Accueil

Le bridge est un jeu à 4 joueurs qui se joue avec 52 cartes. La  règle du jeu  de bridge est extraordinairement simple (plus simple que celle des tarots ou de la belote). La difficulté n’est pas de jouer au bridge, mais de bien jouer. Si vous n’avez jamais joué au bridge, une initiation est proposée par la  Fédération Française de Bridge (FFB) (cliquez) : il convient de s’inscrire (procédure assez compliquée…). Mais vous pouvez parfaitement vous contenter du présent site.

Ce dernier est destiné à faire comprendre les mécanismes du raisonnement. Apprendre le bridge est impossible pour un esprit normal, alors que tout le monde peut jouer au bridge. L’auteur met ici à la disposition des lecteurs les cours qui ont été dispensés aux élèves pendant dix ans, proposés au format PDF imprimable, en bleu (cliquez sur l’intitulé du cours).

Remarque importante : Le système d’enchères proposé est le plus répandu en France, permettant de s’asseoir honorablement à n’importe quelle table de bridge. Il s’agit du SEF (Système d’Enseignement Français). Les autres « systèmes » ne sont pas, ou très peu, abordés ici.

« Le simple est toujours faux. Ce qui ne l’est pas est inutilisable. » Paul Valéry, 1942.

DERNIERS ARTICLES : En haut de la colonne de droite. Les articles  sont des réflexions sur des sujets divers, et n’ont pas vocation à devenir des cours. Les plus anciens sont indexés dans Archives et/ou Catégories.

DERNIERS COURS et EXERCICES : En bas de cette page d’accueil. Les cours sont le fonds permanent du site et classés dans le menu principal. Seuls les deux derniers publiés de votre niveau et dans chaque catégorie se trouvent ici. Abonnez-vous ! Inscrivez votre adresse de courriel en bas à droite. C’est gratuit. Vous serez prévenus en cas de nouvel article (mais non de nouveau cours). 

COURS D’INITIATION ET DE PERFECTIONNEMENT : Vous trouverez plus de 250 cours (menu principal), dans un ordre logique d’enseignement. Voir aussi l’Index-Dictionnaire (mots-clés, classement alphabétique) et le Dictionnaire des enchères.

Derniers cours et exercices intégrés (tous les autres dans le menu en haut de page) : les rubriques qui apparaissent en violet sont en réalité des articles du Bridgeur ou de Bridgerama. Les cours sont en bleu

ENCHERES
Niveau débutants :
  – Débutez en enchères : Redemande de l’ouvreur de 1 à la couleurAprès réponse ou redemande à SA.
Niveau 4ème série :
  – Silence adverse :  
Bicolore cher (2)4SA Blackwood.
  – CompétitivesRéveils de l’ ouvreurRéponse à l’intervenant au palier de 1 (3).
Niveau 3ème série :
  – Page d’accueilEvaluation des mains : compléments.
  – Silence adverse :
Bicolore majeur 5-5 sur 1SA (compléments), Ouverture et redemande avec un unicolore mineur.
  – Compétitives : Défense contre les barrages au niveau de 3, Les Contres de l’ouvreur.
Niveau 2ème série :
  – Silence adverse : Soutien différé de l’ouvreur après 1SA, Enchères après passe.
  – Compétitives : Réponse à l’intervention après enchère du n°3, Changement de couleur 2 sur 1 après intervention.
Niveau 1ère série :
  – Silence adverse :
Soutien mineur inversé
, 3♠ et 3SA relais contrôles.
  – Enchères de défense : Défense contre l’ouverture de 2 multi, Défense contre l’ouverture de 4-4♠.
  – Enchères d’attaqueLe CachalotLe Landik.
  – Enchères compétitives : L’enchère de 2 SA en situation compétitives, Le Surcontre.

JEU DE LA CARTE
Débutants :
  – Maniements de couleur : 
Maniements de couleurs (2)Maniements de couleurs (3).
Niveau 4ème série :
  – Maniements de couleurProbabilités de placements.
  Jeu du déclarant : L’expasseBaiser à la Reine, baiser au Roi.
  Jeu de la défense : Entame à SA (2), Tableau des entames à la couleur.
Niveau 3ème série :
  – Maniements de couleur
Coup de BathBlocage – déblocage.
  – Jeu du déclarant : Perdante sur perdante, La révérence.
  – Jeu de la défense : 
Signalisation, exemples.
Niveau 2ème série :
  – Maniements de couleur :
Notions de probabilités, Loi des places vacantes et principe du moindre choix.
  – Jeu du déclarant : Mise en main (1)Mise en main (2).
  – Jeu de la défense
Blocage et flancsDestruction de rentrées.
Niveau 1ère série :
 Jeu du déclarant :
 Coup du ciseauCoup du dentiste.
  Jeu de la défense :
 Quand jouer en coupe et défausse ?, Défense contre le coup du ciseau.

EXERCICES
4ème série :
 Réponses aux interventionsOuvertures et réponses, exercices.
3ème série : Plan de jeu à SA (2)Exercices réponses en attaque.
2ème série : Forcing ou non forcingManiement manque Roi Valet.
1ère série : Réponses au contre après que le n°3 a parléOuverture 3SA.

Remarque : vous pouvez ouvrir les derniers cours directement à partir de la présente page : cliquez dessus (si vous préférez : « Ouvrir dans un nouvel onglet », clic droit).

J.-S. Bach (1685-1750) : L’Art de la Fugue, 1742-1750

Avertissement à tous les lecteurs fidèles : Depuis la crise de la Covid-19, votre moniteur de bridge a publié un essai :  » Le virus de la peur « , que l’on peut trouver chez Bookelis, FNAC, Amazon, ou que l’on peut commander dans n’importe quelle librairie francophone.

80 commentaires sur “Accueil

  1. Cher Monsieur Chailley,
    Forcing ou pas ? La séquence :
    1♣–P–1♦–P-
    1♥-1♠-3♣
    L’enchère de 3♣ est-elle forcing ou pas ?
    Merci pour votre réponse et très bonne journée

    • Cher ami bridgeur,
      Si je comprends bien (problèmes d’affichage des séquences dans les messages…), le n°2 qui s’était abstenu lors du 1er tour se décide à intervenir après la redemande à 1♥ de l’ouvreur. Il a donc probablement un inconvénient à intervenir tout de suite : une dizaine de points d’honneurs avec une couleur ♠ médiocre, par exemple. Exemple : ♠D108732 ♥R9 ♦V104 ♣RV. Le répondant, qui avait 5 cartes à ♣ et avait parlé à ♦ d’abord, a probablement, lui, à partir de 13HLD, mais il ne désire pas vraiment la manche. En effet, s’il cherche 3SA, il dispose maintenant du cue-bid à 2♠, cherchant un arrêt. S’il possède lui-même un arrêt, il parlerait de SA. Et s’il cherche une manche ou un chelem mineur, il dirait aussi 2♠ avant de fitter au tour suivant.
      Au total, la seule enchère forcing ici est 2♠. 3♣ est descriptif et encourageant, mais non forcing (ce qui ne veut pas dire arrêt !). Si votre ouverture est minimale et ne peut être revalorisée par le fit de votre partenaire, passez. Evidemment, si vous avez une petite réserve (14 points d’honneurs, une courte, un ♣ supplémentaire, etc…), il vous appartient de poursuivre les enchères, par 3♠ par exemple, enchère-déclic qui vous amènera au moins à la manche (3SA, 5♣, voire 6♣).
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

      • Merci M. Chailley.
        Ma main était minimum avec 4 ♣ par AR, 4 ♥ par la dame, 3 ♦ par le R et 2 ♠ par le 10. Sur 3♣ de mon partenaire, j’ai passé et j’en ai fait 6… Une discussion « animée » (hum…) s’en est ensuivie. Mon partenaire soutenant que c’était forcing à 200 pour cent et moi lui disant que la seule enchère forcing dans cette séquence était le cue-bid à ♠.
        J’ai donc fait la même analyse que vous M. Chailley et… j’en tire une certaine fierté.
        Grand merci et très bonne journée, Monsieur

