4S – Enchères à deux

Vous arrivez ici dans le domaine des enchères à deux, de loin le mieux étudié par les élèves, alors que de nos jours, les enchères sont le plus souvent compétitives. Mais les enchères compétitives sont construites sur la base des enchères à deux, qui sont donc un socle incontournable. C’est d’ailleurs ici que se trouve la grande majorité des conventions qui se sont introduites dans les enchères naturelles du Système d’Enseignement Français (SEF). C’est pourquoi ces enchères dans le silence adverse seront (presque) autant développées que les enchères compétitives.

Les enchères à deux reposent sur deux piliers (voir le magnifique tableau ci-contre) : le dialogue et la confiance mutuelle. C’est de cette façon que l’on trouve le bon contrat (de mariage ?). Les cours de deuxième année, correspondant en gros à un classement en quatrième série (classement de la Fédération Française de Bridge), sont listés ci-dessous, et il suffit comme d’habitude de cliquer dessus :
Stayman (1) : recherche d’un fit 4-4 après une ouverture à SA (1 ou 2SA). Introduction.
Stayman (2) : La découverte du contrat : 4 en majeure ou 3SA. 
Le Texas sur 1SA : Définition, utilité, développements sur 1SA.
Bicolore majeur sur 1SA : Que faire avec les couleurs majeures réparties 5-4 ou 6-4 ?
Compléments de réponses sur 2SA : Bicolores majeurs du répondant.
Changement de couleur 2 sur 1 sans saut : Conditions, choix de la couleur.
Soutien fort en majeure : Le répondant, à partir de 11HLD.
Ouverture de 1 à la couleur (compléments 1) : Redemande de l’ouvreur majeur après une réponse de 1SA (difficulté **). Le répondant soutient une couleur mineure (difficulté **).
Ouverture de 1 à la couleur (compléments 2) : Après la réponse d’1SA à une ouverture mineure (difficulté **). La séquence 1 – 2♣ (difficulté ***).
Barrages (1) : Généralités sur les enchères de barrage.
Barrages (2) : Les différentes enchères de barrage.
Barrages (3) : Réponses, et suite des enchères. Barrages en intervention.
Révision : Vos principes d’enchères sur une seule page.
Unicolores de l’ouvreur (1) : Unicolores majeurs.
Unicolores de l’ouvreur (2) : Unicolores mineurs.
Bicolores de l’ouvreur (1) : Nouvelle couleur aux paliers de 1 et de 2 (difficulté **)
Bicolores de l’ouvreur (2) : Bicolore économique et bicolore (économique ) à saut (difficulté ***). A connaître absolument.
Bicolores de l’ouvreur (3) : Réponses au bicolore économique, enchères à SA en réponse, répétition de la couleur de réponse (difficulté ***).
Après bicolore économique (1) : Soutien de la 2ème couleur de l’ouvreur après une réponse 1 sur 1, et après 2 sur 1 (difficulté ***).
Après bicolore économique (2) : La préférence, le soutien à saut (difficulté ***).
Bicolore cher (1) : Définition , annoncer un bicolore, récapitulatif (importance ***, difficulté ***).
Bicolore cher (2) : Développements, le “2SA coup de frein” (difficulté **).
Blackwood : “Appel aux As”, à ne pas confondre avec le 4SA quantitatif.
Et enfin, pour clore ce chapitre de la 2ème année,  une petite 
Révision générale des enchères à deux, suivi d’une série d’Exercices de révision. Vous devez bien entendu avoir suivi parallèlement les cours d'”enchères compétitives : 4ème série“. 
Pour la suite, et après vous être assurés que vous faites correctement tous les “exercices de 4ème série“, rendez-vous dans la rubrique “Enchères à deux : 3ème année / série“, il y a encore du travail !

N’oubliez pas que vous pouvez retrouver tous les cours dans l’Index-Dictionnaire.

Vous pouvez également retrouver de nombreuses séquences d’enchères dans le Dictionnaire des enchères, au chapitre Silence adverse 

54 commentaires sur “4S – Enchères à deux

  1. Cher ami bridgeur,
    Vous êtes malheureusement tombé sur les limites du système, car vos enchères étaient (à mon avis) parfaites des deux côtés. Avec 16HL, vous avez normalement annoncé un bicolore économique, et votre partenaire, sans fit (il n’est pas encore découvert) avec 7HL, a légitimement passé, possédant 2 cartes de plus dans la 2ème couleur, avec une main proche du minimum. Ce cas est rare, mais se produit tout de même (la preuve !). Vous vous êtes rendu compte que le système (comme tous les autres systèmes) ne peut couvrir tous les cas… Cette donne passera donc par pertes et profits… Remarque : vous auriez fait la même séquence, avec, chez l’ouvreur : ♠A10965 ♥A965 ♦DV3 ♣A. Et là, avec pourtant un point d’honneur de plus, la manche est vraiment lointaine… Vous auriez déjà du mal à réaliser 2♥ !
    Pour votre autre question, je n’ai pas d’opinion, n’ayant aucune expérience de cette méthode, et ayant toujours pratiqué le SEF (parfois avec un ou deux gadgets supplémentaires) avec mes partenaires.
    Bien cordialement,
    Olivier CHAILLEY

  2. Le bridge est quelquefois (souvent ?) une affaire de bon sens. L’enchère de 2SA de l’ouvreur indique une main de 17-18HL, 5332, avec 5 cartes à ♠ et peut-être 3 cartes à ♥ (2 chances sur 3). Le répondant ne doit évidemment pas annoncer 3SA, mais proposer 3♥ ! Il n’est pas question de passer cette couleur sous silence, alors qu’un fit est encore possible. L’ouvreur, qui sait que le répondant (non minimum : il aurait passé) n’a aucun intérêt à annoncer une couleur ♥ 4ème (car l’ouvreur ne peut en avoir plus de 3), comprend alors que le répondant possède 5 cartes à ♥ dans une main de manche et conclut à 4♥. C’est simple comme… bonjour ! Inutile d’aller chercher de nouvelles conventions. Le SEF répond parfaitement à votre question !
    Remarque : vous pouvez déduire de ce raisonnement que l’enchère de 3♥ est évidemment forcing et signifie : “partenaire, choisis ta manche : 3SA ou 4♥.” D’ailleurs, toute nouvelle couleur au niveau de 3 est 100% forcing.

  3. Cher ami bridgeur,
    Votre interlocuteur a parfaitement raison sur toute la ligne (on peut toujours discuter un peu les répartitions 5-4 versus 4-4). Une couleur inégale affranchissable permettra la défausse d’une perdante du côté court de cette couleur (impossible et inutile si c’est un atout…). Vous trouverez un exemple édifiant dans le dernier cours « jeu de la carte » de 3ème série (jeu du déclarant) : « le fit 4-4 ». Vous pouvez aussi trouver ce cours et les arguments afférents dans l’index-dictionnaire à l’entrée “fit”. Je rappelle les arguments développés : 1°) Il est plus facile d’« allonger » les atouts, avec une coupe des deux côtés, parfois même on pourra couper une fois de plus d’un des deux côtés. Avec un fit 5-3, allonger les atouts longs implique de couper au moins une fois du côté court. 2°) Si la couleur de l’atout est 4-4, une couleur secondaire 5-3 procure des défausses. Au contraire une couleur secondaire 4-4 n’apporte pas de défausse possible. 3°) Et enfin, une couleur 4-4 est plus difficile à raccourcir.
    Votre dernière remarque, « y a-t-il des exceptions ? » : NON. Car si par hasard, rare, la répartition inégale marchait mieux que l’autre, ce serait totalement imprévisible à l’enchère ! Statistiquement, il faut choisir les couleurs les plus égales (à partir de 8 atouts, bien entendu). La qualité des couleurs n’a pas grand-chose à voir, car dans chaque couleur, les perdantes seront les mêmes que ce soit l’atout ou non ! Vous voyez que contrairement à ce que vous pouviez penser, ma réponse est universelle !
    Bien cordialement,
    O. C.

  4. J’ai parfaitement compris votre problème. Si personne ne veut y répondre et si vous ne trouvez rien dans la littérature, c’est que le problème n’est pas là ! Avec une couleur 5-4 et une autre 4-4, vous êtes dans le cadre du double fit (avec deux couleurs 4-4 ou une 5-3 et l’autre 4-4 également), qui devrait être évalué au moins un point de plus. Avec une couleur 4-4 et l’autre 5-3, la cause est entendue : toujours 4-4. Dans les autres cas, que vous évoquez, même 4-4 accompagnant un 7-2 par exemple, ce n’est plus la répartition qui compte, ni les longueurs respectives, c’est la QUALITE DES ATOUTS. Exemple (caricatural) : vous possédez ♠ARDV ♥10987654 ♦A ♣A. Votre partenaire a ♠10987 ♥102 ♦5432 ♣432. Rien ne vous empêchera de gagner 4♠, même l’entame atout (sauf atouts 5-0, et encore, car en rejouant ♥ tout le temps, si les adversaires ont joué 3 fois atout, vous n’aurez plus d’atouts pour vos coupes, mais vos ♥ seront affranchis). Vous ferez même souvent 4♠ + 1. En revanche, si vous jouez à l’atout ♥, vous perdrez au moins ♥A et ♥R, et encore une levée si les atouts adverses sont 3-1 (50% des cas) et même deux s’ils sont 4-0 (10%). Sur entame ♠, si ceux-ci sont mal répartis, vous risquez en sus une coupe (si les atouts sont 2-2), puisque vous ne pouvez contrôler l’atout (il faut bien rendre la main à l’atout). Evidemment, si les ♥ sont à la fois les plus longs et les plus beaux, vous choisirez ♥. Ex. : ♠6543 ♥ARDV1098 ♦A ♣A. Ici, vous ne perdrez que si un adversaire possède ♠ARDV ! Remarque : si c’est le cas, choisir ♠ comme atout n’aurait rien changé.
    Les conclusions que l’on tire de tout ceci, et qui justifient les recherches de progrès dans les enchères :
    1°) Avec un fit 4-4 à côté d’un meilleur fit (au moins 9ème), c’est la qualité des atouts qui compte.
    2°) De bonnes enchères doivent donc tenir compte de ces qualités, et pouvoir décrire ce que l’on appelle les « concordances d’honneurs » : R765 en face de V432 (4 points d’honneurs, peut-être 3 levées perdues) vaut moins que D1094 en face de V832 (3 points d’honneurs, mais jamais plus de deux levées perdues. Avec R1094 en face de V832, peut-être une seule levée perdue, dépendant de la place de la Dame).
    Conclusion : En cas de fit au moins 9ème à côté d’un fit 4-4, c’est la couleur qui a le plus de contrôles qui doit servir d’atout.
    Je pense qu’il faut une très longue pratique avec des joueurs de haut niveau pour arriver à prendre le plus souvent la bonne décision. Alors, ne vous en faites pas, ce n’est pas cela qui vous empêchera de faire des progrès par ailleurs…
    Petits compléments : pourquoi le raisonnement serait-il différent ou plus “discutable” pour les chelems ? Et enfin, votre remarque concernant la répartition adverse défavorable est la même pour toutes répartitions. Et je vous rappelle que la répartition 5-0 survient dans 4% des cas…

  5. Cher ami bridgeur,
    Sur 1C, 1P devient moins “cher” que 2K. Voici exactement ce que dit le SEF (page 15, édition 2012), pour que votre notion de cherté des couleurs ne soit pas perturbée, car K est en réalité toujours moins cher que P : si les deux couleurs sont quatrièmes, on annonce “celle qui élève le moins le palier des enchères. Si les deux couleurs sont cinquièmes, on annonce la plus chère”. Bien évidemment, si l’une est plus longue, on l’annonce en priorité, à condition d’avoir “les moyens” : 13HL pour donner la priorité à une mineure 5ème à côté d’une majeure 4ème.
    Je pense que vous n’aurez plus de problème de choix. Bien bridgeusement vôtre,
    Olivier CHAILLEY

  6. Cher ami bridgeur,
    La réponse à vos questions se trouve en fait en combinant le SEF et les réponses de Michel Lebel dans son ouvrage « La nouvelle super Majeure 5ème » (éd. « Le Rocher », 2006). C’est une très bonne question, qui fait parfois débat, et je pense que je vous répondrai dans un futur cours sur la question. Une bonne partie de la réponse peut déjà être trouvée dans le présent site, dans le « Dictionnaire des enchères » (silence adverse), à la rubrique « 1♣-? ». Voici les éléments principaux :
    Après l’ouverture d’1♣, il arrive fréquemment que l’on possède une majeure et des ♦. Vous devez d’abord vous efforcer de répondre selon la règle générale : si vos deux couleurs sont 4-4, vous annoncez d’abord celle qui élève le moins les enchères, ici 1♦. En cas d’inégalité de longueur (5-4), annoncez la plus longue, ♦ ou ♥.
    MAIS, EXCEPTIONS TRÈS IMPORTANTES A RETENIR ABSOLUMENT :
    Avec un jeu faible comportant une majeure 4ème et des ♦ 4èmes et même 5èmes, on donne priorité à la majeure qu’on annonce tout de suite en urgence (tant pis pour les ♦).
    La limite de cette exception est fixée aujourd’hui à 12HL inclus (un peu plus que ce qui est noté dans mon « dictionnaire »). A partir de 13HL (la valeur d’un beau 2 sur 1), annoncez naturellement selon la règle générale.
    Ces exceptions viennent du fait que plus vous avez un jeu faible, plus les adversaires risquent de s’inviter dans le débat. Il est donc URGENT d’annoncer vos majeures pour ne pas laisser échapper un fit majeur. Si vous avez un jeu fort, le risque n’existe plus et vous devez décrire votre jeu sans urgence.
    Il y a ici une inférence très peu connue mais essentielle, que j’hésite à vous soumettre à votre niveau… : Après la séquence 1♣ – 1♥/♠ -1SA, le répondant qui possède 4 cartes dans sa majeure ♥/♠ et 5 cartes à ♦ doit maintenant dire 2♦ : l’ouvreur doit impérativement alors comprendre que le jeu de son partenaire est faible et comportait 4 ♥/♠ et 5 ♦. C’est ce que nous appelons une SEQUENCE CANAPÉ (d’ailleurs la seule en usage aujourd’hui). Vous me direz alors : que doit-on faire si l’on a 5 cartes à ♥ et 4 cartes à ♦, ce qu’évoque fortement cette séquence. Eh bien, il faut adopter la convention Roudi qu’il faut toujours utiliser dès que l’on possède 5 cartes dans une majeure : 2♣ (et non 2♦).
    Vous voyez que cette situation se travaille avec votre partenaire…
    Dernière remarque : Avec 6 cartes à ♦ et une majeure 4ème, votre couleur est répétable même si les adversaires interviennent. Alors, dites plutôt, en première intention, 2♦.
    Votre deuxième question est simple : après intervention à 2♠, si vous avez les moyens d’un beau 2 sur 1 (13HL et plus), annoncez naturellement votre plus longue, ♦ en l’occurrence, et si votre partenaire ouvreur a 4 cartes à ♥, il vous le dira. Si vous avez un jeu plus faible, 9 à 12HL, contrez « spoutnik », et si vous avez 0 à 8 HL, passez.
    Amusez-vous bien dans notre magnifique jeu !
    Olivier CHAILLEY

  7. Cher ami bridgeur,
    A votre stade d’apprentissage, vous me semblez encore faire quelques confusions, ce qui m’incite à répéter, ce que je fais souvent : attention, n’allez pas trop vite, vous allez tout mélanger…
    1°) Intentionnellement, je n’ai pas parlé, dans le cours que vous citez, de la CONVENTION qui consiste à dire 4♦ (jamais 4♣, souvent utilisé pour autre chose) quel que soit le singleton, ♣ ou ♦, pour annoncer un bicolore majeur. Cette convention figure dans le SEF édition 2012, mais elle est, je pense, réservée aux joueurs de 3ème série majeure et plus, car elle est discutée et utilisée de différentes manières selon le niveau de jeu du répondant. La conséquence, à votre niveau, c’est qu’avec 12 à 16HLD, vous devez annoncer la manche comme présenté : Texas ♠ (2♥) suivi de 4♥. L’ouvreur choisira. Avec 11HLD, attention, vous êtes « limite ». Et avec 9 ou 10HLD, comme je vous l’ai dit, choisissez votre plus belle majeure pour un Texas, car il n’y a pas de manche (voir plus haut dans le cours).
    2°) Attention, il n’est jamais question ici de « splinter », qui n’existe pas après l’ouverture d’1SA. D’ailleurs, vous ne devriez peut-être pas vous lancer tout de suite dans les splinters, quand on voit les mésusages nombreux qui en sont faits, même par des joueurs plus chevronnés (voir les articles d’Alain Lévy sur la question).
    3°) Dans la phrase « traiter cette main comme une main faible », je parle bien de 9-10 points HLD et non de points HL (comme vous le dites), ce qui ramène les points H à 4 ou 5 (dans une main 5-5, il y a 5 points D…). Veillez à ne surtout pas confondre : 9-10HLD = 6-7HL = 4-5H devant un 5-5.
    Bonne continuation dans notre jeu, cordialement,
    Olivier CHAILLEY

  8. Cher ami bridgeur, il n’y a en fait aucun problème : 2T ou 2K n’ont jamais promis de belles couleurs 5èmes, ces enchères ne promettent que 4 cartes (et même parfois TROIS seulement, lorsqu’il s’agit de différer un fit trop beau, à partir de 13HLD). Ici, il n’y a pas de fit, vous avez deux mineures 4èmes, vous commencez par la moins chère, donc 2T. Aucune autre enchère n’est possible dans le SEF. Rappel : cette enchère est auto-forcing. Remarques : 1°) Si votre partenaire a un bicolore coeur-mineure, il n’aura aucun problème pour l’exprimer par 3T ou 2K. 2°) Quant à la qualité de la couleur, vous avez dû entendre dire (faussement, comme souvent…) qu’elle devait être contrôlée. Rien n’est plus faux. La vérité, c’est que si vous allez maintenant au chelem, que votre partenaire devient capitaine (c’est tout à fait possible, ici) et que vous démarrez en contrôles, votre partenaire peut considérer A PRIORI que votre couleur est contrôlée. A vous de le démentir : sur un contrôle à 4T, par exemple, vous sautez directement à 4C, niant ainsi le contrôle à K.
    Bien cordialement et bridgeusement vôtre,
    Olivier CHAILLEY

  9. Bonjour ! dans votre cours sur ” les unicolores de l’ouvreur (2) ” vous écrivez qu’après les enchères 1T – 1P – 3T , le répondant Passe avec 5/6HL , annonce SA ou la manche mineure avec 9/13HL(D) , cependant qu’avec 7/8HLD il fait une proposition de manche 3T/3K ou plutôt si possible 2SA !!!! vouliez vous plutôt dire proposition à 4T/4K ?
    Je viens de connaitre cette situation très exactement .Mon partenaire ouvre de 1T – je dis 1P et il me réponds 3T – j’ai le fit par Vxx , 6 cartes à P ,Rxx à C et singleton K , le tout valant 15HLD – comment fallait-il annoncer pour proposer le petit chelem ? ( 4T ? et comment enclencher les contrôles ? )
    Si je n’avais pas eu ce fit, nommer les C aurait-il signifié que j’avais l’arrêt dans cette couleur dans la perspective de jouer 3SA ? merci à vous

    • Vous avez raison, il y avait une erreur dans la rédaction du cours que vous citez, elle est corrigée.
      Quand à votre donne, je ne peux pas répondre utilement à ce stade de votre apprentissage, les recherches de chelem en mineures étant assez compliquées. On ne peut pas déclencher les contrôles à ce niveau d’enchères montées un peu vite (c’est l’inconvénient des séquences unicolores à saut, que les bons joueurs détestent…). Je maintiens donc, à votre niveau, que 4T est une proposition de manche et non de chelem. Pour anticiper sur l’avenir (le vôtre, qui sera sûrement prometteur), le seul moyen de chercher un chelem dans ce cas sera de décider, définitivement, avec votre partenaire, que 4T est forcing et chelemisant. Pour l’instant, si vous pensez que vous atteignez 34HLD, ce qui semble être le cas ici, faites comme je l’ai fait il n’y a pas trois jours, alors que je jouais avec un joueur de niveau 4ème série promo : plantez 6T ! Si vous êtes en tournoi par paires (TPP), cela n’aura jamais d’importance, car 5T est déjà une très mauvaise note par rapport à 3SA + 1. On a donc coutume de dire qu’en TPP, fittés à T, il faut jouer 3SA ou 6T (jamais entre les deux…)…

  10. Cher ami bridgeur,
    Votre main de 13HL (il y a 2 points de longueur) ne vaut pas plus qu’une redemande à 2C (13 à 16HL), enchère que vous avez justement produite. L’enchère de 3C au tour suivant est juste également, à ceci près que votre partenaire a une main beaucoup trop forte pour une répétition simple de ses T. En effet, l’enchère de 3T, dans cette séquence, n’est pas forcing ! Et avec une carte à C de moins, vous auriez évidemment passé, et donc empaillé une manche certaine, avec un chelem possible ! Ceci dit, le saut à 6SA n’est pas académique, surtout avec la mauvaise nouvelle de votre misfit, et 32 points HL seulement ! Si votre partenaire l’a réussi, tant mieux pour lui. Pour ma part, ce chelem misfitté avec 32HL n’aurait jamais dû être demandé, surtout avec aussi peu de communications. Il est d’ailleurs presque impossible à réaliser. Même si votre partenaire a l’As de K (vous lui avez attribué le Roi, que vous avez vous-même, je l’ai remplacé par l’As), ce chelem n’est pas possible sans lourdes erreurs des adversaires. Il y a onze levées au maximum (2 à P, sans lâcher la main donc Roi placé, 5 C après affranchissement si les C adverses sont partagés 3-3, 2 K et 2 T). Peut-être qu’un squeeze habile pourrait, dans un pour cent des cas, venir à bout de certaines distributions adverses. Donc chelem à moins de 1% ! Vos enchères sont donc justes et bonnes, celles de votre partenaire au moins farfelues, passant du non forcing au chelem…
    Pour s’en sortir, il aurait fallu que votre partenaire fasse à tout prix une enchère forcing, ici 2P (promettant faussement 4 cartes), enchère que je ne lui conseille pas de produire à votre niveau. Vous auriez répété vos C, et il devait maintenant soit répéter ses T à 4T, ou plutôt conclure à 3SA, malgré son singleton C. Résultat : 3SA plus 2.

  11. Cher Monsieur,
    Merci encore une fois du temps que vous nous accordez, en nous permettant ainsi, de vous interpeller. Je bloque sur les développements du Texas à 3T pour une mineure à K. Je me demande si, et comment, l’alternative de réponses ( et leurs développements) que vous indiquez sur le Texas à 2P pour les Tréfles, à savoir: 2SA (bien fitté) ou 3T( mal fitté), peut être adaptée au Texas de 3T pour les K. Dans ce cas on arriverait directement à 4K pour une transformation simple du Texas par un ouvreur mal fitté ?
    Merci, à nouveau de prendre cette demande, vraisemblablement très basique pour la plupart des joueurs de votre blog si j’en juge par le niveau général plutôt élevé des questions qui vous sont posées, en considération.
    Bon Noël, et bonnes fêtes à tous.

    • Cher ami bridgeur,
      La réponse est très simple. Seuls les T permettent une réponse “modulée”. Pour le Texas K, il n’y a qu’une réponse (SEF) : la transformation simple. L’unique séquence est : 1SA – 3T -> 3K. Ensuite, le répondant poursuit ou non selon la force de son jeu. Vous verrez à l’usage que cela ne pose pas beaucoup de problème…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  12. Cher M. Chailley,
    J’aurais, si vous le voulez bien, deux questions à vous poser dans une seule et même donne : mon partenaire ouvre de 1P avec ARDV2 – 5 – DV106 et enfin RD7 à T. Pour ce qui me concerne j’ai chicane P – 109762 – A985 et V954 à T.
    Sur son ouverture , avec 6HL , j’ai mis 1SA, ma partenaire me dit 3T, je la fit au palier de 4 et elle met 5T, pour un – 2 à la clef !
    Elle devait par la suite me faire deux “reproches” : avoir dit 1SA alors que j’étais chicane – à l’entendre j’aurais dû passer, précisément parce que j’étais chicane -, et secondairement de ne pas avoir compris que son bicolore économique à saut, certes montrait une main de 20 points, mais aussi annonçait le contrôle T dans la perspective d’essayer de jouer 3SA. Je lui ai dit qu’à mon avis elle avait tort dans les deux affirmations , et que j’allais essayer de trouver un avis autorisé… Vous avez compris que c’est le vôtre que j’attends.
    Merci

    • Cher ami bridgeur,
      Vos mains : Nord ouvreur : P ARDV2 – C5 – K DV106 – T RD7.
      Sud : P – – C 109762 – K A985 – T V954. Votre séquence:
      1T – 1SA
      3T(K?) – 4T(K?)
      5T(K?)
      Etes-vous certain de la main que vous m’indiquez en Nord (je vous mets en Sud, par commodité). En effet, votre fit, dans les mains que vous me montrez, se trouve à K et non à T, et votre redemande est à T (?).
      Quoiqu’il en soit, j’ai plusieurs commentaires à faire :
      1°) Votre réponse d’1SA va de soi, avec 6HL, même avec une chicane P. Vous devez répondre, et il n’y a pas d’autre enchère (demandez à votre partenaire quelle est son enchère : passe ? Et si elle avait 2 points de plus ?). La chicane P n’est en aucun cas un argument contre ce 1SA dit “fourre-tout” ou “poubelle”.
      2°) L’enchère de 3T (ou plutôt 3K) est excessive avec 19HL seulement, le bicolore à saut commençant à 20HL (justement parce que la réponse à l’ouverture peut se faire à partir de 5HL, ici plutôt 6HL pour pouvoir dire 1SA). Le bicolore aurait donc dû être annoncé économiquement (13 à 19HL), et alors vous auriez passé et Nord aurait joué 2K, ce qui est le bon contrat final.
      3°) Si vraiment Nord voulait annoncer un contrôle T pour jouer SA, il a donc inventé un faux bicolore, alors qu’il y en avait un vrai, P-K. Le SEF n’a pas prévu ça ! Quand on a un vrai bicolore, on l’annonce. L’enchère était donc 2K (3K est excessif).
      4°) Avec un peu de culot, vous auriez pu fitter K au deuxième tour (8HLD), dans le but de jouer à SA, mais je ne vous l’aurais pas conseillé avec la moins-value que constitue une chicane (très mauvaise nouvelle) dans la couleur de votre partenaire. Et d’ailleurs, vous auriez atterri à 3SA, qui perdra sur l’entame C. Passe est donc la meilleure enchère sur 2K. Dans votre séquence, qui est, je vous le rappelle (bicolore à saut), forcing de manche, vous étiez bien obligé de fitter T (ou K?).
      Au total, le par de la donne est, pour moi, 2K + 2, pour un gain de 130. Il n’y a pas de manche à envisager. C’est malheureux avec la « bombe » de Nord, mais le bridge est parfois ainsi… D’ailleurs, en match par paires, cette prudence et cette rigueur vous auraient sûrement valu un “top”, car les autres tables, comme votre partenaire, se seraient sûrement emballé de la même façon !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  13. Cher Monsieur,
    Encore une question d’enchères, qui rejoint un peu celle que je vous ai posé le 12 janvier. Mon partenaire ouvre de 1C avec P D5 – C AD943 – K RD8 – T AR5. Ma main : P 643 – C V7 – K AV1076 – T 1074.
    Voici nos enchères respectives dans le silence adverse :
    1C – 1SA
    3T sur lesquels j’ai dit 3K. Mais n’aurais-je pas été dans l’obligation de le fitter à T si j’avais eu 4 cartes et pensant donc qu’il m’en promettait autant de son côté ? Que ce serait-il passé alors ?
    Ma seconde question : sur ma réponse par 3K , devait-il dire 3SA bien que n’arrêtant pas cette couleur (ce qu’il a fait) ? Ou répéter ses C au palier de 3, me laissant ainsi la possibilité de dire 3SA avec l’arrêt P, ou 4 C par défaut ?
    Merci beaucoup

    • Cher ami bridgeur,
      Votre question est beaucoup trop complexe pour que je puisse y répondre en quelques lignes. Pour une fois, je vais commencer par la conclusion : le SEF ne peut pas résoudre, à mon avis, votre problème. En effet, votre partenaire ouvre d’1C une main régulière et invente un bicolore à saut qui promet 4 trèfles qu’il n’a pas. On ne peut donc pas argumenter sur la suite… Je ne suis donc pas d’accord dès le départ avec son ouverture d’1C. Sa couleur est suffisamment belle (AD9xxx) pour qu’avec 20 points H et 5 perdantes au maximum, il puisse ouvrir de 2T suivis de 2C. Vous auriez répondu ensuite 3K, et lui aurait conclu à 3SA, sans se soucier, à juste titre, de l’arrêt P. C’est, par miracle, le bon contrat auquel vous êtes arrivés. 3SA gagnent avec les P répartis 4-4 et le Roi de C placé (5K+2T+2C) et il n’y a pas d’autre contrat envisageable. Ici, par le hasard de la distribution, vous aviez 2 chances sur 3 de chuter, malgré vos 28HL. C’est la vie du bridge, qui est un jeu simple et, rappelons-le encore une fois, statistique. Ce n’est pas la peine de chercher midi à 14h00 !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  14. Cher Monsieur,
    A propos de la séquence 1 C/P-passe-1 SA-passe-?, pourquoi ne pas passer de 12 à 15 points H, dire 2 SA avec 16-17 H et 3 SA avec 18-19 H ? 2 cas défavorables contre 4 de réussir le contrat.
    Dans la série des exercices, il me semble que le commentaire du répondant, à la 7ème question du 3ème problème, ne soit pas le bon (il y a l’as de T).
    Merci

    • Cher ami bridgeur,
      Il ne peut être question pour vous de vouloir changer le SEF, ou alors il faudra travailler dur avec un partenaire attitré, et vous ne vous en sortirez pas, croyez-en ma grande expérience. Rappel : 1SA est une enchère poubelle (il peut y avoir une chicane C/P), et la redemande est listée dans le dictionnaire des enchères à la rubrique 1P-1SA (silence adverse). N’essayez pas de dévier du système ! Vous le faites sûrement déjà beaucoup trop sans même le savoir !
      Par ailleurs, voici la main incriminée : P-V42 C-RV103 K-8532 T-RV. Je ne vois pas d’As de T… La réponse est donc bien, sur l’ouverture de 2K : 2SA.
      Bien cordialement et bridgeusement vôtre,
      Olivier CHAILLEY

  15. Cher Monsieur,
    Dans le dictionnaire des enchères, à la page 1P-1SA, vous écrivez dès le 2ème paragraphe : “ce dernier, à saut, ne promet pas 5 cartes, mais seulement 4 dans la 2ème couleur (contrairement au bicolore économique à saut après un 2 sur 1 qui promet 5 cartes). En effet, 2 sur 1 est auto forcing alors que 1 SA ne l’est pas. La 2ème couleur est donc soit plus courte soit égale à la couleur d’ouverture”. Pourquoi après un 2 sur 1 la redemande par un bicolore a saut promet-elle 5 cartes ? Pouvez vous me dire comment trouver la leçon qui l’explique.
    Je vous remercie.

    • Cher ami bridgeur,
      L’explication que vous demandez est donnée dans le texte lui-même : 2 sur 1 est auto-forcing. Il n’y a aucun intérêt à faire un saut, mangeur d’espace, puisque le répondant reparlera. La redemande de l’ouvreur est donc illimitée, dans le bridge moderne. S’il fait un saut tout de même, il a maintenant 5 cartes. Après 1SA, non forcing, il est important de “zoner” sa main tout de suite, et le saut ne promet que 4 cartes. Logique, non ?
      Bien cordialement et bridgeusement vôtre,
      Olivier CHAULLEY

  16. Cher monsieur Chailley,
    Désolé, mais je ne comprends pas votre réponse. A ce stade de mes connaissances, après un deux sur un sans saut, mon partenaire me promet au moins 11H/12HL, et 4 cartes (sauf 1P/2C qui en promet 5, par construction : ça, je l’ai bien compris aussi). Il m’oblige à parler et s’engage à reparler si je n’ai pas annoncé la manche.
    A partir de là ( mettons de côté 1P/2C ), je peux soit lui indiquer le fit dans la mineure qu’il a nommée, soit lui faire une enchère à SA, soit répéter ma couleur d’ouverture, soit enfin, et c’est là que je veux en venir, lui annoncer une nouvelle couleur. Dans mon esprit, que je lui fasse un bicolore économique, cher ou à saut, je lui promet 4 cartes dans ma seconde couleur et 5 dans la première, et une force qui correspond à la nature du bicolore (éco : 12H/19HL – cher : au moins 18HL et à saut : au moins 20HL). Dans votre réponse, je comprends bien en effet que puisque le répondant s’est engagé à reparler, il n’est pas indispensable pour l’ouvreur de faire un bicolore à saut puisque la parole lui reviendra, mais je ne percute pas sur vos explications (“4 cartes” ? – “5 cartes” ?). Pourquoi, s’il fait un saut quand même, promet-il 5 cartes ?
    Merci par avance des explications que vous voudrez bien me donner.
    Cordialement

    • Je ne peux pas être plus clair : sans saut, de 12HL à 23HL ou plus, 4 cartes. Exemple : 1P-2T-2K promettent 4 cartes, sans indication de points (l’ouvreur reste capitaine). Avec saut (1P-2T-3K), on promet 5 cartes ET la valeur d’un bicolore à saut, 20 à 23HL (le répondant prend le capitanat). Donc, avec 13 à 19HL, on n’annoncera jamais un bicolore à saut, mais avec 20 à 23HL, on n’annoncera ce bicolore à saut qu’avec 5 cartes (avec 4, on dira 1P-2T-2K, qui est, je vous le rappelle, illimité en points). Ceci dit, ce sont des enchères de compétition, niveau 1ère série, comme je vous l’ai déjà indiqué, et pour que vous n’ayez pas de confusion, et surtout si vous ne jouez pas toujours avec le MEME partenaire, oubliez ceci, car il y a évidemment d’importantes inférences, et jouez avec vos propres connaissances, d’autant que cette précision N’EST PAS DANS LE SEF, qui sous-entend toujours 4 cartes dans la deuxième couleur (comme vous).

