à l’annonce d’une couleur 6ème. Qu’en est-il en réalité ? Ici la couleur ♠ est 5ème…
    2) Toujours jusqu’à présent, j’avais retenu comme principe : « pas d’ouverture de 2♣ ni de 2♦ avec un bicolore, qui devra être annoncé » : est-ce un principe correct ? D’où une suite d’enchères alors assez différente (bicolore à saut). À votre avis ?
    Merci d’avance.

  7. Cher Monsieur,
    Vos observations sont intéressantes car de portée générale.
    Sur le point 1), en redemande après une ouverture de 2♣ ou 2♦ FM, je préfère personnellement nommer une majeure avec HHxxxx ou HHHxx (comme pour le 2 fort d’autrefois), sinon revenir à SA. Si l’on aime les gadgets,on peut jouer le Puppet Stayman qui permet de retrouver les fits 5-3 majeurs. Dans la donne jouée, la couleur n’est pas pleine, et je préfère la redemande à 3SA, ce qui d’ailleurs ne facilite pas pour autant l’annonce du grand chelem.
    Sur le point 2), il est vrai que les ouvertures de 2♣ et 2♦ FM sont malcommodes avec des mains fortes bicolores ou tricolores (pour 2♣ on peut quand même décrire les bicolores majeurs 5-5 ou 6-4 très forts). Cependant, la limite de principe aux ouvertures de 1 à la couleur est 23H, de sorte qu’il serait dangereux d’ouvrir de 1♠ dans la donne jouée car on risque de jouer 1♠… alors que la manche est encore gagnable avec un jeu très faible ou même blanc en face.
    Finalement, ma séquence préférée pour la donne jouée serait :
    N 2♦ – S 2SA – N 3SA – S 4 ♦ (Texas) – N 5SA (Joséphine en assumant que le partenaire tenu de faire encore une enchère aurait redit 4SA avec une main plate ou une majeure ordinaire à 5 ou 6 cartes)- S 7♥ avec deux gros honneurs – N 7SA.
    J’attends l’avis du maître.

    • Chers amis bridgeurs,
      Je réponds à Xavier Jaunez après avoir pris connaissance de votre intéressant échange.
      La main de Nord : ♠ARVxx ♥Ax ♦AD10x ♣AR = 25H, 26HL
      La main de Sud : ♠x ♥RDVxxx ♦RVxx ♣xx = 10H, 12HL
      Comment, avec ces mains, arriver au grand chelem, le petit chelem venant de lui-même ?
      Vos excellents commentaires, Xavier Jaunez, qui montrent que vous connaissez manifestement très bien le bridge ainsi que le SEF, me paraissent toutefois un peu trop sophistiqués pour Roger. Je pense, par exemple, qu’il est inutile (et même nuisible, comme on le sait aujourd’hui) de suggérer qu’on peut jouer le Puppet : ce n’est pas un gadget (je l’ai joué pendant 15 ans, avant de l’abandonner, comme presque tout le monde), c’est un système, avec ses inférences. C’est un très mauvais système justement lorsqu’il y a un chelem en vue. Il est « amusant » quand il ne s’agit que d’une manche.
      Voyons d’abord les zones de points (pertinentes surtout dans un contexte de SA) :
      1°) Vous avez raison de dire à Roger qu’à partir de 24H, avec un bicolore « banal » 5-4, il est dangereux d’ouvrir d’1♠, le risque d’un passe général étant trop fort. D’ailleurs, le SEF limite judicieusement l’ouverture de 1 à la couleur à 23H pour cette raison. Corollaire : l’ouverture de 2♣ doit être exceptionnelle avec un bicolore (on n’a pratiquement jamais 24H), alors que (malheureusement et paradoxalement) on peut ouvrir de 2♦ ! C’est une des raisons pour lesquelles de nombreux champions laissent tomber l’ouverture de 2♦ (comme vous le soulignez, manque de place après une réponse forte) pour revenir au bon vieux 2♣ Albarran !
      2°) Pensons maintenant en « réserve » de points : Nord promet 23HL en gros et 4 perdantes au maximum. Mais il a 26HL et 2 perdantes et demie seulement. Il a donc une « réserve » d’au moins une levée, plutôt davantage, sur sa promesse initiale. Sud promet 2 Rois ou 8 points, c’est à dire 2 levées. Il a, ici, une réserve également d’une levée au moins (plutôt une levée et demie) par rapport à ce qu’il promet par sa réponse de 2SA. Au total, dès le début des enchères, chacun des partenaires sait qu’il pourra « faire un effort » d’au moins une levée si le contrat final n’a pas tenu compte de sa réserve… Le grand chelem se profile donc, et chacun des partenaires le sait dès la réponse de 2SA !
      Reprenons la séquence d’enchères :
      1°) Bien évidemment, comme vous le soulignez pour Roger, la redemande de l’ouvreur à 2♠ ne promet que 5 cartes, en majeure en tout cas. L’ouvreur, avec la main de Nord, ne peut pas deviner que la réponse va être 2SA ! Il avait ouvert avec l’idée de nommer ses ♠, il ne peut changer en fonction de la réponse. Il dit donc 3♠, enchère évidente et normale (encore qu’on puisse en effet songer ici à 3SA, mais est-ce vraiment meilleur ?). Souvenons-nous simplement qu’après une réponse de 2SA, les enchères ne peuvent jamais s’interrompre avant 4SA : 4♠ de Sud seraient donc, par exemple, forcing.
      2°) Misfitté, et avec 6 cartes à ♥, Sud dit maintenant 4♥ sur 3♠, qui signe le misfit ♠ (singleton probable, voire petit doubleton), et promet 5 belles cartes utiles ou 6 cartes à ♥.
      3°) Avec sa réserve de points, Nord peut se permettre de nommer son bicolore : 5♦. Sud risque de prendre cela pour une simple force à ♦ agréant les ♥, mais Nord « a les moyens » de prendre ce risque (Sud sait qu’on peut parfois ouvrir de 2♦ avec un bicolore), avec son beau « parachute » à ♥, qui est plus qu’un demi-fit.
      4°) Sud, avec son fit ♦, sachant qu’il y a forcément un chelem (voir le paragraphe sur la réserve de points), peut se permettre de fitter les ♦, « pour voir », à 6♦.
      5°) Et maintenant, avec sa réserve à lui, ayant les 4 As, et surtout ♣AR qui n’a jamais été mentionné, Nord peut conclure à 7SA, comptant 2 levées à ♠, 5 ou 6 à ♥, 4 à ♦, et 2 à ♣, c’est-à-dire 13 ou 14 levées. Avec beaucoup de malchance, la réussite dépendra d’une impasse ou d’un squeeze.
      Cette séquence peut bien entendu être discutée à l’infini, mais c’est ce que j’aurais pensé moi-même à la table, en face de ma partenaire habituelle très aguerrie.
      Remarques pour terminer :
      1°) Après une redemande éventuelle à 3SA et un Texas à 4♦, êtes-vous certain qu’une enchère de 5SA de Nord aurait été prise, par le partenaire Sud, pour un Joséphine agréant l’atout ♥ ? Vous êtes alors un vrai compétiteur, avec vous-même un partenaire de longue date dans le raisonnement duquel vous avez une confiance absolue. De toute façon, s’il avait pris cette enchère pour un 5SA quantitatif, forcing de chelem, il aurait répondu 7SA, car il est plus que maximum. Cette enchère, donc, était dans tous les cas justifiée, et vous seriez arrivé au bon résultat malgré l’ambiguïté.
      2°) Je serais pour ma part resté très perplexe devant l’enchère de 5♥ de Sud produite à votre table : Couleur longue avec misfit ? Contrôle agréant l’atout ♠ (sorte de splinter) ? Sans parler d’un Blackwood d’exclusion à l’atout ♠ (qui ne doit en principe pas être demandé par le répondant) ? J’aurais, comme Nord, probablement tranché pour la première solution, mais en tremblant…
      3°) Comme souvent, la demande de grand chelem repose sur un compte de levées plutôt que sur un compte de points (ici, les deux se confortent l’un l’autre).
      4°) A destination de Roger : le bridge n’est pas simple, et requiert souvent, à haut niveau, des discussions interminables. Ne vous préoccupez pas de cela, et continuez à travailler exclusivement… le SEF !
      Bien cordialement à tous deux,
      Olivier CHAILLEY

  8. Cher ami bridgeur, la réponse se trouve dans les cours, que vous devriez peut-être reprendre…
    1°) Après une intervention, qui ne promet que 8 points (8 à 18), le cue-bid demande si l’intervenant a l’ouverture. Il faut alors évidemment être assez fort (13+HL).
    2°) Après un contre, le problème ne se pose pas, puisque le contreur a obligatoirement l’ouverture (12H et plus). Le cue-bid est alors la seule réponse forcing, et se fait dès qu’il y a une manche à l’horizon, donc avec 13+HL.
    Donc, dans tous les cas, il faut 13HL, mais la finalité est bien différente (une fois de plus, relisez les cours)…
    Cordialement,
    Olivier CHAILLEY

  9. Merci beaucoup, c’est clair !
    Que penseriez vous alors, sur ces bases, de la séquence suivante (ultra-simple, donc de mon niveau relativement bas… Je frôle le 4ème promo, sans compétitions) ?
    N 2♦ – S 2SA – 3SA (tous les As, forcing, si j’ai bien compris) – 7SA (l’enchère de 2SA ayant été faite avec 2 Rois).
    Bonne fin de journée

    • Votre séquence est parfaite, car le total après la redemande de 3SA est de 37-38HL au moins. Le pari est donc bon. Mais vous vous trompez en pensant que 3SA promet 4 As. Simplement, avec 37H, aucun As ne peut manquer. Avec 37HL, C’est possible, mais tant pis, prenez le risque… A votre niveau, cette séquence aurait été parfaite, encore que (voir ma réponse à Xavier Jaunez) j’aurais préféré une redemande à 3♠ et non 3SA.

  10. Bonjour M. Chailley,
    Tout d’abord félicitations et merci pour votre site qui est une source précieuse de renseignements ! Voilà 3 ans que je joue au bridge et même s’il n’est pas évident de jouer souvent car je suis actif (pas plus d’1 fois par sem), j’ai vraiment mordu à ce jeu. Aussi, j’aimerais m’attaquer à une montagne qu’est le compte des mains. Même si c’est peut-être hors de ma portée à ce jour, je mise sur ma jeunesse (moins de 30 ans) pour en acquérir de bonnes bases. En discutant avec de très bons joueurs, j’ai l’impression que c’est le nerf de la guerre. Aussi j’aimerais votre avis sur une routine sur ce sujet si possible. J’ai parcouru quelques articles sur le sujet et le début m’a l’air de connaître par cœur les types de distribution. Mais ensuite? Dois-je compter la distribution de toutes les couleurs ou seulement d’un seul adversaire pour déduire la main du 4ème joueur?
    Merci par avance pour vos conseils.
    Cordialement,
    William

  11. Cher Monsieur Chailley,
    Merci infiniment d’avoir pris le temps de « désosser » la question que je vous avais posée. J’ai trouvé votre approche très professionnelle. Elle illustre bien les insomnies que les bridgeurs peuvent avoir après une compétition…
    Bien cordialement,
    Xavier Jaunez

    • Cher ami moniteur,
      Il n’y a pas d’article. Il s’agit d’une réponse orale donnée par Ph. Cronier a cette question posée fréquemment pendant les stages de… moniteur ! Sa position est qu’il est impossible d’évaluer vraiment les mains de cette façon, à 1 ou même parfois deux points près : en effet, y a-t-il un complément en face, soit d’honneurs soit de longueur ? Un 9 alors peut valoir 1 point et un Valet sec ou second 0 point. C’est évidemment impossible à dire en ne contemplant qu’une main, la sienne propre. Il faut donc bien se contenter d’une « moyenne ». Et, constatant que les mains sont plus souvent sous-évaluées que surévaluées, sa réponse est : on compte tout ! Même si on compte deux fois le 9ème atout, par exemple… On ne peut pas faire mieux. Pour les élèves, qui ont besoin d’un repère « certain », le mieux est peut-être de leur enseigner ce qui est au début du SEF, une couleur 5ème commandée par la Dame au moins vaut un point de plus… Faites comme vous voulez, ce qui importe, c’est qu’ils aient un repère. Et surtout, ne leur répétez pas ce que je viens de vous dire ! Remarque finale : moi, je compte tout, et je m’en trouve bien !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  12. Cher M. Chailley,
    Je suis moi-même moniteur de bridge. Pourriez-vous avoir l’amabilité de me communiquer l’article de P. Cronier sur le compte des points L indépendamment de la qualité de la couleur ou m’indiquer où je peux me le procurer.
    Je vous en remercie vivement.
    Jean Sénémeaud
    06 84 98 32 42
    jean@courrier.name

  13. Cher ami bridgeur,
    Question préalable : qui était le donneur, autrement dit le répondant avait-il passé au préalable, avant de répondre à l’enchère d’1♠ ? Je pense que oui, sinon tout le monde aurait tout faux !
    1°) Sans passe préalable, la réponse ne peut être qu’1SA (8HL insuffisant pour 2♥). Mais la redemande de l’ouvreur ne peut pas être 2SA, qui promet 18 ou 19HL, et non 17HL : comment se fait-il d’ailleurs, sur 2SA, qu’on en soit resté là et que le répondant n’ait pas alors répété ses ♥ ? la redemande aurait dû être 2♣ (faux bicolore quand on possède une main régulière de 15-17HL), et alors le répondant aurait pu répéter ses ♥ 6èmes. Et avec ses 3 beaux ♥ et 20HLD, l’ouvreur aurait presque pu conclure à 4♥, si ce n’étaient les ♣ douteux et le manque d’As. Ici, prudent, il passe sur 3♥. Votre séquence, semble-t-il majoritaire, n’est « pas cotée ».
    2°) Rappel : sans passe préalable, 2♥ est 100 % forcing, et même auto-forcing. On ne voit pas comment on a pu en rester là ! Avec un passe préalable, 2 sur 1 signifie un jeu faible, de 6H (ou 8HL) au plus, avec 6 cartes dans la couleur et un misfit. Ici, avec ses trois beaux ♥ et 20HLD, l’ouvreur pouvait, au lieu de passer (2♥ n’est pas forcing après passe) faire une proposition à 3♥, qui aurait dû aussi être le contrat final.
    Remarque : vous me direz que 3♥ chutent toujours : eh, oui ! Pas de chance, car l’♦A est mal placé. N’empêche qu’il me semble que le « par » de la donne est 3♥ moins un, avec au moins 50% de chances de réussite.
    Bien cordialement,
    Olivier CHAILLEY

  14. Ton site est sacrément vivant ; bravo !
    Problème basique (pas d’accord avec M. Valdelièvre) :
    Dans le silence adverse, j’ouvre de 1♦, mon partenaire a plus de 11 points, une belle couleur à ♣ et une majeure par 4. Pour ma part, il doit commencer par répondre 2♣, et non répondre dans sa majeure.
    Qu’en penses tu ? Merci de ta réponse (rapide !).
    Vale

    • Evidemment ! Dès qu’on a les moyens (en gros l’équivalent d’une ouverture), on nomme toujours la plus longue d’abord (SEF 2012, page 15). En l’occurrence, on commence par 2♣ à partir de 13HL (ou 12H). Voir tous les cours sur les changements de couleur, et notamment le cours de 4ème série  » Changement de couleur 2 sur 1 sans saut « … On voit bien qu’ainsi, aucun fit ne peut échapper.
      Jouez bien tous les deux !

  15. Cher Monsieur Chailley,
    Au cours d’un simultané d’hier lundi, voici une donne qui nous a posé un sérieux problème d’enchères :
    N ♠V9 ♥53 ♦V6532 ♣10984
    E ♠R1053 ♥10 ♦AR1087 ♣AV3
    S ♠4 ♥RDV9762 ♦D9 ♣D65
    O ♠AD8762 ♥A84 ♦4 ♣R72
    N donneur, tous vulnérables.
    Les enchères se sont passées ainsi :
    S – O – N Passe E 1♦
    S 1♥ O 1♠ N Passe E 3♠
    S 4♥ O 4♠ fin
    Le livret du simultané indique évidemment les bonnes enchères :
    S – O – N Passe E 1♦
    S 3♥ O 3♠ N Passe E 4♥
    S Passe O 4SA N Passe E 5♣
    S Passe O 5SA N Passe E 7♠
    Ma question est : comment, selon vous, les enchères doivent-elle se dérouler après le 1♥ (est-ce un choix possible, même s’il est critiquable) de Sud dans notre enchaînement infernal qui aboutit à empailler un grand chelem… ? Est-il possible, après ce début, d’aboutir au bon contrat ?
    Merci de votre aide

    • Cher ami bridgeur,
      A la première partie de votre question, je trouve que l’intervention à 1♥ n’est non seulement pas critiquable, mais probablement meilleure que 3♥, même après passe initial de son partenaire, qui pourrait détenir N ♠V9 ♥53 ♦AV1065 ♣R94, ce qui donnerait 1 chance sur 2 de gagner 4♥ ! Après une intervention faible à 3♥, on ne défendra guère, alors qu’après 1♥ suivi éventuellement de 2♥, on peut se défendre davantage. Peu importe.
      Dans votre séquence, Est réévalue sa main après la réponse d’1♠ : 15H, 16HL, 18HLD. Sa réponse de 3♠ est donc bien évaluée (17-18HLD). Ouest, maintenant fitté, réévalue sa main également : 13H, 15HL, 20HLD (3 points de longueur d’atouts non connus chez le partenaire + un singleton). Avec 37 à 39HLD dans la ligne, Ouest-capitaine (il est le seul à connaître le total des points) ne peut pas s’arrêter avant au bas mot le petit chelem, et il envisage d’emblée même le grand… Appel aux As (et non 4♠, qui après 4♥ est une très mauvaise enchère, sur laquelle le partenaire ne peut que passer !) par 4SA. On n’est même pas gêné par l’enchère de 4♥, qui empêche de vérifier la présence des contrôles, puisqu’on les a soi-même tous. Après la réponse de 5♣, on a toutes les clés et on connaît déjà 6 levées à ♠, 1 à ♥ (+ 2 coupes probables du côté court, sans problème avec un fit 10ème), au moins 1 à ♦, et 2 à ♣. L’appel aux Rois, qui confirme la présence du ♦R apporte la 13ème levée : 7♠ bien mérités (vous auriez déjà eu une bonne note avec 6♠ +1).
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  16. Cher Monsieur, merci de cet éclaircissement très bienvenu. La clé se trouve dans votre appréciation de l’intervention par 1C. Et je note que les enchères compétitives offrent des exemples de pièges redoutables, si on se laisse aller au doute. Seule la rigueur permet de les éviter.

  17. Cher Monsieur.
    Dans le cours « Les CONTRE de l’ouvreur (1) », dans le paragraphe « Le réveil de l’ouvreur » :
    1) dans « Principe » vous écrivez : « … ouverture minimale, 2 cartes max dans l’ouverture ». Ne serait-ce pas 2 cartes max dans la couleur de l’intervention ? (On n’ouvre pas avec 2 cartes).
    2) Un peu plus haut, vous écrivez « Ouverture 1♦, suivi de 2 passe ». J’imagine « Ouverture 1♦, 1♥, suivi de 2 passe ». Est-ce correct ?
    3) Sous la 2ème boulette, vous écrivez « Lorsque l’on supporte une réponse de son partenaire… ». Mais dans ce cas, le n° 3 (le partenaire) n’a pas passé, contrairement à ce qui est indiqué sous le titre. Je ne comprends pas vraiment…
    Merci d’avance pour votre réponse et pour tout votre site si généreux en informations.

    • Cher ami bridgeur,
      Relisant le texte, je m’aperçois que vous avez parfaitement raison. Il manque à chaque fois la mention de l’intervention (2♣). Merci beaucoup de m’avoir signalé ces coquilles. Elles sont déjà corrigées.
      Bien bridgeusement à vous,
      Olivier CHAILLEY

  18. Ah oui, intervention 2♣ et non à ♥ comme je l’avais pensé (il manque un 2 dans votre texte et suit à cette modif. le terme « fig. 1 » a bougé sous la figure, en haut de la page).
    Mais la fin de ce paragraphe n’est pas encore claire pour moi. En fait, je ne comprends pas la différence entre les 2 exemples.

    • Il n’y a aucune différence entre les deux exemples, sauf dans la réponse de Nord : passe s’il a un beau trèfle (passe Blanche-Neige) ou bien n’importe laquelle des 2 autres couleurs (sous-entendues admises par le contre) dans le cas contraire.

  19. Cher Monsieur,
    Merci pour tous vos avis, si clairs.
    Question : après 2 Passe, l’adversaire ouvre d’1♥. Je suis le dernier à parler, vert contre rouge. Ayant 4 cartes et 1,5 arrêts à ♥, 3 cartes et 1,5 arrêts à ♠, 3 cartes et 1 arrêt ♦, 3 cartes et 1 arrêt ♣ et 12 points, suis-je en droit d’annoncer 1SA ? Quels sont les critères pour pouvoir le faire ? Pour mémoire : téméraire, je l’ai fait. L’ouvreur avait 17 H, son partenaire (fitté, 6H) passe. J’ai chuté de 3 et ce fut bon pour nous. Quid ?

    • Cher ami bridgeur,
      J’ai l’impression que vous devriez simplement relire tous les cours sur le réveil, car toutes les réponses à vos questions s’y trouvent. Quelques remarques : 1°) Avec 12H et 12HL, pourquoi n’avez-vous pas ouvert, même 4333 (peut-être ce 4333 vous a-t-il fait dévaluer votre jeu ?) ? 2°) Le n° 3, avec 6 points, aurait dû parler sur 1♥, évidemment, et ce sont vos adversaires qui auraient joué 1SA ou 2 à la couleur, marquant 150 ou 180 puisque 150 engrangés pour vos 3 de chute ont été mauvais pour eux (ils ont réalisé 9 levées donc 3SA !). Avec 6H en réponse, on ne passe pas. 3°) le réveil à SA se fait avec 9 à 12H (10 à 12H vulnérable), jamais plus. Vous avez donc bien enchéri. Votre « aventure » me paraît donc bien banale et fréquente…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  20. Je me permets d’intervenir dans la question posée par Roger : je crois comprendre qu’il était en n°4 et qu’il cherche a savoir comment il pouvait (devait) parler alors que l’ouverture est faite par le n°3, 1 et 2 ayant passé… Il était donc en intervention et non en réveil !

    • Si vous avez raison, et que Roger était effectivement en intervention, 1SA devient une folie furieuse ! On n’intervient par 1SA qu’avec 16 à 18 points. Avec son jeu, la seule possibilité était alors de PASSER et d’attendre la suite…
      Olivier CHAILLEY
      PS : Il est important que les questions soient posées avec précision, sans quoi il m’est bien difficile de répondre efficacement.

  21. Bonjour et merci pour votre conseil.
    Comment ouvrir (en premier à parler) la main suivante : ♠6 ♥D97 ♦ARDV10852 ♣8 ?
    3SA ? 2♣ ? (probabilité 4 perdantes ?) 5♦ ?
    Bien à vous.
    Roger

    • Cher ami bridgeur,
      Vous savez (j’espère) que 3SA promet une mineure pleine de SEPT cartes, et rien à côté. 2♣ d’ouverture ne peut être envisagé qu’avec 15 points d’HONNEURS au moins, quelle que soit la distribution (levées de défense suffisantes). 5♦ est un barrage avec 9 cartes et un maximum de 9H. De plus, cette main de 8 cartes à ♦ est trop forte pour un barrage à 4♦ (8 levées de jeu au lieu de 6 ou 6 ½ ). C’est donc bien simple : vous l’ouvrez, comme tout le monde, d’1♦ (ouverture de 13 à 23HL, ici 16HL ou plutôt 20HLD à ♦). Un passe général sera rarissime, et d’ailleurs vous rapporterait un top, votre partenaire ayant moins de 5H ne vous aidant en aucun cas pour faire 5♦ ou 3SA. Attendez le second tour d’enchères pour annoncer 4♦ avec saut (20 à 23HL, 7 cartes au moins). Au total, appliquez (comme toujours) le cas général, et n’allez pas chercher midi à 14 heures !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  22. Cher Monsieur Chailley,
    Je reviens avec plaisir vers vous à propos des Texas mineurs.
    Voici la mésaventure arrivée hier à nos adversaires en compétition.
    La main de Nord : ♠- ♥DVxx ♦Rx ♣ADVxxxx
    Sud (donneur) : ♠ARx ♥xxx ♦AV10x ♣Rxx
    La séquence dans le silence adverse: 1SA-2♠-3♣-3♥ (courte à ♠)-3SA-4♣*(appel aux as…)-4♠-4SA (appel aux Rois)-5♥-6♣. Le chelem est évidemment infaisable, une de chute.
    Personnellement, je n’aime pas le 4♣ appel aux As dans cette situation car, avec deux As, à moins de jouer le CRM, on ignorera la couleur des As. Si la courte est une chicane, c’est désastreux. L’appel aux Rois était à mon avis hors de propos car il s’agit d’une enchère de grand chelem garantissant la présence de tous les as.
    La main de Nord est certes belle, mais je pense qu’il aurait dû passer après l’enchère de 3 SA qui montre que le partenaire a des gros points perdus dans la courte (♠ en l’occurrence). Si l’on veut « pousser », j’aurais alors mis 4♦, contrôle ♦ à l’écoute du contrôle ♥, sur lequel l’ouvreur aurait dit 4♠, déniant le contrôle ♥, pour jouer 5♣ et éviter ce mauvais chelem.
    Quel est votre avis?

    • Cher ami bridgeur,
      Votre question appelle beaucoup de commentaires : le style de vos enchères implique que vous étiez en match par quatre, car en match par paires, il n’y avait aucun intérêt à reparler sur 3SA, contrat final.
      1°) Comment Nord a-t-il pu faire un Texas ♣ avec 4 cartes à ♥ ? La bonne enchère était 2♣, et sur le 2♦ du partenaire, une enchère à 3♣, suivi éventuellement de 4♣ sur 3SA, si on cherche le chelem : comme vous le soulignez, après 4♦, en l’absence de contrôle ♥, on se serait arrêté à 5♣.
      2°) Admettons que Nord ignore ses 4 cartes à ♥ (interdit par le Standard Français). Comment peut-on jouer 4♣ appel aux As dans cette situation, sans contrôle ♥, et surtout avec une chicane ? Je sais bien qu’A. Lévy (Le Bridgeur n° 887, septembre 2014, p. 45 à 48, et n° 889, décembre 2014, p. 50) préconise pour les PAIRES FITTEES un Blackwood à 4♣ lorsque l’atout est ♣, mais je crois que vos adversaires auraient dû relire l’article avant ! Les conditions du Blackwood restent bien sûr inchangées : il faut connaître tous les contrôles, et une chicane est interdite. Par ailleurs, il faut que l’enchère de 4♣ suive directement l’annonce de l’atout. L’enchère de 4♣ dans votre séquence n’est pas un Blackwood (voir la même séquence publiée par A. Lévy dans le Bridgeur n° 887, p. 47). En revanche, « après l’ouverture de 1SA, les soutiens DIRECTS (1SA-2♠-3♣-4♣*) en mineure en palier de 4 sont des Blackwood (tout cela marche aussi bien avec les ♦, bien sûr). La réponse de 4♥ montre une carte clé, la collante à 4♠ est une question à la Dame d’atout, 5♣ la réponse négative » (A. Lévy).
      3°) Evidemment, l’appel aux Rois n’a rien à faire ici.
      Finalement, est-ce qu’il n’y a pas lieu de s’en tenir simplement au SEF ?
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

      • Cher monsieur, vous touchez du doigt, comme le plus souvent, la plaie toujours ouverte de la pratique du bridge en club : « pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ». Le SEF a pourtant le grand mérite d’être d’une rigueur logique indiscutable et d’offrir des voies de compréhension et de progression, qui demandent certes de la patience, mais qui soutiennent efficacement les efforts d’une pratique régulière.
        Cependant, je vois des joueurs qui s’entendent sur des règles spécifiques, ou qui restent attachés aux pratiques qu’ils ont retenues d’autrefois, ou qui empruntent à d’autres systèmes des enchères qu’ils jugent utiles. Cela ne me choque pas pour autant, puisque le bridge a des règles qui ouvrent en grand les portes de la liberté des joueurs. En outre, on voit bien que c’est à leurs risques et périls.
        Il reste qu’en jouant sur des sites de bon aloi, (pour le « fun », et ne pas le nommer) il arrive de trouver des pratiques inattendues qui sont empruntées aux systèmes britannique, polonais ou américain. Et la comparaison des résultats d’une donne, selon qu’on pratique tel ou tel système, montrent assez souvent que les enchères de nos compétiteurs étrangers se révèlent plus efficaces et obtiennent le meilleur résultat.
        J’en tire la leçon que le SEF, ni mieux ni moins bien que les autres systèmes, sert à un apprentissage patient qui permet à la longue d’atteindre ce que mon deuxième professeur appelait « l’esprit du bridge », autrement dit la clé ouvrant l’Eden à ces bons joueurs qui jonglent avec les enchères, les inférences, les chausses-trappes du comptage des mains, les subtiles manoeuvres de couleurs, et ces expasses ou ces …, brefs ces virtuoses qui occupent généralement la table 1 des tournois de chaque club. Mais encore, j’en conclus que le SEF, comme tous les systèmes, n’est pas la panacée, sauf bien entendu qu’il est le passage obligé conduisant à » l’illumination » ; après quoi, on peut envisager d’accéder aux catégories supérieures, accumuler les Trophées et postuler aux têtes de séries des festivals. Ouf !!!
        Pour le plus grand de nos clubs, la Fédération française, les apprentis qui doivent parcourir ce long chemin semé d’épineux, sont le nerf de la guerre. Mais, ce serait bien tout de même, que le plaisir de jouer à un jeu d’exception, d’une grande subtilité et d’une incroyable diversité, soit partagé par tout le monde. Ce serait bien que la pratique de ce jeu soit partout soumise de manière impitoyable à des règles d’éthiques appliquées sans état d’âme par une sorte d’arbitres particulière imposant une tolérance zéro à tout comportement susceptible d’éteindre le plaisir de jouer ! Ce serait bien que l’encadrement des clubs soit formé à entretenir la flamme du plaisir de jouer, qu’ils sachent attiser le feu et la passion du jeu tout en écartant sans faiblesse toutes ces bouches qui vomissent des injures, ces « gueules d’enterrement » qui assombrissent une table tout le long du tournoi, ces pratiquants qui jonchent les tables de leurs outils personnels, ces donneurs de leçons qui scandent leurs commentaires à tous vents, ces maladroits qui laissent à chacun de leur passage leur boite d’enchères sans dessus-dessous, etc … Ce serait bien que les partenariats soient établis avec simplicité pour les débutants, que les lignes soient toujours le plus possible équilibrées, etc … Evidemment, j’en oublie sans doute beaucoup et j’admets qu’animer un club est compliqué, lourd à porter, et parfois pesant. Mais, pourquoi faut-il que l’on voie des larmes sur certains visages, des abandons, des arbitres injuriés, des perturbations plus bruyantes les unes que les autres, etc …
        L’esprit du bridge n’est-il pas là aussi ?
        Il n’y a sans doute pas de réponse à ce petit libelle … Elle n’est pas nécessaire, d’ailleurs. Chacun peut-il seulement prendre deux minutes de réflexion à propos de cette question et en tirer une leçon personnelle ?

  23. Cher Monsieur Chailley,

    Mille mercis pour votre réponse très détaillée et très documentée. J’avais oublié de préciser que le déclarant avait essayé de « voler » son contrat après l’entame atout,en faisant l’impasse à carreau, ce qui lui eût permis de défausser un troisième coeur du mort, mais ce n’était pas son anniversaire car Rachel gisait en Ouest, et il était alors facile pour Ouest de jouer coeur pour deux de chute.
    Au fait quelle est la raison de la nomination « inversée » des singletons après un Texas mineur? Est-ce pour ne pas oublier que 3 SA montre un singleton dans l’autre mineure?

  24. Cher M. Chailley.
    A propos du Roudi, séquence d’enchères à 2 : 1♣, 1♠, 1SA, 2♣, 2♥, 2SA. C’est une séquence qui se trouve dans le dictionnaire des enchères et je ne comprends pas la dernière enchère de 2SA : on a trouvé le fit à ♠, on connait les points de l’ouvreur (12 ou 13H). A défaut d’une longueur dans une autre couleur (jeu régulier), pourquoi le répondant ne peut-il directement soit déclarer la manche à 4♠, soit s’arrêter à 2♠ s’il est faible ? Quelle est l’information ou la question posée par l’enchère de 2SA ? S’agit-il d’une proposition faite à l’ouvreur de jouer quand même à SA, et dans ce cas, ce sera à l’ouvreur de passer ou enchérir à 3SA ?
    Encore une fois, merci de vos conseils et avis.

    • Cher ami bridgeur,
      Remarque : Le Dictionnaire N’EST PAS destiné à apprendre une séquence, ici le Roudi. Ce sont les cours qui sont là pour ça. Le Dictionnaire est une REFERENCE, et sert surtout RETROSPECTIVEMENT à retrouver une séquence qui serait produite à la table. Il se doit pour cela d’être complet (de montrer toutes les séquences possibles, même si certaines sont rarissimes et/ou semi-inutiles). En l’occurrence, c’est bien pour jouer SA au lieu de 4 en majeure que ces enchères existent. Ce peut être utile pour certaines mains, et notamment en match par paires, mais cela ne concerne que les joueurs de compétition.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  25. Cher Monsieur,
    Après une ouverture de 2♥ en première position, en seconde position avec un bicolore mineur 6/5 j’annonce 2SA, trouvant l’enchère plus économique que d’annoncer 3♦ et partant du principe que, fort, je contrerais puis mettrais éventuellement 3SA avec 1,5 arrêt. Qu’en est-il ?
    Bonnes fêtes.

    • Cher ami bridgeur,
      Je ne connais pas cette défense, qui est loin du SEF. 2SA en intervention après 2♥ est naturel. En effet, que dire d’autre avec ♠RD8 ♥AV10 ♦R1098 ♣AV7 ? Comme d’habitude, je m’en tiens donc au SEF et à la défense préconisée par l’Ecole Française de bridge. Vous pourriez revoir le cours Défense contre les barrages (2).
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  26. Cher Monsieur,
    Dans la séquence 1♦-P-1SA-P-2SA, il y a un piège car la main à 16/17H est irrégulière, sans quoi on aurait eu une ouverture de 1SA. Pourquoi la séquence 1♣-P-1SA-P-2SA est-elle différente et la main est-elle régulière avec 18/19H ?
    Merci de vos éclaircissements. Et bravo pour votre site !

    • Cher ami bridgeur,
      Ces deux séquences sont à la fois semblables et assez différentes, car rappelez-vous : la réponse de 1SA sur 1♣ n’est pas un SA « poubelle », mais bien une main régulière avec 8 à 10H, possédant toujours au moins 7 cartes en mineures. Au contraire, sur 1♦, le SA peut déjà être « poubelle » (avec au moins 3 cartes à ♣).
      Lorsque l’ouvreur ouvre d’1♦, la redemande de 2SA sur 1SA peut cacher un singleton ♣ (voir la démonstration dans la fiche 1♦-1SA-?). En revanche s’il ouvre d’1♣, celui-ci ne peut plus exister. Il n’y a donc pas le même « piège ».
      Remarque : j’ai légèrement modifié les fourchettes de points de la fiche 1♣-1SA-? pour être cohérent avec le fait que l’on connaît au moins 8 points en face. 2SA promet une main semi-régulière 6322 ou 5422 avec 16-17HL et à partir de 18HL, on peut conclure à la manche directement.
      Enfin, un rappel : le Dictionnaire des enchères n’est pas destiné à apprendre les enchères, mais un outil de référence A POSTERIORI, lorsque vous avez eu un problème d’enchères à la table.
      Bien bridgeusement et cordialement vôtre,
      Olivier CHAILLEY
      P.S. : Un message de Desvernois s’est glissé entre votre message et ma réponse, traitant probablement (?) de la même question. J’avoue n’avoir pas compris ce qu’il voulait dire…

  27. Bonjour
    Dans la première séquence il peut y avoir 15pts 16pts 17pts mais avec 4 levées
    Dans la deuxième séquence la réponse sur 1T il y a 8H avec main régulière et 17 H il y a 3 SA
    D ou le intérêt de une feuille de convention

  28. Cher Monsieur Chailley,
    Je reviens vers vous à propos des Texas mineurs sur l’ouverture de 1SA, et en particulier sur la possibilité d’une double réponse sur 2♠ (2SA ou 3♣ selon la présence ou l’absence d’un bon fit ♣).
    Si l’on continue après 1SA-2♠-3♣, le système classique prévoit soit de dire 3♦ pour décrire un 5-5 mineur espoir de chelem, soit d’enchérir au palier de 3 pour nommer un singleton (ou une chicane), avec 3♥ pour le singleton ♠, 3♠P pour le singleton ♥, et 3 SA pour le singleton ♦. Subsidiairement, j’ai croisé des joueurs qui n’inversaient pas les réponses ♥ et ♠ (peut-être pour éviter le risque d’oubli).
    Mais après la séquence est 1SA-2♠-2SA, on peut se demander si l’enchère de 3♦ garde encore la même signification (alors poursuite de la description de la main bien que le fit soit déjà trouvé), et si on garde encore le même processus de nomination de la courte avec les enchères de 3♥, 3♠ et 3SA. On pourrait en effet convenir dans ce cas de nommer sa courte de façon « naturelle » en enchérissant au palier de 3 dans la couleur de la courte, ce qui laisserait plus d’espace si la courte est à ♦. Il serait néanmoins dangereux d’avoir deux systèmes différents selon la redemande de l’ouvreur à 3♣ ou 2SA.
    Qu’en pensez-vous?

    • Cher ami bridgeur,
      Vous n’avez peut-être pas consulté dans le présent site le « Dictionnaire des enchères, Silence adverse (1SA-2♠-2SA et 1SA-2♠-3♣) », car les deux séquences s’y trouvent avec, comme il se doit, les séquences admises aujourd’hui, et que j’ai bien entendu faites miennes, bien qu’elles ne soient pas explicitées complètement dans le SEF. Elles restent dans l’esprit du SEF et ont été validées par l’équipe de l’Université du Bridge, qui publie dans Le Bridgeur : L’enchère de 3♦ garde la même signification après la réponse fittée de 2SA (description d’un 5-5). Bien entendu, avec votre PARTENAIRE ATTITRE, vous pouvez faire ce que vous voulez, mais, comme toujours, attention de ne pas se surcharger la mémoire lorsqu’une enchère est conventionnelle…
      Bien cordialement et bridgeusement vôtre,
      Olivier CHAILLEY

  29. Cher monsieur,
    Permettez-moi de vous remercier pour votre site et la qualité de votre travail mis à disposition de tous. Débutant en bridge, je me réjouis par avance des centaines (milliers ?) d’heures que je vais passer à apprendre ce jeu passionnant avec vos documents.
    J’aurais une question : avant de tomber sur le vôtre, certains sites préconisent de retirer les points L de l’atout quand on calcule les points HLD (après un fit). Vous semblez ne pas toucher aux points HL pour le calcul des points D. Ai-je mal compris quelque chose ? Cela a-t-il des conséquences sur la précision de certaines enchères ?
    En vous remerciant,
    Bien cordialement,
    Fred

    • Cher ami bridgeur,
      J’ai déjà répondu très souvent à cette question qui préoccupe les débutants. Ce sont des points de détail qui n’affecteront en rien vos résultats futurs. L’évaluation en points H, L et D est assez récente et donne donc lieu à de petites rectifications de temps en temps, au gré de l’humeur des auteurs et des sites, pour s’approcher le mieux possible d’un idéal statistique. On n’y arrive bien entendu pas vraiment. A votre stade d’apprentissage, on peut dire que les mains sont plus souvent sous-évaluées que surévaluées. Alors, comme le dit le SEF, que je défends comme vous le savez sans doute, je vous dis à mon tour : comptez tout, et ne retirez rien ! Voyez le SEF, édition 2012, pages 5 et 6.
      Et bonne chance dans notre jeu ! Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  30. Cher Monsieur,
    Il y a longtemps que je n’ai pas eu le courage de vous contacter mais nous avons eu un problème d’enchères : ouverture de 2♦ avec 8 ♦ maîtres, ♣AR, 1 ♥ et 2 ♠. En face ♠RD, ♥A, chicane ♦, ♣V2. Qu’auriez-vous fait ? Merci.
    Cordialement.

    • Chère amie bridgeuse, voici vos mains :
      Nord : ♠RDxx(xxx) ♥Axxx(xxx) ♦- ♣V2
      Sud, ouvreur : ♠xx ♥x ♦ARDVxxxx ♣AR
      Dans Le Bridgeur d’avril 1999, M. Lallement, de Dampmart, posait la question qui vous préoccupe à Michel Bessis en ces termes : « Les ouvertures de 2 fort en majeure ne posent que des problèmes mineurs. En revanche, les ouvertures avec des mains fortes, unicolores mineurs, posent des problèmes majeurs. […] ». Il avait bien raison, car le problème est quasiment insoluble. Voici des extraits de la réponse de M. Bessis : « [L’ouverture de 2♣ suivie de 3♣/♦ est] une ouverture de type Acol [qui] garantit 7 cartes à ♣/♦, 8½ à 9 levées de jeu, et 15-16 à 18-19 points H. Mais […] comment traiter les mains plus riches en points, ne comportant que 6 cartes dans la mineure et trop fortes pour une simple redemande à saut ? [C’est] simple : ouvrez au palier de UN et continuez par un « faux bicolore » forcing, cher ou à saut. […] Certes, ce n’est pas parfait. […] ».
      Dans le cas présent, vous avez à la fois une main forte ET une main très longue. Vous avez en Sud 10 levées de jeu et vous avez ouvert, à juste titre je crois, plutôt de 2♦ que d’1♦ (j’insiste, car cette dernière ouverture était envisageable, quoique risquée !…). La réponse a été forcément 2♠ (1 As majeur), ce qui vous amenait à 11 levées de jeu. Votre redemande à 3♦ a automatiquement entraîné un changement de couleur dans la majeure la plus longue de votre vis-à-vis, enchère plutôt positive, alors que 3SA aurait été plutôt frénateur. Vous devez considérer que 3♥/♠ vous rapportera en principe une levée dans l’une ou l’autre couleur et conclure alors à 6♦, contrat que vous avez envie de jouer, et que vous « risquez ».
      D’autres possibilités existent, mais demandent un peu plus de travail avec son partenaire attitré : votre partenaire sait qu’on va jouer ♦, d’autant qu’après son enchère de 3♥/♠, vous avez dit 4♦, imposant définitivement l’atout. Il a une main telle (6 points d’honneurs en plus de l’As promis !), avec un contrôle certain des deux couleurs majeures, qu’il doit obligatoirement annoncer ses contrôles non connus, ici 4♠. Maintenant, qu’il ait l’♠A ou l’♥A, vous savez qu’il possède un contrôle dans l’autre majeure, et vous concluez à 6♦.
      Remarque : Après la réponse de 3♥/♠ de votre partenaire, vous auriez pu envisager de dire 4♣, pour enclencher les contrôles. Mais il me semble que cette enchère peut être très ambiguë pour votre partenaire : contrôle ♣ ou bicolore ♦/♣ ? En effet, quelquefois l’ouverture de 2♦ peut s’envisager avec un bicolore. Vous voyez que le problème n’est pas simple…
      Bien cordialement et bridgeusement vôtre,
      Olivier CHAILLEY

  31. Cher Monsieur CHAILLEY,
    J’aimerais connaître votre avis sur la main suivante, Ouest donneur, NS Vulnérables.
    Main de Sud après 3 passe : ♠Axx ♥AVx ♦A ♣AV9xxx
    Quelle serait selon vous la meilleure des ouvertures et que répondriez-vous sur la réponse de 1♦ en Nord après l’ouverture de 1♣ en Sud ?
    D’avance merci de consacrer un peu de votre temps pour me répondre.
    Cordialement
    JYLMT

    • Cher ami bridgeur,
      Par coïncidence, la dernière question posée dans cette même page d’accueil, le 21 mars dernier, concernait une main pratiquement similaire, unicolore forte. Voyez donc la réponse que j’ai apportée, pas très satisfaisante d’ailleurs. De la même façon, je vous réponds qu’il n’y a pas de solution miracle (cf. l’article de Michel Bessis, op. cit.). Voici l’exemple donné par M. Bessis : ♠RV4 ♥D ♦AV3 ♣ARV1096. 20HL, unicolore avec une très belle couleur ♣. Il faut ouvrir de 1 à la couleur et continuer par une enchère forcing, « faux bicolore » cher ou à saut. Par exemple 1♣-1♥-2♦, ou bien 1♣-1♦-2♠.
      Votre main (♠Axx ♥AVx ♦A ♣AV9xxx) est également de 20HL et ne peut pas être considérée comme régulière. Je pense donc qu’il vaut mieux l’ouvrir d’1♣ que de 2SA, ce qui n’aurait pas été une grosse faute. Sur la réponse d’1♦, je crois qu’il faudrait maintenant dire 2♥, enchère forcing de manche avec 3 cartes seulement, plutôt que de se jeter sur 3SA, car votre partenaire n’est peut-être pas minimum, et il faut lui donner une opportunité de se décrire, tout en étant forcing. S’il dit 2SA (modérateur), il sera temps de dire 3SA, de même s’il soutient à 3♥. Un soutien différé à ♣ vous fera au contraire espérer un chelem. Et bien sûr, vous-même, sur n’importe quelle autre enchère, répéterez vos ♣, et il saura ainsi que vous en avez 6, même s’il pense que vous avez 4 cartes à ♥. Si c’est lui qui conclut à 3SA, songez à le lui enlever par l’enchère de 4♣, bonne enchère en match par 4, mais peut-être risquée en match par paires, où il vaut peut-être mieux passer…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  32. Cher Monsieur Chailley,
    J’aimerais avoir votre sentiment sur une donne bizarre récemment rencontrée en compétition. Sud relève une belle main : ♠x ♥ARDV987 ♦RDxx ♣x et décide d’ouvrir de 2♣. Ouest contre, Nord met 2♦ que Sud interprète comme un relais normal (on aurait pu passer mais là n’est pas le propos), et Est dit 3♥ !
    La question posée est double : si Sud contre, est-ce un contre d’appel (jeu tendance tricolore avec sans doute 4 cartes à ♠, ou puissant bicolore) ou un contre punitif ? Et si Sud passe, Nord peut-il imaginer qu’il s’agit d’un passe « Blanche-Neige » demandant de contrer les 3♥, ce qui permettra alors à Sud de passer avec délice pour encaisser des dividendes confortables ?
    Dans la donne réelle, Nord perplexe a dit 3♠ (sa main ♠DVxxx ♥x ♦x ♣D10xxxx) et Sud a dit à regret 4♥ : résultat une de chute car Est avait ♥10xxxx (on perd 3 As et un atout) et de gros regrets.
    Merci d’avance pour votre réponse.

    • Cher ami bridgeur,
      Nord : ♠Vxxx ♥x ♦x ♣D10xxxx
      Sud : ♠x ♥ARDV987 ♦RDxx ♣x
      S—O—N—E
      2♣–X–2♦–3♥
      P—–P—-3♠—P
      4♥–fin
      J’avoue, à mon humble désarroi, « n’avoir rien compris au film ». Je ferai pêle-mêle quelques commentaires :
      1°) Avec 15H seulement, même avec seulement 4 ½ perdantes, on ne devrait pas ouvrir de 2♣ (pas assez de levées de défense), et encore moins avec un BICOLORE (voir tous les cours sur la question !). L’ouverture que j’aurais choisie est 1♥.
      2°) Le contre de 2♣ est un contre d’une enchère artificielle, contre d’entame et de défense qui comporte 5 ou 6 cartes à ♣. Ce n’est en aucun cas un contre d’appel, qui serait ici suicidaire ! Nord a-t-il demandé la signification de ce contre avant de parler ? Ce contre a-t-il été alerté ? Sinon, la suite devient du charabia.
      3°) Après un contre, qui supprime l’obligation du relais à 2♦, 2♦ est une main positive, de manche, avec 5 ou 6 ♦, et au moins un gros honneur. Sinon, passe est obligatoire.
      4°) La réponse au contre, ici 3♥, n’est pas cotée, puisque le contreur n’a que du ♣ !
      5°) Après le passe de Sud et d’Ouest, la tentative de sauvetage de Nord à 3♠ est normale, ainsi que la conclusion de Sud à 4♥.
      6°) Soulignons que le ♥10 5ème de Nord fait en effet perdre 1 atout, mais que je ne vois pas bien, même sans cela, comment vous pouvez gagner 4♥. Il n’y a en effet que 8 levées, même avec les atouts répartis, sauf si les adversaires ont l’« amabilité » d’entamer de l’♦A, ou de le jouer en cours de route, ce qui est très mal joué !
      En conclusion, voilà ma séquence, plus vraisemblable que la vôtre :
      S—O—N—E
      1♥-X–P—1♠ (ou 2y)
      2♦-P—2♥-P–fin
      Remarques : 1°) Nord revient bien à 2♥, avec un singleton, et ne mentionne pas ses ♣, car après le contre et un bicolore en face, les ♣ n’ont aucune chance de servir à quelque chose. 2°) 2♦ en Sud est bien un bicolore économique, qui va, je le rappelle, de 13 à 19HL (ici 18HL). Et après le retour « misérable » à 2♥, la manche devient lointaine, et on doit PASSER (bien sûr, si les adversaires renchérissent, on dira tout de même 3♥).
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  33. Cher Monsieur,
    Je suis assez novice, et ne tenez pas compte outre mesure de ma réponse… Simplement, je croyais que contrer une ouverture artificielle (comme 2♣) voulait dire : « je demande l’entame dans la couleur artificielle »… Or, puisque Ouest est après l’ouvreur, c’est lui qui va entamer très probablement et un tel contre serait inutile… Alors, quelle autre signification aurait le contre ?
    Merci d’avance.

    • Cher ami bridgeur,
      Vous avez partiellement raison, car le contre d’une enchère artificielle demande effectivement plutôt une entame dans la couleur. Mais (voir Contre d’une enchère artificielle), cela indique aussi une VRAIE couleur, dont la connaissance pourra être très utile au cours du jeu de la défense. De plus, comment pouvez-vous être sûr que l’ouvreur de 2♣ va toujours jouer ? Il n’y a donc pas d’autre signification de ce contre…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  34. Cher Monsieur Chailley,

    Vos commentaires sont toujours aussi pertinents qu’agréables à lire.
    Il est vrai que la situation était quelque peu ubuesque, et finalement peu didactique.
    J’aime bien la séquence que vous proposez (j’aurais peut-être ajouté un ultime effort en Sud avec une enchère de 3C, pour montrer un 6-4 maximum du bicolore économique, sur laquelle Nord passera).
    Merci pour votre patience et votre gentillesse.
    Bien cordialement,

  35. Cher Monsieur Chailley,
    Je reviens toujours sur votre site quand j’ai des soucis avec mon bridge, c’est un trésor ! Aujourd’hui, j’ai un problème : Dans mon club, pour des raisons non bridgesques, il a été décidé que dorénavant les tournois par paires seraient comptés en IMP. Personnellement, je n’ai rien contre ni pour, car je ne vois pas quelles sont les inférences de ce système sur la façon de jouer. Pourriez-vous éclairer ma lanterne ?
    Encore un grand merci pour ce point de rencontre.

    • Cher ami bridgeur,
      On ne peut pas en quelques lignes vous donner la différence entre match par paires et match par quatre (car c’est de cela qu’il s’agit, même si vous ne voyez pas à chaque tour quels sont vos partenaires). Voyez soigneusement le règlement de ces deux sortes de tournois et surtout comprenez comment l’on compte les points. Vous devriez trouver cela sur ce site même (dans l’Index-Dictionnaire, en cherchant tournoi, paires, match par quatre, duplicate, etc… Il résulte de cette différence de compte qu’en match par quatre (IMP), il est important de faire le plus possible de différence de points avec les autres (et donc ne pas empailler/rater les manches et les chelems, les levées de mieux ne servant pas à grand-chose ; alors qu’en match par paires, il suffit de faire mieux que les autres, même à 10 points près.
      Exemple 1 : En match par paires, 3SA + 1 (430) vous donne une bien meilleure note que 4♠ égal (420), car vous battez tous ceux qui ont fait 4♠, ne fut-ce que de 10 points. Alors qu’en match par 4, une différence de 10 points ne compte pas du tout.
      Exemple 2 : En match par paires, si vous êtes le seul à demander un chelem, contre tous les autres qui gagnent 4♠ + 2, vous aurez bien le top (100%), mais les autres se partageront tout de même les restes (40% au moins), et au total vous aurez gagné 2,5% sur le tournoi (chaque donne comptant pour à peu près 4%), c’est-à-dire 1/40 des points possibles à glaner. En match par 4, la différence de 500 ou 750 (prime de chelem) vous rapportera 10 ou 12 points IMP en une seule donne, c’est-à-dire probablement en un seul coup plus d’1/8 des points possibles.
      Exemple 3 : Vous êtes le seul à réussir un chelem vulnérable (6♠ par exemple) demandé par tout le monde. Vous marquez 1430 + 100 (la chute des autres) = 1530, ce qui rapporte 17 IMP, c’est-à-dire maintenant qu’en une seule donne, vous avez gagné suffisamment de points (1/5 de tous les points du tournoi) pour gagner carrément le tournoi, si vous ne faites pas de contreperformance par la suite.
      Le match par paires est une longue accumulation de points, le match par 4 est une recherche d’un coup spectaculaire. Bien sûr, vous pouvez également perdre le match en une seule donne si vous faites un gros « swing », c’est-à-dire qu’un ratage rapporte beaucoup aux autres alors qu’il aurait dû vous rapporter à vous…
      Rappel donc de ce que je répète à longueur de site pour les débutants : connaissez les règles du jeu, et sachez compter vos points de match !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  36. Cher Monsieur CHAILLEY,
    Je suis un inconditionnel du SEF et j’ai lu dans cette bible qu’avec 14H minimum et 5 ♣ et 5 ♠ il fallait ouvrir d’un Trèfle. Or dans votre fiche « 1♣–? » vous dites qu’avec cette main on doit ouvrir d’1♠ et que ce sont les « puristes » qui ouvrent d’1♣. A quelle attitude doit-on se fier ? La tendance actuelle favoriserait-elle l’ouverture d’1♠ sur celle d’1♣ ? Qu’appelez-vous « puristes » ? Merci par avance pour votre sentiment sur ce sujet.
    Cordialement,
    Jean Yves LE METAYER

    • Cher ami bridgeur,
      Je n’ai pas trouvé à quelle fiche vous faisiez allusion : dans les deux dictionnaires, les conditions d’ouverture d’1♣ ne mentionnent aucunement cette condition du SEF, que j’ai toujours adoptée, car elle est sous-entendue, évidemment. Le mot « puriste » n’apparaît nulle part à ma connaissance. Ne vous êtes-vous pas trompé de site ? Ou tout au moins de page ?
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

        • Monsieur Chailley bonjour, c’est effectivement sur la fiche « les bicolores de l’ouvreur » que j’avais repéré cette remarque sur les puristes. Je continuerai donc à appliquer le SEF ie : Ouverture d’un T avec 5T/5P et un minimum de 14 H.Merci pour le temps que vous prenez pour nous répondre .
          Cordialement
          JYLMT

        • Cher ami bridgeur,
          Ce cours avait été écrit bien avant l’édition 2012 du SEF, et le « dogme » était celui-là. Les choses, comme dans tous les sports, évoluent. J’ai remis cette page de cours à jour : bicolore cher à partir de 18HL (et non plus 19), 14HL pour l’ouverture de 1♣ avec 5 ♣ et 5 ♠, et j’ai remplacé « puristes » par « joueurs expérimentés ». En effet, quand on aborde les bicolores pour la première fois, les exceptions citées ne peuvent que brouiller l’esprit…
          Bien cordialement vôtre,
          Olivier CHAILLEY

  37. Cher Monsieur Chailley,
    J’aimerais avoir votre avis sur un point d’annonce concernant la deuxième enchère du répondant. Le début de la séquence, dans le silence adverse, est le suivant : 1♥-1♠-3♣.
    Question: l’enchère de 3♥ est-elle un frein (comme le 2SA modérateur après un bicolore cher), ou au contraire un signe d’espoir de chelem, à l’instar du développement classique après une ouverture de 2♣ semi-forcing?
    La question s’est posée avec la main suivante : ♠10xxxx ♥xxx ♦Vx ♣RDx : que dire alors après le début de séquence ci-dessus ? Merci d’avance pour vos commentaires éclairés.
    Très cordialement.

    • Cher ami bridgeur,
      Relisez soigneusement vos cours, car toutes les réponses à vos questions s’y trouvent ! 1°) Après un bicolore économique à saut (20-23HL), il n’y a pas d’enchère « coup de frein », puisque la séquence est forcing de manche. 2°) 2♣ d’ouverture n’est pas « semi-forcing » mais forcing, puisqu’il faut bien répondre 2♦. Vous voulez probablement dire que 2♣ n’est pas forcing de manche. 3°) Avec la main du répondant que vous me montrez, la séquence est mal partie dès le départ, car il n’est pas question de différer le fit ♥ par la première réponse d’1♠ : un fit différé à ♥, dans cette séquence, promet les mêmes points qu’un 2 sur 1 initial et ne peut s’envisager qu’à partir de 13HL, donc 11-12 points d’honneurs. Vous seriez largement dans la zone du chelem et 3♥ serait évidemment chelemisant.
      La séquence aurait donc dû être 1♥-2♥-4♥ ou équivalent (3SA, splinter, manche directe, ou éventuellement enchère d’essai).
      Remarque : excusez-moi pour le délai de la réponse, la question m’avait échappé…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  38. Cher Monsieur,
    Questions sur la réponse par 2 SA fitté… Jusqu’à présent je joue le 2 SA fitté par 3, limité 11-12 HLD. Beaucoup me disent utiliser le 2 SA fitté illimité – 3 ou 4 atouts – avec l’argument suivant : le répondant saura le nombre de points de l’ouvreur à 1 près (3♣ = 12-13 HLD, 3♦ = 13-14 HLD, répétition de la majeure = 15-16 HLD, m’ niveau 3 ou 4♣ ou 4♦ = contrôles et 17-18 HLD, 3 SA = 19 HLD+) et sera le capitaine pour décider du contrat.
    1°) Les tranches sont-elles justes ?
    2°) Quelle supériorité pour savoir quel contrat est atteignable, puisque l’ouvreur sait également à 1 point près la force du répondant dans le cas du 2 SA fitté limité ?
    Merci d’avance, bien à vous

    • Cher ami bridgeur,
      Vous savez d’avance que je ne pourrai rien vous dire de ce système, que JE NE CONNAIS PAS, car il n’est pas dans le SEF. De nombreux essais sont effectués dans le sens que vous indiquez, mais rien n’est aujourd’hui vraiment prépondérant. A votre niveau, ne changez surtout rien à ce que vous faites aujourd’hui, car les inférences d’un nouveau système tel que celui-là sont nombreuses et ne peuvent que vous entraîner à vous « casser la figure ». Comme d’habitude, tenez-vous en à VOTRE système et n’écoutez pas les conseilleurs (voir l’article sur la question publié en janvier 2013 :  » N’écoutez pas les conseilleurs « ).
      Bien cordialement à vous,
      Olivier CHAILLEY

  39. Cher Monsieur CHAILLEY,
    Je souhaiterais connaître votre sentiment sur cette séquence, Sud donneur, personne vulnérable :
    S—O—N—E
    1♣-1♠-2♥- ?
    Main d’Est : ♠V10xx ♥Ax ♦Rxx ♣Axxx. Quel peut-être le raisonnement et l’enchère d’Est après cette séquence ?
    Je vous remercie d’avance pour votre réponse.
    Cordialement
    JY LE METAYER

    • Cher ami bridgeur,
      S’il n’y a pas de menteur à la table, Nord-Sud sont majoritaires en points, car on dit 2♥ avec au moins 12HL, donc 10H. Est possède 12H. Il est donc clair que l’intervention à ♠ d’Ouest a été faite avec peu de points et probablement 6 cartes à ♠. Un chelem est très lointain, mais une manche est possible. Et surtout, Nord-Sud devraient avoir les points de manche. Il faut donc les contrarier au maximum en annonçant directement 4♠. Cette enchère devrait « a priori » être faite avec 5 cartes à ♠ (loi de Vernes), mais ici vos 12 points d’honneurs compenseront l’atout en moins.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  40. Cher Mr Chailley,
    Je ne ne vous poserai aucune question car en fait j’en ai des milliers. Je voulais juste vous remercier. Je suis tombée sur votre site par hasard il y a 4 ans quand j’ai commencé à apprendre le bridge… et il ne me quitte plus : Dès que j’ai un problème, j’ouvre ma « bible chailley », pour moi un outil extraordinaire d’accompagnement. Etant très scolaire, je m’étais inscrite dans un club où je suis assidûment les cours (je passe en 5ème année !!) et où je joue en moyenne une fois par semaine (je sais, ce n’est pas assez…).
    Lorsque j’étais en « première année », je vous ai posé une question et vous avez pris le temps de répondre avec beaucoup de gentillesse à cette élève de petite section de « maternelle » que j’étais. Et c’est aussi pour cela que je vous souhaitais vous remercier.
    Cordialement
    M. une petite 4ème promo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *