Accueil

Le bridge est un jeu à 4 joueurs qui se joue avec 52 cartes. La  règle du jeu  de bridge est extraordinairement simple (plus simple que celle des tarots ou de la belote). La difficulté n’est pas de jouer au bridge, mais de bien jouer. Si vous n’avez jamais joué au bridge, une initiation est proposée par la  Fédération Française de Bridge (FFB) (cliquez) : il convient de s’inscrire (procédure assez compliquée…). Mais vous pouvez parfaitement vous contenter du présent site.

Ce dernier est destiné à faire comprendre les mécanismes du raisonnement. Apprendre le bridge est impossible pour un esprit normal, alors que tout le monde peut jouer au bridge. L’auteur met ici à la disposition des lecteurs les cours qui ont été dispensés aux élèves pendant dix ans, proposés au format PDF imprimable, en bleu (cliquez sur l’intitulé du cours).

Remarque importante : Le système d’enchères proposé est le plus répandu en France, permettant de s’asseoir honorablement à n’importe quelle table de bridge. Il s’agit du SEF (Système d’Enseignement Français). Les autres « systèmes » ne sont pas, ou très peu, abordés ici.

« Le simple est toujours faux. Ce qui ne l’est pas est inutilisable. » Paul Valéry, 1942.

DERNIERS ARTICLES : En haut de la colonne de droite. Les articles  sont des réflexions sur des sujets divers, et n’ont pas vocation à devenir des cours. Les plus anciens sont indexés dans Archives et/ou Catégories.

DERNIERS COURS et EXERCICES : En bas de cette page d’accueil. Les cours sont le fonds permanent du site et classés dans le menu principal. Seuls les deux derniers publiés de votre niveau et dans chaque catégorie se trouvent ici. Abonnez-vous ! Inscrivez votre adresse de courriel en bas à droite. C’est gratuit. Vous serez prévenus en cas de nouvel article (mais non de nouveau cours). 

COURS D’INITIATION ET DE PERFECTIONNEMENT : Vous trouverez plus de 250 cours (menu principal), dans un ordre logique d’enseignement. Voir aussi l’Index-Dictionnaire (mots-clés, classement alphabétique) et le Dictionnaire des enchères.

Derniers cours et exercices intégrés (tous les autres dans le menu en haut de page) : les rubriques qui apparaissent en violet sont en réalité des articles du Bridgeur ou de Bridgerama. Les cours sont en bleu

ENCHERES
Niveau débutants :
  – Débutez en enchères : Redemande de l’ouvreur de 1 à la couleurAprès réponse ou redemande à SA.
Niveau 4ème série :
  – Silence adverse :  
Bicolore cher (2)4SA Blackwood.
  – CompétitivesRéveils de l’ ouvreurRéponse à l’intervenant au palier de 1 (3).
Niveau 3ème série :
  – Page d’accueilEvaluation des mains : compléments.
  – Silence adverse :
Bicolore majeur 5-5 sur 1SA (compléments), Ouverture et redemande avec un unicolore mineur.
  – Compétitives : Défense contre les barrages au niveau de 3, Les Contres de l’ouvreur.
Niveau 2ème série :
  – Silence adverse : Soutien différé de l’ouvreur après 1SA, Enchères après passe.
  – Compétitives : Réponse à l’intervention après enchère du n°3, Changement de couleur 2 sur 1 après intervention.
Niveau 1ère série :
  – Silence adverse :
Soutien mineur inversé
, 3♠ et 3SA relais contrôles.
  – Enchères de défense : Défense contre l’ouverture de 2 multi, Défense contre l’ouverture de 4-4♠.
  – Enchères d’attaqueLe CachalotLe Landik.
  – Enchères compétitives : L’enchère de 2 SA en situation compétitives, Le Surcontre.

JEU DE LA CARTE
Débutants :
  – Maniements de couleur : 
Maniements de couleurs (2)Maniements de couleurs (3).
Niveau 4ème série :
  – Maniements de couleurProbabilités de placements.
  Jeu du déclarant : L’expasseBaiser à la Reine, baiser au Roi.
  Jeu de la défense : Entame à SA (2), Tableau des entames à la couleur.
Niveau 3ème série :
  – Maniements de couleur
Coup de BathBlocage – déblocage.
  – Jeu du déclarant : Perdante sur perdante, La révérence.
  – Jeu de la défense : 
Signalisation, exemples.
Niveau 2ème série :
  – Maniements de couleur :
Notions de probabilités, Loi des places vacantes et principe du moindre choix.
  – Jeu du déclarant : Mise en main (1)Mise en main (2).
  – Jeu de la défense
Blocage et flancsDestruction de rentrées.
Niveau 1ère série :
 Jeu du déclarant :
 Coup du ciseauCoup du dentiste.
  Jeu de la défense :
 Quand jouer en coupe et défausse ?, Défense contre le coup du ciseau.

EXERCICES
4ème série :
 Réponses aux interventionsOuvertures et réponses, exercices.
3ème série : Plan de jeu à SA (2)Exercices réponses en attaque.
2ème série : Forcing ou non forcingManiement manque Roi Valet.
1ère série : Réponses au contre après que le n°3 a parléOuverture 3SA.

Remarque : vous pouvez ouvrir les derniers cours directement à partir de la présente page : cliquez dessus (si vous préférez : « Ouvrir dans un nouvel onglet », clic droit).

J.-S. Bach (1685-1750) : L’Art de la Fugue, 1742-1750

Avertissement à tous les lecteurs fidèles : Depuis la crise de la Covid-19, votre moniteur de bridge a publié un essai :  » Le virus de la peur « , que l’on peut trouver chez Bookelis, FNAC, Amazon, ou que l’on peut commander dans n’importe quelle librairie francophone.

80 commentaires sur “Accueil

  1. Cher ami bridgeur,
    Merci pour vos compliments, toujours très encourageants. Mais vous avez en effet fait une erreur de raisonnement. Rappel : le saut à 2 sur 1 exige 11H ou 12HL. Je ne sais pas pourquoi vous pensez que la réponse de 2♦ exigerait 13HL, alors que celle de 2♥ n’en voudrait que 11 ! Dans le cas que vous me soumettez, puisque vous êtes 4432, il faut faire votre enchère de « 2 sur 1 » dans la couleur la plus économique (règle générale quand on a deux couleurs 4èmes). Donc vous devez dire 2♦, tout simplement. Vous dites qu’on « s’impose une règle » : pas du tout, c’est arithmétique ! Vous n’avez pas 3 cartes à ♠, car vous auriez un fit, donc vous n’êtes pas 4333. Vous avez donc soit une couleur au moins 5ème, soit deux couleurs 4èmes, et dans ce dernier cas, comme il faut annoncer la moins chère d’abord, ce ne peut pas être ♥. CQFD.
    Bien cordialement,
    Olivier CHAILLEY

    • Merci de votre réponse rapide.
      En fait, pourquoi je dis 13HL pour annoncer la mineure :
      – parce que vous le dites dans votre cours 4ème série : changement de couleur 2 sur 1 sans saut ; main limite : il faut 13HL pour nommer la mineure d’abord ;
      – parce que Bessis, Cronier et Quantin le disent aussi dans leur tome 1, p. 46 : on ne déclarera la mineure qu’à partir de 13HL.
      Quant au SEF, il dit 11H ou 12HL pour un changement de couleur 2 sur 1, sans citer d’exception.
      En tout cas, avec la règle de 11HL, sans exceptions, je suis d’accord que l’affirmation 1♠-2♥ = 5 cartes devient mathématique… Sinon, il faut quand même la prendre comme une règle, ce qui somme toute est plus facile à mémoriser qu’à démontrer…
      Bien cordialement,
      Claude Delannoy

      • Cher ami bridgeur,
        Faites attention, car je crois que vous confondez beaucoup de choses que vous feriez mieux de « comprendre » au lieu de les « apprendre » (c’est mon leitmotiv, comme vous savez). Il n’y a rien à « mémoriser » ! Relisez soigneusement le cours, car chaque mot compte : Changement de couleur 2 sur 1 sant saut, et spécialement la « Remarque importante » dans le paragraphe « Choix de la couleur de réponse ». Lorsque nous disons 13HL (aujourd’hui, certains préconisent même 14HL) et plus pour nommer une mineure, c’est uniquement quand vous avez dans votre main au moins une couleur 4ème majeure nommable au niveau de 1, ET une mineure 5ème pour laquelle il faut un 2 sur 1. Quelle priorité donner ? Exemple : avec ♠DV87 ♥V2 ♦A10953 ♣R10, après l’ouverture d’1♥, la règle générale veut qu’on essaie d’annoncer la plus longue d’abord, donc les Carreaux. MAIS la main ne comporte que 12HL. On se contentera, par prudence, de privilégier les ♠, en disant 1♠. Avec le ♦V à la place du ♦10, vous direz au contraire 2♦ d’abord, car vous avez 13HL. En résumé, la « priorité à la majeure » de 4 cartes sur une mineure de 5 cartes pour laquelle il faudrait un 2 sur 1, qui est évidente jusqu’à 10H, se maintient jusqu’à 12HL inclus (je répète : par prudence !). Sans majeure de 4 cartes nommable au niveau de 1, le 2 sur 1 en mineure se fait normalement à partir de 11H ou 12HL. Dans la main ci-dessus, si le ♠7 devient le ♣7, vous devez dire 2♦. Il n’y a pas la moindre contradiction entre ce que disent Bessis, Cronier, Quantin, le SEF et moi !
        Bien cordialement,
        Olivier CHAILLEY

        • Merci de votre patience et excusez moi pour l’énorme gaffe !!!
          Comme vous, je prône la compréhension sur la mémorisation et cette bévue dont je suis vraiment confus ne pourra que me conforter dans cette attitude.
          Encore bravo pour vos cours très didactiques (justement) et pardon de vous avoir fait perdre un peu de temps.
          Bien cordialement
          Claude Delannoy

        • Je voulais revenir sur cette affaire de 1♠-2♥ avec 5 cartes à ♥. Est-ce que le répondant ne peut pas annoncer une force (11H+) par un changement de couleur 2♥ sur 1, auquel cas, il peut être amené à différer un fit à ♠ (donc au moins 3 cartes à ♠), et ne posséder alors que 4 cartes à ♥. C’est d’ailleurs ce qu’indique le BF2 en page 190…
          Bien cordialement,
          Claude Delannoy

          • Cher ami bridgeur,
            Bien entendu, vous jouez ce que vous voulez et si vous voulez jouer la page 190 du BF2 (au passage : qu’est-ce que c’est que le BF2 ?), personne ne vous en empêche. Mais ce n’est pas le SEF.
            Je vous renvoie à l’introduction de la fiche 1♠-2♥-? du Dictionnaire des enchères, qui est très explicite : 1♠ a été ouvert en 1ère ou 2ème position, avec au minimum l’ouverture et 5 cartes. 2♥ est un « 2 sur 1 » particulier (le moins économe en paliers) qui promet (mathématiquement) 5 cartes. Même pour différer un fit à ♠, on n’utilise pas la couleur ♥ 4ème pour le faire. Exemple : avec ♠R532 ♥RV109 ♦AD8 ♣V3, après l’ouverture d’1♠, Nord dira 2♦ (et non 2♥), suivis de 3♠ (un ouvreur avec 4 cartes à ♥ aura toujours la possibilité d’annoncer son bicolore par 2♥, le fit 4-4 à ♥ n’échappera donc pas). 2♥ de Nord montre donc toujours 11+HL et 5 cartes, est une enchère auto-forcing qui peut masquer différentes mains : 1°) un fit ♠, zone de manche ou de chelem, mais toujours avec 5 cartes à ♥ ; 2°) un unicolore ♥ ; 3°) un bicolore à base de ♥ et d’une mineure. Cette façon de faire est celle du SEF, que je défends ici.
            Bien cordialement,
            Olivier CHAILLEY

        • Merci pour votre réponse convaincante et pour votre patience. Pour info, j’appelle BF2 le tome 2 des 3 ouvrages « Le Bridge Français » de l’université du bridge.
          N.B. Cette réponse sera peut-être mal positionnée par rapport aux échanges car, dans votre dernière réponse, je n’ai plus de bouton « répondre »…

  2. Monsieur Olivier Chailley,
    Je suis tombée tout-à-fait par hasard sur votre site en interrogeant Google sur les faux-bicolores. Un seul sentiment concernant le travail de partage de bridge qui est le vôtre : félicitations et reconnaissance !
    Quand certains monnayent leurs mots… en se servant de nos maux…
    Vraiment un grand merci à vous pour cette aide internet mise à la disposition de tous.
    Un seul sentiment doit vous animer c’est certain, l’amour du bridge.
    Il est vrai que c’est un jeu passionnant.
    Bien à vous
    G.R.

  3. Cher M. Chailley,
    Nous nous sommes trouvés face à une main que je trouve difficile à enchérir :
    Nord (donneur) : ♠RD1053 ♥DV9 ♦D2 ♣AV8
    Sud : ♠A2 ♥84 ♦ARV1087 ♣R64
    Sans intervention, ouverture 1♠. Et c’est ici que, après coup, nous nous posons la question : Sud doit-il enchérir simplement de 2♦ (auto-forcing) ou montrer le bel unicolore à ♦ avec 3♦ ? 2♦ ne montre pas la belle main mais laisse plus de place à l’ouvreur pour se décrire mais… en quelque sorte, ce n’est pas la règle. Sud pouvait-il anticiper la difficulté de Nord sur l’enchère de 3♦ ? (On termine toujours par un contrat à 5♦ alors 3SA aurait été plus lucratif).
    Outre cet exemple particulier, face à l’ouverture Majeure et une belle unicolore mineure, quels sont vos conseils ?
    Merci d’avance.
    PhR

    • Cher ami bridgeur,
      En l’occurrence, il suffit de suivre ici la règle générale, sans se laisser obnubiler par les ♦ de Sud, qui sont, il est vrai, très beaux, et qui entrent dans les critères d’un saut à la couleur (pas plus d’une perdante, en face d’un petit singleton). Le problème est seulement qu’il manque un point. Il vaut mieux en effet ne pas faire de saut dans une mineure avant 18HL (SEF), surtout que la main ne comporte pas de singleton, cela me paraît essentiel. Sud ne peut donc pas se considérer comme auto-fitté. En règle générale, le saut dans une mineure, dangereux sur une ouverture majeure (surtout si vous avez deux cartes dans l’ouverture, qui peut être 6ème), doit être bien pesé et faire songer d’entrée à un chelem. C’est pourquoi, en face d’une ouverture qui peut être minimale, il faut au moins 18HL.
      La réponse est donc plutôt, ici, 2♦. Et, sur la redemande de 2SA (15 à 17 points), Sud fera une redemande à 3♦, qui sera alors très encourageante pour un chelem à ♦. La recherche des contrôles montrant l’absence de contrôle ♥ vous fait aboutir, comme vous le soulignez, à 5♦, contrat final. Le seul moyen de jouer SA aurait été d’être pusillanime, de ne pas songer au chelem avec 33 à 35 points HL dans la ligne. Et si vous y avez songé, il faut, sur 2SA, annoncer directement 6SA, qui ne chutera « que » sur entame ♥ (au moins une chance sur deux).
      Vous êtes ici dans un cas « limite » qui est en fait un coup de poker. En match par 4, il faut bien sûr tenter le chelem à ♦. En match par paires, prendrez-vous le risque de 6SA pour éventuellement moins 1 ?
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

      • Proposer de faire un « coup de poker » sur votre site est…. amusant… Mais votre réponse est formidable. Complète, claire. Merci !

  4. Merci pour votre site pour lequel je suis fan depuis bien des années.
    Au cours d’un tournois par paires, j’ai eu un différend avec mon partenaire et nous ne savons pas comment le traiter. Combien de points et de cartes à P Nord détient-il ?
    S O N E
    1K – 1P –
    1SA – 2T –
    – 2C 2P
    – –
    Merci de bien vouloir me répondre. Cordialement, Ate breve
    DZARDEN

    • Cher ami bridgeur,
      Je ne comprends pas votre séquence, probablement pour des raisons de présentation en format HTML. 2T et 2C ressemblent à des interventions…
      Je présume qu’en fait, il s’agit d’une séquence dans le silence adverse, et que 2T est un Roudi, 2C étant la réponse fitté minimum. 2P est alors tout simplement un refus de manche, le total ne paraissant pas atteindre 27-28HLD. 2C est annoncé avec 12H à 13HLD (voire 14HLD « moches »). 2P veut alors dire 10HL à 12-13HLD, voire 14 HLD « moches », manche lointaine. C’est la réponse du cours sur le Roudi.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

    • Cher ami bridgeur,
      J’imagine que vous me présentez la main du répondant et qu’il a entendu 4♥ en face. 5♣ est ici une interrogative qui indique qu’il existe une main de chelem à ♥, mais avec deux perdantes à ♣ chez le répondant. La redemande de l’ouvreur à 6♣ veut probablement dire qu’il contrôle les ♣ en premier (chicane). Si l’on joue le système proposé par Dominique Pilon, le contrôle du premier tour s’annoncerait plutôt par 5♠ et non par 6♣ (3ème palier). On peut maintenant déclarer 7♥ (il y a 14 levées visibles).
      Remarques : 1°) Vous devriez, dans vos questions, m’indiquer votre niveau de bridge. 2°) La réponse à votre question se trouve dans le dictionnaire des enchères (silence adverse) dans la fiche 4♥-? et aussi, plus détaillée, dans le cours de 1ère série « Réponses aux barrages ».
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  5. Cher Monsieur,
    J’utilise ici, très certainement, un moyen détourné pour vous contacter. Le débutant que je suis a été interloqué de trouver le commentaire suivant sur le site WBridge5 (donne 1 du 13 août 2020)
    Contre le contrat de 1 Sans-Atout (Bridgeur n°716 mars 1999 – A. Lévy les entames) : la technique générale est de chercher à ne pas donner de levée, il faut donc privilégier les entames neutres, en particulier éviter d’entamer sous un Honneur 4ème. Sans Honneur, il est recommandé d’entamer de la deuxième meilleure dans une couleur de quatre cartes. Qu’en pensez-vous ?
    Merci d’avance pour vos éventuels commentaires.

    • Cher ami bridgeur,
      Ces propositions, à peu près universellement jouées par les bons joueurs, doivent recevoir l’assentiment de votre partenaire, qui pourrait ne pas comprendre pourquoi on ne joue pas tous les contrats à SA de la même façon. D’ailleurs, si vous êtes débutant, ne changez surtout rien à vos habitudes !
      Le principe général est que pour les contrats de 1SA (et aussi 6SA), le déclarant découvre souvent, lorsque le mort s’étale, 6 levées de tête (ou 11 levées) et qu’il ne lui en manque donc qu’une. Lui donner cette unique levée manquante à l’entame serait une aubaine pour le déclarant. C’est pourquoi il vaut mieux entamer neutre contre 1SA (et 6SA). Rappel : contre 3SA, le problème est complètement différent : on peut « donner pour reprendre », avec l’espoir d’un affranchissement et donc de la chute, même si l’on a donné une levée à l’entame (on gagne un « temps »).
      Quant à l’entame de la deuxième meilleure avec quatre cartes sans honneur, elle vaut pour tous les contrats à SA (même 3SA) quand vous avez choisi cette couleur d’entame. Elle signifie seulement que votre couleur n’est pas prometteuse.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  6. Cher Monsieur Chailley,
    Je bute sur un problème que je n’arrive pas à résoudre, le voici décrit : Je possède 4 ♦, 4 ♥, 4 ♣ et 1 ♠, avec 18-23 HL. J’ouvre d’1♦, mon partenaire annonce 1♠. Je ne peux annoncer 2♥, bicolore cher, ni 2♣ bicolore économique, car il me faudrait 5 cartes à ♦. Je ne peux annoncer 1SA 12-14H et surtout NF, et je ne peux répéter ma couleur. Ce serait dommage de passer avec au minimum 24 points dans la ligne. Pouvez-vous m’aider ?
    Sincères salutations
    Philippe

    • Cher ami bridgeur,
      Ce problème est soulevé dans les cours, disant bien que les mains 4441 ne sont pas faciles à traiter. Il faut se souvenir que vous êtes obligé d’appliquer dans ce cas ce que l’on appelle « le moins mauvais mensonge ». Allez-vous dire SA en redemande, comme si vous étiez 4432 ? Allez-vous « inventer » un faux bicolore ? Bien évidemment, cela dépend de la qualité de vos couleurs. Un ♠R sec pourrait vous inciter à dire SA (pas un ♠A, car il sauterait à l’entame, laisser-passer impossible), un ♠A sec ou un singleton plus petit à ♠ vous obligera à annoncer un bicolore : 2♣ avec moins de 18HL, 2♥ à partir de 18HL. Bien sûr, votre partenaire croira que vous avez 5 cartes à ♦, mais vous savez qu’il est très rare dans ce cas que l’on termine à 5♦ (voire 6♦). Vous aurez pris un risque, mais n’est-ce pas ce que l’on fait tout le temps au bridge ?
      Bien cordialement à vous,
      Olivier CHAILLEY

  7. Cher Monsieur Chailley,
    Votre site pour moi est La référence et votre dictionnaire des enchères un travail énorme mais très instructif. Voilà mon problème : deux séquences différentes avec les mêmes mains Nord-Sud.
    Main de Sud : ♠843 ♥A53 ♦AD10 ♣ARV1
    Main de Nord : ♠A72 ♥9762 ♦6542 ♣108.
    Après ouverture d’1♣ et deux passe, Est réveille par X. A une table, Sud surcontre, à l’autre, il parle à 1SA. A la première table, où l’ouvreur a surcontré, Ouest dit 1♠ et Nord 2♣ (?), fin des enchères. A l’autre, redemande à 1SA, après 2 passe Est dit 2♦ (fin des enchères).
    Sud a 18 points. Le surcontre indique 18 pts, 1SA aussi , le jeu est régulier mais il manque l’arrêt à pique. Je ne comprends pas pourquoi Ouest dit 1♠ XX et rien sur 1SA. Il a 4 cartes à ♠ piques par RD. D’autre part, Nord avec 4 points était il obligé de répondre ?
    Merci beaucoup de votre réponse
    Cordialement,
    lise2

    • Chère amie bridgeuse,
      J’avoue que je ne comprends pas bien au moins une de vos séquences. Vous êtes sûre de la position des joueurs ? Je vais tout de même tenter de répondre. D’abord, aujourd’hui, on admet que même avec un As, si l’on n’a pas 5 points HL en réponse, on peut passer (autrefois, avant le SEF 2018), il aurait fallu répondre 1♥ ! Nord donc passe, et Est contre. Sud, avec 18 points reparle. Mais il n’est pas question de dire autre chose que 1SA (=18 ou 19 points), avec cette main régulière. Cela n’a jamais promis un arrêt dans toutes les couleurs ! Contre est réservé aux mains qui n’ont pas d’enchère naturelle, et qui sont donc en général irrégulières. Alors, après 1SA, passe, passe, Les enchères se terminent normalement par 2♦ en Est. Remarque : il est absolument normal qu’après 1SA, Ouest, qui n’a que 4 cartes à ♠, ne les mentionnent pas. Si Est recontre, il saura qu’Est est très fort, avec au moins une belle ouverture, et il dira alors ses ♠.
      Après le surcontre, Ouest se manifeste normalement par 1♠, enchère qu’il aurait produite si l’ouvreur avait passé, mais cette fois avec 8 à 12 points H (avec 0 à 7H, il pouvait en effet profiter du XX pour passer, car le réveilleur a de nouveau la parole). Ce que je ne comprends pas, c’est le 2♣ de Nord ! En fait, vous avez dû vous tromper, Nord passe, et 2♣ est une enchère d’Est ? Mettons que ce 2♣ vienne d’Est. Après 1♠ d’Ouest, il s’agit maintenant d’un cue-bid fort qui demande à Ouest de continuer à se décrire, et les enchères continuent, l’ouvreur n’ayant plus rien à dire… Rien de sorcier là dedans.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  8. Cher Monsieur Chailley,
    Jouant sur BBO, j’ai fait hier une enchère qui n’a été comprise par personne à la table. Ni ma partenaire, ni les adversaires ne l’ont admise. Pourtant, lorsque ma main correspond à cette enchère, je la fais avec mon partenaire habituel au club et elle semble comprise par tout le monde. C’est la réponse, dans le silence adverse, d’un changement de couleur à saut, promettant 16H ou 18DH, (ou plus) et une couleur 6ème comportant deux gros honneurs. Le SEF 2018 a-t-il modifié cette enchère et est-ce devenu un barrage ?
    Merci pour votre réponse

    • Cher ami bridgeur,
      Le SEF n’a pas changé du tout, et les changements de couleur à SIMPLE SAUT sont toujours des réponses fortes, 18HL ou plus avec un bel unicolore. Les réponses à DOUBLE SAUT, comme toujours, sont des barrages faibles (plus faibles qu’à l’ouverture). Si les autres joueurs ne l’ont pas admis, de deux choses l’une : 1°) Personne ne jouait le SEF à votre table, ou bien 2°) par mégarde, vous avez fait un double saut au lieu d’un simple. Remarque : vous dites « 18DH », vous voulez peut-être plutôt dire « 18HL » ?
      Bien cordialement à vous,
      Olivier CHAILLEY

      • Merci Monsieur,
        Non, je n’ai pas fait un double saut. Les enchères, dans le silence adverse : 1♣-2♠-fin. J’ai fait 2♠ + 5 ! Ma partenaire s’est excusée mais les adversaires ont ironisé : Pourquoi sauter des paliers, il y a d’autres moyens de monter sa force, tes livres datent d’avant la guerre d’ Algérie, etc., etc. Pourtant selon moi j’avais la main idéale pour faire cette enchère : ♠AD8742 ♥RD10 ♦- ♣AV72.
        Bon, je vais pouvoir leur dire que Mr CHAILLEY m’a donné raison. Ca va leur clouer le bec. Je ne fais pas trop la différence entre HL et DH. Je vais regarder ça de près.
        Merci encore, cordialement.

        • Cher ami bridgeur,
          Vos adversaires ont eu tort, bien évidemment. Cela met tout de même le doigt sur un élément fondamental au bridge : vous étiez-vous entendu avec votre partenaire AVANT le tournoi ? Dans les années 1980-2000, plus de la moitié des joueurs de club jouaient en effet (contre l’avis du SEF), le saut simple faible. J’en ai moi-même été victime une fois, à Rambouillet, tombant des nues, comme vous ! Autre remarque, votre couleur ♠ n’est pas tout à fait assez belle : le critère que vous devez retenir, c’est UNE SEULE PERDANTE en face d’un petit singleton. Ici, vous pouvez en compter une avec beaucoup de chance, beaucoup plus souvent deux ou même quelquefois trois. L’enchère d’1♠, suivie d’enchères forcing jusqu’au chelem aurait été meilleure, d’autant que ce chelem aurait pu être à l’atout ♣, couleur de l’ouverture, où vous avez un fit de 4 cartes. Après 1♣-2♠, qui IMPOSE l’atout, retrouver ♣ pouvait s’avérer difficile (main possible en face : ♠- ♥V952 ♦ADV6 ♣RD952).
          Enfin, DH n’existe plus (sauf chez Michel Lebel). Revoyez l’évaluation des mains, cours débutants…
          Bien cordialement,
          Olivier CHAILLEY

          • Cher Mr Chailley,
            Merci pour votre réponse très enrichissante. Si vous me le permettez, je voudrais vous faire part d’un autre litige que j’ai eu avec une paire sur BBO. Il s’agit du « cachalot ». Je ne le pratique pas et je le connais peu, mais assez cependant pour savoir que c’est une espèce de « Spoutnik » associé au « Texas ». Donc, partant de là, pour moi, il ne peut se pratiquer après un X en intervention, deux couleurs devant être annoncées. Les enchères : Sud ouvre d’1♦, je contre, Nord répond 1♠, et les enchères s’arrêtent là, après trois passe. On joue 1♠… Nord avait deux petits ♠. Je n’ai pas entamé ♠ qui faisait chuter et quand j’ai vu le jeu de Nord, j’ai râlé (par l’intermédiaire du chat)… Ca s’est un peu envenimé, mais bon… Là n’est pas le problème. Qu’en pensez vous ????? Avais-je raison ????
            Merci d’avance pour votre réponse. Très bon week-end.

          • Cher ami bridgeur,
            J’avoue que je ne comprends ni vos enchères, ni votre question… Vous avez fait un contre d’appel et le répondant a dit 1♠. Jusque là, rien à dire. Est ne répond rien, rien à dire non plus. Mais comment se fait-il que l’ouvreur ne reparle pas ? 1♠ en Nord est forcing, que je sache. Bon, ce sont des adversaires, et vous jouez (apparemment) 1♠. Nord, dites-vous, avait 2 petits ♠. Il fait ce qu’il veut, mais A CONDITION D’ALERTER ! L’avait-il fait ? Sinon, il est passible d’un défaut d’explication et sanctionnable.
            Par ailleurs, je ne vois pas très bien ce que cette séquence a à voir avec le « cachalot », qui est une convention qui n’existe qu’après une intervention à 1♦ ou à 1♥. D’ailleurs, cette convention de haute compétition n’a pas à être jouée dans un club, sauf par les 1ères séries, qui n’omettront évidemment pas d’alerter TOUTES leurs enchères suivantes.
            Remarque : Peut-être que les adversaires n’avaient en fait aucune convention. Dans ce cas, 1♠ avec deux cartes s’appelle un « psychic », qui trompe aussi bien le partenaire que l’adversaire. Il n’y a rien à dire, c’est autorisé en compétition. Mais jouer des « psychics » en club ou contre des inconnus, ce n’est pas très élégant, et c’est même interdit par de nombreux clubs.
            Bien cordialement,
            Olivier CHAILLEY

  9. On me dit que le bicolore cher du répondant n’existe pas. Je voudrais des éclaircissements de votre part car je regarde votre site remarquable. Merci d’avance

  10. Cher Mr Chailley,
    Encore un problème avec un partenaire occasionnel. Je précise d’abord que dans son profil, il indique jouer le SEF 2018.
    Il est à l’ouverture et il met 3♣ avec ♣AV10xxxx. J’ai une main forte « tenant » les autres couleurs avec ♣Rx. Bien entendu, je mets 3SA que je fais largement sans faire d’impasse à la ♣D, celle ci étant seconde à ma gauche…
    Je reproche cependant à mon partenaire son enchère, lui disant que pour celle-ci, il faut avoir au moins 2 gros honneurs dans les 7 cartes, voire AVxxxxx mais alors avec une remontée par Ax ou RD à côté. Ce qu’il n’avait pas..
    Il conteste, me disant qu’ avec le SEF 2018 il suffit d’avoir 7 belles cartes, sans autre restriction. Il me donne même la page : 18 autant que je me souvienne
    A-t-il raison ? Va vraiment falloir que j’ achète ce petit bouquin édité par la fédé… Merci pour votre réponse et pour toutes celles que vous m’avez déjà faites.
    Bonne journée, monsieur Chailley

    • Cher ami bridgeur,
      C’est votre partenaire qui a raison (SEF, page 32). Une belle couleur est une couleur où on ne peut pas perdre plus de 2 levées, ce qui est son cas. l’enchère se faisant avec 5 à 10H, vous voyez qu’il pouvait bien ne posséder que ♣AV avec strictement rien à côté (à vulnérabilité défavorable, il vaut mieux 8 à 10 points H). Rappel : si la couleur est pleine (♣ARDV(10)xx), on ouvre de 3SA et non de 3♣. Cette dernière enchère indique donc bien qu’il y a un « trou ». La couleur doit promettre 5 levées non vulnérable, 6 levées vulnérable (ici, il y a 6 levées à 75%). D’autre part, on ne doit RIEN posséder à côté (au maximum UNE levée de défense (un Roi second, par exemple).
      Remarque : vous auriez pu vous reporter au cours de 4ème série sur les barrages (Les différentes ouvertures de barrage) ou bien au Dictionnaire des enchères (3♣-?), qui sont justement là pour vous instruire !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  11. Cher Monsieur Chailley,
    Je suis en 2 et en face d’une ouverture de barrage au palier de 3, j’ai un bicolore puissant. Sur une ouverture au palier de 1, je sais faire (je pratique le ghestem) sur une ouverture en 2M faible aussi : 2SA naturel___cue bid : les mineures___4 en mineure : la mineure et l’autre majeure.
    Mais sur les barrages au palier de 3, je suis désarmé. Je verrais bien 4SA avec les deux moins chères et sinon, la plus chère de mon bicolore, mais n’y a-t-il pas quelque chose de plus sophistiqué ?…Le cue-bid ne peut-il pas indiquer un bicolore ?
    Merci pour vos conseils et très bon week-end monsieur Chailley

    • Cher ami bridgeur,
      « je suis en 2 » veut probablement dire en 2ème position (puisque vous parlez plus bas de cue-bid ; j’avais compris : en match par paires). Vous n’êtes donc pas « en face » d’une ouverture, mais plutôt en intervention ? Vous pratiquez le Ghestem, qui n’est plus joué chez nous depuis longtemps, au profit du Michaël précisé. Vous avez donc un partenaire attitré avec lequel vous avez travaillé cette convention (développements, défense contre ce bicolore, etc.).Vous faites bien sûr ce que vous voulez, sachant qu’ici, nous n’abordons que le SEF, qui devrait être notre langage commun.
      Les barrages au niveau de 3 sont destinés à embêter l’adversaire, ce qu’ils font. Des défenses existent, mais sont évidemment BEAUCOUP plus dangereuses qu’au niveau de 2. Elles font donc beaucoup plus appel au jugement. L’esprit général est décrit dans le cours : « Défense contre les ouvertures de barrage (3) », et en ce qui concerne les bicolores, il dépendent de la couleur de l’ouverture. Vous les trouverez sans peine dans les fiches correspondantes du Dictionnaire des enchères (compétitives) : 3♣-?, 3♦-?, 3♥-?, 3♠- ?. N’oubliez jamais que lorsque la description d’un jeu bicolore en une seule enchère vous emmène trop haut compte tenu de la force de votre jeu, vous avez intérêt à nommer vos couleurs naturellement (en général la majeure ou la plus chère d’abord).
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY
      PS : Vous pouvez aussi consulter un article de Michel Bessis, datant de 2006 : « Se défendre contre les ouvertures de barrage au palier de 3« 

  12. Bonjour,
    Je découvre aujourd’hui votre site remarquable et gratuit, ce qui de nos jours devient une action rare. J’ai été immédiatement séduit par la clarté de vos explications et par le niveau de compétences. Je suis 3ème série ♣ et je joue « sérieusement » depuis 3 ans, bien entendu perturbés par le virus.
    Pour vous remercier, je vous envoie un don modeste et je vais commander votre livre. J’ai écrit un petit livre humoristique (j’espère) sur les expressions du bridge. C’est un « travail » bénévole pour mon club de Strasbourg qui reverse les bénéfices aux Pompiers de la ville. Je peux vous l’envoyer gratuitement (échange de bons procédés) en PDF ou en livre.
    Bravo pour votre investissement et votre passion, parmi d’autres à ce que je lis.
    Bien à vous
    Marc Gioria

  13. Cher Monsieur Chailley,
    Une séquence de chelem qui pique… J’ai lu avec attention le cours sur les enchères de chelem et le déclenchement des contrôles en situation de fit forcing. La séquence problématique est la suivante en enchères à 2 :
    J’ouvre d’1♥ et mon coéquipier répond 1♠ ; je décris mon 5-5 rouge avec l’enchère de 2♦ et il me répond 3♥ ; l’expression du fit différé au palier de 3 est, à mon sens, chelemisant. Je considère qu’à ce stade, mon travail est de nommer mon premier contrôle car je suis fortement intéressée par la poursuite du dialogue ; je dis alors 3♠ et mon coéquipier comprend cette enchère comme l’indication de 3 cartes à ♠ ou un honneur. Je ne devrais pas, selon lui, nommer la courte dans sa longue. J’ai souvent entendu cette phrase à la table et vous la citez également dans vos cours, mais à quel moment l’enchère de réponse de 1♠ sur 1♥ décrit-elle une longue ? Il ne s’agit pas d’une ouverture mais d’un changement de couleur qui peut se faire avec 4 cartes, non ? Mon ♠ est-il ambigu ? Devrais-je passer par 3SA pour affirmer le contrôle ♠ et demander la tenue ♣ que je ne possède pas ? Je ne trouve pas la réponse dans les exemples proposés par le cours. Pourriez -vous m’éclairer sur ce point ? Merci de votre analyse.
    Ma main : ♠3 ♥DV1098 ♦ARDV8 ♣DV

    • Chère amie bridgeuse,
      Tout le monde a à la fois raison et tort. L’atout, par l’enchère de 3♥ de votre partenaire, est définitivement fixé : vous ne pouvez posséder 4 cartes à ♠ (vous n’avez pas soutenu), et si vous en avez trois (c’est possible), ce ne sera pas l’atout. Il n’y a en effet aucun intérêt, si vos ♥ sont 5-3, de trouver maintenant un atout ♠ qui ne sera de toute façon pas 4-4. Votre enchère de 3♠ ne peut donc être qu’un contrôle. MAIS, s’il n’a pas ♠ARxx(x), il prendra en effet ce 3♠ comme un simple désir de chelem, car il a raison de dire qu’on ne commence pas, en principe, par un contrôle dans une courte si c’est la couleur de son partenaire (risque de points perdus+++). Par ailleurs, votre problème est de savoir s’il possède un contrôle ♣, et l’enchère pour cela est bien l’enchère de 3SA, qui est celle que j’aurais choisie.
      Quand à la définition de la longue, je crois que vous vous noyez dans un verre d’eau. Pourquoi une longue aurait-elle forcément 5 cartes ? Une couleur de 4 cartes est la plus longue possible dans un certain nombre de répartitions : 4333, 4432, 4441. On parle dans ce cas de couleur longue tout simplement pour dire qu’on sait qu’elle n’est pas courte ! L’enchère d’1♠ est très souvent la réponse la plus longue possible, surtout s’il y a un chelem en vue, car avec une couleur plus longue et plus de 11HL, le répondant aurait commencé par un 2 sur 1…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  14. Cher Monsieur Chailley,
    J’ai eu récemment, en Ouest, la main suivante : ♠ARV82 ♥ARDV2 ♦543 ♣-
    Est donneur passe d’entrée et Sud ouvre de 3♣. J’annonce mon bicolore par 4♣ conformément au SEF et Est annonce 4♠. Je pense que le chelem est un bon pari si Est contrôle les ♦ même si 5♠ pourrait bien chuter d’entrée dans le cas contraire, j’ai donc poursuivi par 5♣ et Est a répondu 5♦. Ces annonces de contrôle au niveau de 5 sont elles forcément des annonces de contrôle de premier tour ? Avec le contrôle du second tour j’aurais quand même annoncé le chelem malgré un risque de coupe par Sud au deuxième tour.
    Autre question, existe-t-il un moyen de proposer le grand chelem (au moins en match par 4, en TPP cela ne vaut sans doute pas le coup, 6♠+1 rapportait 93,5%) par exemple par le cue-bid à 6♣ ? Ou faut-il juste accepter de payer le barrage ?
    Pour info, la main d’Est : ♠D9765 ♥63 ♦A82 ♣D96, cela ne pouvait pas tomber mieux.
    Bien cordialement,
    Jean Bréfort

    • Cher ami bridgeur,
      Votre problème fait partie des curiosités exceptionnelles du bridge, et n’a pas vraiment de solution sans un travail énorme avec un partenaire. D’ailleurs, ce travail vaudrait-il le coup, étant donné la rareté du problème ? Je vous donne tout de même quelques réflexions (que je n’aurais probablement pas eu le temps de formuler intégralement à la table, je l’avoue) :
      1°) Votre séquence, et le risque que vous avez pris me paraissent parfaitement justifiés, car vous avez une « bombe atomique » dans les mains. Espérer au moins une « couvrante » chez votre partenaire, et aussi échapper à l’entame ♦ justifient votre prise de risque (on aura le plus souvent une entame ♣). Ici, l’As de ♦ et le très beau fit ♠ vous assurent 13 levées.
      2°) Vous avez « payé le barrage », en fait pour deux raisons, d’abord le barrage lui-même, mais aussi parce que vous avez-vous-même élevé les enchères au niveau de 4 par votre annonce de 4♣ (celle du SEF, effectivement, alors que pour Bessis, avant le SEF 2018, 4♣ indiquait un bicolore ♦-♥). Imaginez qu’avec vos 20-21HL (qui en valent 23), vous ayez plutôt contré « toute distribution ». Vous auriez alors permis des développements beaucoup plus variés, tout en vous conformant à la loi de la vitesse acquise (commencer le plus bas possible pour chercher un chelem). Vous auriez entendu 3♠, et là, le contrôle ♦ ne vous aurait pas échappé, et un Blackwood d’exclusion à 5♣ vous aurait permis d’atteindre 6 (ou 7)♠. Alors, peut-être faut-il réserver l’enchère de 4♣ aux mains « espoir de manche » mais non « espoir de chelem ».
      3°) Contre toute distribution permettait aussi à votre partenaire, avec une main comme ♠95 ♥53 ♦V762 ♣A10975, de pouvoir passer en toute tranquillité, alors que sur 4♣, que peut-il faire d’agréable ? Votre chicane doit vous faire penser que la seule couleur annonçable de votre partenaire sera peut-être ♣…
      4°) On arrive donc à la conclusion qu’à mon avis, il n’y avait pas de solution en dehors d’un « Contre » toute distribution, votre main étant TROP FORTE pour un cue-bid : paradoxal, non ?
      Votre autre question porte sur les contrôles au niveau de 5 : ce qu’on voit faire le plus souvent, et qui est logique, c’est que lorsque le démarrage des contrôles ne peut se faire avant 4♠, les contrôles sont « normaux », en premier ou en second. Dans le cas contraire, ce sont des contrôles en premier. Ici, qu’auriez-vous fait si votre partenaire avait détenu le ♦R sans qu’il puisse vous le dire, alors que celui-ci garantissait un chelem ? Il fallait bien qu’il puisse dire 5♦.
      Quant à annoncer 7♠, qui y sont cette fois, il ne faut pas modifier grand-chose dans la main de votre partenaire pour que le contrat s’écroule : un ♠ de moins, un ♥ et un ♦ de plus (mains plus « miroir »). Il faut vous contenter, à mon avis, dans le cas présent de 6♠, même en match par 4…
      En conclusion, tout est une affaire de feeling, tout ne se passe pas toujours comme on veut au bridge. J’espère que vous avez tout de même conclu à 6♠ après le 5♦ de votre partenaire. Vous ne le précisez pas…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  15. Cher M. Chailley,
    Je viens vers vous une nouvelle fois pour une question un peu particulière dans le sens où je n’ai rien trouvé comme réponse dans les nombreux articles du Web. Les enchères :
    -S—O—N–E
    1♠-2♥-4♠-5♥-
    ? (moi)
    Que faire ? Passer ? Surenchérir ? X ?
    Un très ancien partenaire, plus de ce monde, m’avait indiqué une méthode dans ce cas précis. Je vais vous l’ énoncer, mais je ne suis pas sûr de son exactitude. Il m’ avait dit (je crois) : Avec 0 ou 1 levée sûre, tu passes, Avec 2 levées sûres, tu X,
    Moi (donc mon partenaire) : Avec 0 ou 1 levée sûre, je passe ou je surenchéris. Avec 2 levées sûres, je X, et toi alors sur ce X : avec 1 levée sûre tu laisses le X, et avec 0 levée tu surenchéris.
    Je suis conscient de ce que ma question a de confus et je comprendrais que vous ne vous y attardiez pas…
    Très bonne journée
    Cordialement

    • Cher ami bridgeur,
      Le cas que vous évoquez est extraordinairement fréquent au bridge, et donne forcément lieu à quelques pataquès. Dans l’ensemble, votre ancien partenaire a complètement raison, car sa vision est LOGIQUE. Pour essayer de simplifier le problème, il faut bien différencier les enchères de l’ouvreur d’1♠, qui est le premier à parler après l’enchère de 5♥, et les enchères du répondant, qui a encore la parole. C’est finalement LUI qui aura le dernier mot et décidera du contrat final (ou de relancer les enchères).
      L’enchère du n°1 ouvreur doit éclairer le répondant au mieux. Passe : J’ai tout dit, j’ai au maximum une levée de défense, une ouverture banale, alors c’est toi qui décide. Contre : J’ai 2 ou 3 levées de défense (si tu en as une, même une demie seulement, tu peux passer). Contre signifie même : je souhaiterais que tu ne surenchérisse pas, sauf main très particulière, très distribuée ET très faible. 5♠ est une surenchère qui ne peut se faire qu’avec une main très distribuée (chicane), une couleur secondaire pas trop nulle et une quasi-certitude que 5♥ va gagner… Ce sera forcément rare, d’autant que 5♥ est souvent annoncé en sacrifice. Bien entendu, les vulnérabilités seront ici essentielles…
      L’enchère du n°3, le répondant : 1°) après passe. Le répondant, qui a sauté à 4♠, est lui-même probablement très faible. Et son passe signifiera : « Partenaire, j’ai fait tout ce que j’ai pu pour les empêcher de trouver la manche, mais en dehors des ♠, je n’ai rien… ». Parfois, le répondant aura 2 levées de défense (rare, car il ne doit pas, dans ce cas, sauter à 4♠…), et il pourra contrer. Parfois, surtout, il pourra surenchérir si son jeu est suffisamment distribué, et si les vulnérabilités sont favorables, même avec un jeu très faible.
      2°) Après Contre de l’ouvreur, le répondant doit se dire que 5♥ ne se feront peut-être pas (2 levées de défense en face au moins). Il ne devra retirer le Contre que dans deux cas (en disant 5♠) : a) Vert contre rouge, avec un jeu TRES FAIBLE, avec lequel il aurait pu passer au lieu de dire 4♠. Exemple : ♠1087432 ♥D10 ♦V64 ♣V4. Dans ce cas, il estime que 5♥ va gagner quand même et qu’un contrat de 5♠ contré coûtera moins cher (vulnérabilités). b) Rouge contre vert, 5♠ a de bonnes chances de gagner, alors que 2 ou 3 de chute en face ne rapporteront que 300 ou 500. Et à vulnérabilité égale, c’est une affaire de jugement au cas par cas.
      Vous voyez que de toute façon, on se trompera souvent, et on assistera à bon nombre de « crèmes renversées ». Mais avec les bons principes que vous avez bien assimilés, vous vous en sortirez « à la longue »…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  16. Cher Monsieur,
    Je suis à l’ouverture avec ♠AD974 ♥V6 ♦- ♣RD9643.
    La main de mon partenaire ♠10 ♥AD1063 ♦AV842 ♣V2.
    Pouvez vous me dire comment vous auriez développé les enchères ? A la table elles ont été , dans le silence adverse : 1♣-1♥-1♠-3♦-4♣ -5♣. Ai-je eu raison d’ouvrir d’1♣ ?
    Merci de vos conseils

    • Cher ami bridgeur,
      Votre belle main comporte 12H et 15HL, elle doit donc, en tant que bicolore 6-5, plutôt être assimilée à un 5-5, pour pouvoir plus facilement décrire votre bicolore à bas palier. Je l’aurais donc ouverte d’1♠. Et sur 2♥, la réponse normale, j’aurais finalement dit 3♣ (bicolore cher, ici « atténué » par une réponse 2 sur 1). Votre partenaire pouvait maintenant dire 3SA, malgré sa main 5-5. Vous auriez alors soit passé (difficile !), ou plutôt dit 4♣. Vous finissiez alors à 5♣, votre contrat. L’intérêt est que si votre partenaire avait possédé le ♠R second ou 3 petits ♠, vous auriez joué 4♠. Avec votre séquence, le fit (ou semi-fit) majeur pouvait largement vous échapper !
      Vous avez ouvert d’1♣, soit. Mais comment se fait-il que vous n’ayez jamais dit que vous aviez 5 cartes à ♠ ? C’était pourtant facile ! Après 1♣-1♥-1♠-3♦- ?, il fallait dire 3♠ et non 4♣ ! Comme vous décriviez 5 cartes à ♠, par déduction, vous possédiez soit 6 cartes à ♣ dans un jeu « moyen », soit 5 cartes dans un jeu fort (à partir de 14H, donc 16-17HL, on ouvre d’1♣, SEF 2018, p. 15). Evidemment, dans le cas présent, votre partenaire serait revenu à ♣, et vous auriez donc joué 5♣. Ce contrat est fragile, mais probablement meilleur que 3SA, en raison des communications très difficiles entre les deux mains…
      Vous étiez donc face à un choix, et votre ouverture n’était absolument pas condamnable, à mon sens. Le bridge est une question de jugement. Mais une fois que ce choix est fait, efforcez par la suite de décrire votre jeu convenablement !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  17. Cher Monsieur Chailley,
    Votre site est très bien fait. Bravo pour le travail accompli !
    Cependant j’attire votre attention sur un point (relativement) important concernant le « principe du libre choix » :
    Ce « principe » émis à l’origine par Emile Borel et André Chéron en 1940 est basé sur une erreur de raisonnement étrange venant de la part d’un mathématicien réputé à l’époque. Pour faire court il introduit dans ses calculs un facteur « humain » qui n’a rien à voir avec la rigueur mathématique, à savoir que la probabilité pourrait être affectée par la décision qu’un joueur de bridge aurait de jouer une fois sur deux l’une ou l’autre de 2 cartes équivalentes. Or je connais des joueurs qui avec DV joueront toujours la Dame, d’autres qui joueront toujours le Valet, d’autres en fonction des adversaires qu’ils connaissent, et d’autres sans faire attention. On pourrait admettre que sur le très long terme la probabilité que l’une des 2 cartes est jouée dans 50% des cas si, et seulement si, le joueur tirait la première des 2 cartes « les yeux fermés ». Ce qui n’est bien entendu pas le cas. La conclusion est qu’il faut s’en tenir strictement à la probabilité du calcul mathématique et non d’influences humaines non quantifiable sérieusement, ou alors il faudrait dire qu’on joue au bridge juste par intuition ce que font d’ailleurs pas mal de joueurs !
    En tant que bridgeur, j’ai propagé, comme vous, ce principe dit du « libre choix » sans me poser la question de sa véracité car d’autres bridgeurs me l’avaient enseignés, comme vous le faites, jusqu’au jour où je préparais un cours sur les probabilités appliquées au bridge et que j’ai lu ce qui avait été écrit à ce sujet par E.Borel entre autres. Nous avons aujourd’hui à notre disposition la possibilité de simuler sur un simple PC une très grande quantité de donnes avec contraintes ce que n’avait pas E.Borel à sa décharge. S’il avait eu cette possibilité il n’aurait sans doute pas commis cette erreur.

    • Cher ami bridgeur,
      Merci pour vos remarques. Je me demande toutefois si vous ne voulez pas parler en fait du « principe du MOINDRE choix », principe mathématique, statistique, décrit par Borel et Chéron (ils ne l’appelaient pas encore ainsi, mais se servaient du théorème de Bayes pour leur démonstration), que personne ne peut contester, plutôt que du « LIBRE » choix, qu’en fait je ne connais pas. Je répondrais seulement à propos de votre exemple de DV, cartes équivalentes. Il faut préciser que le choix entre D et V ne s’applique qu’au DECLARANT, et en aucun cas aux DEFENSEURS, qui ont des règles strictes à appliquer. Bien souvent, le déclarant qui possède des cartes équivalentes choisit en fonction de ce qu’il veut « faire croire » aux défenseurs, qu’il connaît souvent, car appartenant au même club. Une petite incidente : lorsque le déclarant, qui possède AR(D) prend en 4ème, après l’entame par exemple, vous constaterez, au club, qu’il prend presque toujours avec l’As, croyant que de ce fait il masque la place du Roi (Dame). En observant attentivement chaque cas, vous verrez qu’en fait, plus de 9 fois sur 10, il signe la possession du Roi accompagnant l’As. Au contraire, il convient presque toujours de prendre de la plus petite prenante, Roi (ou Dame), et ainsi l’adversaire ne sait pas où se trouve l’As ! A la couleur, l’entameur n’entame pas sous son As, bien sûr, mais le partenaire peut parfaitement l’avoir retenu pour des tas de raisons. Et à SA, c’est encore plus utile, car prendre de l’As en premier veut dire qu’on n’a pas de problème pour arrêter une seconde fois, alors que prendre du Roi peut venir d’un Roi second… Les exemples peuvent être multipliés à l’infini…
      Le choix de la carte à fournir est évidemment « libre », mais le principe du moindre choix est une notion indispensable à qui veut manier correctement les cartes, et qui ne peut être remise en question, quelle que soit la puissance de l’informatique…
      Bien cordialement
      Olivier CHAILLEY

      • Merci pour votre commentaire.
        Oui, c’est du « moindre choix » dont je parle. Je l’ai appelé « libre choix » sans expliquer pourquoi, faute de place.
        Mon observation ne concerne pas la façon de jouer du déclarant entre 2 cartes équivalentes. Sa liberté est beaucoup plus grande que celle des défenseurs qui doivent suivre des règles leur permettant de se comprendre entre eux, contraintes que le déclarant n’a pas.
        Ma remarque concerne le fait, dans le « moindre choix », qu’on divise par 2 la probabilité de trouver la 2ème carte équivalente dans la main du DEFENSEUR qui a déjà joué la 1ère carte des 2. C’est cela qui peut être remis en cause d’un point de vue strictement mathématique quand on calcul les probabilités à partir des places vacantes ; heureusement car c’est le propre de la science que de pouvoir être remise en cause.
        Cela dit, que cette erreur perdure aveuglément dans le monde des bridgeurs (mais pas tous) n’est pas bien grave car il se trouve que dans les 2 cas, qu’on applique le « moindre choix » ou « les places vacantes, on est proche du « un cas sur deux », ce qui rend plus difficile la perception de l’erreur de calcul introduite par l’assertion erronée de E.Borel.
        Mais bravo encore pour votre site.
        Cordialement

  18. Cher Monsieur Chailley,
    Ma main : ♠A96 ♥1076 ♦A ♣DV10543
    Mon partenaire ouvre de 1SA, dois-je annoncer 3SA en toute confidentialité ou faire un Texas ♣ puis annoncer le singleton avec l’enchère de 3SA ? J’ai choisi la deuxième solution et un des adversaires, beaucoup plus expérimenté que moi, m’a dit qu’on n’annonçait pas le singleton si c’était l’As. Je sais que c’est le cas pour un splinter mais ici, le but n’est pas de jouer à la couleur mais à 3SA et il m’a semblé qu’il était préférable de vérifier que l’ouvreur arrêtait lui aussi la couleur. Dans la pratique, le problème était en fait à ♥.
    Quel est votre avis ?

    • Cher ami bridgeur,
      C’est la première fois que j’entends dire que le singleton ne doit pas être un As… Ceci dit, Jean-Paul Balian, dans son excellent livre CUB#05 « Les ouvertures et redemande à Sans-Atout » souligne aussi que « un honneur sec n’est pas tout à fait un singleton ». Cela dit, je pense que vous avez eu parfaitement raison. Sur entame ♦ votre ♦A saute aussitôt (pas de laisser-passer possible). A 3SA, cela peut-être potentiellement un problème. Et surtout, vous avez les points pour 5♣ ! Et il y a même des mains de l’ouvreur qui vous emmènent à 6♣ avec quelque chance de réussite : ♠RD83 ♥AR ♦9873♣R92, par exemple (ici, 3SA chutent sur l’entame à ♦ probable…). Le principe du singleton, c’est que vous n’aurez pas 2 perdantes dans la couleur. Pour peu que votre partenaire ait AUSSI deux perdantes dans la même couleur, le contrat de 5 en mineure est totalement déraisonnable. Aussi, « Lorsqu’un camp détient les points nécessaires pour la manche mais pas pour le chelem, et qu’il n’y a pas de fit majeur dans la ligne, on choisira de jouer le contrat de 3 Sans-Atout sans se préoccuper des arrêts dans les différentes couleurs, dès lors qu’aucune main ne comporte ni singleton ni chicane » (J.-P. Balian). Au contraire, un singleton est essentiel (même en face de votre main, et même avec un As sec) pour envisager une manche en mineure. Si les choses se sont mal passées, cela indique seulement qu’on ne peut pas TOUT PREVOIR au bridge !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  19. Cher M. Chailley,
    Est-ce que comme pour le SA en intervention, où les enchères conventionnelles en réponse comme le Texas ou le Stayman, sont possibles, est-ce que donc pour le 2 majeur faible, en intervention, l’ enchère de 2SA reste un relais interrogatif, ou devient-il naturel ?
    Pas très clair sur l’opuscule SEF. Merci pour votre réponse et….trés bon dimanche

    • Cher ami bridgeur,
      Le SEF est un petit opuscule de référence qui ne peut pas traiter toutes les séquences. Ceci dit, vous trouverez votre réponse dans le « Dictionnaire des enchères compétitives », dans le présent site, par exemple avec la séquence 1♣-2♥-P-?. Ces enchères sont dans l’esprit du SEF, et, comme toujours, nécessitent de bien s’entendre avec son partenaire !
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  20. Cher ami bridgeur,
    Merci de m’avoir signalé cette coquille, due à un simple copié-collé non adapté à partir de la fiche 1♣-P-1♥-X-?. Et bravo pour votre vigilance ! C’est corrigé…
    Bien cordialement,
    Olivier CHAILLEY

  21. Cher M. CHAILLEY,
    Une séquence qui m’a posé problème et qui s’est terminée par une bulle (partagée). Je suis ouvreur en SUD :
    S-O-N-E
    1♠-P–2♠-X
    3♠-fin
    Ma main : ♠DV10853 ♥3 ♦ARD ♣D105. Celle de ma partenaire
    occasionnelle : ♠R76 ♥109876 ♦92 ♣RV7
    J’ai fait 3♠ + 1 et pris une très mauvaise note au grand dam de ma partenaire qui avec une certaine véhémence m’a dit que j’aurais dû XX au lieu de mettre 3♠ et que dans ce cas elle aurait demandé la manche. Peut être a-t-elle raison… Qu’en pensez vous, s’il vous plaît, M. CHAILLEY ?
    Merci d’avance

    • Cher collègue,
      Je n’oserais pas me substituer à M. Chailley mais la réponse se trouve dans le (formidable) dictionnaire des enchères. Je voudrais par contre compléter la question de M. Bon.
      Si l’ouvreur répond 3♠ et sa partenaire conclut à 4♠, on joue la manche, on la fait, on obtient 420 ou 620 points. Mais si l’ouvreur surcontre et que plus personne ne parle – et surtout pas le répondant qui n’annonce donc PAS la manche – on joue 2♠XX, on en fait 4 et on obtient 1040 ou 1640 points. Est-ce correct ?

      • Cher ami bridgeur,
        Vous avez en effet THEORIQUEMENT raison, mais on voit mal l’équipe adverse accepter de jouer 2♠XX. Elle finira par trouver 3♦, voire 3♣, et vous serez ramenés au problème précédent. Ou bien vous contrerez vous-même pour 300 ou 500, et le résultat final dépendra des vulnérabilités (qui ne m’ont pas été indiquées).
        Bien cordialement,
        Olivier CHAILLEY

    • Cher ami bridgeur,
      Comme le dit dans un autre message Randaxhe, vous trouverez la réponse dans le Dictionnaire des enchères (1♠-P-2♠-X) : votre enchère de 3♠ est un arrêt absolu, sur lequel votre partenaire n’a PAS LE DROIT de reparler, même maximum. Vous détenez 16HLD au mieux. C’est ce qu’on appelle une enchère compétitive (Loi de Vernes), destinée à gêner la réponse éventuelle au Contre de l’adversaire. Avec votre jeu de 20 points HLD, la manche est possible (et même probable), et il faut surcontrer ou faire une enchère d’essai à ♣ (3♣), car vous pourriez perdre 3 levées dans la couleur si votre partenaire y détenait 3 petites cartes. En match par paires, XX est peut-être mieux, car vous apprendrez quelque chose sur la main d’Ouest, et vous aurez peut-être la surprise de voir Ouest passer, mettant Est en fâcheuse posture…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  22. Cher Monsieur,
    Je débute dans l’apprentissage du Bridge, je suis travailleur saisonnier et donc pas plus de 5 mois au même endroit, et cela m’empêche de faire partie d’un club. J’aimerai savoir quel logiciel vous me recommanderiez afin que je mette en application les notions que j’apprends grâce à votre excellent site. J’ai bien pensé au jeu en ligne, mais je ne me sens pas encore assez à l’aise avec les notions élémentaires du jeu.
    Merci de votre soutien !

    • Cher ami (nouvel ami) bridgeur,
      Si vous voulez vous familiariser avec la « table de bridge » sans embêter un éventuel partenaire avec vos « insuffisances », vous trouverez de nombreux logiciels et de nombreux sites qui vous permettent de jouer virtuellement. Il en existe de deux sortes, qui n’ont pas le même pouvoir pédagogique :
      1°) Ceux qui permettent de jouer contre un robot, comme FunBridge. Un autre site, BBO (Bridge Base Online), est de loin le plus connu et il est gratuit. On y joue avec et contre de vrais bridgeurs, mais si vous le désirez, vous pouvez jouer avec et contre des robots, ce qui vous évite d’être « engueulé ». Allez donc voir le site, cela ne coûte rien.
      2°) Les logiciels et sites en donnes préparées, où vous bénéficierez des conseils des champions, comme Vu-Bridge. Ceux-ci sont plus chers (il faut bien rémunérer les auteurs), mais on y apprend plus vite. Les logiciels Pas à Pas de la Fédération Française de Bridge, par exemple, sont excellents, mais à mon avis très chers…
      Remarque : les logiciels dits à donnes aléatoires font intervenir des robots qui sont loin de très bien jouer au bridge (ils sont BEAUCOUP moins bons que leurs homologues aux échecs…). Il vaut mieux les éviter, au profit des donnes préparées. Et sinon, jouez (BBO, FunBridge) sans vraiment savoir si vous pouviez mieux faire…
      Dans tous les cas, trouvez au plus vite des joueurs qui vous acceptent à leur table. Car c’est en jouant « in vivo » que l’on apprend réellement à jouer (sinon à BIEN jouer). Et puis, le bridge est un jeu de convivialité…
      Bien cordialement, avec mes meilleurs vœux de succès,
      Olivier CHAILLEY

  23. Cher Monsieur,
    Quand on a un double fit 5-3 et 4-4, on préfèrera jouer dans la couleur du fit 4-4 pour profiter de la longueur 5ème. Mais quand on a un double mini-fit 5-2 et 4-3, que fait-on ?
    Merci d’avance pour votre réponse.

    • Cher ami bridgeur,
      Il est évident que dans ce cas, il faut que le déclarant ait une chance de rester le dernier avec des (ou un seul !) atouts. Si sa main longue est raccourcie dès le début du coup, il sera en bien mauvaise posture. Il faut donc absolument qu’il ait 5 atouts d’un côté. C’est pourquoi 5-2 est meilleur que 4-3 dans la très grande majorité des cas. On retient donc : 4-4 mieux que 5-3, mais 5-2 mieux que 4-3.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  24. Cher Monsieur Chailley,
    Donneur Sud, N/S vulnérable :
    Ouest : ♠V ♥D2 ♦R432 ♣RD10983
    Est : ♠AR8 ♥V1085 ♦A1075 ♣V5
    -S—O—N–E
    -P—P—1♠–P
    -P-2♣-2♠-2SA (fin)
    Nord ouvre d’1♠ en 3ème position, je réveille à 2♣. Nord répète sa couleur 6ème et Est dit 2SA contrat final. Le par de la donne est 3SA ou 5♣.
    Pourriez-vous me dire la ou les erreurs que nous avons pu commettre en Est/Ouest ? Quelle valeur en points H peut-on donner à l’enchère de 2SA (outre qu’elle promet au moins 1 arrêt et demi) ?
    Je vous remercie d’avance et pour la réponse à venir et surtout pour toute l’aide que vous apportez à vos lecteurs.
    Yves Fortrie, 3ème Trèfle

    • Cher ami bridgeur,
      Votre séquence aurait été parfaite si vous, en Ouest, aviez eu un ou deux points de moins. Et d’ailleurs 2SA était alors le bon contrat. Avec vos jeux, il fallait impérativement jouer 3SA et non pas 5♣ ! 5♣ ne réussit que si la défense est un peu endormie : il vous manque en effet ♥AR et l’♣A, avec en plus peut-être un ♦ à perdre et/ou une coupe. 5♣ ne peut donc pas être le « par » de la donne.
      La faute vous revient à vous, qui devez compter (comme toujours) en HL votre ouverture. Vous avez un beau bicolore 6-4 avec 13HL. La valeur douteuse du ♠V, que vous avez sûrement dévalué (ainsi peut-être que la ♥D) est largement compensée par ♣1098. Vous aviez donc, à mon avis, l’ouverture d’1♣… Au 2ème tour, après le X de votre partenaire sur l’intervention à 1♠ de Nord, vous répétez simplement vos ♣ (2♦ serait un bicolore cher) et Est conclut naturellement à 3SA (ouverture + ouverture), ne craignant pas les ♠. Vous avez 9 levées de tête après l’affranchissement immédiat des ♣. Le bridge est souvent simple, si vous arrivez à évaluer correctement votre main ! Ma séquence :
      -S—O—N–E
      -P—1♣—1♠–X
      -P–2♣-(2♠)-3SA (fin)
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  25. Cher monsieur,
    Dans la séquence compétitive 1SA-X-?, vous dites: « X est punitif » et vous développez le séquence des réponses du partenaire de l’ouvreur en conséquence.
    Dans la séquence 1SA-?, vous dites : « X est (SEF 2018, page 51) conventionnel majeure/mineure « .
    Il semble que la 1ère séquence ne soit pas à jour du SEF, ce qui est bien dommage car je trouve les réponses du partenaire particulièrement délicates après cette intervention. Cordialement

    • Cher ami bridgeur,
      Comme vous le dites, la situation peut être délicate… J’ai modifié légèrement la rédaction de la fiche que vous incriminez, pour la mettre en conformité avec le SEF 2018. Quant à votre problème, il est facilement résolu, car la recommandation de loin la plus fréquente, parmi les bons auteurs, est… d’ignorer purement et simplement le contre quand il est conventionnel.
      Ceci dit, le Contre est peut être, à certaines tables, resté punitif. Ce n’est que dans ce cas qu’il faut appliquer la défense que je préconise dans le dictionnaire des enchères.
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

  26. Cher Monsieur Chailley,
    Forcing ou pas ? La séquence :
    1♣–P–1♦–P-
    1♥-1♠-3♣
    L’enchère de 3♣ est-elle forcing ou pas ?
    Merci pour votre réponse et très bonne journée

    • Cher ami bridgeur,
      Si je comprends bien (problèmes d’affichage des séquences dans les messages…), le n°2 qui s’était abstenu lors du 1er tour se décide à intervenir après la redemande à 1♥ de l’ouvreur. Il a donc probablement un inconvénient à intervenir tout de suite : une dizaine de points d’honneurs avec une couleur ♠ médiocre, par exemple. Exemple : ♠D108732 ♥R9 ♦V104 ♣RV. Le répondant, qui avait 5 cartes à ♣ et avait parlé à ♦ d’abord, a probablement, lui, à partir de 13HLD, mais il ne désire pas vraiment la manche. En effet, s’il cherche 3SA, il dispose maintenant du cue-bid à 2♠, cherchant un arrêt. S’il possède lui-même un arrêt, il parlerait de SA. Et s’il cherche une manche ou un chelem mineur, il dirait aussi 2♠ avant de fitter au tour suivant.
      Au total, la seule enchère forcing ici est 2♠. 3♣ est descriptif et encourageant, mais non forcing (ce qui ne veut pas dire arrêt !). Si votre ouverture est minimale et ne peut être revlaorisée par le fit de votre partenaire, passez. Evidemment, si vous avez une petite réserve (14 points d’honneurs, une courte, un ♣ supplémentaire, etc…), il vous appartient de poursuivre les enchères, par 3♠ par exemple, enchère-déclic qui vous amènera au moins à la manche (3SA, 5♣, voire 6♣).
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

      • Merci M. Chailley.
        Ma main était minimum avec 4 ♣ par AR, 4 ♥ par la dame, 3 ♦ par le R et 2♠ par le 10. Sur 3♣ de mon partenaire, j’ai passé et j’ en ai fait 6… Une discussion « animée » (hum…) s’en est ensuivie. Mon partenaire soutenant que c’était forcing à 200 pour cent et moi lui disant que la seule enchère forcing dans cette séquence était le cue-bid à ♠.
        J’ai donc fait la même analyse que vous M. Chailley et… j’en tire une certaine fierté.
        Grand merci et très bonne journée, Monsieur

    • Cher ami bridgeur,
      La question est souvent posée, et la réponse est délicate (je l’ai déjà donnée à plusieurs reprises), car elle s’insère dans l’ensemble des entames possibles à SA. Je ne considère ici que l’entame contre 3SA (contre 1SA et 6SA, c’est un peu plus compliqué).
      Je vous recommande la lecture du livre de Michel Bessis, Flanc gagnant, tome 1. Quand on n’a pas de couleur 5ème (chez son partenaire ou chez soi) prioritaire, on choisit une couleur 4ème : avec une séquence (2+ cartes), pas de problème, mais sans séquence le problème est plus ardu. Il faut choisir la couleur où l’honneur est le plus bas : V943 est meilleur que D1084. Sous le Roi, c’est déjà nettement moins bien, et sous l’As, c’est théoriquement proscrit, même si il y a ADxx ou AVxx (AD10x est au contraire acceptable ou même bon…). Pourquoi ? Parce que l’As est une reprise certaine, et servira à l’affranchissement des autres honneurs. On peut aussi au besoin se tourner vers une entame à trois cartes, pourquoi pas (« top of nothing », par exemple) ? Mais n’entamez pratiquement jamais avec un doubleton, et encore moins d’un singleton !
      Alors, parfois, il ne reste « que » l’option de l’As quatrième, qui est alors la moins mauvaise des entames…
      Bien cordialement,
      Olivier CHAILLEY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.