  17. Cher M. Chailley,
    Ancien bridgeur, à l’époque de niveau modeste (à peine 3ème Série), je m’y remet doucement après 15 ans de totale inactivité (tant en lecture qu’en jeu à la table). J’en profite pour actualiser mes connaissances en enchères, façon « SEF version 2012 », et votre site m’y aide grandement : bravo et merci à vous !
    Je me pose quelques questions concernant le bicolore cher de l’ouvreur, particulièrement après une ouverture d’1♦ (ou 1♥) et une réponse de 1SA.
    Première question : Dans le SEF (version 2012), page 22, on lit qu’une enchère de « bicolore cher » faite par l’ouvreur suite à une réponse de 1SA du répondant est forcing de manche… D’accord si l’ouverture est 1♣, la réponse de 1SA promettant alors 8HL, c’est logique ! Mais avec l’ouverture d’1♦, cela m’étonne un peu : les 18 HL promis par le déclarant ajouté aux 5H possibles du répondant, ça fait peu pour déclarer la situation comme étant « forcing de manche », non ? N’ayant pas trouvé affirmation semblable dans vos articles (à moins d’avoir mal lu… ou mal cherché), je me demande ce que vous en pensez…
    Deuxième question : En face d’un bicolore cher de l’ouvreur, après ouverture d’1♦ ou d’1♥, on dispose de l’enchère « semi-artificielle » de 2SA « coup de frein »… La pratique-t-on encore si la 1ère réponse du partenaire est 1SA ? Sinon, le rebid à 2SA redevient-il alors naturel (par exemple un signe de faiblesse, 5 ou 6H) et une proposition de s’arrêter là ? Autre question corrélée à celle-ci : après une réponse de 1SA, le bicolore cher (forcing bien sûr) garde-t-il encore son caractère « auto-forcing » ?
    En espérant que mes questions ne soient pas trop confuses, et en vous remerciant une nouvelle fois pour la qualité de votre site, et la richesse de vos articles …

    • Cher ami bridgeur,
      Merci pour vos compliments. Le SEF indique en effet qu’après une réponse d’1SA, une nouvelle couleur chère est forcing de manche. Ceci tient au fait (qui ne vous aura pas échappé) que la nouvelle couleur ne sera JAMAIS fittée (exception rare : l’ouvreur est 6-5), pour la simple raison que le répondant ne l’a pas nommée au premier tour : on sait donc qu’il n’y possède pas 4 cartes. Ce bicolore cher est donc en quelque sorte « artificiel » et plutôt plus fort qu’un bicolore cher ordinaire, son but n’étant que de forcer le répondant à se décrire davantage. On grappillera bien toujours quelques points D par la suite, permettant d’atteindre la manche. Exemple : ♠4 ♥ADV10 ♦ARDV2 ♣1076. Début de séquence 1♦-1SA-2♥- ? : l’ouvreur sait parfaitement que le répondant n’a pas 4 cartes à ♥ (ni à ♠, d’ailleurs). Le répondant possède donc forcément des ♣ et/ou des ♦ (7 cartes au minimum entre les deux couleurs). Ayant maintenant dévoilé son beau bicolore (les 3 cartes à ♦ promises à l’ouverture sont maintenant devenues 5 cartes), l’ouvreur sait qu’il y aura forcément un beau fit mineur qui permettra soit 3SA, soit 5♣ ou 5♦. Cet exemple peut être multiplié à l’infini.
      Evidemment, 2SA n’est plus frénateur (aucun intérêt, puisque le bicolore est forcing de manche) mais naturel, indiquant des arrêts dans les couleurs on nommées, ici arrêts ♠ et ♣. Vous trouverez la séquence dans le “Dictionnaire des enchères”, “Silence adverse”.
      Petite remarque : la réponse initiale de 1SA ne promet pas 5HL, mais bien (et c’est très important) 6HL au moins. Avec 5HL, ou bien vous changez de couleur 1 sur 1, ou bien en cas d’impossibilité vous passez… Ceci est bien spécifié dans le SEF, à juste titre !
      Bon courage dans votre progression.
      Bien cordialement et bridgeusement vôtre,
      Olivier CHAILLEY

  18. Cher M. Chailley,
    Question sur comment arriver au chelem. Sur un tournoi webridge5 j’avais cette main : ♠AR76 ♥R432 ♦R6 ♣1073. Mon partenaire donneur ouvre 2♣-P-2♦-P-2♥. Parfait : j’ai 13H, lui 20HL minimum. On a donc certainement un chelem en vue, c’est là que j’ai, je suppose, m… : j’ai annoncé 3♠, lui 3SA, j’ai remis 4♥, et il a passé. Le chelem y était facilement ! Quelle aurait dû être mon enchère ? Je ne devais pas parler de mes ♠ ? Pas faire de saut ? Ou devais-je faire un Blackwood ?
    Merci pour vos conseils

  19. Cher Monsieur,
    La séquence, dans le silence adverse : 1♠ – 1SA – 2♥. Tournoi par paires, vulnérabilité égale, tous verts. Ma main en tant que répondant : ♠x ♥x ♦RVxxxx ♣Vxxxx (je compte 8HL).
    Dois-je quand même dire 2♠ sur son 2♥ (préférence) ou tenter quelque chose pour essayer de jouer en mineure (il existe au moins une mineure avec un minimum de 2 cartes car il m’a promis pour l’instant 5 ♠ et 4 ♥) ? J’ai choisi cette deuxième solution mais comme nous sommes arrivés à un contrat perdant je pense qu’il y avait mieux à la fois dans mon enchère et dans mon raisonnement (2♠ rentre, 3♦ chute lourdement – ♦ADxxx à ma gauche, 3♣ chute d’un). J’ai enchéri 3♣, la plus économique dans mon esprit pour lui laisser le choix ♣/♦, sur quoi mon partenaire a mis 3♦ et passe général. Aurait-il pu dire plutôt 3♠ ou le mal était-t-il déjà fait ? Il possédait une main de 2ème zone comportant 6 ♠, 4 ♥, 3 ♣ et donc 0 ♦.
    De façon élargie, votre cours est clair pour les doubletons mais avec des singletons face au bicolore économique de son partenaire, faut-il quoi qu’il arrive choisir entre ses deux couleurs?

    • Cher ami bridgeur,
      Un tel misfit, à l’usage assez courant, est une très mauvaise nouvelle qui doit dévaloriser votre jeu (disons que de 8HL, il “tombe” à 6HL ?). Je pense que vous deviez “revenir” à 2♠ pour deux raisons : 1°) Il n’y a pas de manche à prévoir dans la ligne ; 2°) cette enchère de simple préférence, qui ne comporte jamais plus de 2 cartes, est la seule qui soit décourageante pour votre partenaire. Tout autre enchère serait positive (avec 8-9HL ou plus). Sans manche et avec un gros misfit, limitons les dégâts en nous arrêtant le plus vite possible.
      Si votre partenaire a un fort jeu, libre à lui de relancer les enchères (ici, il pouvait dire 3♠ indiquant un 6-4) et vous verrez alors s’il convient d’indiquer vos mineures : il faudrait alors citer ♦ en premier, pour pouvoir éventuellement ultérieurement (!) parler des ♣ en économique…, mais pour cela, il faudrait un peu plus de points. Je pense qu’ici, il faudrait passer sur 3♠, tant pis pour vos mineures, pourtant 6-5, et pour le fit trèfle que vous ne pouviez trouver. Je pense qu’au bridge comme ailleurs à l’impossible nul n’est tenu !
      Remarque : Comment pouvez-vous penser que votre enchère de 3♣, dans cette séquence, donne le choix entre ♣ et ♦ ? Pour moi, vous avez 6 ou 7 ♣ et vous êtes unicolore jusqu’à preuve du contraire, dans une main de 9HL et plus. Vous avez, par exemple, ♠4 ♥106 ♦V75 ♣RD108642. Comment diable votre partenaire, avec sa chicane ♦, a-t-il pu produire l’enchère de 3♦ (contrat final) sur votre 3♣ ? Il y a là une confusion et une mésentente que je ne m’explique pas…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  20. Merci pour votre réponse détaillée. Concernant le « choix » ♣/♦ en disant 3♣, vous avez raison : même avec une répartition 3-1 ou 4-0 de ses mineures mon partenaire devait supposer que j’avais un unicolore et ne pouvait donc « rectifier ». C’est limpide à froid une fois la situation expliquée, ça me servira pour une autre fois (idem pour la dévalorisation de mes points de longueur dans ce genre de mains : j’aurais dû limiter la casse par 2♠) !
    Enfin, mon partenaire m’a donné une explication sur son mélange de pinceaux sur 3♦ : il a cru demander un arrêt dans la couleur comme dans certaines séquences de 4ème forcing (mais comme j’avais parlé à SA entre temps c’était de toutes façons caduc).

  21. Bonjour,
    Malgré mes recherches sur le site (mais peut-être n’en ai-je pas fait le tour complet), je ne trouve pas de réponse d’ensemble sur le problème de la redemande de l’ouvreur après une ouverture à la couleur (M ou m) et réponse à 1SA du partenaire. Les avis de mes partenaires divergeant sur ce point, pourriez vous m’éclairer ?
    Merci d’avance,
    Alain

    • Cher ami bridgeur,
      Les cours correspondants sont sur la page même où nous nous trouvons (4ème série – enchères à deux) : Ouverture de 1 à la couleur (compléments 1) : Redemande de l’ouvreur majeur après une réponse de 1SA (difficulté **). Le répondant soutient une couleur mineure (difficulté **). Ouverture de 1 à la couleur (compléments 2) : Après la réponse d’1SA à une ouverture mineure (difficulté **). La séquence 1♦ – 2♣ (difficulté ***). Vous pouvez également trouver les réponses en consultant l’index-dictionnaire à l’entrée “Ouvreur” (redemande de l’) ou “Redemande de l’ouvreur”. Ceci dit, toutes les redemandes ne s’y trouvent pas, et un cours complémentaire est en effet souhaitable…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  22. Cher Monsieur,
    J’aimerais une petite précision. Vous me direz peut être que je suis tatillon !
    Dans le cours « SOUTIEN FORT EN MAJEURE » : « Principe : A partir de 15HL(D), le changement de couleur est obligatoire, même avec le fit ». « […] loi générale […] : – 2°) Un fit différé après un changement de couleur, à partir de 15HL ». Vous parlez en point HL ou HLD ? A mon avis, lorsqu’il y a fit on parle de points HLD, même si il peut très bien y avoir un fit et pas de point de distribution. De même, dans le cours « LE 2 SA FITTÉ » vous écrivez : « Avec des mains plus fortes, de 13 HLD et plus, rappel : il faut commencer par un changement de couleur pour accorder un fit ultérieurement ». Ici vous êtes descendu à 13 HLD ! Dans le club où je commence à jouer on m’a reproché de ne pas faire un fit différé avec 11-12 points !
    Autres questions : lorsque le répondant est fitté avec 4 cartes le répondant compte bien pour le 9ème atout 2 points D en plus ? L’ouvreur qui a 6 cartes en majeure, lorsqu’il reçoit le fit de son partenaire, doit considérer son sixième atout comme le 9ème, donc il rajoute 2 points de distribution, or il a déjà compté 2 points de longueur (5ème et 6ème atout). Ce compte ne présumerait-il pas de nos forces? Qu’en pensez vous ?
    Merci d’avance pour toutes vos réponses.

    • Cher ami bridgeur,
      Toutes les questions que vous me posez ont déjà fait l’objet de longs débats dans la correspondance de ce blog. Je vous invite à retrouver les réponses à ces questions dans les « chats ». Je résume tout de même :
      1°) Votre première remarque est juste, on compte toujours en HLD dès qu’on est fitté, et il y avait une (petite) faute dans le cours. C’est corrigé. Bravo pour votre vigilance !
      2°) Pour le 2SA fitté, même remarque que pour les autres : à ce stade, vous NE L’AVEZ PAS APPRIS. Donc, vous NE LE JOUEZ PAS : le cours est (intentionnellement !) en « 3ème série » et les développements sont même en « 2ème série ». Etes-vous en 3ème série ? Pour vous donc, les changements de couleur différés sont bien à 15HL. PLUS TARD, ils passeront à 13 voire à 11HL, quand vous apprendrez les conventions correspondantes et surtout leurs INFERENCES (tellement souvent oubliées ou même inconnues par les joueurs de club !).
      3°) Pour le compte des points, comptez TOUT, comme le dit Philippe Cronier, car les mains sont en réalité bien plus souvent sous-évaluées que surévaluées. Vous pouvez donc compter points de longueur + points pour le 9ème atout : un atout de 6 cartes “vaut” donc bien 4 points de plus en distribution (et même, si le partenaire connaît aussi 9 cartes, encore deux points de plus !).
      4°) Les remarques que l’on vous fait dans votre club sont malheureusement courantes, de la part de gens qui CROIENT mieux savoir que vous. En réalité, ils seraient bienvenus, s’ils sont plus avancés que vous dans la connaissance du bridge, de montrer qu’ils sont capables de se mettre à VOTRE PORTEE, compte tenu de ce que VOUS avez déjà appris. L’enseignement et la progression y gagneraient…
      Bon courage dans notre passionnant jeu,
      Bien cordialement et bridgeusement,
      Olivier CHAILLEY

  23. Cher Monsieur,
    J’aimerais bien avoir une confirmation concernant cette situation : mon partenaire ouvre de 1♣ et j’ai 9HL dans une main avec 5 cartes à ♣ et 4 cartes à ♠. Priorité à la majeure que je nomme et l’ouvreur redemande 1SA – dans cette situation, il m’est bien permis de faire un faux Roudi et sur la réponse de l’ouvreur, quelle qu’elle soit, je vais dire 3♣. Et l’ouvreur DOIT passer ! Je ne crois pas que l’on puisse appeler cette enchère « canapé » comme pour les ♦ en réponse directe sur le 1SA de l’ouvreur, mais ça lui ressemble fortement. Je pense par ailleurs ne pas avoir le droit de répondre 3♣ si au lieu d’avoir 4 cartes ♠ j’en ai 5 car alors sur 1SA je vais dire 2♠ sans avoir recours au 2♣ Roudi. Le raisonnement est le même si l’ouverture est 1♦ ?
    Merci de votre réponse

    • Cher ami bridgeur,
      3♣ après 2♣ Roudi est en effet une enchère de misère, faite avec 5+ cartes à ♣ (si l’ouverture a été 1♣) ou 6+ cartes (si l’ouverture a été 1♦), et sur laquelle l’ouvreur est prié de passer. La nomination de 3♣ après 2♣ signifie simplement qu’on a fait un faux Roudi, pour jouer 3♣ (on ne peut plus jamais en jouer 2, prix à payer pour cette excellente convention). Ce n’est pas du tout un canapé…
      Bien cordialement et bridgeusement,
      Olivier CHAILLEY

  24. Cher Monsieur,
    Dans votre cours « Les unicolores de l’ouvreur (1) », après la séquence 1♥-1♠-3♥, comment le répondant possédant 2 cartes à ♥ et 9HLD peut-il proposer la manche puisque l’enchère 3♥ a déjà été faite… ?
    Merci pour votre site que je consulte régulièrement.

    • Cher ami bridgeur,
      Je ne vois pas où se situe la critique que vous faites. Voici le texte (copié-collé)
      Avec 5 à 8HL(D), manche improbable : Passe, même avec 1 seul ♥, voire aucun…
      Avec 9 à 13HL(D), manche à annoncer : 4♥ (ou 3SA avec une seule carte à ♥).
      Il n’y a pas là la moindre « proposition » !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  25. Cher Monsieur,
    J’avais posé la question ci-dessus parce qu’après la séquence 1♥-1♠-3♥, vous proposez la manche avec 9 ou 10HL(D) dans le cours par 3♥ ou 2SA, ce qui bien sûr n’est pas possible. Je me demandais donc comment proposer la manche dans ce cas.
    Cordialement.

    • Cher ami bridgeur,
      De nouveau, je ne vois pas où se situe la critique que vous faites. Voici le texte (copié-collé)
      Avec 5 à 8HL(D), manche improbable : Passe, même avec 1 seul ♥, voire aucun…
      Avec 9 à 13HL(D), manche à annoncer : 4♥ (ou 3SA avec une seule carte à ♥).
      Dans le cas d’une enchère se situant déjà à 3♥, il ne peut évidemment exister de proposition. On va à la manche ou pas…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  26. Cher Monsieur,
    Je me pose une question qui me semble très simple… peut-être trop et c’est pour ça que je ne trouve pas la réponse ? En tout cas je suis ennuyé avec la séquence 1♥-1♠-1SA-?.
    Comment différencier un jeu de 12/14H d’un jeu de 15/17H ? Ou, respectivement, comment annoncer « l’autre » ? Doit-on passer par un faux bicolore ? Avant de reparler à SA ? Je vous remercie d’avance.
    Cordialement

    • Cher ami bridgeur,
      Tout me paraît se trouver dans les cours. Il est vrai que ce début (1♥-1♠-?) est toujours sujet à confusion. 1SA veut TOUJOURS dire jeu 5332 avec 5 cartes à ♥. Et 13-15HL. Avec 16-18HL, on traite ce jeu comme un bicolore (SEF 2012, page 20), ce sera un faux bicolore et on reviendra ultérieurement à SA. On choisira toujours (forcément !) une mineure pour ce faux bicolore, et si possible ♣, sauf s’il est vraiment trop « moche ».
      Une réponse complète à votre question se trouve également dans le « Dictionnaire des enchères », « Silence adverse », aux rubriques 1♥-1♠-? et suivantes.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  27. Cher Monsieur,
    Avec 15-17 points, au deuxième tour vous pouvez annoncer une deuxième couleur avec 3 cartes. Et c’est dans ce cas-là que si le répondant choisit par préférence votre première couleur si il n’a pas 6 cartes dans sa couleur réponse, et l’ouvreur au troisième tour annonce 2SA pour dire « j’ai 15-17 points » avec la majeur cinquième.
    Cordialement.

  28. 1♥-1♠
    Au deuxième tour, je peux annoncer 2♣ ou 2♦ avec 3 cartes. Le répondant annonce 2♥ par préférence s’il possède 2 cartes à ♥. Au troisième tour, j’annonce 2SA avec 15-17 points.

    • Cher ami bridgeur,
      Je ne comprends toujours pas votre question. D’ailleurs y a-t-il une question, ou faites-vous simplement une constatation ? Dans ce dernier cas, des inexactitudes (le cas où l’on annonce 2♥, par exemple) montrent que vous devriez bien reprendre tous les cours sur cette séquence. Par ailleurs, j’ai corrigé votre texte, qui ne comportait ni ponctuation, ni accents, ce qui le rendait incompréhensible. Et il se peut même que je me sois trompé en le corrigeant… Merci d’essayer d’être clair !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  29. Cher M. Chailley,
    J’ai une question simple, presque laconique : avec un jeu du type ♠AV42 ♥RD983 ♦A6 ♣V6, où on compte 16HL, comment redemander après 1♥-1SA-?
    Pas assez pour un bicolore cher, pas 6 cartes à ♥ pour répéter la couleur, et un faux bicolore avec seulement 2 cartes semble très peu engageant. Quant à passer ou redemander à 2SA, ça ne parait même pas envisageable dans cette fourchette de points. Doit-on serrer les dents, prier, et annoncer quand même 2♣ ou 2♦ ? Ou forcer un peu la valeur de son jeu quitte à avoir un contrat tendu ?
    Je me console en me disant que c’est sans doute encore pire pour ceux qui jouent 1SA forcing, mais ça ne résout pas mon problème, et je n’ai pas connaissance que le SEF soit un adepte du Flannery ou du Gazzilli… et du coup, je suis embêté dans cette séquence. Pourriez-vous me dire comment la gérer ?
    En vous remerciant d’avance.

    • Cher ami bridgeur,
      La logique simple montre qu’avec votre main, même de 16HL, la manche est lointaine. Sachant que votre partenaire a au moins 8 cartes en mineures, la seule enchère raisonnable est de… passer ! Vous gagnerez 1SA égal, +1 ou parfois +2. Il est admis que vous auriez pu répéter vos ♥ s’ils avaient été plus beaux, car il faut avoir 6 cartes pour répéter la couleur, ou bien être condamné à jouer avec 7 atouts (ou parfois 6) si vous vous le permettez avec 5 cartes. Quant au Flannery ou au Gazzilli, je ne commente pas, car dans ce site, on se contente du SEF. Vous pouvez consulter une main analogue à la vôtre dans le Dictionnaire des enchères : 1♥-1SA-? Comme avec votre main, avec 16HL, on passe…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  30. Cher M. Chailley,
    Tout d’abord je voudrais vous remercier pour votre blog qui est une « mine » et je ne cesse de le recommander autour de moi. D’autre part, je me remets au bridge après une interruption de plusieurs années (j’étais alors 3ème série ♦) et je constate que les enchères ne m’ont pas attendue pour évoluer !
    J’avais appris alors qu’une réponse de 4♦ sur l’ouverture de 1SA du partenaire annonçait les 2 majeures 5èmes et le complément de manche. L’ouvreur nommait alors la manche dans sa couleur 3ème. Est-ce une mauvaise enchère ?
    Merci d’avance de bien vouloir me répondre. Cordialement.

    • Chère amie bridgeuse,
      Merci pour vos compliments. Votre question : aujourd’hui, le SEF accorde toujours la même signification à l’enchère de 4♦ en réponse à 1SA : bicolore majeur au moins 5-5. Cette enchère, simple et de bon goût, ne peut souffrir de critique, tout au moins dans notre Standard français. Voir dans le « Dictionnaire des enchères », « Silence adverse », la fiche 1SA-?.
      Cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  31. Cher Monsieur Chailley,
    Nouvelle petite coquille dans la page « Les bicolores de l’ouvreur (2) » : dans le premier exemple la répétition de l’ouverture est 2♦ et non 2♥.
    Très cordialement,
    Jean Bréfort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *