Ex – 3ème série

Les exercices, de niveau 3ème série, deviennent comme il se doit de plus en plus difficiles. Le mieux, pour en profiter pleinement, est de les imprimer et d’y réfléchir à tête reposée. Ce sont des révisions générales, sous deux formes : 1°) 1 donne 10 questions, chère à notre champion Jean-Christophe Quantin ; 2°) Des exercices de révision divers. Ils devraient vous permettre de survoler la totalité du cours et de pointer vos faiblesses (trop visibles et fréquentes en club !). Travaillez bien.
1 donne 10 questions n°1 : Révision générale.
1 donne 9 questions n°2 : 4SA quantitatif.
1 donne 10 questions n°3 : Bicolore cher en réponse, contrôles, capitanat.
1 donne 10 questions n°4 : Texas mineur, chelem après SA.
1 donne 10 questions n°5 : Développements à SA.
1 donne 10 questions n°6 : Enchères compétitives.
1 donne 10 questions n°7 : Recherche de chelem.
Entame d’un honneur à SA : Carte à fournir en défense.
Plan de jeu à SA (1) : Main dangereuse.
Plan de jeu à SA (2) : Main dangereuse.
2ème enchère du répondant : Révision générale.
Exercices réponses en attaque : Contre Spoutnik, cue-bids.

Si vous avez eu des problèmes pour obtenir de bonnes notes (au dessus de 75), peut-être faut-il vous lancer dans une bonne révision des notions de 3ème série : Enchères à deux, Enchères compétitives, maniements de couleurs,  jeu du déclarant, jeu de la défense.

14 commentaires sur “Ex – 3ème série

  1. Je suis très intéressée par votre excellent blog ; bravo !
    Je voudrais vous signaler, dans l’exercice “Plan de jeu à SA (1)”, ce qui me semble être une erreur : il faut absolument pouvoir renouveler l’impasse carreau pour avoir ses 9 levées ; il faut donc se ménager une autre reprise en sud que celle de l’as de coeur et pour cela il faut sacrifier la dame de trêfle dès le départ en essayant de faire tomber l’as. Si l’adversaire ne fournit pas, vous êtes en sud au 2ème essai et vous pouvez alors tenter deux fois l’impasse à carreau.

    • Chère amie bridgeuse,
      Relisez très soigneusement cet exercice (Plan de jeu à SA (1), sujet : main dangereuse et laisser-passer) et attardez-vous un peu, car il n’y a pas la moindre erreur…, bien que vous ayez un peu raison sur le fond (il se peut que l’on doive refaire l’impasse, si les trèfles ne procurent pas 3 levées et que le Roi de carreau est en ouest) :
      Vous avez pris la main à pique, après le laisser-passer, au mort (par la force des choses). Vous avez joué trèfle une ou deux fois, en gardant un ou 2 trèfles en main, dont un honneur.
      Une fois l’As de trèfle tombé (ou retenu après le 2ème trèfle, ce qui serait mal joué de la part des adversaires ! : voir la remarque plus bas) et la main reprise à l’As de pique (vous avez laissé passer à la première levée, le Roi ayant pris à la deuxième levée), vous faites l’impasse à carreau. De deux choses l’une :
      1°) Elle rate (le Roi en Est) : pas d’importance, les carreaux sont affranchis, vous ferez égal ou plus un en fonction de la répartition des piques : 2 piques, 2 cœurs, 2 trèfles et 3 carreaux, + un carreau si Est n’a plus de pique lorsqu’il reprendra la main.
      2°) Elle réussit, et vous avez alors votre huitième levée : 2 piques, 2 cœurs, 2 trèfles et 2 carreaux. Il faut en effet renouveler l’impasse pour la neuvième et même une dixième levée. Pour cela, vous avez encore l’As de cœur pour rentrer en main.
      Remarque : le seul cas où les adversaires auraient pu vous « ennuyer » est de retenir deux fois trèfle sans prendre de l’As. C’est en fait mal joué, car il vous reste alors encore votre arrêt pique, et vous avez encore l’arrêt trèfle contre l’As (un honneur seul suffit, car huit cartes sont tombées et il vous en reste 3, dont un honneur second en main). Et vous avez maintenant les deux levées à trèfle cherchées. Vous rentrerez en main alors à cœur, et vous ne pourrez faire l’impasse qu’une fois, espérant le Roi de carreau second. S’il ne l’est pas, continuez carreau : Ouest prendra la main, mais vous avez encore votre As de Pique ! : Vous n’aurez perdu qu’un carreau, un trèfle, et au maximum deux piques…
      Le coup est bien à 100% !
      Cordialement,
      Olivier CHAILLEY

      • Bonjour Monsieur,
        Désolée d’être têtue mais si Ouest possède R10 84 à carreaux, 3 trêfles et si la dame et 10 de coeur sont en Est quatrièmes, ouest prend le retour carreau et joue coeur; le déclarant ne peut plus éviter la chute…
        Cordialement
        C.Delcourt

        • Je crois en effet (amicalement) que vous êtes bien têtue. L’As de T tombe (1ère manœuvre), vous avez deux levées devant vous dans cette couleur, nous en sommes à 7 levées sûres. Après l’impasse K, tentée ensuite, nous avons bien 2 levées de plus, qu’elle réussisse (il faut la refaire dans ce cas, comme toujours), ou qu’elle rate. Nous avons maintenant neuf levées. Je ne vois pas très bien à quel moment Ouest peut prendre la main, surtout avec ce que vous lui attribuez : R1084 de K. En aucun cas, même le pire, les adversaires ne pourront faire plus de 2 piques, l’As de trèfle, et le Roi de carreau. Les cœurs ne sont d’aucune utilité pour l’adversaire, car vous avez deux arrêts, sans l’impasse (qu’il ne faut naturellement pas faire !). Ceci dit, il est vrai que si R1084 de K se trouvent en Est (et non en Ouest comme vous le dites), on pourrait avoir du mal à réaliser 9 levées. Il faudrait alors se rabattre sur l’impasse coeur pour la neuvième levée, qui peut elle aussi rater. Alors, d’accord, le coup n’est pas tout à fait à 100%, mais à 98% (25% pour la non réussite des deux impasses x répartition 4-1 des carreaux 27% x carreaux du mauvais côté 50% = à peu près 3% ; et les trèfles pourraient être répartis 3-3, ce qui réduit les chances de chute à 2,4% environ). Remarques : 1°) Il n’y a pas d’autre plan de jeu possible ou utile : si l’on chute avec ce plan, c’est qu’il n’y avait rien à faire. 2°) Il s’agit d’une donne didactique, où 100% n’est pas vraiment différent de 98% pour des élèves. 3°) Bravo pour votre acharnement, certainement productif, et gage d’un bon avenir au bridge !

  2. Dans la dernière série d’exercices (réponses en attaque), je ne comprends pas l’annonce proposée en correction pour le 5ème exercice, pour le cas où il n’y aurait pas d’intervention. Est-ce une erreur ? Pour ma part, j’aurais répondu 1P.

  3. J’ai une incompréhension pour le “plan de jeu à sans atout 1”. On parle de “la main théoriquement courte”, et a fortiori, celle réputée longue. Or, l’entame indique la 4ème carte de la couleur longue. Le 2 de pique étant chez nous, elle devrait selon moi montrer une répartition 4-4 chez les adversaires, et, partant, un jeu régulier dans la main de gauche. Ce raisonnement, est-il faux ?
    Pire : N’y a t’il pas le risque, si l’entameur a vu les trèfles et les carreaux annoncés chez nous (le “si” est plaisant… …) et s’il possède un jeu 4-3-3-3 avec 4 carreaux, qu’il choisisse de tenter de jouer dans une couleur qu’il sait relativement courte chez nous, espérant tomber dans une couleur 5ème de son partenaire plutôt que dans une couleur annoncée plutôt longue chez nous (ça pourrait beaucoup contrarier le plan de jeu, en évaluant la main dangereuse du mauvais côté, non…?) ?
    Bon, je fais un peu comme l’aveugle qui essaie de juger des couleurs, mon jeu de la carte étant assez faible pour chuter même avec toutes les mains visibles… Mais sur le coup, il y a quelques trucs, à commencer par ce qu’indique l’entame, que je ne comprends pas.

    • J’avoue que j’ai eu un peu de mal à comprendre votre question. Comme souvent, le corrigé, au delà de la donne elle-même, cherche à généraliser des principes. Ce n’est pas qu’un simple quizz de journal quotidien.
      Ici, vous l’avez remarqué : le 3 de pique d’entame indique sûrement une répartition 4/4. Encore faut-il faire confiance aux adversaires ! Ils peuvent s’être trompés, il peuvent vouloir vous tromper, ou bien peut-être ne jouent-ils pas le système “4ème meilleure”. D’ailleurs, vous devez leur demander leur système d’entame avant le tournoi.
      Le problème de la couleur 5ème chez le partenaire : ce serait la meilleure entame, mais vous ne devez JAMAIS l’espérer, vous devez la connaître. Il faut donc qu’il l’ait annoncée, et dans ce cas, entamez dans sa couleur (sauf si vous avez un singleton : vous ne communiquerez plus). Dans tous les autres cas, raisonnez et lancez-vous. Dans tous les cas, sans couleur annoncée par votre vis-à-vis, n’entamez JAMAIS d’un doubleton (d’ailleurs, vous ne verrez jamais cette entame “dans les livres”). Ici, l’entameur a choisi la seule couleur dangereuse pour le déclarant.
      Le but de l’exercice est d’insister sur deux choses : 1°) Vous gagnez même si la répartition des piques est inamicale (5-3), car Est, le seul à pouvoir prendre la main après votre plan de jeu, n’aurait alors plus de pique à rejouer. Et s’il en a un , les adversaires, 4-4, ne feront que 2 piques. 2°) La main dangereuse est ici Ouest, au cas où il aurait 5 cartes à pique.
      Remarque : ici, vous n’avez pas d’autre ligne de jeu à 100%…

  4. Cher monsieur,
    L’exercice “réponse en attaque” est un formidable complément au cours sur les enchères du répondant après une intervention. A constater la rapidité avec laquelle vous répondez aux questions que les uns et les autres vous posons, c’est dire que vous êtes très fréquemment sur le pont. J’ose quand même vous poser la question : envisagez vous de créer le même type d’exercice, mais concernant cette fois “sur une ouverture majeure” ?
    Cordialement

  5. Cher Monsieur,
    Je refais une nouvelle fois l’exercice Q018/3ème série/révision générale. Je n’imagine toujours pas la suite du déroulé des enchères en intervention à la question 7. Au 2ème tour, vous écrivez que le contreur fait un cue-bid à 2♣. Pour la suite des enchères, que peut répondre le partenaire du contreur ?
    D’une manière générale, je trouve qu’il manque dans votre admirable cours une fiche récapitulative de l’usage des cue-bids et des suites à leur donner. A cette entrée, le Dictionnaire des enchères ne semble pas recouvrir toutes les hypothèses.
    Merci de votre aide. Avec tous mes meilleurs vœux, mais je pense que nous devons être nombreux à être frustrés de ne savoir quoi vous offrir en remerciements.

    • Cher ami bridgeur,
      Vous avez appris dans les cours que contre suivi de cue-bid indique au moins 21HL(D). C’est le cas ici, alors que simplement reparler (nouvelle enchère simple sans saut, quelle qu’elle soit) sur une réponse négative au contre promet 18H ou 19 à 20HL(D). Le partenaire doit évidemment reparler, le cue-bid étant forcing (presque forcing de manche !). Ne connaissant pas encore le beau fit à ♦, Nord se contente de décrire sa main : 2♦ est négatif, 0-4HL, toutes les autres enchères sont positives : 5 à 7H (ou 8HL), souvent avec 3 cartes seulement en majeures, où l’on a déjà dénié 4 cartes. 2SA est positif, régulier, avec 5 à 7H. Et maintenant, Sud révèle son beau fit : 3♦. Tous les développements sont dans le Dictionnaire des enchères, 1♣-X-P-1♦, à la page 2 : 1♣-X-P-1♦-P-?
      Remarque : Il est impossible, dans le cadre de ce cours, de parler des circonstances générales du cue-bid, car les circonstances sont trop nombreuses et variées. Ils sont mentionnés assez souvent dans les cours pour que vous puissiez en tirer profit déjà abondamment. Sachez qu’en règle générale, ils sont sous-utilisés : observez autour de vous en tournoi ; combien de cue-bids entendez-vous, sur 30 donnes ? Et combien viennent de joueurs peu classés ?
      Pour finir : le meilleur remerciement que vous puissiez me faire est de faire des progrès, ce dont je ne doute pas…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  6. Monsieur,
    Dans l’exercice « Le répondant après intervention sur une ouverture mineure », la question 16 semble comporter une petite erreur. En effet Sud possède 15H et un jeu régulier et il ouvre de 1♣ (?). Il me semble qu’il devrait ouvrir d’1SA ce qui modifierait les enchères suivantes.
    3ème ♠, j’étudie avec attention votre blog, et je voulais vous dire que j’y prends beaucoup de plaisir.
    Cordialement

    • Cher ami bridgeur,
      Il n’y a pas d’erreur, car ces exercices sont tirés d’un livre datant de… 1991. Cela prouve simplement qu’à cette époque, on ouvrait encore d’1SA avec 16 à 18 points et non pas 15-17 comme aujourd’hui. D’ailleurs, on continue, notre bridge devenant de plus en plus agressif, à baisser encore les points en ce moment même, puisque le total minimum pour annoncer 3SA est en train de passer de 25 points dans la ligne à 24 (donnant tout de même plus de 40% de chances de réussite, ce qui est acceptable à la longue) : on dit bien « ouverture + ouverture = manche » (12 + 12 = 24). Je ne corrigerai donc pas ce point de détail, que je vous félicite d’avoir remarqué (vous avez « l’œil » !), et que vous n’êtes d’ailleurs pas le premier à me signaler.
      Bonne progression dans notre magnifique jeu, bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *