4S – Enchères compétitives

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Escrime

Vous êtes maintenant en “deuxième année”, en 4ème série, moment crucial pour prendre de bonnes habitudes, quoique les obstacles peuvent vous paraître parfois insurmontables. Les enchères compétitives commencent dès qu’un adversaire a nommé autre chose que “passe”. Un simple contre définit le début de la compétition, a fortiori la nomination d’une couleur ou de SA. Ce domaine d’enchères, à peu près infini, est un des plus passionnants du bridge. Il est aussi un des plus difficiles, demandant une attention et une réflexion de tous les instants. Il est devenu apparent, dans la pédagogie du bridge, que l’on devait très tôt commencer l’enseignement des enchères compétitives, ne serait-ce que pour que les débutants – ou les élèves de “2ème année” -, puissent s’asseoir à une table sans ignorer complètement ce vaste sujet, qui relèverait plutôt, pour certains chapitres, de la 3ème ou même de la 2de série !

Lisez soigneusement les cours qui suivent, sans jamais ignorer un chapitre, car la progression est difficile, et les ennuis à la table ne sont pas loin…
Notions d’enchères compétitives (1) : Introduction. Importance de la  marque (<-cliquez).
Notions d’enchères compétitives (2) : Les contrats de sacrifice. L’enchère de Contre.
L’Intervention au palier de 1 (1) à la couleur : L’intervention avec et sans l’ouverture.
L’Intervention au palier de 1 (2) à la couleur : L’importance des atouts. La loi de Vernes.
Réponse à l’intervenant au palier de 1 (1) : Soutien avec un jeu faible fitté.
Réponse à l’intervenant au palier de 1 (2) : Soutien fort et fitté. Le cue-bid.
Réponse à l’intervenant au palier de 1 (3) : Réponses en l’absence de fit immédiat.
Barrages (1) : Généralités sur les enchères de barrage.
Barrages (2) : Les différentes enchères de barrage.
Barrages (3) : Réponses, et suite des enchères. Barrages en intervention.
Révision générale : Vos principes d’enchères sur une seule page.
Intervention par 1SA : Attention, danger ! Intervention et réponses.
Contre d’appel (1) : Principes, conditions d’emploi (difficulté **).
Contre d’appel (2) : Réponses au contre d’appel, faible, moyen et fort (difficulté ***).
Les Réveils (1) : Initiation, circonstances, réveil simple du n°4, passe-trappe (difficulté **).
Les Réveils (2) : Technique du réveil, le contre de réveil, les enchères à la couleur et à SA (difficulté **).
Les Réveils de l’ ouvreur : L’ouvreur court, le passe “Blanche-Neige”, l’ouvreur long, le réveil par 1SA.

Et enfin, pour clore la 2ème année,  une petite Révision générale des enchères compétitives. Vous devez bien entendu avoir suivi parallèlement les cours d'”enchères à deux : 4ème série“. Pour la suite, assurez-vous que vous effectuez correctement tous les “exercices de 4ème série“, puis rendez-vous dans la rubrique “Enchères compétitives : 3ème année / série“, il y a encore du travail !

N’oubliez pas que vous pouvez retrouver tous ces cours dans l’Index-Dictionnaire.

Vous pouvez également retrouver de nombreuses séquences d’enchères dans le Dictionnaire des enchères, au chapitre Compétitives 

41 commentaires sur “4S – Enchères compétitives

  1. Cher Monsieur,
    Je me posais une question sur les réponses aux interventions.
    J’ignore si vous parlez de ça dans la suite du cours mais, en survolant rapidement les titres, je n’ai rien vu qui puisse y répondre…
    Vous parlez ici des réponses lorsqu’on est fitté en intervention. Mais que se passe t’il si on ne l’est pas ? Particulièrement si on a des points.
    Par exemple sur la séquence 1K – 1P – passe – ? : avec un jeu qui ressemblerait à P10 CAD82 K9873 TAR84.
    Manifestement, on n’a pas de fit, donc on se voit mal répondre à pique.
    SA semblerait promettre l’arrêt à carreau (?).
    Le cue-bid, d’après ce que j’en ai lu, semble plutôt indiquer un fit, dans ce genre de cas, et passer, qui plus est pour jouer à pique, semble un peu dommage.
    Répondre à un palier supérieur me paraît hors de question.
    Y-a-t’il un bon moyen de répondre avec ce genre de main ou, plus généralement, avec un main “assez bonne, mais non fittée” ?
    Peut-être que ça fait partie du cours, mais n’ayant pas vu de titre de chapitre qui en parlait, je me permets de poser la question.
    Meilleures salutations

    • Cher ami bridgeur, vous avez raison, la question n’est pas encore traitée. Elle le sera bientôt [elle l’est aujourd’hui, ndlr].
      Vous trouverez tout de même, dans le Dictionnaire des enchères (balbutiant…), la séquence 1T-1C-passe- ?, écrite il y a quelques temps déjà, et qui n’est plus complètement d’actualité. Eh oui ! Le bridge évolue, et même assez vite. Si vous êtes débutant, n’apprenez surtout rien dans cette liste rébarbative, destinée à être seulement une référence pour des joueurs de compétition.
      Les principes généraux : l’intervenant ne pouvant pas avoir plus de 18HL (il aurait contré), on passe jusqu’à 8H(L). Le partenaire pouvant intervenir avec 4 points de moins que l’ouverture, on « coupe la poire en deux » (peu dangereux, car on est en compétitives) et on répond comme pour une réponse sur l’ouverture, mais avec 2 points de plus. On parle toujours avec 8-9H : changement de couleur (forcing, donc illimité), à condition d’avoir le nombre de cartes nécessaire (4 au niveau de 1, mais 5 au niveau de 2), SA 8 à 12H (2 points de plus que sur l’ouverture, avec ou sans l’arrêt dans la couleur d’ouverture). Tous les cas n’étant pas couverts par le système, on utilise le « moins mauvais mensonge » (voir plus bas).
      Le cue-bid, qui sert notamment à savoir si l’intervenant avait la valeur d’une ouverture (voir les cours), ne promet absolument pas le fit (qu’il faudra donc donner au tour suivant), comme vous le supposiez. Il se fait avec tous les jeux permettant d’emblée d’envisager une manche, donc à partir de 13HL(D), et évidemment seulement s’il n’y a pas de meilleure enchère, notamment naturelle et forcing.
      Avec la main que vous me proposez, il faut évidemment parler, mais comme toujours lorsqu’on a un 4-4-4-1 (toujours difficile à traiter), l’enchère est délicate. A mon avis, deux solutions possibles :
      1°) Cue-bid à 2K demandant au partenaire de décrire sa main (a-t-il l’ouverture ?°). Si la réponse est 2C, jackpot ! Mais ce sera rare. Il répondra plutôt 2P (« je n’ai pas l’ouverture »), il faudra alors se résoudre à dire un (mauvais) 2SA (non forcing).
      2°) C’est pourquoi je pencherai plutôt pour un autre « mensonge » : 2T, qui promettrait en principe 5 cartes, forcing pour un tour : s’il a le fit, parfait. Il dira 3T (avec l’ouverture), et vous conclurez à 3SA, beaucoup moins dangereux que 5T (espérant l’arrêt K chez lui). S’il répond 2C, encore le jackpot : vous l’encouragez en disant 3C (attention : il n’a peut-être pas l’ouverture, ne concluez pas directement à 4C). Et s’il dit 2P, vous direz encore 2SA. Vous couvrez donc ici un cas de plus, c’est donc moins dangereux qu’un cue-bid.
      3°) Bien entendu, toute réponse de votre vis-à-vis au-delà de 2P vous emmènera aisément à la manche.
      En conclusion : vous voyez qu’il y a un « esprit » des enchères et non des « recettes ». C’est pourquoi je vous demande, comme toujours, de bien comprendre ce qui se passe, et de ne pas apprendre « bêtement » par cœur votre système…
      Amicalement et bridgeusement vôtre,
      Olivier CHAILLEY

  2. QUESTION
    W 1K N 1SA (16-18 distribués) E 2K
    S détient Axxx 98xxxx x V10
    Il annonce 2C.
    Son partenaire croit à un Texas et rectifie à 2P. Commentaire ultérieur : “En cas d’enchère d’Est, il n’y a plus de Lebensohl ou de Rubensohl”. Et encore : “Pour annoncer les Coeurs, il faut contrer”.
    Qui a raison ? Y a-t-il sur ce point une référence autorisée en SEF ? A défaut ou en complément, quelle est votre opinion personnelle ?

  3. Ce genre de séquence n’est pas décrit dans le SEF. La réponse d’Est après une intervention 16-18 à SA comporte (en principe) la convention “Landik”, sorte de Landy. Beaucoup de joueurs répondent en Texas (le soutien à K par Est se dirait alors ici 2T). Ici, 2K signifie, je pense, un soutien vrai à K. La suite dépend de ce que vous avez décidé avec votre partenaire. La tendance actuelle, que je vous recommande (dans un des derniers “Bridgeur”), est de continuer à utiliser, lorsque la couleur adverse est connue, le Rubensohl (plutôt que le Lebensohl) dans ces cas (on ne voit pas pourquoi, d’ailleurs, on s’en priverait !). Les enchères au niveau de 2 sont alors naturelles et faibles. Au niveau de 3, ce serait un Rubensohl (Texas à partir de 2SA qui est alors un Texas T). La bonne enchère de Sud est ici indéniablement 2C (naturel et faible), que je vous recommande d’alerter, car vous ne savez pas si vos adversaires prendront ou non cette enchère pour un Texas… Avec 2-3 points H de plus, il aurait fallu annoncer 2T, Texas impossible, qui fait maintenant classiquement office de Stayman (vous avez 4 cartes à P) avec singleton K (couleur adverse), suivi de 4C en l’absence de fit. A noter : contre serait un Stayman sans singleton K.
    Pour ne pas vous embrouiller, convenez avec votre partenaire que s’il intervient à 1SA sur une ouverture mineure, vous continuez comme s’il avait ouvert d’1SA. L’enchère du n°3 est maintenant traitée comme s’il s’agissait d’une simple intervention…
    Bien cordialement,
    Olivier CHAILLEY
    PS : Je ne connais pas votre niveau, mais d’après votre question, vous devriez pouvoir adopter cette façon de faire.

    • Merci pour cette réponse.
      Entièrement d’accord. Ne me considérant pas comme un expert infaillible, je posais la question pour arbitrer un différend entre deux amis.

  4. Bonjour Mr Chailley.
    Dans le cours “réponse à l’intervention au palier de 1(2), je souhaiterais une précision sur la réponse de l’intervenant qui a l’ouverture au cue-bid du n°4 : Je comprends bien 2 SA qui permet au n°4 de demander une manche à l’atout ou à SA, mais pourquoi 3T comme autre possibilité et non pas 3 P ? (ce qui laisserait les mêmes possibilités de réponse au n°4 )

    • Effectivement, 3P est une des réponses possibles au cue-bid (toutes les réponses au dessus de 2P promettent l’ouverture). J’indique 3T à titre d’exemple, mais il est évident que vous devez tout simplement décrire au mieux votre jeu… Alors, pourquoi pas 3T si l’on a un bicolore P/T, 3K avec du K, 3P avec 6 cartes à P, 2SA avec un jeu régulier comprenant 5P etc… Le but est de permettre au n°4 de poursuivre les enchères en ayant obtenu le maximum de renseignements. Peut-être n’avez-vous pas assez bien saisi que le cue-bid du n°4 en réponse à une intervention n’implique pas du tout forcément le fit. Ce cue-bid se fait à partir de 13 points HL ou HLD. Le fit sera donné au tour suivant, s’il existe. La description de la main de l’intervenant est importante (notamment les bicolores) surtout en prévision de l’absence de fit possible. Donc, répétition simple sans l’ouverture. Avec l’ouverture, description de la main. Cordialement.

  5. J’aimerais bien vous avoir comme partenaire à la table de jeu. Cela m’éviterait de vous mettre encore à contribution car j’ai plein la tête de questions… Concernant les réponses aux interventions dans le silence adverse, je pense avoir tout compris et bien assimilé… Mon partenaire est d’accord avec moi pour dire que le cue-bid ne promet pas le fit, mais qu’il le garantit avec 4 cartes quand il est fait avec un saut… Etes-vous d’accord ?
    Par ailleurs, dans votre article “principe des enchères compétitives”, vous écrivez que la loi des atouts n’a d’intérêt qu’en enchères compétitives, jamais dans le silence adverse… Est-ce bien ce que vous vouliez dire ?
    Dernière question enfin ( pour aujourd’hui !) : trouve-t-on dans vos articles la réponse du n° 4 à l’intervention justement quand le n° 3 a lui aussi parlé…
    Merci pour tout votre travail…..

    • Préalable : j’ai compris que « CB » voulait probablement dire « cue-bid ». Je ne sais pas si cette abréviation est habituelle…
      1ère question : Votre partenaire a raison, un cue-bid avec saut du n°4 est une sorte de « Truscott », avec 4 atouts et une main qui sera limite de manche si le partenaire est intervenu avec l’ouverture, donc 11 ou 12HLD exactement. Si le n°2 n’avait pas l’ouverture, vous êtes en « sécurité distributionnelle » (Loi de Vernes) au niveau de 3.
      Votre deuxième question me laisse perplexe : En effet, la loi des atouts, je croyais l’avoir bien expliqué, n’a jamais permis de gagner un contrat. Elle ne permet que de faire – éventuellement – un SACRIFICE moins coûteux que le contrat adverse. Vous acceptez dans ce cas votre chute… Si les enchères ne sont pas compétitives, on ne voit pas très bien pourquoi vous iriez vous mettre à la chute tout seul !
      Pour votre dernière question : je crois que vous trouverez des réponses par ci par là, aucun chapitre n’ayant été consacré à ce sujet complètement. Mais vous devriez de toute façon vous en sortir…
      Remarque générale : n’essayez surtout pas de chercher la réponse à toutes vos questions, au stade où vous en êtes, car vous n’avez pas fini… ! Jouez, EN UTILISANT CE QUE VOUS SAVEZ, et en essayant d’être imaginatif au-delà. J’ai vraiment l’impression que vous voulez aller plus vite que « la musique » !

  6. La séquence, avec mon partenaire, contre l’ouverture de 1 Majeur.
    1P – X – passe – 2P (cue-bid de l’ouverture)
    passe – ?
    Quelle réponse au cue-bid, 2P, montre la meilleure main : 3C ou 4C ?
    Merci pour ce joli site !
    Vous êtes en train de vous imposer comme le gardien du SEF.
    Je trouve que la FFB devrait vous payer un bon salaire !

    • Cher ami bridgeur,
      Cette séquence est bien codifiée. A retenir : le cue-bid n’est pas forcing de manche (permettant de l’utiliser à partir de 11HL), mais il est auto-forcing, l’auteur du cue-bid devant donc au moins une nouvelle enchère. Vous pouvez donc dire 3C avec une très belle main, puisque dans ce cas, vous ne vous arrêterez pas avant la manche. Avec une main très longue à C, mais sans ambition de chelem (2 perdantes à P), vous pouvez dire directement 4C.
      Si vous voulez trouvez les réponses en détail, voyez dans le dictionnaire des enchères (compétitives), en sachant que les développements ne sont pas tous de votre niveau…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

      • L’origine de ma confusion : la séquence
        1P – X – 2P – ?
        Ici, on a un re-contre (contre responsif) à la disposition pour demander des explications comme : “avez vous un arrêt, ou un demi-arrêt (selon accords avec son partenaire)”, et nous utilisons également un cue-bid à 3P pour indiquer un fit cœur par au moins 4 cartes.
        Es-ce que cette proposition est correcte ?

        • J’ai eu du mal à comprendre la question… Il s’agit, apparemment, de l’enchère du n°4 lorsqu’après un contre de son partenaire le n°3 a fitté l’ouvreur. Le contre direct du n°2 indique le plus souvent 4 cartes à C. Le n°4, gêné par la réponse de 2P, a maintenant 3 niveaux de réponse à C (avec 4 cartes ou plus) :
          1°) 8 à 10HLD : 3C, enchère compétitive.
          2°) 11-12HLD : contre, qui ne promet pas forcément du C, et se fait également avec 13HL ou plus, sans meilleure enchère.
          3°) 13HLD et plus : 3P cue-bid, indiquant toujours au moins 4 cartes à C dans un jeu de manche au moins.
          Je pense que vous avez parfaitement compris l’esprit de ces enchères.

  7. Cher Monsieur, encore une question concernant les enchères : à ma droite, on ouvre de 1T. J’ai un 5/5 C/K de force identique, à savoir ADxxx. J’ai cru bon d’annoncer prioritairement la couleur K. Le n°3 dit 1P. Mon partenaire passe et l’ouvreur dit 1SA. Avec 13 points dans ma main, je dis 2C sur lesquels mon partenaire dit 3SA. Bonjour les dégats ! Ma partenaire me dit que mes annonces ont été du même registre que la redemande de l’ouvreur quand il fait un bicolore cher. Qu’en pensez-vous ? Devais-je annoncer d’abord mes C et dans cette hypothèse aurais-je pû – voire dû – annoncer mes K sur le 1SA ? Merci

    • Cher ami bridgeur, votre main : ♠x(x) ♥ADxxx ♦ADxxx ♣x(x). Votre séquence :
      S – O – N – E
      – – – – – – 1♣
      1♦ – 1♠ – P – 1SA
      2♥ – p – 3SA
      Vous avez commis d’énormes fautes de bridge. Je comprends que votre partenaire n’ait pas été content… Avez-vous bien assimilé les bicolores, qui font l’objet de nombreux cours et articles ? Vous ne précisez pas votre niveau : 4ème série, 3ème série ? Quoiqu’il en soit, je veux bien vous répondre :
      1°) Quand on a un bicolore 5-5, on annonce TOUJOURS la couleur la plus chère d’abord, même en intervention (et pour les mêmes raisons qu’en attaque). Il fallait donc dire 1♥ et non 1♦. Cette erreur, comme toutes les fautes d’enchères, est irrattrapable par la suite…
      2°) Si vous aviez annoncé 1♥, vous auriez pu annoncer vos ♦ au 2ème tour de façon économique et non forcing, qui auraient promis ici une quinzaine de points au moins, puisque vous reparlez tout seul après passe de votre partenaire.
      3°) Il ne pouvait absolument pas être question d’annoncer 2♥ (bicolore cher et FORCING, après 2♦), qui annonce 17 ou 18HL, et surtout maintenant un bicolore comportant davantage de cartes à ♦ qu’à ♥ !
      4°) Vous n’avez pas encore appris les interventions en Michaël précisés qui vous auraient permis d’annoncer votre bicolore d’un seul coup par l’enchère artificielle de 2SA, mais cela n’a pas beaucoup d’importance. Si vous aviez dit 1♥, suivi de 2♦ (non forcing), votre partenaire, qui a manifestement moins de 8H (n’ayant rien dit au premier tour), vous aurait donné une préférence, soit en passant (préférence à ♦), soit en revenant à 2♥, et vous auriez joué au niveau de 2 (2♦ ou 2♥), ou de 3 (3♦ ou 3♥) si vous aviez eu l’opportunité de répéter vos ♦ pour décrire un bicolore 5-5 (enchère déjà téméraire)…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  8. Cher Monsieur,
    Bravo et merci pour votre site fort intéressant. Concernant les enchères compétitives, il n’est pas toujours simple de savoir dans quelle mesure les enchères de l’adversaire modifient nos proches critères. Exemple récent (pas forcément très représentatif toutefois!) :
    1T X 1K ?
    Sans intervention du n°3, je réponds 2P avec 4 cartes et 10HL, mais après intervention du n°3, mon enchère est-elle modifiée ? J’ai répondu 1P mais mon partenaire a par la suite fait une drôle de tête ! J’ai appliqué, probablement à tort, le principe comme quoi puisque je ne suis pas obligé de reparler (puisque le n°3 a parlé), si je parle, c’est que je suis donc assez fort et donc je n’ai pas besoin de monter trop vite. Merci de votre réponse. Cordialement.

    • Désolé de n’avoir pas répondu plus tôt ! La question a pu m’échapper… Vous trouverez les réponses à votre question dans un cours de 1ère série (que vous ne devez surtout pas essayer d’apprendre à votre stade !) appelé “Réponses au contre lorsque le n°3 a parlé”. Votre curiosité sera satisfaite. Avec mes excuses pour ce retard, bien cordialement, Olivier CHAILLEY

  9. Cher Monsieur, c’est sur vos cours que je m’appuie pour bien enchérir, et en réponse à l’intervention (silence du n°3), je promet 4 cartes pour un changement de couleur en 1 sur 1, et 5 pour un changement de couleur en 2 sur 1. Mais pourquoi diantre un site qui me semble pourtant très sérieux – mais que je ne nommerai pas – déclare t’il que sur une intervention majeure il faut 5 cartes en 1/1 (avec ou sans fit) et 6 en 2/1 (misfit) ? Y a t’il une explication ? Merci à vous

    • Cher ami bridgeur,
      Je ne suis pas là pour commenter ce que jouent les autres. Il y a de très nombreux systèmes, et chacun joue ce qu’il veut. Ce qu’il faut, AVEC VOTRE PARTENAIRE, c’est avoir la même référence et surtout LE MEME SYSTEME. Vous devez donc être d’accord, AVANT CHAQUE TOURNOI, sur ce que vous jouez. Je le fais bien avec mes partenaires occasionnels, vous pouvez en faire autant : il suffit de remplir les feuilles de route, où une case est consacrée à ce 2/1. Rappel : depuis le SEF 2012, 2/1 devenant forcing en intervention (alors qu’il ne l’était pas avant), il n’y a plus besoin de posséder 6 cartes (nécessité avant 2012) et d’être en misfit (idem). Votre auteur date peut-être son texte d’avant 2012, ou bien il refuse d’appliquer cette modification récente du SEF. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il fait (et publie) ce qu’il veut. Cela n’enlève rien à son sérieux… Moi, je reste en accord avec le SEF.
      Cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  10. Bonsoir
    Vos cours sont vraiment très étendus et assez complexe et me semblant comme une bonne référence.
    Je n’ai pu étudier tous vos cours , mais petit à petit, j’arrive aux interventions!
    je ne comprends pas que sur la base il y ait des différences:
    après une intervention du N°2 le N° 4 doit passer s’il n’a pas 8HLD alors que nombreux autres cours disent qu’ils répondent “http://www.adeliebridge.fr/intervention-couleur-reponses-fittees/” site que j’aime aussi par sa simplicité.
    Est ce une question de convention ou une volonté de simplifier les interventions?

    • Cher ami bridgeur,
      Votre question est très complexe, car elle fait appel au “style” de bridge que l’on veut jouer. Le SEF, que je défends, comme vous le savez, joue le style que je préconise. De nombreux joueurs, aujourd’hui, descendent la limite de réponse à 7 points, voire moins, arguant que l’on est, comme vous le dites justement, dans des enchères compétitives. Ceci est surtout vrai lorsqu’on est fitté (7HLD suffisent à soutenir). L’argument est que, si les enchères adverses augmentent brutalement (1P-4P), on connaîtra d’emblée le fit dans la ligne, alors qu’après passe, on ne sait rien. Je vous déconseille ce style de bridge, car cela demande beaucoup de travail de mise au point avec son partenaire. Je trouve plus simple de passer dans un premier temps, pour dire : “j’ai moins de 8HLD”, puis de parler (fitter, par exemple) au tour suivant, indiquant ainsi beaucoup plus précisément : “j’avais le fit, mais pas assez de points pour parler au premier tour, j’ai donc 6 ou 7HL(D)”. Cette logique est nettement, à mon sens, plus facile à intégrer, et entraîne moins de pataquès.
      Ceci dit, adélie-bridge est un excellent site auquel vous pouvez vous reporter, même s’il est un peu moins “strict” que le mien…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

      • Merci pour cette prompte réponse. La difficulté pour nous débutants, jouant dans de petits clubs pas obligatoirement avec un même partenaire, est qu’il faudrait avant chaque partie redéfinir le type d’enchère qu’on joue. Si c’est préconisé par le SEF alors que tout le monde joue ce système ! J’essaye de jouer en ligne sur wbridge5. Comment analyser les enchères que les uns les autres ont faites pour la même partie ? Il y en a beaucoup qui sont incompréhensibles !
        Merci encore pour votre site et vos explications.

        • Vous avez mis le doigt sur l’essentiel : il faudrait que tout le monde (en France) joue le SEF, que je m’efforce de promouvoir… D’après ce que j’ai vu de wbridge5, que je ne connais que depuis tout à l’heure (!), il me semble pratiquer le SEF, tout au moins en mode automatique. Quant aux autres joueurs, vous êtes ramené au problème de votre club !

  11. Cher Monsieur, je suis arrivé à la 3ème page “REPONSES A L’INTERVENTION A LA COULEUR (3)”. Là, je ne comprends pas pourquoi “Les changements de couleur sans saut (après passe du n°3) :
     Le changement de couleur 1 sur 1 (possible seulement sur 1♣-1♦/♥, ou 1♦-1♥) :
     L’enchère est toujours (mathématiquement !) majeure, forcing, et ne promet que 4 cartes.”
    Il n’est pas possible de répondre 1♦ sur 1♣ ? Et 1P sur 1♣, ou 1♦-1♥ et 1P sur 1T ou 1K ou 1C?

    • Non : mathématiquement, l’ouverture est au minimum 1♣, l’intervention au minimum 1♦ (il ne peut y avoir d’intervention à 1♣ !), donc la réponse à l’intervention ne peut être inférieure à 1♥ (après passe ou contre du n°3) : CQFD.

  12. rebonjour
    j’ai envoyé ma question trop rapidement j’en avais d’autres
    Dans la première partie des intervention 1 sur 1 vous ne spécifiez pas que c’est en Majeur.
    sur ouverture 1T on ne peut pas intervenir 1K?

  13. bonjour,
    je voudrais connaître votre avis concernant les conditions nécessaires pour qu’un joueur parle seul.Notamment si il est intervenant qu’en est-il de la notion de bicolore cher.
    Peut-il nommer une deuxième couleur invoquant le contrat de sacrifice?
    Merci de votre réponse et de la teneur de vos cours.

    • Cher ami bridgeur,
      Une fois de plus, la réponse (trop vaste pour être traitée ici) dépend de la pure logique. Votre partenaire, qui n’a pas répondu, peut détenir une main nulle. Avez-vous une nouvelle information à lui fournir, qui ait UNE CHANCE de servir à trouver tout de même un contrat, sans être contré par les adversaires, même à bas niveau ? Si vous avez “tout dit” à la première enchère, il est hors de question de reparler. Au contraire, si vous avez une couleur 6ème, il peut être utile (et pas trop périlleux ?) de la répéter. Une deuxième couleur économique requiert au moins la valeur d’une belle ouverture, et un bicolore cher est évidemment très dangereux. Il faut décider au cas pas cas, selon que vous jouez un jeu “pépère” ou “casse-cou”…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  14. Bonsoir,
    dans une réponse que je viens de lire, vous écrivez qu’en réponse à une intervention, si vous n’avez pas les 8HLD requis , il est bien de ” passer dans un premier temps, pour dire : « j’ai moins de 8HLD », puis de parler (fitter, par exemple) au tour suivant, indiquant ainsi beaucoup plus précisément : « j’avais le fit, mais pas assez de points pour parler au premier tour, j’ai donc 6 ou 7HL(D) ». ” – Dois-je alors comprendre qu’avec moins que ces 6/7HLD il est hors de question de fitter , à quelque tour que ce soit ?

    • Cher ami bridgeur,
      Une fois de plus, la réponse est dans les cours. Tout dépend du total que vous atteignez (table de décision), compte tenu des renseignements fournis pas votre partenaire. S’il vous annonce 23HL,vous pouvez évidemment le fitter plus tard avec 4 points ( ou même moins : Loi de Vernes). Mais s’il vous annonce 12 points (ou moins, en intervention), vous conviendrez que vous devriez être plus prudent…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  15. Cher Monsieur,
    En réponse au contre d’intervention, et dans le silence du n°3, et alors que l’ouverture était 1♠, dans l’obligation de parler, je vais dire 2♥ avec 4 cartes avec une force comprise entre 0 et 7H (priorité à la majeure par 4 cartes sur une mineure par 5 cartes), c’est à dire la même réponse que si j’avais 8/10H. Qu’est ce qui peut permettre au contreur de savoir si mon enchère est de faiblesse ou forte ?
    Merci à vous

    • Cher ami bridgeur,
      Je ne sais pas où vous avez pu apprendre que la réponse au contre d’1♠ est la même avec 0-7H ou 8-10H. La règle générale s’applique : voir le cours de 4ème série sur les réponses au contre, dans la présente page. Vous ne devez jamais dire 2♥ avec une main moyenne (8-10H), mais 3♥ ! Il est vrai que l’ouverture étant 1♠, ouverture déjà chère, on ne peut plus différencier les mains de 4 ou de 5 cartes, et c’est pourquoi je recommande de faire cette enchère avec 9 à 11HLD (voir la fiche 1♠-X-P-? dans le Dictionnaire des enchères) et 4 OU 5 cartes (SEF 2012, page 57). Certains joueurs ont d’autres réponses (d’ailleurs décrites dans le dictionnaire), mais ce n’est pas le SEF.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  16. Cher Monsieur,
    Pouvez-vous me dire – même succinctement – comment le n°4 doit répondre (dans le silence du n°3) à l’intervention au palier de 2 sans saut de son partenaire, et selon que ce dernier a dit 2♥ ou 2♣/♦ ? Sauf à n’avoir pas su chercher – et trouver – il semble que ce sujet ne soit pas dans vos cours. Je vous remercie.

    • Cher ami bridgeur,
      Il n’y a pas de différence fondamentale entre les interventions au niveau de 1 et celles qui sont au niveau de 2. C’est pourquoi aucun auteur (à ma connaissance) ne traite spécifiquement le sujet. La seule chose à se rappeler est qu’on est à un niveau supérieur d’enchères et qu’il faut veiller à ce que le nombre de points dans la ligne le permette. Les cue-bids interrogatifs se font de la même façon et ne sont pas gênés par le niveau de 2, etc… Rien de bien sorcier à tout cela, la compréhension des enchères acquises jusque-là devrait vous permettre sans problème d’extrapoler…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  17. Cher Monsieur,
    Mon adversaire ouvre d’1♣. Je suis n°2 avec une main ♠x ♥ARVxx ♦ADVxxx ♣V.
    Dois-je intervenir à ♥ ou à ♦, ou X toutes distributions ?
    Merci pour vos explications.

    • Cher ami bridgeur,
      La réponse est multiple : 1°) Vous pouvez intervenir par 1♦ puis poursuivre par 2♥ puis 3♥, promettant ainsi un jeu 6-5 fort. Mais ceci ne sera possible que si votre partenaire ne vous laisse pas tomber en cours de route. 2°) Vous pouvez en effet, comme vous le suggérez, contrer toute distribution en faisant suivre la réponse de votre partenaire par la description de votre bicolore (il saura tout de suite que vous avez 18 points s’il a fait une réponse faible du type 1♠, car vous direz 2♦). 3°) Vous pourriez aussi utiliser les bicolores Michaël précisés (ici 2SA), mais difficiles à manier avec autant de points.
      Ma préférence va donc pour un contre toute distribution. Vous trouverez les développements possibles dans le Dictionnaire des enchères.
      Remarque : votre bicolore 6-5 avec 6 cartes à ♦ et 5 à ♥ est suffisamment fort pour que vous commenciez votre description par les ♦. La répétition des ♥ fera comprendre à votre partenaire que vous êtes donc 6-5 (6511 ou 6520).
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  18. Bonjour
    D’abord bravo et merci pour votre site que je consulte fréquemment et que je fais connaître très largement.
    Je suis 3ème série Trèfle.
    La réponse non fittée à une intervention constitue pour moi, une difficulté que j’ai du mal à dépasser. J’ai consulté vos cours de 4ème série et en particulier le cours 3 qui concerne bien ce problème et j’ai noté l’évolution du SEF sur le caractère forcing des réponses en 2 sur 1. J’ai essayé d’appliquer votre cours. Mais quand je fais les exercices de 4ème série :
    Réponses aux interventions : Enchères forcing et non forcing, emploi du cue-bid
    ces exercices sont issus d’un ouvrage de 1988 et donc ne sont pas en harmonie avec le SEF actuel.
    1ère question : Serait-il possible d’envisager une harmonisation des leçons et exercices sur la réponse non frittée à l’intervention ?
    2ème question : Pourriez-vous envisager des développements et exercices quand les 4 joueurs parlent ? Quelles sont les réponses à l’intervention quand le n°3 parle ?

    Cordialement
    Danielle NOVIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *