Le laisser-passer

Laisser passerLe laisser-passer est un coup si fréquent au bridge qu’il est très certainement utile de revenir sur cette manœuvre simple, mais quelquefois mal comprise et surtout utilisée sans véritable objectif. Georges Versini, dans son excellent Dictionnaire du Bridge, Presses Universitaires de France, 1968, dit qu’il s’agit « d’une façon de jouer qui consiste à ne pas prendre une carte de l’adversaire et à lui laisser ainsi faire la levée. Le laisser-passer est d’un emploi extrêmement fréquent dans le jeu avec le mort comme dans le jeu de flanc. [Son] but [est] de couper ou […] de rendre plus difficiles les communications entre les mains adverses. C’est [donc] un jeu de destruction de rentrées ». Lire la suite

Sachez entamer (2)

Le melon entamé

Le melon entamé (1760), Jean-Baptiste Siméon Chardin (1699-1779)

Dans le premier volet de ces articles, nous avons insisté sur le fait qu’une bonne entame ne dépend que de deux facteurs : l’écoute soigneuse des enchères, et les probabilités. Et une main était présentée, pour laquelle 4 séquences d’enchères variées entraînaient 4 entames différentes. Ne revenons pas là -dessus, non plus que sur tous les principes d’entame que vous trouverez aisément dans les cours du présent site (L’Entame à la couleuretc.), et dans d’excellents livres comme ceux de Claude Delmouly, « Les entames », Éditions du Bridgeur, ou Hugh Kelsey & John Matheson, « Improve your opening leads », Master Bridge Series, 1982. Les principes sont maintenant bien codifiés. Contentons-nous, à la couleur comme je l’ai fait précédemment à SA, d’insister sur des points mal compris et des fautes souvent constatées à la table. Nous parlerons aujourd’hui exclusivement des jeux à la couleur. Lire la suite

Sachez entamer (1)

Van Gogh autoportrait oreille bandée

Vincent Van Gogh (1853-1890), Autoportrait à l’oreille bandée, 1889. Une mauvaise entame…

Il ne s’agit pas de donner ici des recettes d’entames, car il n’en existe évidemment pas. Les grands principes de l’entame peuvent être trouvés dans les cours du présent site, ainsi que dans d’excellents livres que je ne peux que vous recommander, disponibles à la librairie du Bridgeur. J’ai un faible pour les ouvrages de Michel Bessis, édités par « le Bridgeur », intitulés Le Flanc Gagnant, tomes 1 (2002) et 2 (2007). Le but du présent article est plutôt de tordre le cou à un certain nombre d’idées reçues, et aussi d’insister sur quelques raisonnements insuffisamment connus. Les bons « entameurs » sont très rares dans les clubs, assez rares en tout cas pour que je vous conseille d’être vraiment méfiant si l’on se permet une critique de votre entame. « Une entame est une entame », et si elle tombe mal – c’est souvent le cas –, tant pis. Une bonne entame ne dépend que de deux facteurs : l’écoute soigneuse des enchères, et les probabilités. Lire la suite

Le squeeze à la portée de tous ?

César-compression-Honda

César Baldaccini, dit César (1921-1998)
Compression-Honda
Un squeeze réussi ?

A la demande de quelques (fidèles ?) lecteurs, nous abordons aujourd’hui une question qui est de celles qui font très peur au bridgeur moyen : le squeeze. Or, il n’y a rien de véritablement sorcier dans cette excellente technique. Dans son livre Améliorez votre jeu l’atout, Marc Kerlero donne par dérision la définition suivante du squeeze (pron. skouise) : « Nom masculin d’origine britannique signifiant étranglement, [étouffement, compression]. Manœuvre mystérieuse, à la limite de l’ésotérisme, permettant à un demi-dieu de tirer une levée du néant, sous les regards émerveillés d’une foule prosternée à ses pieds ». En réalité, le squeeze est une manœuvre assez simple, et surtout beaucoup plus fréquente qu’on ne le croit. Lire la suite

La carte à fournir sur l’entame (2)

Le précédent article traitait essentiellement de l’entame de l’As ou du Roi à la couleur. Trois sortes de signaux sont alors employées par le partenaire défenseur de l’entameur : parité, appel direct ou appel préférentiel. Ce dernier signal n’intervient que lorsqu’un singleton apparaît au mort. Avant d’aborder la parité, sujet essentiel et combien important de l’article d’aujourd’hui, et où tant d’erreurs sont commises à la table, éliminons les cas où la signalisation serait plutôt préférentielle qu’en pair-impair. Lire la suite

La carte à fournir sur l’entame (1)

Le présent site « Comprenez le bridge » comporte de nombreuses indications, dans les cours, sur ce qu’il convient de faire sur l’entame, à peu près dans tous les cas. Mais le nombre d’erreurs constatées à la table, surtout à la couleur,  m’incite à reprendre le problème sous forme d’articles en insistant (lourdement ?) sur les plus courantes. En effet, cette carte, fournie à la première levée par le partenaire de l’entameur, qui joue en 3ème (appelé le n°3 dans la suite de l’article), est peut-être la plus cruciale de tout le jeu de la défense. Je me suis largement inspiré de l’excellent livre de Michel Bessis (publicité gratuite) : « La signalisation », tome 1, éditions le Bridgeur, 2002, que je vous invite à étudier en détail, tellement il est clair. La matière est si importante que j’y consacrerai au moins deux articles, concernant le jeu à la couleur. Lire la suite

Appeler en défaussant ?

Coup de téléphone

Coup de téléphone

Qui d’entre vous n’a remarqué la diversité des signalisations pratiquées entre les partenaires du flanc ? D’aucuns annoncent jouer la première défausse italienne, d’autres vous expliquent qu’ils jouent la défausse Lavinthal à SA mais la défausse italienne à la couleur, d’autres encore qu’ils pratiquent la défausse chinoise… La variété est grande et l’efficacité de ces différents systèmes douteuse si on ne les possède pas parfaitement. L’objet de ma présentation d’aujourd’hui n’est pas de vous enseigner la signalisation, sujet beaucoup trop vaste pour être appréhendé en un ou deux articles, mais de plaider pour une uniformisation du système pratiqué chez nous, en France, et qu’on appelle de façon générale l’appel direct. Lire la suite

Montez en 3ème (2)

ou plutôt : « Quand ne pas monter en troisième »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Monter en/au troisième ?

Un récent article vous a convaincu qu’il fallait le plus souvent prendre ou forcer en 3ème avec sa plus forte carte (ou en cas de cartes équivalentes, avec la plus petite de celles-ci). Cette manière de faire pourrait (devrait ?) devenir un réflexe. Mais malheureusement, au bridge, peu de réflexes marchent à tous les coups. Les réflexions du genre « je n’ai pas pris parce qu’on ne monte pas en second », ou bien « j’ai pris parce que j’étais en 3ème » n’ont pas une pertinence constante. La seule façon de penser est : « Que dois-je faire dans ce cas précis ? ». Lire la suite

Montez en 3ème (1)

LaVoieNormale

La Voie Normale (Mont Blanc)
Montez en troisième

Un précédent article (« Ne montez pas en second ! », publié le 29 janvier 2013) insistait lourdement sur la seconde carte de la levée. La troisième carte, qui est probablement la plus importante, mérite encore un plus long développement, tant il convient d’y réfléchir à chaque pli ! Lire la suite

N’attaquez pas d’un As !

As de pique

L’As de pique

Il y a quelques années, j’avais tenté d’inculquer cette notion à mes élèves, en en faisant le thème d’un trimestre entier : ne gâchez pas vos As ! Dix ans plus tard, je m’aperçois, dans mon club, que le rendement de ces décilitres de salive n’a pas été excellent, les comportements n’ayant guère changé dans l’ensemble. Seuls quelques-uns, qui sont maintenant très honorablement classés, ont très bien compris cette notion. Lire la suite