Sachez annoncer vos bicolores (2)

En possession des trois principes exposés dans l’article précédent, l’annonce des bicolores ne devrait plus poser aucun problème. Rappelons-les : 1°) N’utilisez pas les ouvertures fortes (2SA, mais surtout 2♣ et 2), lorsque votre main est bicolore. 2°) Un bicolore cher, après un 1 sur 1, exige 18HL au moins (16HL après un 2 sur 1). 3°) Un bicolore à saut est un bicolore économique et demande 20HL au moins. Résumons dans un tableau la totalité des situations possibles :

Tableau bicolores ouvreur

La démarche devient très simple : vous avez, bien entendu, ouvert de la bonne couleur, quel que soit votre nombre de points – la plus longue, et, en cas d’égalité de longueur, la plus chère –. Attendez la réponse de votre partenaire. Maintenant, votre bicolore est-il cher ou économique ? S’il est cher, avez-vous les points pour l’annoncer ? Si oui, annoncez-le ; si non, répétez votre première couleur. Si votre bicolore est économique, annoncez-le dans tous les cas, même si vous êtes minimum (13HL), car non seulement cela ne coûte rien, mais vous avez plus de chance d’être fitté dans la seconde couleur, puisque la première n’a pas été fittée tout de suite. Beaucoup trop de joueurs pensent que répéter leur première couleur est « moins fort » que d’annoncer un bicolore économique, mais ce n’est pas le cas. Un bicolore économique de l’ouvreur ne promet pas un point de plus que l’ouverture. Votre bicolore économique est donc toujours annoncé, de façon simple sans saut de 13 à 19HL (retenez bien ce 19HL), avec saut de 20 à 23HL. Votre partenaire ayant promis 5HL au moins avec sa réponse initiale, vous voyez que le bicolore économique à saut est toujours forcing de manche, car on atteint (presque) toujours 25HL ou 27HLD, points minimaux pour une manche. Pour en savoir plus, reprenez les cours publiés sur le site (imprimables, au format PDF) : Bicolores de l’ouvreur (1)Bicolores de l’ouvreur (2)Bicolores de l’ouvreur (3)Après bicolore économique (1)Après bicolore économique (2)Bicolore cher (1)Bicolore cher (2).

Quelques remarques-rappels pour terminer, très importants me semble-t-il :

— Le bicolore cher ne promettant « que » 18HL, après 1 sur 1, il est certain que le répondant très faible doit disposer d’un moyen pour prévenir l’ouvreur qu’il n’y a peut-être pas de manche. Le répondant utilise le « 2SA coup de frein », qui indique en principe un jeu de 5 à 8HL. Exemple : 1-1♠-22SA. Ce 2SA, qui peut parfois être fait avec un jeu un peu plus fort (proposition de jouer SA, 9 à 10HL) est absolument forcing – ceci est trop souvent oublié ! – et demande à l’ouvreur de revenir dans la couleur d’ouverture, en général mineure. Dans notre exemple : 1-1♠-2-2SA-3. L’ouvreur, qui a annoncé son bicolore cher avec 18 à 23HL, est obligé d’obtempérer s’il est « minimum » (18 ou 19HL), car le répondant faible doit pouvoir passer. En revanche, si l’ouvreur est dans la « tranche » 20 à 23HL, il est dans le même cas de force qu’un bicolore à saut, et la manche est possible. Il est délivré de son obligation (revenir dans la couleur d’ouverture), et peut annoncer autre chose. Reprenons notre exemple : 1-1♠-2-2SA- ?. 3♣ signifierait donc à la fois une main forte (20 à 23HL) et une demande d’arrêt ♣ pour jouer 3SA, 3 indiquerait à la fois une main forte forcing de manche et un bicolore 6 -5 , 3SA promettrait 20 à 23HL pour jouer 3SA (fin des enchères), etc. Par inférence, il est évident que toute enchère autre que le retour à l’ouverture (ici 3) est forcing de manche.

— Le bicolore à saut, lui, est d’emblée forcing de manche. Il est donc logique que le 2SA coup de frein n’existe pas dans la séquence. 2SA devient simplement descriptif, promettant l’arrêt dans la couleur non nommée. Exemple : 1♣-1-2♠-2SA = pas de fit ni à ♣ ni à ♠, pas 5 cartes à , mais l’arrêt pour jouer SA. Ce 2SA est forcing (puisque la séquence est forcing de manche…).

— Le bicolore économique sans saut ne pose, quant à lui, aucun vrai problème. Le seul qui se voit quelquefois est que le partenaire oublie que l’ouvreur peut posséder jusqu’à 19HL. Or, la deuxième enchère de l’ouvreur, économique, n’est pas forcing. Exemple : 1-1♠-2. Avec un (semi) fit dans la deuxième couleur, le répondant passe légitimement avec 5 à 7HL (♠D9876 10 R109 ♣764 = passe), mais il est hors de question de passer à partir de 9HL, car la manche devient possible [♠DV876 10 R109 ♣D64 = 2SA (!)] ! Avec 8HL, le problème est délicat : il faut dévaloriser ou revaloriser sa main dans une des deux catégories précédentes. Avec 9HL, on dit que la main vaut de « faire un effort ». Il y a un risque, mais tant pis !

Vous en savez assez pour ne plus vous tromper et prendre du plaisir à annoncer vos bicolores, surtout s’ils sont chers, car les joueurs, même débutants, raffolent de ces « inversées »! Et si vous voulez évaluer ce que vous savez des bicolores, vous pouvez faire les exercices suivants : Bicolores de l’ouvreur, exercices (1)Bicolores de l’ouvreur, exercices (2).

Version imprimable de cet article : cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.