1ère série

Albarran Pierre

Pierre Albarran (1894-1960)

[Chapitre en construction : 16 cours publiés seulement]. A partir de la « première série », les enchères deviennent beaucoup plus détaillées, et comportent des précisions dont les joueurs de deuxième série peuvent se passer. Elles sont évidemment sujettes à des variations plus ou moins importantes selon les joueurs ou les paires qui ont l’habitude de travailler ensemble. La modeste vocation de ce site est d’indiquer, dans les quelques cas traités parmi les milliers possibles, une orientation, de présenter une base de travail. Il ne s’agit jamais de dogmes, mais plutôt d’une sorte de synthèse, plus ou moins bien actualisée, de ce qu’on peut trouver dans la littérature de langue française. Les auteurs consultés sont en très grande majorité ceux de l’Université du Bridge de la FFB et de la revue le Bridgeur, par exemple R. Berthe, M. Bessis, Ph. Cronier, A. Lévy, et quelques autres qui me pardonneront de ne pas tous les citer.

Les enchères ont été divisées, artificiellement, en 4 chapitres dont 3 concernent les compétitives :
1°) Le silence adverse.
2°) Les enchères de défense.
3°) Les enchères d’attaque.
4°) Les enchères compétitives, où tout le monde s’exprime, sans que l’on puisse classer les enchères comme étant du camp de l’attaque ou de celui de la défense.
Nous espérons que cette façon de classer les sujets vous permettra de vous y retrouver aisément. Il faut comme toujours retourner au menu principal et « glisser » l’index de la souris sur la rubrique « enchères de 1ère série« . On pourra aussi retrouver les cours par mots-clés dans l‘Index-Dictionnaire.

9 commentaires sur “1ère série

  1. Bonjour Olivier,
    Eurêka, je suis arrivée à rentrer sur ton site, mais je n’arrive pas à trouver :
    – La quatrième couleur forcing
    – Les réponses au Drury
    – La redemande de l’intervenant après le cuebid de son partenaire… Inutile de te dire pour qui !!!
    En ce qui me concerne, j’aimerais savoir la signification dans le bridge moderne de la séquence suivante :
    S O N E
    1P – 2P 3P
    Bien amicalement.
    Françoise.

    • Evidemment, ce site, étant destiné à l’enseignement et singulièrement celui des débutants, ne prétend pas être exhaustif. Les sujets « pointus » ne viendront que petit à petit, quand j’aurai le temps de m’y consacrer… Cependant, 4ème couleur forcing (3 cours) et Drury sont traités en 2ème série, car c’est à ce niveau (à peu près) qu’ils peuvent être rattachés. Il suffit de cliquer sur « 2ème série, enchères dans le silence adverse… » Amitiés, Olivier

        • Je te réponds sur le site, mais je copierai la réponse sur un courriel.
          La séquence que tu décris est un cue-bid sur un fit simple adverse (majeur ou mineur, la signification est la même). Classiquement, il signifie : « j’ai 9 levées en vue si tu arrêtes la couleur adverse ». Pour l’instant, je n’ai pas de meilleure réponse.

          • 1P passe 2P 3P!
            Puissant contre d’appel orientée vers les couleurs mineures. Cinq-Cinq ou Six-Quatre, voire une couleur septième.
            Espère que le partenaire puisse déclarer 3SA…

  2. Cher Monsieur,
    Merci pour votre site.
    Donneur Sud. Muni de cette main en Sud, ♠ARV86 ♥A5 ♦ADV96 ♣4, que diriez-vous ?
    Dans le silence adverse, si on ouvre d’1♠, sur soutien de 2♠ du partenaire, quelle doit-être la redemande en Sud ?
    Merci d’avance pour vos remarques. Cordialement
    AR

    • Cher ami bridgeur,
      Avec 21 points HL et un tel bicolore, l’ouverture ne peut être que 1♠. Bien sûr, vous n’avez que 3 perdantes, mais il serait dangereux d’ouvrir de 2♦, car vous risqueriez de ne pas pouvoir trouver un fit satisfaisant pour un chelem éventuel.
      Ici, le problème est résolu d’emblée, puisque vous connaissez un fit ♠ dès la réponse de votre partenaire. Votre main est aussitôt réévaluée à 24HLD. Si votre partenaire a bien évalué ses propres points, vous ne pouvez pas dépasser 34HLD à vous deux, ce qui rend un chelem à la couleur assez aléatoire. Vous avez a priori deux impasses à faire et il sera bien difficile de savoir quels honneurs détient votre partenaire. Imaginez qu’il ait ♠1093 ♥DV62 ♦85 ♣RDV7. Même avec ces 10HLD, il faudrait beaucoup de chance pour réussir le chelem.
      Si vous êtes très en retard dans une compétition en match par quatre, vous pouvez risquer une enchère d’essai à ♦ pour vous assurer du ♦R, avant de faire un Blackwood en cas de réponse positive. Et alors, s’il a une clé, ce sera bien sûr l’♣A (vous avez les autres). Ces deux cartes vous assurent un chelem. S’il n’a pas de clé, ni le ♦R, même 5♠ sera aléatoire.
      En tournoi par paire, le plus raisonnable sera en réalité de dire tout simplement directement 4♠, car 4♠ + 1 ou 2 vous apportera une note correcte.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

      • Bonjour, et un grand merci pour vôtre réponse.
        Il suffit néanmoins de deux rois rouges en face (6H), pour n’avoir à miser que sur l’impasse atout, voire jouer AR en tête si le partenaire en a 4 (en points S il aura 8 ou 9 points avec ce bonus du quatrième atout).
        L’as de Trèfle en face ainsi que le Roi de Carreau (7H) permettent aussi de miser sur une seule perdante entre les deux majeures.
        Mon problème sur ce type de main est que les points en face sont peu significatifs, si quelques cartes-clés sont là.

        Bien cordialement,
        Alain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.