    • Cher ami bridgeur,
      La question est souvent posée, et la réponse est délicate (je l’ai déjà donnée à plusieurs reprises), car elle s’insère dans l’ensemble des entames possibles à SA. Je ne considère ici que l’entame contre 3SA (contre 1SA et 6SA, c’est un peu plus compliqué).
      Je vous recommande la lecture du livre de Michel Bessis, Flanc gagnant, tome 1. Quand on n’a pas de couleur 5ème (chez son partenaire ou chez soi) prioritaire, on choisit une couleur 4ème : avec une séquence (2+ cartes), pas de problème, mais sans séquence le problème est plus ardu. Il faut choisir la couleur où l’honneur est le plus bas : V943 est meilleur que D1084. Sous le Roi, c’est déjà nettement moins bien, et sous l’As, c’est théoriquement proscrit, même si il y a ADxx ou AVxx (AD10x est au contraire acceptable ou même bon…). Pourquoi ? Parce que l’As est une reprise certaine, et servira à l’affranchissement des autres honneurs. On peut aussi au besoin se tourner vers une entame à trois cartes, pourquoi pas (« top of nothing », par exemple) ? Mais n’entamez pratiquement jamais avec un doubleton, et encore moins d’un singleton !
      Alors, parfois, il ne reste « que » l’option de l’As quatrième, qui est alors la moins mauvaise des entames…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  2. Cher M. Chailley.
    Peut-on faire un fit différé avec l’autre majeure (sur une ouverture majeure et avec au moins 13 HLD) ou bien est-on obligé de différer avec une mineure ? Ou, autrement dit, y a-t-il un inconvénient à enchérir de l’autre majeure en attendant de montrer son fit, en particulier si l’ouvreur fitte la 2ème majeure.
    Merci d’avance. Bien à vous,
    Philippe

    • Cher ami bridgeur,
      La réponse à cette question, qui a été posée assez souvent, figure dans les cours. Vous avez raison de dire que l’on ne diffère un fit majeur qu’à partir de 13HLD, puisque la séquence devient alors au moins forcing de manche.
      Je ne comprends pas bien votre question, car vous savez que si annoncer 1♠ sur 1♥ ne promet que 4 cartes, 2♥ sur 1♠ implique TOUJOURS 5 cartes, mathématiquement. Il est vrai qu’en cas de fit différé à ♠, on pourrait vouloir parfois vouloir dire 2♥ avec 4 cartes, mais on préférera alors 2♣/♦, permettant à l’ouvreur d’annoncer lui-même son bicolore économique ♠/♥, s’il existe (voir dans le Dictionnaire des enchères, Silence adverse, la fiche 1♠-?).
      Alors bien sûr, vous pouvez et même vous devez différer le fit à partir de 13HLD, avec une majeure si elle existe avec le nombre de cartes exigée par le niveau de l’annonce, et sinon, avec votre plus belle mineure (parfois 3 cartes seulement), en essayant de privilégier ♣.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  3. Cher Monsieur Chailley,
    Encore un problème en enchères compétitive avec ma partenaire. Les jeux :
    Ouest : ♠A865 ♥RD53 ♦V83 ♣R4
    Est(moi):♠RD42 ♥1097 ♦95 ♣A962
    S_____O_____N_____E
    1♦____X_____1♥_____X
    p_____p_____p
    Le problème : Jouant la collante, je n’ai pas cru bon de mettre 1♠ sur le 1♥ de Nord, n’ayant pas 5 cartes à ♠. J’ai donc contré. Ma partenaire a cru à un X punitif de ma part et a passé. A l’ arrivée, très mauvaise note… Devais-je avec 4 cartes enchérir à 1♠ ?
    Merci pour votre réponse, M. Chailley
    Très bon dimanche

    • Cher ami bridgeur,
      Je pense que vous commencez à savoir ce que je pense de la « collante », qui est un très mauvais système, surtout pour qui n’est pas très familiarisé avec lui. Par ailleurs, que vient-elle faire ici ? La « collante » ou contre Lebel-Soulet est une enchère du répondant après une intervention à 1♦ ou 1♥. Ce n’est pas une enchère du n°4 répondant lui-même à une intervention par contre ! Vous êtes ici ce n°4…
      Votre contre est un recontre, en effet ici punitif, comme le souligne votre partenaire. Voici ce que dit le Dictionnaire des enchères : « Recontre, ici punitif. Classiquement, ce contre est punitif, pour lutter contre un psychic, indiquant 4+ belles cartes à ♥ et 7H au moins. Exemple : ♠86 ♥R932 ♦D105 ♣D765 ». Votre partenaire pouvait donc parfaitement passer. Et il fallait donc dire 1♠, sans aucun conteste possible, d’autant que vous saviez bien qu’elle possédait 4 cartes à ♠ (en effet, si elle n’avait eu que sept cartes en majeures, l’enchère d’1♥ de l’adversaire vous aurait placé la probabilité de la couleur de 4 cartes à ♠ plutôt qu’à ♥).
      Conclusion double : 1°) N’utilisez pas le contre Lebel-Soulet. 2°) Ne confondez pas les situations.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  4. Cher Monsieur, je désirerais savoir ce qu’il faut entamer avec RDxx à ♠ contre un contrat de 3SA (obtenu par 1SA-3SA), et que doit jouer le partenaire avec Vxx (le mort a fourni petit) ?. Merci. Cordialement.

    • Cher ami bridgeur,
      Je m’aperçois que ma réponse du 10 février n’est pas visible : fausse manoeuvre de ma part ?
      Je me rattrape : évidemment, vous devez entamer de la 4ème meilleure (règle générale). C’est le seul moyen d’espérer faire 3 (voire 4 !) levées dans la couleur. Et votre partenaire doit jouer le ♠V. Je ne vois pas très bien ce qui a pu vous pousser à penser faire autrement… Vous vouliez entamer de la ♠D ? Cela dépend évidemment du reste de votre main (reprises, …). Le ♠Roi est bien sûr ici complètement exclu.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  5. Cher Monsieur,
    Un problème de signalisation. Les enchères : après mon ouverture d’1♥, intervention à 2♣, soutenue par 3♣ à ma droite. L’intervenant cue-bidde à 3♥, et son partenaire conclut à 3SA
    J’avais ♥RVxxx. Ma partenaire avait le roi second. Je n’ai pas osé entamer dans ma couleur et les adversaires ont fait leur contrat. J’ai reproché à ma partenaire de ne pas avoir contré les 3SA pour m’indiquer un gros honneur dans ma couleur et m’ encourager à en entamer. Mes reproches étaient-ils justifiés ?
    Très bonne journée et merci pour votre réponse.

    • Cher ami bridgeur,
      Contre 3SA, vous avez eu complètement tort (à 100%) de ne pas entamer ♥ (cela aurait été moins vrai contre 1SA ou 6SA). Cette faute est très fréquente en club. Justification le plus souvent entendue : « l’adversaire arrête forcément ma couleur si je l’entame ». C’est en général vrai. Mais il y a plusieurs contre-arguments : 1°) Etes-vous sûr que si c’est votre partenaire qui joue de la couleur, l’adversaire n’aura quand même pas l’arrêt ? 2°) Etes-vous sûr, alors que c’est vous qui avez ouvert et que votre partenaire a au maximum 3 points, qu’il prendra un jour la main ? 3°) Qu’auriez-vous entamé si l’adversaire n’avait pas fait de cue-bid ?
      Petite remarque : vous m’indiquez posséder ♥RVxxx. Votre partenaire n’a donc pas le Roi second. Ou bien votre main n’était pas celle-là, mais plutôt ♥DVxxx. Il fallait EVIDEMMENT entamer la 4ème meilleure. Comme le dit justement Robert Berthe : vous perdez peut-être une levée, mais vous GAGNEZ UN TEMPS. Il faut savoir « donner pour reprendre » plus tard, souvent avec bénéfice…
      Imaginez que l’adversaire ait le Roi second, ce qui est fréquent après ce genre de séquence d’enchères, son arrêt saute tout de suite. Et même s’il possède As-Roi (ou As-Dame), un de ses arrêts va sauter, alors que vous avez certainement deux reprises. Entamer 4ème meilleure est donc ici le seul moyen de GAGNER LA COURSE A L’AFFRANCHISSEMENT.
      Quant au reproche que vous avez fait à votre partenaire, je pense qu’il n’est pas vraiment mérité ! Elle a bien un gros honneur, mais pas vraiment les points qui l’assurent que si vous entamez de la couleur, les adversaires chuteront ! Il lui faudrait en plus une opposition à ♣, par exemple…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  6. Cher monsieur Chailley,
    J’étudiais la séquence compétitive 1♣-1♠-1SA-? dans votre dictionnaire d’enchères, concernant les réponses fittées, à quelle réponses du n°4 ( partenaire de l’intervenant) classeriez vous une main fittée de 11-12HLD de 3 cartes ? Sachant que 2♠ se fait avec 7-10HLD, 2SA avec 13HLD+ et 4 cartes à l’atout, et le cue-bid à saut ( avec effectivement 11-12HLD), mais 4 cartes ? Merci de cette précision.

