Dénominations (premier tour d’enchères)

Je voudrais attirer votre attention aujourd’hui sur le vocabulaire qu’il convient de garder parfaitement à l’esprit pour espérer acquérir assez vite de bons réflexes d’enchères. Dans toute la littérature bridgeuse (bridgeux, euse : néologisme, cf. la rubrique Dictionnaire de bridge), la position des différents joueurs par rapport à l’ouvreur doit parfaitement être représentée dans l’esprit du lecteur, pour réduire au maximum les confusions qui peuvent naître :
L’ouvreur est le premier qui produit une enchère autre que passe. Il demeure l’ouvreur (joueur n°1) jusqu’à la fin des enchères, même en cas d’intervention adverse, et même s’il ne parle plus jusqu’à la fin. Remarque : on peut ouvrir en première, deuxième, troisième ou quatrième position. On reste l’ouvreur.
Le joueur assis à gauche de l’ouvreur devient l’intervenant (joueur n°2) même s’il passe (dans ce cas, il n’a pas produit d’intervention) et il reste l’intervenant jusqu’au bout des enchères.
Le répondant (joueur n°3) est toujours le partenaire de l’ouvreur, donc son vis-à-vis, même s’il passe après l’ouverture de son partenaire. Son enchère (ou son passe) est une « réponse » à l’ouvreur.
Et le joueur assis à la droite de l’ouvreur est appelé communément le n°4, sans autre dénomination. En effet, si le joueur n°4, répondant à l’intervenant (joueur n°2) était désigné par « le répondant de l’intervenant », la confusion risquerait d’être extrême !
Lorsque dans la littérature on donne des exemples d’enchères ou de mains, on a coutume d’installer le déclarant (et non l’ouvreur) en Sud. Bien sûr, l’ouvreur est souvent le déclarant, mais lorsque ce n’est pas le cas, attention de bien s’orienter autour de la table ! Par exemple, l’ouvreur est en Ouest, l’intervenant est alors en Nord, le répondant à l’Est, et le n°4 en Sud…
Je vous recommande de vous exercer mentalement quelques minutes à bien vous repérer dans l’espace (il paraît que cela fait partie de l’enseignement des professeurs des écoles en grande maternelle !). Cela facilitera grandement la compréhension des cours sur les enchères.
Et attention : le raisonnement du répondant n’est pas celui de l’ouvreur ! En effet, contrairement à l’ouvreur, le répondant a déjà connaissance de la fourchette de points décrite par son partenaire… De même, le raisonnement de l’intervenant est très modifié par rapport à l’ouverture, etc. Que tout cela ne vous rebute pas, vous aurez très vite les réflexes et le vocabulaire en jouant !

Version imprimable de cet article : cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.