    • Cher ami bridgeur,
      Votre question illustre bien les limites du bridge. Autrefois, 11 ou 12HLD s’annonçait en commençant par contrer, puis en annonçant ♠ au tour suivant. Michel Bessis, pris ici pour référence, préfère que Contre annonce un bicolore inverse, au moins 5-4, si possible 5-5, et c’est probablement plus rentable de jouer ainsi. En effet, il faut bien remarquer qu’en cas de fit (de trois cartes seulement), vous n’aurez pratiquement jamais une manche en face d’adversaires qui ont annoncé un minimum de 20 points. En plus, 1SA à votre droite suggère (sans le promettre) un bel arrêt à ♠, qui risque d’être fort gênant. Il ne faut fitter avec 3 cartes qu’avec un ♠ solide, ♠RV8 par exemple. Sinon, PASSEZ (les bridgeurs novices ne savent pas PASSER) et voyez venir. Donc, avec 11-12HLD et seulement 3 cartes, dévalorisez (ou revalorisez) votre jeu pour annoncer 2♠ avec un très beau ♠, et passer avec 3 ♠ quelconques.
      Vous pouvez aussi, si vous n’avez pas peur de vous tromper, jouer les deux systèmes à la fois : lors de l’enchère de Contre, votre vis-à-vis doit croire en priorité à un bicolore, puis, au tour suivant, vous rectifiez en disant 2♠. Mais là, cela demande d’en discuter avec votre partenaire et de le travailler sérieusement !
      Remarque, répétée maintes fois : le dictionnaire n’est pas fait pour étudier, car les cours sont là pour cela, mais pour vérifier une séquence A POSTERIORI. En compétitives, ce qui fonctionne, c’est la réflexion, et non l’apprentissage de séquences par cœur. D’autant qu’ici, il faut compter plutôt en levées de jeu, voire en perdantes (bicolore), qu’en points HLD.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  7. Cher Monsieur,
    En complément au commentaire laissé hier (je suis toujours dans l’étude des réponses à l’intervention de mon partenaire), dans la séquence 1♣-1♥-2♦-? je ne comprends pas la logique des réponses de 3♣ (11HLD+ fit 3cartes) et 3♦ (cue-bid 15HLD 5/6 cartes à ♥) ? Pourriez vous me la préciser ? Merci.

    • Cher ami bridgeur,
      Je vous répète la remarque, répétée maintes fois et hier une fois de plus : le dictionnaire N’EST PAS FAIT POUR ETUDIER les séquences, car les cours sont là pour cela, mais pour vérifier une séquence A POSTERIORI. Vous ne verrez qu’exceptionnellement (une fois tous les dix ans) cette séquence de compétition, qui ne concerne que les joueurs de 1ère série majeure et nationaux. Elle est dans le Dictionnaire, car celui-ci sert aussi aux champions. La séquence n’est pas enseignée, car cela n’a pas d’intérêt à votre niveau !
      Lorsqu’il y a deux cue-bids (au niveau de 3), le plus faible, ici ♣, indique un fit dit limit-bid, avec 3 atouts ou davantage, et le cue-bid fort (ici ♦) une main de chelem, donc forcément très excentrée, avec de très fortes plus-values (en effet, on a à peu près 20 points dans la ligne), et un fit très violent. Il s’agit ici d’indiquer d’emblée une main sans points, mais avec un chelem tout de même possible, pour anticiper une montée brutale des enchères adverses.
      Je n’ai jamais vu cette séquence en pratique, et ne me suis jamais encombré l’esprit avec ! N’essayez surtout pas de travailler avec le Dictionnaire, vous allez (comme tous les autres avant vous) vous embrouiller les méninges ! On n’apprend pas l’annuaire du téléphone par cœur… Alors, essayez de bien COMPRENDRE la psychologie des enchères en apprenant dans les COURS.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  8. Cher Monsieur Chailley,
    Une question dont je n’ai trouvé la réponse nulle part : sur la séquence : 1♣-1♠-passe-?, peut-on utiliser le 2SA fitté (si on a, bien sûr, les points et les cartes nécessaires) ? Ça me paraîtrait logique, puisque sur la séquence 1♣-1SA-passe-? on peut utiliser, me semble-t-il, le Stayman et le Texas.
    Merci pour votre réponse et…très bon dimanche

    • Cher ami bridgeur,
      Contrairement à ce que vous dites, l’utilisation du 2SA fitté en réponse à une intervention n’aurait rien de logique et n’a même jamais été envisagée. C’est pourquoi vous ne pouvez la trouver mentionnée nulle part !
      Le 2SA fitté est une convention propositionnelle de manche utile quand on connaît 13HL chez l’ouvreur. C’est pourquoi il disparaît dès que l’on n’a plus d’idée de la force de son vis-à-vis. Ici, l’intervenant peut avoir 8 points. Si vous en avez 11-12, même fitté, allez-vous jouer 3♠ (minimum après 2SA…) avec 20 points et 8 atouts ? Evidemment non ! Pour la même raison, le 2SA fitté disparaît après une ouverture en troisième, qui peut être faible. On utilise alors la convention Drury. Et 2SA prend une tout autre signification. Autre raison, tout aussi péremptoire : il faut pouvoir décrire une main régulière, sans fit, comportant 13-14H et un arrêt ♣. Que voulez-vous dire d’autre que 2SA ? 2SA est donc bien, sur une intervention, une enchère naturelle.
      Consultez donc la fiche 1♣-1♠-passe-? du dictionnaire des enchères. Et prenez soin de ne surtout pas, à l’avenir, sortir les conventions de leur contexte. Car c’est ainsi qu’arrivent les pires pataquès.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY
      P.S. : Evidemment, sur la séquence 1♣-1SA-passe-?, le problème est complètement différent. 1SA est, comme sur l’ouverture, strictement limité (16-18), et permet donc un développement adapté du Stayman et du Texas.

  9. Cher Monsieur Chailley,
    J’ai eu récemment en match par 4 la main suivante :
    ♠ARD8x ♥R10 ♦DVx ♣RDx
    Mon partenaire ouvre de 1SA, j’ai répondu 5SA (je ne vois aucun intérêt à jouer à l’atout ♠ car il n’y a pas de coupe utile) et mon partenaire conclut à 6SA. J’étale mon jeu sur l’entame de la Dame de ♥ et cela déclenche l’ire de mon partenaire qui possédait 4 cartes à ♠. Le grand chelem était donc à 95% (il manquait 4 cartes dont le Valet). J’aurais effectivement pu commencer par le Texas que j’aurais fait suivre de 5SA (quoi d’autre ?) mais je ne vois pas comment on peut arriver au grand chelem puisque l’ouvreur ne peut pas savoir que je possède les trois gros honneurs de la couleur. Je vois bien un moyen d’arriver au bon contrat qui est de commencer par le Stayman pour découvrir le fit neuvième mais cela paraît quelque peu éloigné du standard.
    Qu’en pensez-vous ?
    Bien cordialement,

    • Cher ami bridgeur,
      J’avoue que j’aurais commencé par un Texas, suivi de 5SA, comme vous le suggérez d’ailleurs. Le 9ème atout peut parfois être très utile et revaloriser un jeu, même régulier. Cela dit, vous avez réalisé le grand chelem à cause d’une entame favorable, l’adversaire possédant probablement ♥DV9(x). Sur une autre entame, avec 5 points dehors, votre partenaire aurait eu des sueurs froides… Vous voyez que si votre vis-à-vis a une main 4-4-3-2 ou 4-4-2-3, jouer à ♠ est certainement bien meilleur, surtout en match par 4 : ici, vous pouvez tenter le grand chelem, probablement à plus de 90%, comme vous le dites. A SA, le grand chelem n’est qu’à 50%, même pas… Je pense donc que vous avez (pour une fois ?) pris une mauvaise décision, ou du moins une décision trop rapide. Le Stayman aurait été une bonne idée, très inspirée, même si ce n’est pas standard. En match par paires, il faut bien sûr jouer 6SA, car la note obtenue sera bien suffisante…
      Bien cordialement
      Olivier CHAILLEY

  10. Cher Monsieur,
    D’abord merci de vos commentaires que j’analyse fréquemment. Voici mon doute/erreur venant de TPP en Real Bridge qui concerne la notion de recontre. Voici les enchères et les mains de notre équipe :
    O–N–moi-S
    —–1♠–P—P
    X–2♠–P—P
    X–fin
    Ouest : ♠D2 ♥AR105 ♦AD2 ♣A985
    Est (moi) : ♠V7 ♥94 ♦8654 ♣RD764
    Mon partenaire a dit que son deuxième contre est un recontre. Dans la littérature, j’ai trouvé que le recontre est le contre du partenaire de celui qui a contré. Est-ce j’avais le droit de passer ?
    Merci par avance.

    • Cher ami bridgeur,
      Il faut absolument que vous relisiez TOUS les cours où figure le mot CONTRE. Il est en effet impensable que vous ayez passé ! Au préalable, il est vrai que le recontre est plutôt un contre du partenaire du premier contreur. Exemple : 1♠-X-2♠-X. Ce dernier X est un « recontre ». Dans votre séquence, c’est plutôt un nouveau contre qu’un recontre. Mais cela ne change rien à votre grossière erreur. Quand votre partenaire contre en REVEIL pour la première fois, qu’a-t-il dans la main ? 8 (parfois 7) points et plus, sans limite, et pas de meilleure enchère. Et surtout, il a très probablement peu de cartes à ♠, car c’est un contre d’APPEL. Votre deuxième Passe est légitime, parce que Nord a parlé et que vous n’avez que 7 points HL.
      Quand votre partenaire recontre, SACHANT que vous avez un jeu faible (et le n°3 aussi), c’est qu’il veut absolument que vous parliez, en mentionnant votre couleur la plus longue, même (surtout !) avec 0 point. Et vous êtes absolument maximum de votre enchère précédente ! Votre bonne enchère est maintenant 4♣ = maximum avec 5 cartes, et votre vis-à-vis complète à 5♣, seule manche jouable, même si ici elle chute, car Nord a sûrement le ♦R. Passer est un suicide, car 2♠ contrés égal rapportent au minimum 470 ou 670 points…
      Le seul cas où vous auriez pu passer, c’est avec une main à base de ♠. Sachant que votre partenaire est court dans la couleur, vous devez être certain de faire chuter 2♠, et donc posséder 4 ou 5 atouts dont deux levées certaines, une main du genre ♠RV764 ♥942 ♦V54 ♣D7. Votre premier Passe est alors normal (rien à enchérir), et votre deuxième Passe, après le Contre et 2♠ (Passe est bien meilleur que 2SA) est alors appelé « passe-trappe » ou « contre muet » ou « passe Blanche-Neige ». Et vous attendez avec l’espoir que votre partenaire Contre à nouveau, ce qu’il fait ! Maintenant, vous PASSEZ, confirmant votre PASSE-TRAPPE. Et vous récoltez 300, 500 ou 800 points alors que vous-même n’avez aucune manche possible…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  11. Cher Monsieur Chailley,
    Un problème d’enchères dans le silence adverse. Mon partenaire ouvre de 1♠. Je suis singleton ♠ et j’ai 8 cartes à ♥ par ♥AD10. Par ailleurs, ♦V5 et ♣V8. Donc 8H. Je mets 4♥. Horreur !! Mon partenaire met 6SA, avec une chicane à ♥. Chutés bien sûr. Mon enchère est-elle mauvaise ?
    Merci pour votre réponse M. Chailley. Bonne soirée

    • Cher ami bridgeur,
      Votre histoire me rappelle un vieux pataquès, bien connu, survenu dans un championnat d’Europe dans les années 1990. 1♠-4♥ : quelle est la signification de 4♥ ? L’ouvreur a pensé que son partenaire avait 8 cartes à ♥, comme vous, et a passé. Or, le répondant avait fait un splinter ! Il avait en réalité une chicane à ♥ et un beau fit ♠. On a donc joué, pour l’unique fois en championnat d’Europe, un contrat de 4♥ avec un seul atout dans la ligne !
      Aujourd’hui, le SEF (ainsi que tous les bons joueurs) admettent que 4♥ est un splinter, fitté ♠. Votre enchère était donc à côté de la plaque. Voir la fiche 1♠-?. Et alors, comment se fait-il que votre partenaire ait pu dire 6SA ? Il n’a pas compris non plus le splinter. Il a cru que vous aviez du ♥. Et s’il avait une chicane ♥, en face d’une main faible, comment a-t-il pu dire 6SA, sans possibilité d’exploiter vos ♥ ? Il y a donc une succession de fautes énormes de votre part à tous les deux !
      Votre enchère, simplissime, était tout simplement 2♥. Vous avez en effet 12HL, et même 16HLD, puisque vous êtes auto-fitté. Il suffit ensuite de répéter vos ♥ à chaque tour d’enchère, pour terminer à 4♥, 5♥ ou 6♥ selon la main de votre partenaire… Si celui-ci possède moins de 18HLD, il faut bien sûr s’arrêter à 4♥.
      Cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  12. Cher Monsieur Chailley,
    Premièrement, j’aimerai bien être abonné à votre site car je vous lis et apprécie vos analyses. Je pense que nous avons déjà correspondu (j’ai oublié quand). Je pense que je vous ai soumis une donne particulièrement intéressante.
    J’en ai une autre que j’ai joué hier à Sannois. Je vais essayer de vous l’expédier. Avec mes remerciements, tous mes vœux bridgesques.
    P.S. : J’ai 87 ans et mon partenaire à Sannois en a 97 !
    J’ai acheté les trois tomes de Les enchères d’abord de Bessis, Cronier et Quantin ; quelle différence avec le SEF !
    Je n’ai pas trouvé comment vous envoyer la donne intéressante dont je vous parlais plus haut.

    • Cher ami bridgeur,
      Il n’y a pas d’abonnement à ce site, qui est gratuit et à la disposition de tous sans abonnement. En ce qui concerne les livres de Bessis, Cronier et Quantin, il s’agit de développements très bien expliqués du SEF, dont je vous rappelle qu’il ne s’agit en aucun cas d’un cours, mais seulement d’une base (petite) de référence que l’on peut consulter comme « pense-bête ». Alors évidemment, ces livres sont infiniment plus agréables à lire que le SEF !
      Quant à la donne que vous vouliez m’envoyer, il suffit de m’envoyer un message sous la forme, par exemple, main de Sud : P R1087 C D542 K A42 T V8. Je comprendrai… N’oubliez pas de me donner votre niveau approximatif.
      Je remarque au passage que l’âge de votre paire est effectivement au-dessus de la moyenne des bridgeurs, mais malheureusement pas tellement au-dessus ! Je suis moi-même un peu au-dessus, depuis peu…
      Je vous remercie de l’intérêt que vous portez à mon travail et vous souhaite bien sûr encore de longues années de bridge !
      Bien cordialement et bridgeusement vôtre,
      Olivier CHAILLEY

  13. Cher Olivier,
    Assez débutant, mais avec des questions… Dans la fiche 2S – 4ème Forcing(1) – Paragraphe 3 : Avec un misfit -. Je ne comprends pas votre affirmation suivante : Vous dites que lorsqu’après une séquence d’enchères 1♥-1♠-2♣, on annonce 2♦ avec ♠ADV97 ♥92 ♦RV83 ♣54, c’est une faute… Mais, n’est-on pas précisément dans le cas du paragraphe 2 avec une recherche d’un fit 5-3 en majeure? Les points semblent le permettre car nous avons 12HL dans cette main.
    Merci pour votre réponse… Et un grand merci pour la qualité de votre travail !!!

    • Cher ami bridgeur,
      Votre question est très pertinente et prouve que vous avez réfléchi à la question. Cependant, je pense que vous auriez tort d’enchérir 2♦ avec cette main. Votre partenaire a déjà décrit 9 cartes, il lui en reste 4. 2♦, dans le SEF, est une 4ème forcing, AVEC ou SANS couleur ♦. Bien sûr, si dans les 4 cartes à décrire encore, l’ouvreur possède 3 cartes à ♠, jackpot ! Ce sera le cas une fois sur dix ! S’il possède 4 cartes avec un gros honneur à ♦ (donc chicane à ♠), re-jackpot, car vous pourrez jouer 3SA ou 5♦ (ce dernier contrat difficilement). Dans tous les autres cas, très majoritaires, il ne saura pas quoi répondre. Voici sa main : ♠4 ♥RDV95 ♦D52 ♣AV74. Il n’a maintenant aucune enchère, car il a déjà tout dit ! 2♥ serait ici la meilleure enchère (poubelle ?), qui vous permettrait de vous « rattraper » aux branches et jouer tout de même 3SA. 2♠ et 2SA et 3♣ sont exclus, et 3♦ serait un désastre, s’il n’y a pas de ♦ en face, et d’ailleurs chercherait un demi-arrêt… Au total, la seule enchère raisonnable est bien 2SA : « j’ai un bon arrêt ♦, on peut jouer ce contrat, et probablement de la bonne main ».
      Au bridge, on ne peut pas tout dire à la fois : on joue la 4ème forcing ou non. L’invention de cette convention est un progrès considérable, mais l’inconvénient est que l’on ne peut pas décrire soi-même sa 4ème couleur (sauf à saut, avec un 5-5). L’inconvénient est minime par rapport aux avantages.
      Enfin, n’oubliez surtout pas d’alerter la 4ème forcing : je vois cette alerte rarement en club !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  14. Je découvre ce site et je ne pouvais pas ne pas laisser un commentaire ici afin de féliciter l’auteur pour son oeuvre. Les fiches mises à disposition sont, outres leur clarté graphique, des merveilles de pédagogie.
    Un grand merci

  15. Cher Michel,
    Voici la donne que tu m’as confiée par un autre canal que ce site :
    Nord ♠R9 ♥73 ♦ARDV74 ♣A74
    Sud ♠A1083 ♥RD4 ♦3 ♣RD872
    Après ouverture d’1♦ en Nord, Est intervient à 1♠, puis son camp se taira. Sud dit 2♣, et Nord renchérit avec un saut à 3♦. Ta demande : doit-on s’arrêter à 3SA ou chercher un chelem ?
    Nombreuses remarques :
    1°) L’intervention à 1♠ est tout à fait incroyable, car Est possède au maximum 10H avec ♠DV765, car il n’a que 5 cartes (avec 6 ou 7, il aurait barré plus haut !). Les jeunes diraient : « gonflé, le mec ! ». A la place de Sud, j’aurais tenté, avec ♠A1083, donc 2 levées certaines, peut-être 3, si cet intervenant est vulnérable, de passer (passe Blanche-Neige ou passe-trappe), pour entendre Est passer également, et en espérant un réveil de Nord par Contre, sur lequel j’aurais passé en Sud ! Est ne fera ici que 3 levées au maximum. Moins 4 vulnérable rapporte tout de même 1100, plus qu’un chelem si vous n’êtes pas vulnérable (je ne connais pas les vulnérabilités) ! J’ai déjà fait ce résultat en compétition… Et si Nord avait ouvert plus faible, vous auriez marqué 500 ou 800, en n’ayant vous-même qu’une manche ou un partiel… Il vaut souvent mieux se défendre, surtout en cas de misfit (singleton ♦) !
    2°) Bien sûr, ici, Nord ne contre pas (malheureusement ?), mais reparle à ♦ : 3♦ dans le cas présent, 2♦ seulement si tu as passé (avec la même main, et les mêmes points). Il annonce 17HL et plus (donc 15H au minimum) avec un ♦ plein (une perdante maximum en face d’un petit singleton). Sud possède 15HL et 14H. Avec au bas mot 29H et 32HL dans la ligne (souvent au moins 30H et 33HL), il faut tenter un chelem, car on a probablement 60% de chances de le gagner…
    3°) Avec sa main comportant deux fois RD, la seule chose qui importe à Sud est de connaître le nombre d’As de son partenaire. Ici, 4SA est un Blackwood à ♦ et non une enchère quantitative, car l’enchère de 3♦ impose l’atout. Sud prend le capitanat avec 4SA. La réponse de 5♣ (3 clés) de Nord permet à Sud de compter 12 levées : s’il manque l’♥A, il y aura 5 levées à ♣, et s’il manque l’♣A, il y aura 3 levées sûres à ♥. A ♠, Nord possède au moins le ♠R ou ♠DV (sinon, il ne peut pas dire 3♦).
    Au total, sur l’entame vraisemblable à ♠, Sud ne peut que gagner 6SA, à annoncer en match par paires. On fera même souvent +1. En match par 4, 6♦ seraient plus sûrs, et même 6♣ ! Mais il faudrait une séquence plus compliquée pour arriver à 6♣…
    Bien amicalement,
    Olivier CHAILLEY

  16. Cher Michel,
    Voici une autre donne que tu as soumise à ma sagacité :
    Nord ♠752 ♥ARDV2 ♦A74 ♣R4
    Sud ♠ARV98 ♥109 ♦103 ♣AV96
    Silence adverse. Sud ouvre de 1♠, Nord dit 2♥. Et maintenant, Sud : 2♠ ? 2SA ? 3♣ ? On a joué 4♠, résultat +3 (la ♠D étant bien placée).
    Laisse-moi dire à ton camp que vous avez été un peu endormis ! Vous êtes évidemment dans la zone du chelem. Il n’y a que sur entame ♦ qu’il faudra faire attention : il faut jouer les atouts 3-2 en laissant la ♠D dehors (2 tours d’atout seulement), défausser un ♦ sur la ♥R (urgent), puis 2 ♣ sur ♥DV (les adversaires ne doivent pas posséder de singleton ♥). Le fait que vous ayez gagné l’impasse ♠ prouve que l’entame n’a pas été ♦… Il y a alors en effet 13 levées « à pousser les cartes ».
    La redemande à 2♠ est évidente, et ne promet que 5 cartes. Rappel : 2♠ est illimité (car 2♥ est auto-forcing ; enchère à alerter). 2SA demanderait 15-17H, et 3♣ est un bicolore cher (même « atténué », il faut 16+HL).
    Nord a maintenant l’enchère de 3♠, plus forte que 4♠ et chelemisante (voir dans le dictionnaire la séquence 1♠-2♥-2♠). En effet, le soutien à ♠ a été différé par l’enchère de 2♥. Cette enchère se fait avec 15-16HLD et plus (ici, 19HLD). Sud DOIT partir en contrôles sauf s’il est STRICTEMENT minimum (14-15HLD) : il dit alors soit 3SA (mauvais atouts) ou 4♠ (arrêtons-nous là si tu n’es pas particulièrement fort). Ici, avec 16HLD, il dit 4♣ (1er contrôle). Nord est maintenant certain de détenir dans la ligne 35HLD. Il ne reste plus qu’à poser le Blackwood, et conclure à 6♠ (pas 7♠, bien entendu !). Ma séquence :
    -S—-N
    1♠–2♥
    2♠–3♠
    4♣–4SA
    5♣–5♦
    5♠–6♠
    5♣ = 3 clés (0 clés est peu probable, possible avec ♠DV986 ♥109 ♦RDV ♣DV9, mais sur 3♠, Nord aurait entendu 4♠). 5♦ = as-tu la ♠D ? 5♠ = non. Nord dit 6♠ quand même en vertu de la somme des points, de la beauté des ♥, et de l’absence connue de points perdus.
    Bien amicalement,
    Olivier CHAILLEY

  17. Cher Monsieur,
    J’ai découvert votre site il y quelques semaines maintenant, dans une volonté de me mettre sérieusement au bridge. Les débuts n’ont pas été faciles, et ne le sont toujours pas, mais à force de volonté et d’obstination, je commence à mieux comprendre la philosophie de ce jeu et ses règles. Je dois dire que votre site me fait découvrir énormément de choses, et me permet ainsi d’assimiler et de commencer à appréhender règles et conventions qui sont il faut le dire nombreuses.
    En évoquant votre nom hier, en rendant visite à ma belle-mère, bridgeuse passionnée, celle-ci m’a dit vous avoir connu. Elle habite Héry, joue à Auxerre, dans le club toutes les semaines, et s’appelle Catherine DAVILLE, (ex Madame Jacques DAVILLE). S’il s’agit bien de vous, elle m’a chargé de vous transmettre toutes ses amitiés. Il semblerait que vous soyez maintenant au Portugal. Et je suppose que c’est depuis ce pays que vous faites vivre ce magnifique site. Elle m’a rappelé que vous étiez pianiste émérite, d’où cette page d’accueil avec partition. Vous auriez joué sur son Piano à Héry (un quart de queue) mais celui-ci étant désaccordé, il n’a pu mettre en valeur tout votre talent.
    Encore bravo pour votre pédagogie et ce site. Je pense passer quelques heures à le consulter.
    En espérant être bon élève et rapidement progresser grâce à vous, je vous prie de recevoir l’expression de mes meilleurs sentiments.
    Bruno MARRET

    • Cher ami bridgeur,
      Je vous remercie des aimables compliments que vous m’adressez. J’ai en effet bien connu Catherine Davillé, avec laquelle j’ai eu de très amicales relations. Merci de me rappeler le bon temps d’Auxerre, qui date maintenant d’une dizaine d’années. Je vis effectivement actuellement au Portugal, profitant d’un meilleur climat.
      Je vous souhaite bonne progression dans notre passionnant jeu, et vous adresse à mon tour mes meilleurs compliments, comme on dit en portugais (melhores cumprimentos),
      Olivier CHAILLEY

  18. Merci pour ce site dont j’apprécie particulièrement la pédagogie et que j’ai fait connaître à ma fille avec qui je joue de temps en temps afin que nous progressions de conserve.
    Daniel Hirsch

  19. Cher M. Chailley.
    D’abord, joyeuses fêtes !
    Ensuite, une petite question concernant la 1ère réponse du répondant. Si l’ouvreur des enchères est le n° 3 ou le n° 4, le répondant de celui-ci (le n° 1 ou le 2) a donc passé d’entrée. Il a montré une main maximale de 11H. Et, de ce fait, s’il répond par un changement de couleur, cette enchère n’est pas forcing puisqu’il a limité sa main. Je me demande s’il y a des exceptions ? Et, si sa réponse est en 2 sur 1 et que l’ouvreur reparle, est-il alors forcé de reparler. Autrement dit, le 2 sur 1 redevient-il auto-forcing ?
    Merci d’avance pour votre réponse qui, comme toujours, sera pleine de précisions et d’intérêt…
    PhR

    • Cher ami bridgeur,
      Tous mes meilleurs vœux en retour, notamment bridgeux.
      Rappel (rappelez vous les cours !) : l’ouverture faible en 3ème est une « intervention anticipée ». Elle peut être faible (7-12HL) ou forte (13+HL). Vous devez agir comme si elle était faible jusqu’à ce que vous en sachiez davantage, et notamment ne jamais dépasser 2♠ (2SA, même avec 12HL en face d’une ouverture de 7HL, serait voué à l’échec). Votre question est intéressante quand la réponse a été 2♦ ou 2♥, en changement de couleur (2♣ est un Drury, 2♠ est soit un saut, soit un fit…) non forcing, avec un misfit et en principe 6 cartes dont un honneur. Ce changement de couleur se fait à partir de 8HL (6H), et par conséquent n’est pas forcing, et encore moins auto-forcing ! Si l’ouvreur reparle, c’est qu’il a un meilleur contrat à proposer, avec forcément une belle ouverture (et souvent un misfit également, attention !). Il n’est donc toujours pas forcing, mais il décrit sa main : bicolore économique, cher, à saut, unicolore simple ou à saut, SA, bref, vous connaissez maintenant sa force. Le répondant décide alors lui-même s’il convient de continuer…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  20. [niveau : 4ème série, pour l’instant…]
    Cher Monsieur,
    Permettez-moi tout d’abord de vous féliciter pour votre site extraordinaire que je viens de découvrir !!! Extraordinaire par son contenu et aussi par le fait que vous mettiez tout votre savoir à la disposition gratuite de tous avec tant d’amabilité et de pédagogie !
    Je me présente : j’ai la quarantaine. Il y a environ une douzaine d’années, j’ai commencé l’apprentissage du bridge : cours hebdomadaires dans un club (j’étais très assidu et motivé), de nombreuses donnes fléchées (en plus de celle de la deuxième heure du cours) dans une salle annexe l’après-midi pendant que les « vrais » joueurs faisaient leur tournoi (lassant au bout d’un moment…) puis vers la fin, au bout d’un an et demi ou deux ans de cours, des vrais tournois l’après-midi. J’avais rédigé de nombreuses fiches et j’avais acheté quelques bouquins (recommandés par un de mes deux profs : « Enchères Mode d’Emploi » de Kerlero et « La Défense et ses secrets » de Berthe et Lébely + évidemment le SEF) , en plus du Bridge Français tome 1, 2 et 3 qui étaient requis pour les cours, et qui me gênaient parfois par le côté simpliste, non abouti, contradictoire, incohérent voire erroné des explications, ou le côté « on vous avait dit de faire comme ça quand vous débutiez mais maintenant on vous apprend la vraie façon de faire » – je suis moi-même professeur dans le secondaire de formation et du temps où j’enseignais je mettais un point d’honneur de ne jamais enseigner quelque chose de faux, incomplet ou réducteur, même à des sixièmes. Sans parler du fait que d’une année à l’autre certaines règles écrites dans le bouquin devenaient fausses tout d’un coup ! (abandon du 2C/2P fort à l’ouverture). Mes profs étaient excellents (1ère série), adorables (répondant toujours à mes questions et me faisant des tarifs sympas vu ma situation financière) mais je trouvais trop lent l’apprentissage proposé par la FFB.
    J’adorais ce jeu (j’adore aussi les échecs et de façon générale suis passionné par les jeux de cartes et de société) mais hélas ma partenaire, également une élève du cours (avec qui j’avais fait quelques tournois et avec des résultats très honorables pour des débutants !) s’est brouillée avec moi (me reprochant de mal avoir joué à la table) et n’a plus voulu jouer avec moi ; je n’ai pas retrouvé de partenaire ; une ou deux fois, je me suis présenté au club pour le cours traditionnel du matin en semaine et j’ai trouvé porte close (personne ne m’avait prévenu que le cours était annulé) ; au même moment, j’ai rencontré ma femme et me suis marié : je suis passé à autre chose.
    Aujourd’hui, hélas veuf, j’ai un peu de temps et je souhaiterais me remettre à ce jeu passionnant qui, outre le plaisir qu’il me procurerait, me permettrait de sortir de chez moi. Encore faut-il trouver un(e) partenaire ! (Comment faire ?) Dans cette hypothèse, je me procurerais bien sûr le nouveau livret SEF 2018 + les exos et sans doute un ou deux autres bouquins. Votre site m’est très utile car je suis quelqu’un de très rigoureux et je trouve bien des réponses qui ne figurent pas dans « Le bridge français » ! (Le fait qu’elles n’y figurent pas on peut le comprendre, ce qui est énervant c’est qu’on a l’impression qu’ils ne réalisent même pas qu’on puisse se les poser).
    Je souhaitais encourager votre site par un modeste don (je suis au RSA) via Paypal mais je ne trouve plus le bouton « faire un don » à droite ?
    Je me permets de vous poser trois petites questions :
    1°) Faut-il rectifier un Texas même quand un adversaire est intervenu ? Exemple : 1SA-P-2♦-2♠-? Dois-je quand même rectifier le Texas à 3♥ ?
    2°) Imaginons que je trouve un jeu avec moins de 10 PH et les 10 cartes suivantes (à ♣) : ♣DV108765432. 10 cartes, l’ouverture en barrage de 5T ne convient pas, n’est-ce pas (réservée à neuf cartes ou huit avec autre mineure 4ème) ? Mais alors que dire ?
    3°) J’ai entendu dire qu’on peut parfois entamer « top of nothing » avec trois cartes ? Exemple : 9-7-3, j’entame du 9. Mais cela n’est-il pas contradictoire avec le système du PAIR-IMPAIR ?
    Je vous remercie pour votre attention !
    M. L.B.

    • Cher ami bridgeur,
      Merci pour vos compliments dithyrambiques. J’espère vraiment les mériter…
      L’enseignement du SEF est en fait logique, et il est normal que l’on vous enseigne d’abord un système 100% naturel, ce qui est l’esprit de base. Exemple : l’ouverture de 2 est plus forte que l’ouverture de 1, c’est logique a priori, et d’ailleurs classique. Albarran a « inventé » le 2♣ fort (années 1950), et Lebel le 2♦ forcing de manche (années 1970), ce qui a rendu les deux enchères de 2 en majeures « libres ». Elles sont devenues des barrages faibles. Il y a bien d’autres exemples. Au bridge, on fait comme dans d’autres disciplines, en enseignant une logique de base aux débutants. En ski, par exemple, nous avons appris le chasse-neige avant de skier skis parallèles, puis enfin nous avons eu le droit d’écarter (un peu) les skis. Au bridge, seules 8 conventions sont très utiles. Les autres concernent ceux qui font de la compétition. Il y en a une soixantaine qu’il est évident que vous n’avez pas à apprendre pour l’instant. Et vous verrez alors que des certitudes apprises deviennent subitement fausses : mais seulement si vous adoptez, avec votre partenaire, ces conventions. On voit tellement d’incompréhensions, d’erreurs d’interprétation, de libertés avec le système, de pataquès incompris à la table qu’il est indispensable d’enseigner l’esprit du bridge très progressivement. C’est pourquoi je ne reprocherai rien à Kerlero, Berthe (formidable professeur) malheureusement disparu, Lébely, et tous les autres, qui vous incitent à ne pas aller plus vite que… la musique !
      Pour progresser, il faut évidemment jouer en club, et trouver par conséquent un partenaire, de votre niveau ou plus fort, qui accepte de discuter avec vous de ce que vous savez du système avant chaque tournoi. Quant à me faire un don, c’est tout à fait inutile, et je n’installe le bouton Paypal qu’un mois de temps en temps (moins d’une fois par an). Faites des progrès, je serai comblé !
      Les réponses à vos questions devraient vous venir à la table sans problème, si vous avez bien étudié le cours et que vous vous êtes imprégné de l’esprit des enchères. On ne peut prévoir TOUTES les situations, et il faut donc faire preuve d’inventivité.
      1°) Bien évidemment, comme votre partenaire le répondant a de nouveau la parole du fait de l’intervention, il n’est plus du tout nécessaire de rectifier le Texas. Il ne faut le faire que si c’est UTILE. Par exemple, si vous êtes fitté par 3+ cartes. Passe voudrait dire : je suis minimum, je suis misfitté, et je n’ai pas de très bon arrêt ♠ (j’aurais dit 2SA).
      2°) Avec 10 cartes à ♣ sans AR, il y a 8 levées certaines à ♣ si vous n’avez rien à côté. Tout dépend du contexte : vulnérable ? Ouverture en premier, en second ou en troisième ? Votre partenaire a-t-il déjà passé ? On compte, avec un long unicolore, en levées de jeu et non plus en points. A) Si votre partenaire a passé, vous avez au maximum 14 points d’honneurs dans la ligne, les adversaires ont une manche quelque part. Alors, barrez en enchérissant toujours au-dessus d’eux. Ouvrez de 5♣, très gênant pour eux, puis barrez besoin à 6♣, et même, parfois, à 7♣ (moins 5, non vulnérables, coûtent 1100, contre un chelem vulnérable à 1430). B) Si votre partenaire n’a pas passé, ne LE barrez pas en ouvrant trop haut. Moi, avec RIEN à côté, je passerais (il n’y aura pas 4 Passe), et je répondrais ou barrerais en fonction des autres enchères…
      3°) Quant à l’entame « top of nothing », je ne vois pas ce qu’elle vient faire avec le Pair-Impair. LISEZ les cours sur l’entame à SA ! A SA, on ABANDONNE le pair-impair à l’ENTAME (pas en cours de jeu), en raison de l’extraordinaire efficacité de la « quatrième meilleure ».
      Bonne progression ! Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

      • Cher Monsieur,
        Merci pour votre réponse ! Mes critiques concernaient uniquement l’ouvrage « Le Bridge français » tomes 1, 2 et 3. J’admets volontiers qu’il ne faut pas brûler par étapes, suivre une progression et acquérir d’abord les bases, d’autant plus important vu la complexité et l’infinité du bridge. Mais peut-être pourrait-on (je parle ici des cours hebdomadaires en club tels que je les ai connus il y a douze ans) aller un peu plus vite et éviter certaines simplifications abusives, et s’assurer que le bouquin ne se contredit pas, n’est pas incohérent ou prête à confusion, je trouve vraiment parfois qu’il y a un manque de rigueur dans la manière de présenter les règles et leurs exceptions (attention je parle de l’édition 2003, peut-être cela a-t-il été amélioré depuis), c.a.d. par exemple on vous mentionne une règle en gras couleur grande police, avec des exemples, donc vous l’apprenez et puis hop, x lignes/pages/paragraphes plus tard, on vous enseigne une exception sans forcément bien marquer que c’est une exception à la règle première, du coup le lecteur ne comprend plus, il est en face de deux règles qui se contredisent. Pourquoi ne pas avoir dès le départ, en note de bas de page par exemple, indiqué qu’il y allait avoir des exceptions, voire mettre l’exception juste après et ne pas trop insister, par la typographie, sur l’aspect absolu de la règle ? De plus, vous avez vu que la FFB a récemment sorti « Le Petit Bridge », un jeu à dix cartes par couleur pour soi-disant mieux initier les enfants. Pardon si je vous semble orgueilleux ou trop radical mais je trouve ça lamentable ! J’affirme que tout enfant d’au moins sept ans qui aime jouer aux cartes peut être initié au bridge avec un vrai jeu de 52 cartes, et que procéder avec « Le Petit Bridge » ne l’aidera en rien, bien au contraire. Et s’il est encore trop petit, ou qu’il n’a pas envie, hé bien qu’on attende qu’il grandisse un peu ou qu’il ait envie, plutôt que de procéder à ce simulacre.
        Voici un exemple parmi beaucoup d’autres du genre de choses qui peut vraiment décontenancer un apprenant : p. 203 du « Bridge français tome 3 » (édition 2003), nous lisons, dans le chapitre « La carte à fournir sur l’entame » (de la part du partenaire de l’entameur) : « Les appels à Sans-Atout » : « On appelle sur l’entame à Sans-Atout dans deux cas bien précis : – Sur l’entame de l’As (rappelons qu’on l’entame de l’As avec la combinaison ARx, voire ARxx). L’entame dénie un troisième honneur et il n’est plus question etc. »…??!
        En première année, une des premières choses que nous a enseignées notre professeur est que l’entame IDEALE à SA est une tête de séquence pleine (= non brisée) de trois Honneurs avec une couleur au moins 5ème, voire 4ème ! Donc évidemment (et comme vous le rappelez, si besoin était, en bas de votre cours « LES ENTAMES A SA (2) ») avec ARDx j’entame de l’As ! (= j’ai bel et bien trois Honneurs !). Et, contrairement à ce qui est écrit plus haut et comme vous le dites bien dans ce même cours en insistant, avec ARxx j’entame la 4ème meilleure et non l’As !
        Conclusion : la seule partie de l’extrait qui est vraie est qu’avec ARx j’entame de l’As ! (ce qui est en plus, vous en conviendrez je pense, déjà une règle bien précise et spécifique mais le bouquin estime qu’il s’agit d’un simple « rappel[] »…) OU ALORS je n’ai vraiment rien compris au film et je ne doute pas que vous pourrez m’éclairer !
        Bien à vous,
        M. L.B. (4 Trèfle)
        P.S. : je vous avais indiqué être enseignant dans le secondaire de formation. Ma matière est l’anglais. Voici quelques exemples de choses FAUSSES (il y en a d’autres mais ceux-là sont vraiment des tartes à la crème) qu’hélas, on enseigne (voire qu’on écrit dans des manuels ou des grammaires du secondaire qui ont pignon sur rue, je l’ai lu de mes yeux pour l’exemple a) !) : a) lorsqu’ANY est suivi d’un substantif dénombrable, ce substantif est au pluriel b) ANY ne s’emploie pas à la forme affirmative c) lorsqu’un énoncé est une question ou une proposition et qu’ANY et SOME sont tous deux possibles,

        • Cher ami bridgeur,
          Vos remarques sont intéressantes, et décrivent votre ressenti. D’autres ont des sentiments différents devant les efforts de l’Université du Bridge pour enseigner notre jeu. L’important est de comprendre l’esprit du bridge. Et les 60 ans d’enseignement de la FFB ont permis à la France d’être très longtemps championne du monde. Malgré ses imperfections, les résultats sont là…
          Votre post-scriptum relève des anomalies (finalement bénignes) que vous devez enseigner en anglais, mais je doute qu’un élève puisse appliquer les principes émis en se souvenant de leur énoncé ! Remarque : j’ai été élevé à Londres, mon père était professeur d’anglais, et je suis presque parfaitement bilingue. So don’t worry, you will still make progress!
          Bien cordialement,
          Olivier CHAILLEY

  21. Cher Monsieur Chailley,
    J’ai un peu de mal à comprendre (concernant les Michaëls cue-bids précisés) la différence entre les enchères chelemisantes proposées sur un cue-bid de la majeure d’ouverture (exemple : 4♦, 4♥, ou 4♠ selon la séquence, et 4SA) et l’absence des mêmes enchères sur l’annonce à 3♣ d’un bicolore 5M (l’autre majeure) et 5 cartes à ♦. Pourquoi ne pourrait-on pas envisager un développement identique vers un chelem (avec bien sûr 4♣ pour le contrôle ♣ chelemisant avec 4/5 cartes en M) ?
    Merci de votre éclairage sur ce point.

    • Cher ami bridgeur,
      Si j’ai bien compris votre question, il s’agit des développements après une enchère de Michaël précisé. Ceux-ci sont compliqués et difficiles, à travailler avec votre partenaire. En effet, le vis-à-vis ne connait pas la valeur de la main de l’auteur du Michaël. Celle-ci peut parfois être assez faible. Si le répondant passe, le n°4 est donc obligé de donner tout de suite le « plein de sa main », laissant l’initiative de la suite à l’intervenant. Il est hors de question qu’on puisse couvrir ici tous les développements possibles, qui dépendent des vulnérabilités en présence, de la loi de Vernes, en plus de l’emplacement des points d’honneurs. Votre proposition de faire de l’enchère de 4♣ sur 3♣ (cue-bid Michaël) est intéressante. Votre partenaire comprendra-t-il l’enchère ? Assurez-vous que vous êtes bien en phase…
      Remarque : je ne connais pas votre niveau de bridge. Il m’est donc bien difficile de vous donner une réponse cohérente…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  22. Cher Monsieur Chailley,
    Vous écrivez que « le 2SA fitté n’existe plus après une intervention. 2SA* redevient alors naturel. » Je n’ai aucun souci pour retenir la règle, mais je préfèrerais comprendre pourquoi… (pour autant, évidemment, que l’intervention ne dépasse pas 2♠ !).
    Merci d’avance de vos éclaircissements…
    Cordialement,
    Philippe R.

    • Cher ami bridgeur,
      Dans le silence adverse, on joue SA sans savoir vraiment si l’on possède un arrêt sérieux dans toutes les couleurs. Un jeu régulier, pas de fit majeur et 25 points H suffisent.
      En cas d’intervention, ON SAIT qu’un des adversaires a une longue et des points, et que l’entame se fera dans cette couleur. Il est donc essentiel, avant de s’orienter vers SA, de savoir si l’on a un arrêt dans cette couleur. 2SA veut maintenant dire : oui, j’ai les points de 2SA (11-12HL) ET un arrêt et demi dans la couleur que l’adversaire a eu la gentillesse de me signaler… Evidemment, 2SA dénie un fit. Il n’y a pas d’autre moyen de pouvoir jouer 2SA !
      ATTENTION : à la table, assurez vous que vos adversaires jouent de cette façon ! Combien de répondants adverses oublient et utilisent quand même le 2SA fitté !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

      • Donc, si je vous comprends bien, que le répondant ait 3 ou 4 cartes dans la Majeure de l’ouvreur, avec 11-12 HLD et après une intervention (fut-elle en mineure), il répondra au palier de 3 dans cette majeure. Correct ?
        Merci.
        Philippe

        • Pas tout à fait : relisez soigneusement les cours ! Avec 3 cartes, Contre suivi du fit, avec 4 cartes, 3M directement. L’intervention donne DEUX enchères supplémentaires : Contre et Cue-bid.
          Bien cordialement,
          Olivier CHAILLEY

  23. Cher M. Chailley,
    (J’espère ne pas abuser avec mes questions, mais ici il s’agit plutôt d’une petite remarque).
    Dans le dictionnaire, enchères à 2, 1SA-2♣-2♦, vous écrivez que « Dans le SEF, à partir de 9H, le 2♣ Stayman » … Donc sauf misère dorée, il faut 9H pour annoncer 2♣. Mais plus loin, la réponse de 2SA : « 2SA NF Une ou deux majeure 4ème, 8H exactement, proposition non forcing. » Dans l’index (sous « Stayman ») et dans la feuille de cours, vous indiquez 8HL.
    Alors 8HL, 8H ou 9H minimum pour un Stayman ?
    Merci encore une fois.
    Philippe

    • Cher ami bridgeur,
      Je crois que vous avez mal compris la première phrase. Il est spécifié qu’à partir de 9H, 2♣ indique TOUJOURS une majeure 4ème. Je n’ai pas dit qu’il FALLAIT 9H pour faire un Stayman. En effet, avec 8H(L), on fait aussi un Stayman, mais ici avec EVENTUELLEMENT une majeure 4ème, car elle peut parfois être 5ème… Donc, le Stayman se fait avec 8HL minimum, et dans ce dernier cas, la majeure est 4ème OU 5ème. Avec 7HL, on n’atteindra jamais 3SA, mais certaines « belles » mains avec 5 cartes dans une « belle » majeure peuvent parfois justifier une misère dorée, donc un Stayman.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  24. Cher Monsieur,
    Nous avons raté une manche, par rapport aux autres équipes, avec la main suivante (pas d’intervention des adversaires) :
    Main de mon partenaire et ouvreur : ♠AR1065 ♥ RV1072 ♦RD ♣9
    Ma main : ♠3 ♥A84 ♦AV532 ♣7543
    Sur son ouverture de 1♠, je réponds 1SA. Sur sa redemande de 2♥, que je considère comme un bicolore économique promettant 5+ ♠ et 4+ ♥, je passe préférant jouer 2♥ même en misfit. Qu’aurions-nous dû annoncer ? Et comment parvenir à la manche?
    Merci beaucoup de votre aide

    • Cher ami bridgeur,
      Vous n’avez commis aucune faute, sauf peut-être celle de n’avoir pas été assez courageux, où de ne pas avoir assez d’expérience. Votre réponse de 1SA, incontestable, est maximum, et donc peu propice à une simple préférence en passant (n’oubliez pas que l’ouvreur peut avoir jusqu’à 19HL). En entendant 2♥, qui a PEUT-ETRE 5 cartes à ♥, vous devez « tenter » une revalorisation (1 point ? 2 points ?), surtout avec votre singleton ♠, qui permettra à votre partenaire de couper de la main courte des perdantes éventuelles dans la couleur. Cela vaut donc le coup de dire à votre partenaire que vous êtes vraiment maximum de votre première réponse, en annonçant 2SA. Vous entendrez alors 3♥, pourrez revaloriser votre main réellement à 12HLD, et annoncer la manche. D’ailleurs, votre partenaire pourrait aussi bien, en réalité, sur votre 2SA, annoncer 4♥, que vous pourrez soit rectifier à 4♠, soit accepter en passant (le cas présent).
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

      • Je vous remercie de votre réponse si instructive. En effet, je ne suis pas un joueur très expérimenté, mais je vais garder cette leçon bien en tête.
        Merci encore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.